AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT

Aller en bas 
AuteurMessage
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Mer 10 Juil - 12:08

La fashion-week était passée depuis un bon mois déjà, mais Hayden avait l'impression qu'une éternité s'était écoulée depuis qu'elle avait mis les pieds sur un podium. A bien y réfléchir plus rien n'était pareil depuis la dernière présentation des nouvelles collections. Le monde de la haute, intouchable et insouciant, c'était pris de pleins fouet l'attaque perpétré contre le pouvoir, une secousse à laquelle il n'était pas préparé. L'Impératrice vénérée était dans le coma et la vie semblait avoir pris un autre tournant. C'est comme plus personne n'osait rire ouvertement, trop conscient qu'avec l'état fragile de leur monarque, c'était leur position qui devenait plus qu'incertaine. Les visages étaient inquiets, soucieux, même s'il fallait sauver les apparences. La capitale ne bourdonnait plus de la même désinvolture. A la place grondait un vent de révolte porté par la marque de la Cible. La réaction du gouvernement et du frère de l'Impératrice, qui avait reprit les rênes du pouvoir, s'était fait attendre avec impatience, dans le monde que côtoyait la modèle, rien n'était plus important que la stabilité du régime et peu importait que ce régime soit démocratique ou tyrannique.

Et puis, au delà des attentats, les événements s'étaient enchaînés dans la vie de la jeune femme et la fatigue, mine de rien, s'était accumulé. Elle aurait juré que des mois la séparaient de la rencontre avec le voyageur inconnu, mais à vrai dire, William la monopolisait presque autant qu'Amaury. Pour tenir le rythme, elle se poudrait le nez plus que de raison et si sa mission auprès de Franklin était en bonne voie, jouer la comédie et les femmes objets à longueur de journée l'exténuait. Elle en avait même perdu le sommeil et lorsqu'elle ne passait pas ses nuits aux côtés du fils de l'ambassadeur américain, elle les passait à fixer le plafond de sa chambre ou blottit devant la télé qui projetait à des heures incongrues ses images bleutés sur le corps diaphane de la double camp.

La fashion-week était loin donc, très loin, mais comme il était bien connu qu'Amaury Scherr ne faisait jamais rien comme tout le monde, la scène mondaine allait s'agiter une nouvelle fois pour un dernier défilé, une dernière soirée mémorable. Si le stress du designer les derniers jours avant le défilé était palpable et s'en ressentait sur l'ensemble de l'équipe, des assistants aux maquilleuses, en passant par les filles qui multipliaient les essayages, les coiffures, les paires de chaussures, les échanges de dernières minutes. Hayden, ainsi que Maya, amie sur les podiums comme dans les galères, avait été sollicitées par le créateur pour un nombre de passages presque démentiel, avaient enchaîné les changements, dans l'euphorie du moment, les deux jeunes femmes avaient passée une excellente soirée comme longtemps elle n'en avait pas passée, mais la fatigue lorsque la pression serait retombée en serait encore plus violente.

Mais au delà de servir de porte-manteau aux sublimes création d'un des stylistes les plus en vogue du moment, leur deux jeunes modèles avaient été briefé pour une toute autre "mission", elles avaient été invité, avec les autres modèles du défilé, à une des soirées les plus chic de la capitale et où ne manquerait pas d’apparaître quelques personnes les plus hautes placées dans l'empire économique Livingstonien. Maya et Hayden avait pour ordre de tenir compagnie à quelques personnes bien précise, être agréables à ces messieurs, sourire, répondre intelligemment, être éblouissante et mettre au mieux en valeur l'importance des hommes au bras desquelles elles passeraient la soirée, répondre à leurs avances également, mais non pas à leurs ardeurs.

Lorsque la réception avait pris fin, le soleil se levait péniblement sur la capitale. Hayden avait abandonné Maya dans une embrassade pour sauter dans un taxi. Elle n'avait pas fermé l’œil de la nuit et devait déjà commencer sa journée. Elle avait profité de la course pour se remaquiller et se faire un rail avant d'arriver au pied du Royal. Elle avait aussi échangé sa robe sophistiquée de la veille pour un tailleur plus simple mais non moins raffiné. De la veille, elle n'avait gardé que les bijoux.  Là on lui avait ouvert la portière et avec une élégance distinguée elle s'était extirpée du véhicule.
A 9h30 précises, et sur la demande de William, elle pénétrait dans le restaurant d'un des hôtels les plus prisés de la capitale pour un petit déjeuné avec le fils de l'ambassadeur des Etats-Unis. En entrant dans la salle, elle avait surprit son reflet dans l'un des grands miroirs qui constituait la décoration. Elle était parfaitement rayonnante. Inexplicable.


[HRP : oui, je sais, on avait dit des réponses courtes, mais c'était pour dresser un peu le tableau, après on fera des toutes petites réponses !]

_________________


Dernière édition par Admin le Sam 3 Jan - 15:35, édité 2 fois (Raison : av)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Mer 10 Juil - 23:37

Les attentats de la GPI avaient fait souffler un vent d'incertitudes sur les rues de la capitale. Moi? Je m'en battais. L'impératrice dans le coma? Oui, c'était con, franchement. D'une je me mettais au chômage technique, de deux, si elle passait l'arme à gauche, je devrais tout reprendre depuis le début avec son successeur, son frangin à priori, et lui, hors de question que je le baise. J'étais fatigué de toute cette inquiétude. Fatigué d'entendre tout le monde se plaindre, surtout les plus riches. Bande de faux culs. Alors moi, je continuais d'agir comme d'habitude, intriguer, menacer, faire chanter, picoler... et voir Hayden (je sais, je brise la rime.) On avait rencard ce matin d'ailleurs. On devait prendre le petit déjeuner ensemble, c'était prévu depuis la veille ou l'avant veille, et puis, advienne que pourra, on sortirait peut-être, ou peut-être pas, j'en savais trop rien en fait. Je voulais juste la voir, passer un moment avec elle.

Pire, j'avais voulu lui faire une surprise. Je sais même pas à quoi je pensais en faisant ça... J'avais cru remarquer qu'elle était fatiguée en ce moment, alors je voulais lui faire plaisir (non, pas en lui écartant les cuisses). J'étais arrivé avec un bouquet de fleurs, une boite de chocolat, et l'intention de l'emmener en vacances, en France peut-être. La suite était vide quand je suis arrivé. et là, j'ai percuté. Le défilé. Putain, elle me l'avait dit en plus, j'avais oublié ça alors qu'elle stressait comme une folle. Quel mec naze je faisais. Attendez, j'ai dit mec? Bon sang... enfin, je m'étais dit que j'allais l'attendre, qu'elle reviendrait bien après avoir bu une dernière coupe de champagne avec Scherr et sa clique. Mais non. L'heure avait tourné, et j'avais fini par m'endormir seul dans les draps qui portaient sa putain d'odeur, après avoir passé ma rage en brisant le miroir d'un coup de poings. J'en avais eu marre de voir ma gueule déçue. Putain, mais elle était rien pour moi, bien sûr qu'elle pouvait sortir, mais...

Je descendis au restaurant de l'hôtel, costards, cravate, bien coiffés, as usual. Il s’était assis et l’avait attendu, une cigarette à la main, fumant pour ne pas exploser tout de suite. J’étais en colère parce qu’elle était pas rentrée, vous trouvez ça normal, vous ? De MA part ? Tout fout le camp. Le pire, c’est que j’ai même pas l’excuse des règles. Je pète les plombs pour de la merde. Vaudrait mieux que je me ressaisisse. Je la vois arriver. Elle est belle. Trop belle. Ou est-ce qu’elle a eut ces fringues ? D’où elle sort ? Le monstre dans mon estomac se réveille et gronde « Elle t’a trompé ! ». Mais quoi, elle m’a trompé, ça existe pas, ça, elle peut pas me tromper parce qu’on n’est pas un PUTAIN de COUPLE. Junior, il est temps de te calmer, et de calmer ton esprit. C’est ton objet, ton œuvre d’art, celle que tu exposes à tous. Rien de plus. Et quoi, j’ai pas le droit de vouloir la garder pour moi, mon œuvre d’art ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Jeu 11 Juil - 2:50

Lorsqu'Hayden repéra leur table habituelle dans le restaurant elle remarqua que William l'attendait déjà. Parfaitement sapé, rasé de près, il avait une classe et un charme indéniable... lorsque l'on omettait le parfait salop qu'il était. Quoi que ce dernier point ne semblait pas trop déranger la ribambelle de nana qui s'étaient, plus ou moins en tout connaissance de cause, offertes à lui. D'un pas leste, la jeune femme s'était glissée entre les tables pour le rejoindre, posant sur ses lèvres un sourire ravie et sur ses traits le masque de son personnage.
Mais il ne lui fallut qu'un regard pour voir que dans les yeux de l'homme brillait une lueur étrange. Il semblait comme perturbé, énervé presque. Sans rien en laisser paraître, une ombre d'inquiétude s'était posée sur le front de la mannequin. Elle tentait de réfléchir le plus rapidement possible. Qu'avait-il bien pu se passer ? Avait-elle oublié de faire quelque chose qu'il lui avait demander ? Elle était pourtant à l'heure aussi bien qu'il était au courant de ses obligations de la veille. Elle avait beau essayer de se remémorer un détail ou tenter de se convaincre qu'il ne s'agissait que d'une contrariété extérieure, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle était en cause dans la noirceur qui allumait le regard de l'homme attablé.

C'est pourtant sans sourciller qu'elle avait tirer une chaise pour venir s’asseoir au côté du fils de l'ambassadeur. Se penchant légèrement vers lui pour lui voler un baiser furtif, elle fit semblant de ne rien voir. Une fois assise, elle l'avait salué d'une voix suave avant de lui demander avec douceur :


-J'espère que tu ne m'attends pas depuis trop longtemps.

Elle avait posé une main délicate sur la sienne, tentant de lui faire comprendre qu'elle était heureuse d'être là, en sa compagnie. En réalité, elle ne savait à quoi s'attendre à ce moment précis mais tout résidait dans le fait qu'elle se devait de sauver les apparences. Alors, son sourire charmeur ne flanchait pas et elle s'obstinait à regarder William dans le bleu de ses yeux.
La jeune femme se surprit d'ailleurs à ne pouvoir s'expliquer comment elle pouvait être une personne à l'extérieur, telle une façade, et à la fois une autre personne à l'intérieur, aux antipodes de la première. Comme si ce qu'elle laissait transparaître était l'extrême opposé de ce qu'elle pouvait ressentir. Mais après tout, tant qu'il avalait son manège... Seulement voilà, quelque chose lui soufflait que quelque chose s'était passé de travers, elle n'avait plus qu'à découvrir, probablement à ses frais, quoi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Ven 12 Juil - 10:20

Je la regardais s'avancer vers moi comme une fleur et j'étais partagé. Entre le soulagement de la voir en vie, ce qui après tout ne coulait pas forcement de source dans un régime comme celui-ci, et ce truc étrange qui se tortillait au fond de mes entrailles, qui se tortillait dans tous les sens et qui me faisait la regarder avec suspicion, comme si elle avait fait quelque chose de super grave, genre... je sais pas genre me tromper par exemple! Ah putain, voila que je recommence! Bordel, cette nana n'est PAS ma meuf alors POURQUOI je suis possessif à ce point? Merde c'est ultra chiant! En fait, j'avais eu peur qu'il lui arrive quelque chose... puis j'avais eu l'image d'elle dans les bras d'un autre que moi et là, j'avais eu un accès de rage monstrueuse. Elle n'avait pas le droit, parce qu'elle était à moi et qu'il n'y avait que moi qui avait le droit de... de quoi, crétin, de la choyer? C'EST PAS TA MEUF! Tu la chouchoutes pas et d'ailleurs c'est normal parce que vous n'êtes pas un COUPLE, tu piges? Tu la baises, et tu lui offres des trucs supers chers ET super inutiles et basta, ça s'arrête là! Mec, si tu commences a développer de l'affection pour tes jouets, tu vas jamais être capable de rien. Je te savais pas du genre sentimental.

Je stoppe cette conversation que j'ai avec moi-même, parce que je suis pas timbré et que ça rime à rien, du coup Hayden s'approche et me dépose un baiser sur les lèvres auquel je ne réagis pas. Si je l'attends depuis longtemps? Depuis hier 22h15 à peu de choses près. Avec une pointe d'ironie, je lui lance :


- Tu as passé une bonne soirée, hier soir?

Mon manque de sourire dément l'affabilité de la question.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Sam 13 Juil - 18:00

Le fait que William n'avait absolument pas répondu au baiser de la jeune femme ne faisait que lui confirmer qu'il y avait quelque chose et que d'une façon où d'une autre, elle en était responsable. Le fait qu'il ne réponde pas non plus à sa question pour lui demander avec un brin de sarcasme si le défilé de la vieille s'était bien passé la mis définitivement sur la piste. A tout les coup, il s'était rendu compte d'une façon ou d'une autre qu'elle avait découché. La question restait : pourquoi ce détail le mettait-il d'aussi mauvaise humeur ? Pas un sourire ne passait les lèvres du jeune homme à ses côtés, en revanche une lueur de reproche allumait son regard. Sans perdre son aplomb ni son amabilité, la mannequin répondit sans trop s'attarder sur la question :

-Épuisante, mais oui.

Elle avait alors posé ses yeux sur la main qu'elle était venue poser sur celle du jouet de l'Impératrice et y avait remarqué les écorchures. Si elle s'était abstenue évidement toute remarque, elle pensait pas moins. Fronçant intérieurement des sourcils, elle tentait de comprendre ses réactions. Était-il vraiment en train d'éprouver une quelconque jalousie à son égard ? Un sentiment d'exclusivité ?
En d'autre circonstance, Hayden aurait probablement pris sur elle, rassurée de voir qu'elle avait réellement réussi à entrer dans le jeu de sa cible. Après tout, plus Franklin s'attachait à elle, plus il serait manipulable facilement...
Mais ce matin en particulier, sa vision des choses étaient brouillée. Elle était fatiguée, tenait des rythmes inhumains grâce à des substances illicites et si son sourire à toute épreuve lui donnait encore un air affable, sa patience n'en était pas moins considérablement diminuée et ses émotions changeantes. Certes, elle n'aurait pas dû se placer dans des états pareils qui pouvait à tout moment compromettre sa mission, mais peut être bien qu'elle n'avait même plus les moyens d'en être consciente.
Non, ce matin elle était fragile et après tous les efforts qu'elle se donnait pour être parfaite dans son rôle, convenir en tout point à ses attentes, elle risquait de ne prendre que moyennement bien des reproches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Mer 17 Juil - 0:47

Elle élude presque. "Épuisante"... Voilà que l'image d'Hayden dans les draps d'un autre que moi revient, et je tire tellement fort sur ma clope que je la termine. La mâchoire contractée, j'essaie de me sortir la vision de la tête. Je supporte pas ça. Et je comprends pas pourquoi, c'est peut-être le pire. Sans un mot ni un regard, j'appelle le serveur et commande. Poli, il attends qu'Hayden fasse la même chose. J'ai même pas faim, en fait. Mais on est dans un restaurant, et tout le monde s'attends à ce qu'on mange, alors...
Et si je n'avais plus envie d'être l'homme que tout le monde attends que je sois? (hrp : waaaaaaa la super référence) J'en ai marre de faire comme tout le monde s'attends à ce que je fasse. Le serveur repart, et le silence s'installe de nouveau, pesant. Je sais même pas vraiment ce que je devrais lui reprocher? M'avoir posé un lapin? On avait pas rendez-vous. Pas m'avoir prévenu? Elle l'a fait, elle ne pensait juste pas que je saurais que la soirée durerait toute la nuit. Elle m'a trompé? J'ai aucune preuve, et puis d'ailleurs, c'est son droit, en théorie.

Oui, mais juste en théorie. En pratique, imaginer qu'elle a baisé avec un autre homme me donne des envie de meurtres. D'aller voir le mec, et de lui péter la gueule en bonne et dûe forme. J'imagine que je détruit le visage anonyme du mec avec qui elle est dans mes pensées, ça pourrait presque me faire aller mieux. Presque. Non, parce que la bombe est pas désamorcée. Va falloir plus que ça. Je pense aux chocolat dans la poubelle, et aux fleurs arrachée sur la table. Au miroir pété, qui me renvoyait dix petites gueules de Will déçu de sa soirée ratée, et qui ressentait quoi... de l'inquiétude, de pas savoir ou était passé son jouet. Elle verra tout ça en remontant, si elle remonte. Je m'en fous.

Non, je m'en fous pas. Je veux pas qu'elle aille voir ailleurs. Je veux pas que quelqu'un la regarde si je suis pas à côté d'elle. Putain, mais c'est quoi cette possessivité à la con, d'un coup?

Je sais plus ou j'en suis. J'ai les nerfs. Après moi, surtout.

Alors, j'attends qu'elle parle. Moi j'en suis pas capable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Mer 17 Juil - 1:27

Il ne décrochait pas un mot. Pas un regard. Seul sa mâchoire crispée donnait à Hayden les indices d'une irritation qu'elle ne cernait pas encore entièrement. Dans chacun de ses mouvements trahissait une sorte d'impatience ou d'énervement et si la mannequin souriait encore pour la forme, le regardant écraser sa cigarette avec humeur dans le cendrier, ses lèvres pincées ne se desserrèrent dans un petit sourire très poli - voir même un peu charmeur par pure provocation ?... était-elle folle ? à quoi jouait-elle ? - que pour demander un thé et une part de gâteau blanc au serveur qui venait prendre leur commande. Mais une fois que l'homme eu quitté leur table, un silence de plomb retomba sur l'étrange couple.

En temps normal, Hayden aurait gardé sa bouche fermée, elle n'aurait pas bronché et aurait accepté cette attitude déplacée en silence, faisant mine de ne rien voir. Mais comme nous l'avons déjà expliqué, nous n'étions pas en temps normal. Un peu sèchement, elle mit fin au silence qui régnait à leur table élégamment dressée.


-C'est pour faire la gueule que tu m'as demandé de venir déjeuner avec toi ou j'ai fait quelque chose de mal en particulier ? Parce que je peux aussi aller me coucher là...

C'était lancé. Il allait probablement exploser vu la tension électrique qui saturait l'air, mais n'était-ce pas ce qu'il cherchait ? C'était palpable comme on voyait un nez au milieu d'une figure qu'il n'avait que l'envie de cracher une bile qu'il retenait derrière ses dents serrées.
Mais Hayden n'avait plus envie d'attendre son thé, elle savait pertinemment qu'elle n'aurait pas faim pour le gâteau, qu'elle en prenait toujours pour la forme et elle n'avait surement pas envie de se faire engueuler sans moufeter par William. Elle était prête à reposer sur la table la serviette qu'elle avait posé sur ses genoux, le laisser, lui et sa mauvaise humeur pour retourner dans sa suite, aller se lover dans les draps et dormir. Elle fantasmait sur l'idée de dormir une journée entière. Rien qu'une fois...

_________________


Dernière édition par Hayden Moriarty le Jeu 18 Juil - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Jeu 18 Juil - 22:33

C'est ça, drague le serveur aussi, pendant que t'y es! Le cuisinier ou le maître d’hôtel ne t’intéressent pas? Flirter et séduire toutes les nanas que je croisais, c'était bien tout ce que je savais faire. Et Séduire devant elle ne m'avait jamais dérangé. Au contraire, j'adorais ça, montrer que je pouvais avoir n'importe quelle nana et que beaucoup lui enviaient sa place. Sauf que ça, c'était avant. Et surtout, que je détestais quand Hayden faisait ça, juste pour m'ennuyer, en plus. Oui, je suis un salop. Oui, c'est le règne du "fais ce que je dis, pas ce que je fais.". Mais je suis un immonde salopard depuis que j'ai compris les mots manipulation, chantage et profit... vers 6 ans, à peu près. A l'époque, j'invitais mes camarades de classe chez moi, pour que leurs famille puisse se rapprocher de la mienne, contre leur totale allégeance. Epoque bénie.

Sa tirade me laisserait de marbre, d'habitude. Mais pas aujourd'hui, pas alors que je suis maladivement jaloux rien qu'à l'idée de ne pas savoir ce qu'elle faisait hier soir. Je déteste me faire engueuler, surtout pas par mes jouets (Mais Hayden en est-elle toujours hein? je l'ignore) Même ma mère a compris qu'il valait mieux me foutre la paix et me laisser vivre ma vie comme je voulais. Je jette à la blonde un regard glacial :


- Tu veux que je rappelle le serveur? Il a l'air de te plaire. J'appelle trois ou quatre amis, et vous pourrez vous faire une tournante, ça te dit pas?

J'en ai rien à battre. J'ai besoin de savoir. De savoir ou elle était, et surtout, pourquoi ça me fait autant chier de pas savoir. Quoi, chier. Non ça me fait pas juste chier, ça me fait mal, à un endroit ou je pensais même pas qu'il y avait un organe. Je veux savoir si elle était avec un autre. Et si elle remonte dans sa suite, je la suis. Rien à foutre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Jeu 18 Juil - 23:52

Le sourire qui s'était posé sur les lèvres de la mannequin depuis qu'elle s'était glissée hors de son taxi s'était soudainement envolé. Non, elle ne jouait plus, elle n'en avait plus envie, ni la force d'ailleurs. Le regard glacé que William lui avait lancé avait été la goutte qui avait fait débordé le vase, alors imaginez la réplique qu'il lui avait servi. A quoi jouait-il ? Certes, elle avait regardé le serveur, certes, peut-être son sourire avait-il été trop charmant, et après quoi ? C'était son rôle, non ? Etre plaisante et belle à regarder. Et d'ailleurs Franklin ne lui rappela que trop bien, qu'elle n'était qu'un objet dans les mains des hommes. Sans réfléchir presque, sa main s'était abattue sur le visage du fils de l'ambassadeur dans un gifle sonore. Elle avait repoussé sa chaise et s'était levée presque d'un bon en jetant sa serviette sur la table.

Elle quitta la salle du restaurant sans un mot, traversant les tables sans s'attarder sur les regards des rares clients attablés. La tête haute, elle rejoignit les ascenseurs pour remonter dans sa suite. Sa respiration était anormalement saccadée et elle avait l'impression d'étouffer dans son tailleur, elle serrait les dents de rage et devait se retenir pour ne pas envoyer valser quelque élément du décor pour évacuer la pression. L’ascenseur semblait la narguer en prenant tout son temps pour redescendre et elle écumait sous la fureur.
Elle laissa échapper un :


-Va te faire foutre, qu'elle avait murmuré dans le vide avec tant de rage.

Dans un tintement sonore, elle s'engouffra dans l’ascenseur dont les portes s'ouvraient à peine. Face à elle, dans le miroir, son reflet la regardait, narquois. Elle ne savait plus quoi penser, entre sa colère contre Franklin qui n'avait de cesse de l'arborer à ses côtés comme un trophée, jouant avec elle comme avec sa chose, et voilà qu'il lui faisait un scandale parce qu'elle interprétait le rôle qu'il lui avait lui même attribué ?

_________________


Dernière édition par Hayden Moriarty le Ven 19 Juil - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Ven 19 Juil - 1:13

Je ne sens pas venir la baffe. Ou plutôt si, je la sentais venir, même moi, je m’en serais foutu une après l’horreur que je venais de dire. Je ne me cernais plus. Dans ma vie, tout allait bien à partir du moment où je savais ce que je voulais. Mais là, j’étais paumé. Je savais plus ce que je voulais, qui je voulais, comment. Je serrais les dents pour ne pas riposter et exploser en plein restaurant. Je me lève à sa suite, et la voyant du coin de l’œil attendre l’ascenseur, je prends les escaliers... plus rapides. Je n’ai pas l’intention de la laisser s’en sortir comme ça. Et tant pis si c’est moi que je torture par la même occasion, à pas savoir ou j’en suis. J’arrive quelques secondes avant son ascenseur. Et quand elle sort, furieuse, je lui saisis le poignet.

Je la plaque contre le mur et lui vole un baiser sans douceur. Je ne sais même pas pourquoi j’ai fait ça, mais elle a pas vraiment eu le temps pour réagir. Je vais me prendre une deuxième gifle, je le sens venir, moi. Lui tenant les deux poignets, je gronde d’une voix sourde, enragée :


-Tu es à moi. Juste. A moi.

Et sans lui demander son avis, je l’entraîne dans sa suite et je ferme la porte. Je m’attends déjà à une engueulade dont je vais me souvenir. Mais bordel, je tiens à elle, et je supporte pas qu’elle ne soit pas juste à moi. Au fond, je sais bien que je n’agis pas de la bonne manière pour le lui montrer. Mais je connais rien d’autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Ven 19 Juil - 1:50

Hayden sortait à peine de l'élévateur, telle une furie, elle avait mis tout son élan pour rejoindre au plus vite sa suite mais, relevant le nez, elle se retrouva face à William qui lui agrippa violemment le poignet. Étouffante un cri de surprise, comme prise de court, elle se retrouvait sans voix et bientôt plaquée contre le mur le plus proche. Ses lèvres capturées avec une brusquerie sauvage par celle de Franklin, elle tenta de se dérober. Le souffle coupé, elle voulait se dégager de l'emprise de son baiser qui pour le moment la répugnait plus que jamais. Ou le mordre. Mais il ne lui laissa pas le temps. Comme s'il avait prédit une riposte de sa part il lui avait enserrer ses poignets fragiles dans une prise brutale dont malgré ses efforts, elle ne pouvait se défaire. Elle se tortillait, tournait la tête comme pour échapper à l'homme presque tout aussi fou qu'elle. Mais plus elle tentait de se défaire de lui plus il semblait serrer et son étreinte commençait à se faire douloureuse.

La mâchoire crispé à s'en faire mal, une larme - de douleur ou de rage, allez savoir - perla au coin d'un œil. Elle avait tout bonnement envie de le tuer, là maintenant, alors qu'il l'affirmait comme sa propriété. La sienne et celle de personne d'autre. S'il savait. S'il savait combien elle ne lui appartenait pas, s'il savait combien elle était entière, elle, son corps, son esprit, dévouée à la Cible. Elle aurait voulu lui rétorquer, lui cracher cette vérité au visage, lui dire à quel point il ne s'était jamais autant trompé. Mais elle ravalait sa bile et bientôt il l’entraînait à sa suite dans la chambre royale, claquant la porte derrière eux.

Se défaisant de son emprise en laissant échapper une plainte mêlée de rancœur, la modèle au cheveux platine, s'écarta de William avec véhémence.


-Tu me fais mal ! Elle le tuait du regard à défaut de le faire en vrai.

Un doigt mauvais braqué contre lui, elle explosa de colère.

-Comment oses-tu ?! Refais-ça et...

Elle ne finit pas sa phrase. Elle ne pouvait rien faire. Elle devait subir ses crises de jalousie paranoïaque sans rien dire au risque qu'il ne se détourne d'elle. Elle était piégée, mais elle avait accepté le rôle, elle devait s'y tenir, même si tout cela lui donnait la nausée maintenant. Il la dégouttait. Il l'avait toujours dégoutté. Elle n'arrivait même plus à savoir où elle avait eu la force de le laisser toucher son corps sans broncher, en lui faisant croire qu'elle n'attendait que ça...
Évidement, qu'elle était à lui. Tant qu'elle aurait besoin de lui pour arriver à ses fins, elle serait sienne. Il était son jouait autant qu'elle était le sien... Mais sa lucidité semblait être passée à la trappe, la colère avait pris le dessus sur la raison. Elle crachait littéralement ses mots aux visages de l'objet de Livingstone :


-Mais merde ! Depuis quand je suis devenue ta propriété exclusive, hein ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Mer 24 Juil - 23:44

La porte claque dans un vacarme de fin du monde. Hayden est furieuse... moi aussi. A une différence près : s'il était clair qu'elle en avait après moi, de mon côté, je ne savais pas vraiment à qui j'en voulais : elle ou moi? Moi, pour réagir n'importe comme, et clairement pas comme je le voudrais, pour faire la gueule pour des trucs cons et pour m'exciter pour de la merde alors qu'Hayden n'était rien pour moi, qu'un plan cul à 6000 livres la semaine (quand elle était dans ses mauvais jours). Hayden, parce qu'en s'excitant aussi, elle ne faisait rien pour comprendre ni pour éviter que la situation ne se barre encore plus en couille. Elle me crache d'ailleurs son venin au visage. Je lui avait fait mal... Si une partie de moi en est désolée, parce que ce n'était absolument pas son intention, l'autre s'en bats les steaks royalement. Impérialement, devrais-je dire. Elle avait réveillé le monstre en moi, celui qui était la cause de toute la violence que je refrénait au quotidien, dès que je ne maîtrisais plus une situation, et que j'exorcisais en frappant des sacs de sables. J'avais juste envie de me la jouer Cro Magnon et de lui faire fermer sa gueule à grands coups de massue (n'y voyez aucun sous entendus). Je vois dans son regard tout un tas de trucs dont, vu l'affection (dirons-nous) que j'ai attrapé à force de la côtoyer, j'ai pas vraiment envie de savoir la signification.

Puis là, sa phrase me stoppe net. Depuis quand? C'est vrai, ça, depuis quand? Et là, du tac au tac, sans que j'ai eu le temps d'y réfléchir, ma bouche parle toute seule et je m'entends dire sur le même ton qu'elle :


- Depuis que tu es tout le temps dans ma tête!

Le silence tombe. Et pour pas totalement perdre la face, je rajoute, me forçant à prendre une voix glaciale :

- Si ça te convient pas, tu peux te casser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Mer 31 Juil - 1:12

La réponse que lui fournit Franklin ne fit qu'achever de la troubler, mais surtout de la mettre en rogne si cela était encore possible. Elle était tout le temps dans sa tête ? Il lui en dirait tant... A croire que ce n'était pas la bonne réponse pour faire ravaler sa bile à la modèle, au contraire. Comment osait-il affirmer qu'elle hantait ses pensées tout en se comportant comme lui le faisait en parallèle ? ça n'avait pas de sens et Hayden ne se priva pas de lui faire remarquer avec une amertume cependant mêlée d'une once de sincérité pour une fois :

-Si vraiment tu pensais à moi, tu ne me traiterais pas comme tu le fais, à m'agresser à peine la journée commencée alors que je suis épuisée, et pour rien en plus !

Parce que le comble dans l'histoire c'était que la dispute était sensiblement partie d'absolument rien...
Il n'avait cependant pas oublié de lui faire comprendre d'ailleurs que si la situation ne lui convenait elle pouvait partir. Encore une fois il se trompait méchamment et elle ne se priva pas de lui rappeler ce qu'elle était :


-Non, c'est toi qui est censé m'envoyer me faire foutre si bon te semble, tu te rappelles ? C'est comme quand tu m'appelles et que je radine, parce que c'est ça le deal, non ?

Avec un accent encore plus venimeux elle ajouta alors que ses yeux tombaient sur quelque chose dans la poubelle du petit secrétaire :


-Et apparemment, que je sois à ton entière disposition et ton bon vouloir, si je comprends bien...

Des fleurs ? Il avait apporté des fleurs et des chocolats...
L'espace d'une fraction de seconde, Hayden craignit d'avoir été trop loin. Elle regrettait de s'être laissée emporter. Elle allait tout faire foirer et elle aurait bien l'air maline lorsqu'il la délaisserait pour en trouver une autre moins difficile. Certes, ils avaient leur caractère et les mots volaient parfois comme aurait pu le faire un service en porcelaine, mais la mannequin savait pertinemment que le fait qu'elle ne se laisse pas dompter facilement avait aussi été une des raisons pour laquelle il l'appréciait. Seulement, elle venait peut être bien de franchir la limite à ne pas dépasser... Parce qu'elle l'avait blessé dans quelque chose d'autre que son égo de mâle...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Franklin
On te tient pas tête à William F Jr
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 24/11/2010

Feuille de personnage
Situation: Confortable
Renseigements:
Humeur: Charmeuse

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Dim 4 Aoû - 1:30

La traiter comme il le faisait? Des nanas auraient tué pour être à sa place. Pour une partie de jambes en l'air avec moi, y'avait des filles qui se damneraient. Elle et toute leur famille avec. Mais voilà ce n'était pas d'une de ces filles sans saveurs que je voulais. J'en avais trop connu,des gonzesses insipides dont la seule préoccupation c'était "est-ce que si je veux bien me faire enculer, il va m'acheter une voiture?". D'une, la réponse était non, j'avais beau être un salop dégueulasse, je restais assez classique au lit et charbonner une nana alors que je savais pas ce que je pourrais trouver en sortant me dégoûtait. De deux, se poser la question notait d'une incroyable naïveté et d'un intellect crâmé par la décoloration hebdomadaire. Mais Hayden était différente et ce qui avait contribué a ce que je la garde près de moi aussi longtemps (merde deux mois quand même ) c'était qu'elle ne se laissait pas faire quand je faisais le salop moyen. Je savais pertinemment que ma réaction était démesurée mais c'était la première fois que je me souciais des sentiments d'une des nanas que je baisais et je savais pas vraiment comment faire. Je n'avais jamais éprouvé de la jalousie avant ça. Et jamais je n'avais éprouvé de l'inquiétude à l'idée de pas savoir si elle allait bien. Hayden était devenue quelqu'un de spécial pour moi, même si ça me trouait le cul de l'admettre et que du coup je cachais ça sous mes airs de grand salop. Ce qui n'était absolument pas la chose a faire...

Mais jamais elle n'aurait dû dire ce qu'elle me sortit à ce moment-là. D'enflammé par la colère, mon regard devint glacial. Je laissai plâner un silence lourd. Je n'arrivais pas a croire qu'elle réagisse de la sorte juste au moment où je voulais changer et lui...quoi lui montrer mon amour? Conneries. Elle avait bien fait de me remettre à m place. Au moins je ne ferais plus deux fois la même erreur. Tout mon être tendu dans une colère refrénée je tirai mon portefeuille de ma poche et comptai les billets. Je jetai 500 livres par terre.


- T'as raison. C'était ça, le deal.

Puis avec un regard d'où je cherchais a masquer la déception et le sentiment de trahison, je tournai les talons et sortit sans un mot de plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Moriarty
Dolly
avatar

Messages : 708
Date d'inscription : 23/05/2011

Feuille de personnage
Situation: Proche de la Haute
Renseigements:
Humeur: Joviale

MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   Sam 10 Aoû - 23:37

En l'espace de quelques secondes, l'atmosphère de la pièce avait perdu quelques degrés. De la lourdeur brûlante des esprits échauffés par la colère et les répliques cinglantes à un silence glacial tombé sur le... couple -si on peut dire-... la gorge d'Hayden se serra. Elle avait franchi la limite, le point de non retour, dans son exaspération, emportée par sa fureur, elle en avait oublié sa place et son objectif. Elle s'en mordait les doigts. Elle aurait voulu s'excuser pour ses paroles de trop - seulement quelques mots qu'elle aurait dû contenir !- elle le savait, même si elle n'en pensait pas moins. C'était ça son job. Peu importait ce qu'elle pensait ou ressentait vraiment, jamais elle n'aurait dû le laisser transparaître, du moins, à ce point.

Le silence qu'observa Will lui paru une éternité. Il semblait vouloir la tuer du regard, mais avec une froideur, une distance... un mépris surtout, qui lui tailladait -aller savoir pourquoi- les tripes et le cœur comme s'il y était allé au couteau. Sa réaction, elle l'attendait avec appréhension. Il aurait pu l'insulter copieusement, la frapper aussi, elle ne doutait pas qu'il en soit capable sous le coup de la colère, mais ce qu'il fit valait plus que tous les mots, tous les coups.
Comme un coup de poing dans le ventre, un coup de couteau dans le dos, l'argent qu'il avait balancé avec une humeur et un dégoût profond la terrassa. Incapable de bouger, d'esquisser le moindre mouvement pour l'arrêter, le retenir, humiliée comme jamais elle ne l'avait été, elle l'avait regardé se casser de la suite, au bord du malaise.

Elle n'avait pas souvenir d'avoir ressentit quelque chose d'aussi douloureux depuis des années, et le geste, symbolique, avait été le coup de grâce. Comment avait-il pu lui faire ça ? Tiraillée entre la honte et la rage, elle s'était assise -pour ne pas dire effondrée- sur le lit, comme vidée.
Son cerveau, en sous l'emprise de la haine mais aussi d'une foule de sentiments contradictoires, sans compter sur les effets des narcotiques qu'elle avait snifé un peu plus tôt, elle ne pouvait réfléchir correctement. Ressassant encore et encore la scène, elle ne pouvait s'empêcher de vouloir en modifier l'issu où c'était elle qui se barrait en claquant la porte. Mais dans d'autres scénarios, elle avait aussi réussi à garder son calme et à arranger la situation... Ce qu'elle n'arrivait pas à se représenter cependant, c'était une solution à l’impasse dans laquelle elle s'était placée avec Franklin. Accepterait-il de la revoir ne serait-ce qu'une seule fois ?

Malgré la situation, la jeune femme s'était assoupie, abattue par la fatigue et l'épisode qui venait de se dérouler. Au réveil elle avait retrouvé sa lucidité, en colère contre elle-même mais à même de se figurer un plan pour réparer la casse. Blessé dans son ego, elle devrait entrer dans le jeu de Franklin pour regagner sa place, trouver un moyen de de servir de ce que William semblait ressentir contre lui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dispute William Hayden - 07 mars 2100 - CLÔT
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» [X] A morning in autumn [PV Hayden]
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010
» 8 mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Centre Ville :: Centre :: Hôtel le Royal-
Sauter vers: