AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   Lun 31 Déc - 15:45

Le regard perdu dans les sinistres ombres de la ville, Evan guettait comme jamais le moindre signe qu'une troupe d'Hommes en Rouge approchait. La Rafle qu'ils redoutaient tous tant avait commencé, un informateur au sein de la Milice lui en avait donné la confirmation plus tôt dans la soirée. Après leur coup d'éclat de la Grande Parade, voilà que la Cible allait payer le prix fort de ses actions, il le savait. Mais le pire ne résidait même pas dans ce fait, le pire était qu'eux au moins était bien préparé et que le reste des citoyens allait subir les foudres de l'Empire sans pouvoir se protéger. Des innocents allaient mourir ce soir pour leur cause, pour leur liberté, sans rien avoir demandé à personne. Ils avaient beau connaître les conséquences de leurs actions, cela ne les rendait pas moins insupportables à assumer une fois que la machine était lancée. Le journaliste savait qu'il devait cloisonner son esprit, le fermer hermétiquement aux attaques répétées de la réalité qui venait sans cesse cogner à sa porte pour se rappeler à lui. Il avait déjà de la peine à ne pas se laisser submerger par sa peur viscérale qu'il arrive quelque chose à Julianne et à leur enfant, il ne pouvait pas en plus prendre la responsabilité de s'inquiéter pour l'ensemble de la population. Pas maintenant qu'il se devait d'être totalement opérationnel au cas où une attaque ciblée sur la rébellion était engagée. Il ne pouvait plus rien faire à part attendre avec patience que cette nuit sanglante se passe, en espérant du plus profond de son âme que rien n'arriverait à ceux qu'il aime. La Cible se battait pour l'ensemble de la population, mais elle était constituée d'hommes et de femmes qui étaient avant tout des êtres humains et qui réagissaient en tant que tel. Alors oui, en cet instant Evan se faisait un sang d'encre pour ses proches en premier et pour le reste du peuple ensuite. Cela pouvait passer pour du simple égoïsme, mais quiconque avait une famille aurait-il réagi différemment ? Notre instinct ne nous dicte-t-il pas d'adopter cette conduite en premier lieu ? Ou n'était-ce qu'un moyen de justifier ces actions et de calmer la culpabilité grandissante ? A nouveau, l'homme fut happé par ses pensées et il dut faire un grand effort pour se sortir de là.

Détournant son regard de la fenêtre, il alla s'installer dans l'un des canapés de la pièce et s'alluma une cigarette d'un air sombre. Il était seul dans ce qui servait de salle de réunion, mais le bâtiment fourmillait silencieusement, les résistants présents mettant en place depuis quelques heures déjà une défense qui donnerait du fil à retordre aux troupes de l'Empire si celles-ci s'aventuraient un peu trop près du QG. Il expirait lentement la fumée afin de se laisser quelques secondes de répit en plus avant d'aller donner un dernier coup de main. Il ne s'était pas tourné les pouces jusque-là, bien au contraire. Il avait coordonné l'arrivée de tout un arsenal pour leur défense du Quartier Général au nez et à la barbe de la police et des Hommes en Rouge, ce qui n'avait pas été chose aisée. A présent que la nuit était tombée, tout était pratiquement en place et ils n'auraient bientôt plus qu'à attendre que l'ennemi se montre... ou pas. Cette pensée n'avait rien de réjouissant et l'homme n'osait imaginer le bain de sang que pourrait prendre forme la confrontation entre les résistants et la Milice cette nuit. A quel point il était proche de la vérité, il ne le savait pas encore mais n'allait pas tarder à le découvrir, car alors qu'il se levait pour se dégourdir les jambes, son téléphone crypté vibra dans sa poche. Rien de bon ne pouvait être contenu dans le message qu'il venait de recevoir, il le savait instinctivement et lorsqu'il eut terminé de le lire, son cœur se serra avec violence. Son teint déjà livide passa à une teinte carrément cadavérique et il ne put retenir une exclamation horrifiée. Suzy et Jenny avaient été emmenées par les Hommes en Rouge et Mnémé savait pertinemment que les chances de les sortir de là vivantes et pas trop amochées étaient bien trop basses pour que cela ne le terrifie pas.

Ni une ni deux, il composa le numéro de son frère avec fébrilité et tenta de reprendre contenance alors qu'il attendait que son aîné décroche. Il ne lui laissa pas le temps de placer un mot et lui demanda, ou plutôt lui ordonna, de le rejoindre immédiatement au QG sans plus lui donner d'informations. Et il raccrocha. Il ne pouvait se résoudre à annoncer une telle nouvelle autrement que face à face. Et puis il connaissait son frère, il voudrait partir retrouver sa compagne tout de suite et s'élancerait dans un sauvetage suicidaire sous le coup d'une impulsion. Evan aurait très probablement fait la même chose d'ailleurs et malgré leur caractère opposé, protéger leur famille semblait être un trait qu'ils avaient en commun et qui pouvait potentiellement leur faire faire des choses stupides. L'homme le savait et c'est pour cela qu'il attendit qu'Adam arrive, afin de le contenir de son mieux lorsqu'il apprendrait que Jenny était aux mains de l'Empire. Connor et l'aîné des Kane n'allait pas tarder à débarquer et il fallait qu'Evan réfléchisse à toute vitesse afin de préparer une ébauche de plan. Ils n'avaient pas beaucoup de temps pour se mettre au point et lancer une opération pour sauver les demoiselles. Elles pourraient certes endurer quelques temps l'interrogatoire, mais arrivées à un point, elles craqueraient et ce n'était pas la peur qu'elles les balancent qui le motivait, mais bel et bien la peur qu'elles ne puissent supporter toutes les tortures qui les attendaient.

Il décida donc d'appeler Julianne afin de la mettre au courant d'une voix d'outre-tombe qui peinait à cacher son appréhension. Il avait besoin qu'elle avertisse la personne qui leur avait promis des armes pour un bon prix car ils allaient en avoir besoin cette nuit-même. Il ne s'éternisa pas car il avait encore beaucoup de choses à faire avant l'arrivée des deux hommes. Il descendit silencieusement l'escalier branlant afin de délivrer quelques indications aux guetteurs pour qu'ils laissent passer son frère en toute sécurité, leur donnant une rapide description de celui-ci. Il remonta ensuite à toutes jambes et le plus silencieusement qu'il put jusqu'à un étage constitué d'une seule et unique pièce. Là se trouvaient une vingtaines d'hommes et de femmes qui patientaient et passaient la nuit en jouant aux cartes et en discutant à voix basse. Leur tête se tournèrent vers le nouvel arrivant avec une mine interrogatrice alors que le journaliste commençait déjà à expliquer la situation. Bien sûr, personne n'était obligé de venir, il demandait simplement de l'aide et il fut heureux de constater qu'une majorité des personnes présentes s'était portée volontaire. Il les remercia et s'en retourna dans la salle de réunion dans laquelle Adam devait le retrouver.

A peine avait-il eut le temps de s'allumer une cigarette que son frère passa la porte, l'air complètement paniqué et déstabilisé. Evan sentit sa gorge se serrer alors qu'il tentait de rendre son visage le plus neutre possible. Il n'était pas bon d'angoisser son vis-à-vis avec une expression torturée et terrifiée, même si c'était précisément ce qu'il ressentait. Non, Adam aurait tout le temps de se prendre le choc de sa vie lorsque les mots auraient franchi la barrière des lèvres de son cadet. Le regard que lui lança ce dernier ne pouvait signifier qu'une seule chose : la situation était extrêmement grave. Le journaliste inspira profondément à plusieurs reprises avant de se lancer sans prendre la peine de mettre de gants. Ils n'avaient pas non plus le temps de tourner autour du pot.


- J'ai reçu un message de Connor, Jenny et Suzy ont été emmenées par la Milice. Je n'ai pas plus de détails pour le moment mais il serait logique qu'elles atterrissent au Commissariat Central. Je suis désolé.

Et il le pensait sincèrement. C'était à cause d'eux, de la Cible, que cette rafle avait eut lieu, s'il leur arrivait quelque chose, jamais il ne se le pardonnerait. Il attendait maintenant la réaction de son frère avec une appréhension grandissante et il ne savait à quoi s'attendre. Un déversement de haine et de rage dirigée contre lui, un désespoir qui le rendrait complètement apathique ou un savant mélange des deux. Il faudrait encore attendre Connor afin de mettre définitivement l'opération en place. Peut-être que sa présence calmerait Adam car il serait le seul à comprendre ce qu'il ressentait en ce moment. Et Evan n'osait même pas imaginer l'état dans lequel Le Fossoyeur se trouvait. Le connaissant, il devait se trouver dans une rage sanguinaire qui ne laisserait aucune place à la pitié. La nuit s'annonçait des plus difficiles et des plus mouvementée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   Mer 2 Jan - 1:33

Depuis les sombres évènements du Dernier Pétale et malgré la conversation qu'il avait eu avec le pasteur, libératrice d'une partie de la culpabilité qu'il portait sur les épaules, Adam avait la terrible impression qu'il y avait quelque chose de différent avec Jenn. Il savait pertinemment qu'il devait lui parler, après tout, elle était la femme de sa vie, celle sans laquelle plus rien n'avait de sens, mais pour autant il n'était toujours pas évident pour l'homme de passer le pas et de lui révéler ce qui lui pesait sur le cœur. Le moment ne semblait jamais vraiment propice pour aborder ce qui s'était maintenant produit près de trois semaines en arrière. Sans que le musicien ne veule vraiment l'avouer, il redoutait cet instant et le malaise que son silence installait entre le couple lui était aussi insupportable que ni Jenn ni lui ne semblait être prêt à mettre les cartes sur la table. Il devait alors faire abstraction du mieux qu'il pouvait du pincement au cœur que provoquait chez lui cette espèce de distance qui avait pris place entre sa compagne et lui-même. Pas qu'ils s'aimaient moins, au contraire, mais une résistance persistait et l'homme était parfaitement conscient que si Jenny était sortie avec ses amies ce soir, c'était en partie liée au fait que elle aussi avait besoin de prendre de la distance avec cette atmosphère des plus étranges et qu'ils n'avaient encore jamais eu à connaître.

Adam, de son côté, devait reconnaître qu'il s'était peut être encore plus impliqué dans son travail officieux qu'à son habitude. D'autre part, il n'avait pas touché à un instrument depuis des semaines et toute inspiration musicale s'était comme évaporée et ne semblait pas prête à refaire surface avant que la situation ne soit revenue à la normale. Alors, s'il tentait de ne plus rien en laisser paraître, ni devant l'amour de sa vie, ni devant personne d'autre, l'aîné des Kane était profondément morose.

Cela ne l'avait pas empêché d'embrasser Jenn avec passion avant qu'elle ne l'abandonne pour la soirée au profit de ses amies, le laissant seul avec ses pensées. Il ne lui reprochait pas, bien au contraire, il se trouvait presque rassuré de savoir qu'elle serait en bonne compagnie. Tout ce qu'il espérait c'est qu'elle soit prudente et qu'elle prenne garde au couvre feu, rentrant chez eux ou chez une amie. Jenn avait beau être une femme incroyablement intelligente, personne n'était jamais à l'abri, d'autant plus maintenant que la Cible avait fait exploser leurs bombes à la face du gouvernement. Il n'était, plus que jamais, pas bon d'être imprudent.

Ce que l'homme allait faire de sa soirée, il n'en avait aucune idée et bien vite il se retrouva à lire devant la télé allumée, le volume au minimum. L'ainé Kane sortait alors ses lunettes et s'installait en travers du canapé. De temps à autre il jetait un coup d’œil désintéressé vers l'écran pour constater que la télévision officielle déversait toujours autant son flot d'insipidités hypocrites et illusionnistes. Il se replongeait alors dans ses lectures mais tandis qu'il accordait une nouvelle fois son attention à la boite lumineuse, il fut interpellé par la suite des programmes. L'ainé Livingstone allait accorder une interview exclusive qui serait diffusée sur l'ensemble des chaines impériales. Le musicien sera les dents l'espace d'un instant avant de poser son livre sur la table basse du salon et de prendre une position plus sérieuse en augmentant le volume du poste. Sur son visage une ombre était venue se glisser et une ride s'était creusée sur son front. L'interview avait commencée et tout au long du tissu d'inepties qu'on y avait déversée, le dégoût d'Adam, mais aussi sa peur, n'avait fait que grandir. Les sourires échangés par le présentateur et le frère de l'Impératrice lui donnait envie de vomir et il savait pertinemment qu'au delà des apparences presque joviales quelque chose de terrible était en train de se mettre en place.

Il regrettait maintenant d'avoir laissé sa compagne sortir seule car il n'avait pas la moindre idée des mesures qui allaient être concrètement prises par le gouvernement. Quoi qu'il en soit, elles seraient dures. Imaginait-il seulement à quel point ?

La soirée passait et l'homme n'avait pas de nouvelle de sa belle. Le couvre feu était maintenant en place et il priait pour que Jenny soit rentrer dormir chez Suzy. Il avait reçu en début de soirée un message de sa belle qui voulait s'assurer que tout irait bien et autres banalités en somme, mais qui signifiait beaucoup pour l'homme. Il lui avait répondu rapidement qu'elle ne devait pas s'inquiéter, qu'elle devait profiter de sa soirée en la suppliant à demi mot d'être prudente. Mais depuis, aucune nouvelle.

Il s'allongea alors de nouveau sur le canapé, le regard fixé sur le plafond, ne pouvant faire autre chose. Il repensait aux paroles de Livingstone et ce qu'elles allaient réellement impliquer pour les jours, les mois prochains. Il ne pouvait à cet instant dire si le temps s'écoulait à une vitesse incroyable ou si au contraire il s'étirait à l'infini. Il en avait perdu toute notion et lorsque son portable sonna il sursauta violemment. Evan. Presque surpris de voir le numéro de son frère s'afficher alors qu'il attendait celui de sa dulcinée, il décrocha, perplexe. A l'autre bout du combiné, la voix de son cadet lui glaça immédiatement le sang. Son ton grave et les quelques mots prononcés presque comme des ordres ne lui laisser présager rien de bon. Sans plus lui donner de détails et laissant son aîné dans l'expectative et l'angoisse, ce dernier s'était relevé d'un bon. Comme par un vieux réflexe, l'homme s'était dirigé vers le buffet et du fin fond de celui-ci il avait sorti une arme de poing ; Elle n'était pas flambante neuve mais elle était définitivement entretenue. Avec elle, il avait pris des munitions, qu'il avait fourré dans ces poches. Il avait ensuite enfilé son long manteau noir et était sorti en toute discrétion de chez lui.

Se fondant dans les ténèbres de la nuit, il avait prit le chemin du QG de la résistance, chemin qu'il n'avait pas emprunté depuis de nombreuses années. Son cœur battant dans sa poitrine, dans son esprit se dessinait déjà mille scénarios auxquels il ne voulait pas se préparer. Le pressentiment qui s'était insinué dans ses entrailles le torturait mais une force invisible la repoussait inlassablement. Bientôt il arrivait sur place. On l'avait laissé passer sans rien lui demander avant de lui indiquer où il pourrait trouver son frère. Quatre à quatre il avait monté les marches qui le séparaient de son cadet. Le rebelle était au centre de la pièce lorsqu'il entra et à peine avait-il aperçu son frère qu'il s'était comme figé, encore sur le seuil. Il dévisageait Evan avec une intensité rare et son cœur avait dû s'arrêter l'espace d'un court moment. Lui-même était comme décomposé. Il avait beau tenir une expression neutre, dans son œil brillait une lueur de terreur qui frappa son grand frère comme un coup, faisant naître en lui une angoisse plus grande encore. Son rythme cardiaque s'était emballé tandis qu'il luttait pour que sa respiration garde la cadence.

Sans pouvoir faire le moindre mouvement, les traits tirés, il fixait le résistant. L'attente lui était comme insupportable et Evan ne semblait pas se décider à lui dire de quoi il en retournait. Il pouvait sentir la terrible hésitation qui s'était emparée de lui dans les inspirations qu'il avait prises avant de rompre le lourd silence. Adam avait voulu le prendre par les épaules pour le secouer violemment et lui faire cracher le morceau, mais il s'était contenté de l'imaginer et de rester sur le pas de la porte, dans l'atermoiement qui s'était emparé de son corps.

Les mots de son cadet tombèrent alors comme un couperet ou comme une masse venant l'assommer. Il lui fallu quelques millisecondes pour comprendre le paroles qui étaient sorties de la bouche d'Evan. Millisecondes pendant lesquelles tout autour de lui s'était effondré au ralentit et s'était brisé à l'intérieur de son propre corps. Il avait fait quelques pas difficiles vers la table pour venir se soutenir à une chaise, comme prit d'une faiblesse fébrile. Le vide qui venait de se former en moins d'une seconde en lui s'était aussitôt emplie d'une rage indicible. Dans son cerveau explosait une douleur encore inconnue mêlée à une fureur qui le dépassait totalement et qu'il ne savait comment contenir, lui toujours si posé et si doux...  Dans ses yeux, une lueur de folie brillait et comme si la douleur avait prit le pas sur sa raison et le sur le contrôle de son corps.

D'un geste incontrôlé il envoya valser la chaise contre le mur le plus proche dans un cri de rage et d'impuissance, celle-ci s'écrasa violemment contre la surface bétonnée pour venir se briser au sol dans un vacarme qui avait à peine couvert le cri de détresse de l'homme. Mais complètement hors de contrôle par la nécessité d'extérioriser le mal qui le dévorait, Adam s'était déjà emparé de la seconde chaise à la portée de sa main pour la fracasser contre la table jusqu'à ce qu'il ne reste plus grand chose des deux éléments brutalement choqués l'un contre l'autre. Une fois le silence retombé, Adam semblait à bout de souffle, vide, d'une pâleur extrême, les larmes avaient noyé ses joues et il s'était affaissé sur lui même, recroquevillé parmi les débris. Si la rage n'en était pas moins retombée, il  avait reprit la maîtrise de lui-même et entre deux sanglots, se relevant doucement vers son frangin, il articulait doucement ses terribles paroles, emplies de détermination mais entrecoupées par tous les sentiments qui prenaient l'homme aux tripes :


-Je vais la chercher.... hors de question de la laisser là-bas... je refuse de la laisser là-bas... je vais la chercher... je vais la ramener... peu importe... je refuse de la perdre...

Le désespoir qui s'était emparé de l’aîné des Kane l'avait un instant fait oublier qu'il n'était pas le seul à s'être fait enlever la femme de sa vie, une partie de soi. L’égoïsme du moment lui avait fait oublier Suzy car dans sa vie, il n'y avait qu'une femme qui comptait : Jenn. Mais déjà il pensait à Connor, à ce qu'il devait ressentir s'il était au courant... à ce qu'ils allaient faire... D'une voix blanche il demanda :

-Où est le Fossoyeur ?


Étrangement, la déchirure de la douleur, la peur, mais surtout la rage dévorante dont il était animé à ce moment même avait posé sur son visage un masque de froideur inquiétante. Les larmes séchèrent et il avait retrouvé une sorte de sérénité mue par la haine et un désir soudain de sang et de justice et seule l'étrange et inconnue lueur qui animait d'une façon effrayante son regard témoignait qu'il n'était plus tout à fait lui-même. La raison semblait-elle pour autant l'avoir définitivement quitté, cela était difficile à dire pour le moment. Elle devait davantage être enfouie profondément, suffisamment pour savoir que si Evan ne le retenait pas là tout de suite maintenant de faire une connerie il ne le reverrait peut être pas plus qu'il reverrait sa belle sœur et la femme de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   Lun 24 Juin - 15:34

Le Fossoyeur n'avait pas eu trop de peine à rejoindre le Quartier Général de la Résistance malgré le déploiement d'Hommes en Rouge dans la capitale. Il était tombé sur deux patrouilles mais avait réussi à ne pas se faire remarquer et à passer entre les mailles du filet. Le fait qu'il emprunte de temps à autre les égouts avaient aussi beaucoup joué dans le fait qu'il puisse arriver en un seul morceau en un temps record. La pensée de Suzy aux mains de la Milice lui avait donné des ailes et c'est en trombe qu'il déboula dans le corridor obscur du vieux bâtiment. Les gardes l'avaient laissé passer sans broncher, le reconnaissant à sa dégaine, quoique un peu surpris par sa précipitation et le regard de feu qu'ils avaient entre-aperçu. Il monta les marches quatre à quatre jusqu'à arriver en salle de réunion, lieu le plus probable où il trouverait les frères Kane. Il s'arrêta sur le palier de la porte, à bout de souffle, et contempla la scène qui s'offrait à ses yeux. Adam semblait avoir eu la même réaction que lui à en juger par les débris de meubles qui jonchaient le sol. Son regard faisait écho au sien et il ne fut pas surpris le moins du monde de l'expression inquiète et tendue du cadet. A l'heure actuelle, il était clair que deux des hommes présents dans cette pièce étaient prêts à donner leur vie pour aller sauver celle de leur compagne. Le troisième homme ne pourrait les en empêcher, même s'il le souhaitait et Connor pouvait sentir toute l'appréhension que cette pensée faisait naître chez son collègue résistant.
Lentement, il enleva sa cagoule et fit un bref signe de tête aux deux frères en guise de salut. Il balança son sac sur l'un des canapés défoncés de la pièce et fit quelques pas pour reprendre sa respiration et se calmer. Il savait que rien ne servait de se lancer dans une mission suicide, combien de fois avait-il pu voir ce genre d'entreprise échouer ? Combien de fois avait-il du raisonner des hommes et des femmes prêts à se sacrifier aveuglément pour sauver un être cher ? Une attaque préparée était la seule option qui s'offrait à eux, pourtant il comprenait à présent les regards suppliants de ceux qu'il avait voulu réfréner par le passé. Là, il avait beau tout faire pour que son esprit accepte la réalité et se calme, rien ne pouvait déloger de son estomac les monstres qui le dévoraient de l'intérieur. Sa gorge était nouée et il était au bord de la nausée. Il voulu se passer une mains sur le visage et remarqua pour la première fois que celle-ci saignait abondamment, résultat de sa rencontre avec la porte de sa chambre au studio. Il cracha un juron et alla chercher dans son sac de quoi se soigner. Il alluma ensuite une cigarette et en tira plusieurs bouffées avant de parler pour la première fois, d'une voix froide et neutre qu'on ne lui connaissait pas.
- Mnémé, je ne sais pas quel est le plan, mais soit on en trouve un dans le quart d'heure qui va suivre, soit je pars au Commissariat Central avec Adam. Plus le temps passe et moins elles auront de chances de survivre. Ca fait déjà vingt minutes que j'ai reçu le message de Prométhée, il ne va pas pouvoir nous tenir au courant de l'évolution minute par minute s'il ne veut pas se faire démasquer.
Il avait beau savoir que rien ne ressortirait de bon s'il décidait de forcer l'accès du Commissariat à deux, mais il préférait mourir en ayant tout tenté pour sauver Suzy que de rester là à ne rien faire. Cette idée le rendait malade et il était certain qu'il en était de même pour l'aîné des Kane. Le pauvre Evan ne ferait pas le poids s'il décidait de se mettre en travers de leur route, c'était une évidence, et Connor n'hésiterait pas à le mettre K.O. si c'était le seul moyen pour eux d'aller sauver les filles. Le résistant le savait et derrière son visage tendu, le Fossoyeur pouvait voir son esprit tourner à toute vitesse afin de trouver une solution qui n'impliquerait pas la mort de quatre personnes. Il était certain qu'il avait déjà commencé à y réfléchir depuis qu'il avait appris la nouvelle et ils ne seraient pas trop de trois pour trouver comment s'introduire dans une telle forteresse sans trop de dommages. L'esprit du Nettoyeur bouillonnait littéralement tandis qu'il s'était assis sur le canapé pour désinfecter la plaie de sa main. Ses gestes, d'habitude si assurés, paraissaient complètement désordonnés à présent et il lui fallut s'y reprendre à trois reprises pour faire le point de suture dont il avait besoin. Il laissa le silence s'installer tandis qu'il terminait de bander sa blessure et de ranger son matériel, avant de se lever et de regarder les deux frères d'un air déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   Lun 17 Fév - 14:23

Les poings serrés à s'en fait péter les phalanges et l'immobilité tremblante d'Adam révélaient la tension extrême qui raidissait son corps. Chacun de ses muscles semblaient s'être bandés pour le maintenir dans cet état statique tandis que son être était parcouru du feu dévorant de la haine. La mâchoire crispée lui donnait cet air de détermination froide et résolue, même dans la perspective de la mort. A peine avait-il pu desserrer les dents que le Fossoyeur entrait dans la pièce.
Dans le silence qui l'accompagnait, ses gestes brusques et la lueur de ses yeux, Adam y vu son propre reflet. Personne ne dit mot pendant ce qui lui semblait être une éternité pendant laquelle le nouvel arrivant remarqua les stigmates d'une réaction violente avant de s'allumer une cigarette. L'aîné Kane, pour sa part, regardait la scène, incapable de dire ou faire quoi que ce soit. La droiture de sa position trahissait sa lutte intérieur pour ne pas s'effondrer ni même agir bêtement.
Ce fut Connor qui brisa le silence de plomb tombé sur la pièce. Proposant d'une voix blanche la seule alternative à laquelle il était capable d'adhérer, Adam eut l'impression que ces paroles auraient pu sortir de sa propre bouche. Il fixait avec une intensité perçante l'homme face à lui. Dans leur douleur respective, ils n'avaient jamais été aussi semblables. Il ne répondit que d'un signe d'approbatif avant de se tourner vers son cadet. Il chercha son regard d'azur pour poser ses yeux dans les siens. Aucun mot ne passait ses lèvres mais il semblait que rien qu'à travers son regard, il voulait lui dire mille et une choses. Ce qu'Evan pourrait y lire serait tout à son interprétation. Une supplication, la douleur, la hargne, un ressentiment, la détermination...

Mais si Adam ne pouvait parler pour l'instant, son cerveau ne lui laissait aucune seconde de répit. Ses yeux redevinrent fuyant, non plus sous le coup de l’abattement mais bien dans une réflexion intense. Adam Kane aurait été désemparé par la situation, quelle alternative, quel plan aurait-il pu trouvé... mais était-il seulement encore cet homme alors que chaque parcelle de son corps criait pour la vengeance.


-Il nous faut le plus d'hommes disponibles... Au minimum quatre véhicules blindés pour bloquer la rue principale et quatre autres dans les rues adjacentes pour nous couvrir si les forces de l'ordre tentent de nous prendre à revers. Le commissariat central est composé de six étages, sur trois sous-sol. Les salles d'interrogatoire et les cellules sont au -1. Les deux étages en dessous sont des parkings.
Au rez-de-chaussée, un open-space principalement. Une fois qu'on aura bloqué la rue, nous n'auront pas d'autre choix que d'entrer de force...  Un groupe doit faire la percée et neutraliser l'open-space – grenade et lacrimo – avant de neutraliser les ascenseurs et bloquer les escaliers pour empêcher les renforts des étages supérieurs... On va les bloquer dans leur propre bâtiment... Ce premier groupe reste en place pour sécuriser l'entrée et le repli.  Un fois le passage fait, le second groupe s'occupe de nettoyer au fur et à mesure la descente vers les sous-sols les miliciens qui tenteraient de remonter, idem, ils restent en position pour sécuriser. Une fois l'accès au sous-sol clean, il faut un groupe de récupération pour faire sortir tout le monde...


Comment Adam pouvait-il connaître tous ces détails aussi bien qu'élaborer des stratégies d’assauts aussi précises, ne me demandez-pas. Le fait est que la mission pouvait être classée comme suicidaire mais avait tout de même ses chances de réussir. L'effet de surprise serait, certes, un atout non-négligeable. Personne ne s'attendrait à voir qui que ce soit lancer une attaque contre le symbole de la répression de l'Empire. Si l'attaque était menée de façon éclaire, même le gouvernement n'aurait pas le temps d'envoyer l'armée et ils auraient peut être la possibilité de dégager avant que les autorité n'est le temps de réagir. Il fallait prendre en compte que si les otages seraient rapatriés au commissariat, le gros des troupes seraient encore éparpillée dans la capitale...

Dans un murmure de défi à son frère, Adam ajouta :


-Il est temps de me prouver que la résistance à les moyens d'être ce qu'elle se dit être...

Sur ces derniers mots. Adam alla se poster devant la fenêtre à moitié barrée de la pièce. Il n'avait aucun pouvoir ici. Il avait donné son idée, maintenant, il ne relevait plus de lui que de préparer l'assaut. Il espérait simplement qu'Evan ne ferait pas le difficile. De tout façon, dans l'esprit de l'homme, c'était ça, où il partait avec le Fossoyeur et le carnage risquerait d'être tout autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]   

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE 2.0 : RAFLE DE LA MILICE [07 Mars 2100]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» La rafle
» [hors de la cité]Entrainement de la milice
» INTRIGUE #1 ? halloween party
» ? intrigue oo5.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Quartiers pauvres :: QG des résistants-
Sauter vers: