AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]

Aller en bas 
AuteurMessage
Isaline Svensson
Une voix de la paix ou une oreille pour la liberté
avatar

Messages : 564
Date d'inscription : 25/01/2011
Age : 30
Localisation : Suéde

Feuille de personnage
Situation: Interprète au palais
Renseigements:
Humeur: Calme

MessageSujet: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   Mer 2 Jan - 16:44


Comme l’avait promis, un peu plus tôt à l’antenne le frère de l’Impératrice, un nouveau couvre-feu avait été mi en place dans toute la capitale. L’ambiance au palais était encore plus électrique. Tout le monde était à bout de nerfs. Lundgren avait été tendu pendant toute la journée. La tension n’avait fait qu’augmenter dans les bureaux de l’ambassade. Alors, quand Isaline avait reçu ses toutes premières instructions venant de Gabriel, son intuition l’avait mise en garde. Elle avait cru qu’il attendrait un peu que la ville s’apaise avant de la solliciter. Mais il n’en était rien.
Maintenant que le Pouvoir lui-même avait encouragé à la délation la situation était égale celle de la fin des années 80. La Suédoise avait cru ne jamais parvenir à récupérer la liste des documents demandés par le rebelle. Les archives papier étaient l’un des endroits les plus sécurisés de la bâtisse.


Cependant, depuis qu’un milicien l’avait officiellement reconnue comme fidèle à l’empire Isa profitait d’une paix momentanée. Elle avait joué de son image d’employée modèle pour accéder au cœur du système. Cela avait marché. Ne sachant pas ce qui était le mieux elle s’était arrangée pour obtenir des copies aux formats papier et numériques, qu’elle s’était empressée de cacher des regards.
Toute la journée, elle avait craint qu’un milicien ne débarque dans son bureau pour lui annoncer qu’elle était démasquée. Mais, à 17h30, personne n’était encore venu l’arrêter. Elle avait éteint les lumières et quitté le palais comme n’importe quel autre soir. À ceci près que ce qu’elle avait dans sa sacoche pouvait l’amener à rejoindre Lucas six pieds sous terre.


Ils avaient convenu, un lieu et une heure de rendez-vous par message interposés. Pour un échange standard, les rues grandement fréquentées offraient la plus simple, mais aussi la plus efficace des couvertures. Isaline, avait marché à un rythme légèrement plus lent que d’ordinaire, pour atteindre le carrefour sur les coups de 18h00, à la limite de ce qui était permit.
Il y avait tout de même moins de monde ce soir-là. La mise en garde du « régent » avait refroidi la population. La nuit était presque là bravant les balbutiant du printemps pour imposer encore une fois sa fraîcheur. Pour ne pas donner l’impression d’attendre quelqu’un, Isa faisait le change et observait la vitrine du grand magasin, devant lequel elle était. Cela faisait au moins deux ans qu’elle n’était pas entrée dans une boutique de vêtements se disait-elle.


Un courant d’air fit voleter le foulard bleu qu’elle avait autour du cou. Le mouvement d’air fut accompagné du son caractéristique des bottines frappant le sol avec détermination. N’importe quel citoyen grandissait avec l’appréhension de ce bruit en lui. Isaline ne faisait pas exception.
Tout à fait consciente que son arrestation signifiait la mort, elle se tournait dans la direction des cinq miliciens en train de remonter la rue. Une trentaine de mètres à peine les sépareraient. Le réverbère faisait scintiller l’insigne de Sergent sur le l’uniforme du plus proche. Ils étaient donc habilités à l’arrêter et la questionner.
À supposer qu’elle se mette à courir combien de chance avait-elle de leur échappé ? La réponse était simple. Peu. En plus de quoi Gabriel serait mit en mauvaise posture s’il arrivait maintenant et se montrait complice d’une femme ayant subtilisé des informations. Isaline comprenait un peu mieux certaines réactions de ses parents pendant son enfance. Elle devait limiter les dégâts. Malgré ses réticences personnelles elle souhaitait à la Cible de réussir, un jour son entreprise.
Le plus naturellement du monde, elle commença à ouvrir son sa sacoche. Elle donnait l’impression d’y chercher un objet. Elle y ouvrait, la petite bouteille de dissolvant, qui s’y trouvait pour que le contenu s’y déverse. Puis, elle attrapait le vieux briquet de son père, dans une poche extérieure du sac et l’abandonna négligemment au sol. Cela avant de déclencher le mécanisme et de le jeter à l’intérieur.
Le produit inflammable produisit presque aussitôt une énorme gerbe de flammes. Le système était vieux comme le monde. Isaline avait déjà fait en sorte que tout ce qui put mettre ses proches en danger soit bien à l’abri. Elle était résignée et sûre de ses choix à présent. Évidemment, le feu attira les hommes de l’Empire.


-« Mademoiselle … vos papiers d’identité. »


L’un des subalternes tentait de récupérer la sacoche en feu. La clé usb se trouvait dans le soutien-gorge de la jeune femme. Elle espérait avoir une occasion de la cacher quelque part sur le chemin. L’adrénaline lui permettait de distancer un minimum la peur. Ce n’était tout de même pas de chance. Elle n’aurait même pas le temps de mener à bien une seule commande. Devait-elle y voir un quelconque signe.


-« Je n’en ai plus. Mais vous trouverez sûrement dans vos bases de données. Je m’appelle Rose. »


Le sourire du Sergent trahissait son plaisir de détenir le pouvoir. Il s’avançait de trois pas tout en sortant une paire de menottes. Dans un élan, imprévu d’impertinence Isaline, lui répondait d’un sourire sans chaleur. Ils mettraient un peu de temps à savoir qui elle était. Ce temps serait à profit de la rébellion.


HRP: Si rien n'a changé, c'est à Ambre ! ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   Mer 16 Jan - 2:04

L'interview télévisée d'Aaron Livingstone par Mr Ward fichait la frousse. Vraiment. J'avais vu ça "au boulot". J'étais en rendez-vous d'affaire avec Olivier, mon patron fantoche. Olivier était PDG d'une entreprise de matériel électronique, en France, et rallié depuis un moment à la cause de la Cible. Il obtenait régulièrement des rendez-vous avec d'autres chefs d'entreprises, et, grâce à mon statut de blonde à gros roploplos, je l'accompagnais, me faisant passer pour sa secrétaire, afin de jouer de mes atouts pour tenter d'en apprendre plus auprès du "petit" personnel. On néglige toujours trop ce qu'un informaticien ou bien un secrétaire comptable peut dévoiler à une jolie nana qui sait bien l'embobiner. Enfin. Quand l'interview avait été diffusée, je me trouvais au QG de Rossum Cybernétics, un contact nous ayant informé du récent changement de direction. Je prenais un café dans la salle de repos avec la jeune assistance de la DRH. Nous parlions vêtements, parfums, futilités en somme, mais c'était pour mieux aborder le sujet qui me préoccupait. Parvenir à se faire complice d'une femme un peu timide peut donner des miracles. Je lui avais avoué que mon patron m'avait -prétendument- fait des avances, afin de l'amener à comparer Olivier, et le nouveau PDG. Ce serait le début de l'interrogatoire, même si elle ne s'en rendrait sans doute pas compte. D'après elle, il n'était pas de ce genre-là, dieu merci, il la regardait à peine. Oh, il était négligent avec ses employés, c'était ça? Non, pas du tout, mais Erik, de la compta, avait entendu dire que...

Entre deux potins, que j'enregistrais soigneusement grâce à un magnétophone pour être sûre de ne rien oublier, je jetais un coup d'oeil vers le poste de télévision qui diffusait ses niaiseries depuis mon arrivée. Livingstone parlait, et je demandais l'autorisation à ma compagne de mettre le son plus fort.


- C'est horrible, n'est-ce pas, ce qu'il se passe?

Ne sachant pas si elle faisait référence aux attentat des "terroristes" ou au discours honteusement démago du frangin de l'Impératrice, je me contentais d'acquiescer d'un air grave. J'étais hors de moi. Comment osait-il se servir de sa nièce de la sorte, comment osait-il l'utiliser à des fins politiques? Il l'avait dit, elle n'avait que 16 ans. Et il retournait l'enlèvement en la faveur de l'Empire, taxant les miens de brute sans coeur. Mais lui, ce qu'il faisait, c'était tout simplement ignoble. Si je n'avait pas été là le jour où le Fossoyeur et les autres ont ramené Violet Livingstone, si je ne faisais pas partie de celles qui ont déjà dû la surveiller pendant sa douche, par pudeur pour elle, je pourrais croire que l'Empire avait lui même fait capturer l'adolescente pour se faire un coup de pub. Violet était une enfant têtue, avec un caractère de cochon et des idées trop arrêtées, mais c'était une enfant, une innocente qui n'avait jamais rien vu que ce qu'on voulait lui faire voir. Et je trouvais parfaitement scandaleux de s'en servir comme ça. Enfin, au final, peu importait mon avis, puisque j'allais le garder pour moi.

Je sortis quelques temps plus tard en compagnie d'Olivier, apparemment satisfait de son entretien. Tant mieux pour lui. Il m'offrit de me raccompagner, mais, j'avais beau être en tailleur et talons aiguilles, je voulus marcher pour évacuer ma colère. Cela ne pourrait que me faire du bien. Mes cheveux attachés en un chignon strict, une paire de lunette fines posées sur mon nez, je m'emmitouflais dans mon manteau et entrepris de rentrer chez moi. En passant devant un magasin, je m'arrêtais quelque seconde pour regarder autour de moi, tentant de me repérer. Je ne sais pourquoi cette femme attira mon attention. Elle avait pourtant l'air classique, absorbée dans la contemplation d'une vitrine. L'observant un court instant sans comprendre ce qui m'avait interpellé, je fus tentée de rentrer chez moi en dépit de tout. Mais j'avais appris à faire confiance à mon instinct, c'était lui qui m'avait toujours guidé, qui me permettait de lire dans les cartes, de comprendre l'errance d'un pendule. Quelques fois, j'avais des visions. Et si cette femme m'avait fait m'arrêter et la regarder, ce n'était pas pour rien, "quelqu'un" voulait me dire quelque chose. A cet instant, son sac pris feu par je ne sais quelle opération. Tout d'abord, je ne compris pas. Puis, je vis la patrouille s'avancer vers elle.

S'en était trop. Ecouter Livingstone frère déblatérer des conneries sans noms m'avait déjà mise sur les nerfs, je n'allais pas pouvoir supporter l'agression ou l'arrestation d'une jeune femme. Parce qu'elle allait se faire arrêter, un sac qui prends feu c'est franchement suspect. Là-dessus, je rejoignais les miliciens. Simplement, je n'étais pas du même bord, et si cette femme cachait des choses à l'Empire, elle ne pouvait être que mon alliée. Et puis, il y avait eu cette impression. Qu'il fallait que j'agisse, que cette femme, cette inconnue, était ou allait devenir importante. Je ne tergiversais pas plus et traversais la rue en trottinant du mieux que je pouvais. Je n'avais pas de plan en tête, mais je devais faire quelque chose. Lorsqu'on lui demanda ses papiers, je l'entendis qui disait s'appeler Rose. Je pris mon courage à deux mains et espérait que cet homme n'était pas trop intelligent. Je m'écriais, encore à quelques mètres :


- Rose ! Qu'est-ce qu'il...?

J'arrivais un peu piteusement devant l'officier. Son visage me disait quelque chose : j'avais dressé une liste de certains des miliciens en service en prévision de la répression, ceux que j'avais déjà rencontré, ceux dont on parlait dans les journaux. Les gradés surtout. J'avais tenté d'en apprendre le plus possible par coeur. Sait-on jamais, ça peut être utile... Même si ma liste était loin d'être exhaustive. Par chance, celui-ci, je l'avais dans mes dossiers. Je sortis immédiatement mes -faux- papiers :

- Ariane Fauque. Sergent... Fuchs, n'est-ce pas? Si je puis me permettre d'intercéder. Je suis l'épouse du feu Sergent Fauque, peut-être ce nom vous parle-t-il, il a été récompensé a titre posthume après ... que ces terroristes...

Je fis une pause théâtrale, avec une petite moue triste d'épouse esseulée. Être la fausse femme d'un vrai milicien enterré six pieds sous terre peut avoir des avantages : en général, on ne soupçonne pas une jeune veuve, surtout si elle vous fait le coup des yeux tristes. Espérons que je ne mente pas trop mal.

- J'avais rendez-vous avec mon amie, Rose Desfargues... si vous permettiez que je m'en porte garante, je la connais depuis des années, et...

Même moi, je sentais que j'étais pas crédible. Alors je mis a profits mes atouts. Me penchant légèrement pour laisser entrevoir mon décolleté entre les pans de mon écharpe sans pour autant que ça ne paraisse ostensible. Au pire, j'avais un joujou dans mon sac qui pourrait être utile : une bombe de laque et un briquet peuvent faire des ravages. Le tintement d'alarme dans mon esprit cessa : je savais que je faisais la chose juste.
Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» La rafle
» INTRIGUE #1 ? halloween party
» ? intrigue oo5.
» Avis de rafle à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Centre Ville :: Centre :: Rues-
Sauter vers: