AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Jeu 26 Mai - 1:22

Une surprise dont je me serais passée
=>Premier poste

    Mi Février 2100

    Dans les voitures, les garçons ronflent. Aucun n’a voulu conduire, pour changer. J’ai pris le volant de ce fait, je voulais rentrer. J’ai besoin de voir les miens. Vous imaginez deux mois sans les avoir vu, deux mois à m’être tenue loin d’Hegemony, j’ai eu ma dose d’excentricité sur scène, mon petit grain de folie a eu le temps de germer et s’épanouir bien assez pour que je n’aie plus qu’un seul désire. Les voir, le voir, rentrer chez moi, chez nous, me glisser dans les draps et m’endormir contre lui en guise de surprise.
    Je n’ai dis à personne que j’arrivais. Ni à léa, ni à Adam, je veux leur sauter dessus et les embrasser, les prendre dans mes bras, murmurer des mots tendres à mon concubin, trop de chose, que mon pied inconsciemment appuie sur l’accélérateur. Je pile juste au bon moment, en bas de la maison, réveillant d’un coup de coude Phill je lui dis qu’on est arrivée, qu’il prenne le volant, je suis chez moi.

    Les mecs grognent, je sors de la voiture rapidement, prenant mes affaires, je les ai vu pendant deux mois, ils peuvent se démerder pour rentrer chez eux non ? Je suis trop impatiente, c’est pas ma faute. D’un pas rapide, je me dirige vers la porte, je monte les escaliers, discrètement, je rentre, il est encore tôt. Je fais le moins de bruit possible, retirant mes talons, le jean, je balance tout sur le canapé, et c’est avec précaution, que je rentre dans la chambre.

    Il fait sombre, le jour est à peine levé, je me glisse dans les draps, le visage s’enfouissant contre son torse. Son parfum, sa chaleur, il est là, je pousse un soupir heureuse, je ne réalise pas qu’il ne dort pas, je suis trop bien contre lui, vraiment trop bien.

Revenir en haut Aller en bas
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Jeu 26 Mai - 14:04

Adam n’avait aucune idée de la façon dont il était rentré chez lui. Il était étendu sur son lit, déshabillé, pansé, mais dans sa tête, là où il aurait du voir son retour jusqu’à l’appartement, il y avait un trou noir, pas seulement parce qu’une migraine affreuse lui déchirait les tympans, mais parce que depuis l’arrivée de Connor au bar, Adam n’avait plus le moindre souvenir. Il tenta d’abord de reprendre ses esprits alors que ses côtes le faisait souffrir comme jamais. Une large bande comprimait son torse et sa poitrine, l’empêchant de respirer à fond, mais surtout de faire bouger ses côtes cassées. Puis les images revirent comme déferlant dans son esprit.

Il revoyait le corps de son frère étendu sur le sol, baignant dans son sang. La peur lui serra à nouveau le ventre, incontrôlable, la même que l’autre soir, alors qu’il n’avait pas la moindre idée de si son cadet était encore en vie ou non. Puis il le revoyait murmurer quelque chose. Il était en vie. Un soulagement immense l’envahit à ce souvenir, presque instantanément Adam avait tenté de se relever pour trouver un téléphone. Il devait appeler son frère. Mais la réalité le ramena bien rapidement sur terre et tout son corps se mit à protester avec violence. Adam étouffa un cri de douleur, serra les dents et ferma les yeux pour reprendre maitrise de lui-même. Avec plus de précaution cette fois, il se redressa pour se relever.

Il se traina tout d’abord jusqu’à la salle de bain pour voir l’ampleur des dégâts. Dans la glace il était méconnaissable, son visage avait gonflé et chaque centimètre carré de sa peau était douloureux. Il ouvrit l’armoire derrière le miroir et engloutis une bonne dose d’antidouleurs. Ensuite il trouva le téléphone dans le salon et appela Evan. Presque de façon évidente celui-ci ne répondait pas. L’aîné des Kane tentait de se rassurer en se disant qu’il devait se reposer pour ne pas devenir fou. Il lui laissa tout de même un message pour que celui-ci le rappelle dès que possible avant de s’effondrer sur le canapé. Les analgésiques faisaient leurs effets, plongeant le musicien dans une torpeur comateuse.

L’homme n’avait pas la moindre idée de combien de temps avait pu s’écouler depuis la tristement fameuse nuit. Il était maintenant allongé sur le lit à moitié somnolant. Il n’avait pas non plus de souvenir de ce qu’il avait bien pu faire entre le canapé et la chambre, mais peu importait. Il réussissait parfois à dormir une heure ou deux lorsque la douleur n’était pas trop pénible, mais le reste du temps revoyant les images sanglantes de son frère, des miliciens, de l’arme dans sa main, les yeux grands ouverts, il fixait le plafond, supportant avec difficulté la douleur combiné à l’horreur de ces souvenirs.

Pas la moindre idée de l’heure ni du jour. L’aurore pointait son nez par le store de la chambre et Adam n’avait pas dormis de la nuit, il cherchait désespérément le sommeil dans le silence parfait de l’appartement mais aussi de l’immeuble entier. Puis soudain, quelqu’un à la porte d’entrée. L’homme avait failli se relever, prit par la peur que ce ne soit quelques miliciens qui aient retrouvé sa trace. Impossible. L’idée alors lui frappa l’esprit. Jenn. Jenn était de retour.

Il ne s’était pas trompé, quelques minutes plus tard elle s’était glissée silencieusement dans le lit pour se blottir contre lui. Elle posa son visage contre le torse de l’homme qui retint un râle de douleur. Elle n’eu pas l’air de voir qu’il ne dormait pas plus qu’elle, mais il ne voulait pas être confronter à son regard, encore moins à ses questions maintenant, le réveil serait déjà bien assez compliqué. Pourtant il ne tenait pas, ou plutôt ses côtes ne tenaient pas. Il prit doucement sa belle par les épaules pour la déplacée de là où elle était venir se pelotonner avant de murmurer doucement :


-Jenn...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Dim 29 Mai - 14:19

    Quelque chose ne va pas. Je le sens, empathie innée quand je suis près de lui. Il ne dort pas, mon esprit calme et heureux enfin d’être là, se tortille dans tous les sens, une sensation désagréable parcours mon échine, il me repousse, me décale en vérité. Qu’est ce qu’il y a ? Je me tortille un instant, doucement, sa voix…
    Me glissant hors de sa portée, je me lève, il fait trop sombre, j’ouvre la fenêtre, inquiète, je veux voir son visage, je ne dis rien, je le ressens au fond de moi, ça fourmille dans mon ventre, comme une alerte silencieuse que quelque chose close. Je m’empresse d’ouvrir les volets, de les repousser, de laisser la lumière naissante du jour rentrer dans la chambre sans violence. Un vent froid me glace la peau. Je me retourne…

    Un silence hante en un instant mon esprit. Le sourire qui était là quelques instants plus tôt, c’est envolé. Je ne sais plus que penser, je le regarde, ma main incertaine se rattrape à la fenêtre ouverte, le froid qui me glace le dos m’importe peu. Hegemony se réveille et me souffle son vent hivernal dessus, moi, sans pouvoir réfléchir, je regarde Adam, les yeux suivant sans comprendre son visage, sa peau boursoufflé, son corps comme cassé.

    -qu’est ce qui s’est passé…

    La voix s’étrangle au fond de ma gorge, j’encaisse le choc. Je l’encaisse, non, je me le prends de plein fouet. Je m’en veux désormais d’être partie, depuis combien de jour est-il ainsi ? Qu’est ce qui sait passé ? La milice ? Elle est venue ici ? Pour Evan ? Et Evan ? Et Julianne ?
    Cela commence à me donner envie de vomir. J’ai envie de pleurer, non, je ne dois pas. Cesse de t’inquiéter, il est là. Mais dans quel état. Je ne sens même plus l’air glacé, je dois me reprendre, pour lui, encaisse bordel Jennifer, encaisse. Négatif sentiment tu dois être plus forte que cela. Allez, bouge-toi bordel.
    Refermant la fenêtre, je lui souris, j’y arrive. Même si au fond tout bouge dans tous les sens et grignote ma pensée, je ferme la porte, avec logique j’agis, la salle de bain, cachets, verre d’eau, mes mains tremblent un instant. Je redresse mon visage dans la glace, cherchant mon propre souffle, je fuis mon propre regard, il faut que je m’occupe de lui.

    Avalant au passage une vitamine, pas d’autre chose pour moi merci, je dois être sans fatigue, ça va m’aider, je croque le tout, retournant vers lui, je dépose tout sur la table de nuit, m’accroupissant prés de lui à coté du lit, je le regarde.

    -Adam…ça va aller, je vais m’occuper de toi my love.

    Ma main doucement effleure la sienne. J’ai peur de lui faire plus mal encore. Je combats mon inquiétude, j’essaye du mieux que je le peux, je suis un petit bout, mais je suis forte. Petit mais costaud, logique, pragmatique, il ne faut pas éclater en sanglot, cela ne l’aidera pas.
    Je le regarde avec tendresse, mon doigt effleurant le sien dans une petite caresse tendre, j’ai peur de lui faire mal.


Revenir en haut Aller en bas
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Lun 30 Mai - 1:11

Jenn n’avait pas mis bien longtemps pour comprendre que quelque chose n’allait pas et le cœur d’Adam se contracta violemment quand il sentit que sa compagne se glissait hors du lit. L’homme pouvait probablement mieux la distinguer dans la pénombre qu’elle ne pouvait le faire de lui, ses yeux déjà habitués à l’obscurité ambiante. La jeune femme ouvrit la fenêtre puis les volets pour laisser la lumière naissante s’infiltrer doucement dans la pièce laissant entrer par la même occasion le vent glacé. Adam n’eut pas le courage de tourner son visage de l’autre côté pour repousser encore un peu le moment où Jenn se rendrait compte des hématomes, des boursouflures et des plaies, il ne pourrait de toute façon pas lui cacher. Il ne pu pourtant pas soutenir le regard de son aimée, fixant le plafond avec intensité et puis la question tomba. Les mots de la jeune femme pesèrent dans l’air et une vague de souvenir submergea le musicien. Adam pouvait sentir la douleur dans la voix de sa compagne et au-delà de la douleur physique il souffrait de lui infliger tout ceci.

Jenn referma la fenêtre avant de quitter la pièce. Adam se soupira, il était désemparer, que pouvait-il lui répondre, il ne voulait pas lui mentir, mais il ne pouvait pas tout lui avouer, il ne pouvait pas lui faire porter son fardeau, tout cela était bien trop lourd à porter pour qu’il l’en accable, il l’aimait, il voulait la protéger. Il observa sa compagne revenir dans la chambre, il tenta de lui sourire mais son visage le faisait extrêmement souffrir et le résultat ressemblait davantage à une grimasse. C’est les larmes aux yeux qu’il écouta Jenn lui dire qu’elle sera là pour lui. Il n’en doutait pas un instant. Son contact, sa main contre la sienne lui fit un bien fou mais il sentait tout ce qu’elle ressentait, la tendresse dans son regard tentait de cacher la peur et la douleur et Adam ne pouvait supporter de lui faire du mal.

D’un geste lent, il tapota un coin de lit pour faire signe à Jenn de s’approcher de lui, il avait besoin d’elle, de sa présence réconfortante. Elle lui avait manqué terriblement, il voulait la serrer fort contre lui. Il tenta alors de se redresser légèrement et prit la parole, calmement, mais sa voix était enrayée :


-Je suis tellement heureux de te voir. Il effleura à son tour la peau de sa belle avant de reprendre. Jure-moi de ne pas t’inquiéter…

Son regard était presque suppliant. Il grimaça, son torse le faisait atrocement souffrir, mais maintenant Jenn était là, tout irait bien.

-On était dans un bar avec Evan, des miliciens nous sont tombés dessus mais il n’y a plus rien à craindre…
Jenn comprendrait surement ce qu’il insinuait, il s’empressa alors d’ajouter. Evan a été salement amocher, j’essaie de le joindre depuis… Il ne pouvait même pas donner une date. Il passa une main sur son visage. Il ne pouvait pas continuer, ses mots mourraient dans sa gorge. Il voulait se persuader que tout allait bien. Que tout irait bien. Mais le musicien avait du mal à s’en convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Jeu 2 Juin - 13:18

    Je le regarde, je reste sans voix, sentant au fond de moi que quelque chose ne va pas. Les plaies, les hématomes, tout ce qui parsèment sa peau et son visage, mon cœur et mon esprit se tordent, furieusement inquiet de le voir ainsi. Il ne répond pas à mes paroles, je reste sans force avant de me ressaisir à nouveau et d’essayer de prendre sur moi, il ne faut pas, se laisser sombrer, i faut bien au contraire faire en sorte qu’il aille bien. S’occuper de lui, doucement, avec amour.
    UN aller retour dans la salle de bain pour se convaincre d’être plus forte, ramenant le nécessaire pour le soigner, j’ai envie de pleurer, mais il me faut chasser toutes ses sensations pour lui transmettre ma force, mon aptitude à tout surmonter.

    Accroupie près du lit, ma main effleurant la sienne doucement, je l’observe, je le vois, je ne peux chasser cette impression. Quelque chose ne va pas, quelque chose tourne au fond de son esprit et plus il le cache, plus je ressens que ce mal au fond de lui est retenue pour ne rien m’être dis. Je lui fais confiance, il ne me mentirait pas si je venais à lui demander ce qui s’est passé.
    Mais je m’en fiche, en fait, je veux simplement être près de lui, il le sait, je suis toujours là, je le serais toujours, quoi qu’il se passe, quoi qu’il arrive. Je me redresse, venant à m’assoir avec précaution près de lui. Il veut se redresser, dans un mouvement inquiet, protecteur, je vais pour relever ses oreilles, sa peau effleurant la mienne, je souris tristement à sa phrase.

    -Ne pas m’inquiéter, tu as vraiment reçu beaucoup de coup sur la tête pour me demander ça. Et le regard suppliant ne marchera pas, c’est un peu trop tard pour que je ne m’inquiète pas my love.

    La voix est douce, rassurante, bienveillante, un murmure tendre qui vient à lui avec tendresse. Je l’observe je souris, je me doutais bien que la milice et Evan viendrait dans l’explication. Inquiète, je ne peux pas le nier et plus encore lorsque j’ai l’impression que quelque chose n’est pas dit, que cela s’abat sur lui avec raison.

    -Si tu veux, je me débrouillerais pour aller voir ton frère. En attendant, qu’est ce que tu ne dis pas Adam ?

    Mes yeux se posent aux creux des siens avec tendresse, un sourire, je le regarde, caressant doucement ses cheveux.


Revenir en haut Aller en bas
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Dim 26 Juin - 18:48

Adam ne pu s’empêcher de rire à la réplique de sa bien aimée, un rire étouffé et douloureux à chaque mouvement de sa cage thoracique mais sur ses lèvres se dessinait en même temps un sourire grimaçant. Oui, des coups, il en avait prit quelque uns, mais ce n'était pas à cause d'eux qu'il faisait cette demande. Dans ces quelques mots il reconnaissait bien là sa compagne et se sentait tellement léger de son retour, chacune de ses paroles lui rappelait tout ce qu’ils étaient l’un pour l’autre même dans les moments les plus difficiles. Mais ils étaient bien trop proches et liés l’un à l’autre pour ne pas ressentir leurs appréhensions et leur peurs respectives, aucuns mots, même les plus rassurants qui soient ne pouvaient mentir suffisamment bien face à l’empathie. C'était bien au-delà de la confiance que se situait leur relation. Car la confiance n'était au final qu'un amour aveugle et un peu lâche, où, prônant la confiance, on acceptait d'ignorer le plus important. Adam savait qu'ils partageaient bien plus, mais pour une fois, il préfèrerait que Jenn accepte sa lâcheté, et qu'elle lui fasse confiance, sans poser plus de question.

Il imaginait combien cela pourrait être difficile mais il savait encore plus combien la vérité serait terriblement douloureuse, et son désir de protéger Jenn de toute ses forces était plus important que tout le reste. Il voulait pouvoir profiter de son retour salvateur, de sa tendresse et de sa douceur, de sa beauté, de sa présence, pourtant, la jeune femme se semblait pas réellement prête à simplement jouer la carte de la confiance. Et après qu'elle lui ait assuré qu'elle irait voir Evan pour prendre de ses nouvelles alors que lui même ne pouvait pas le faire, elle insista un peu plus sur le point sensible, celui qu'il voulait lui dissimuler. Qu'elle ne se méprenne pas, il avait ses raisons, et elles étaient pour lui les meilleurs qui soient.
Le silence s'installa un temps dans la pièce balayée par le vent froid qui entrait dans la pièce, le ciel se tentait de nouvelles couleurs rosées et Adam ne pouvait échapper au regard interrogateur son son amour. La main de la jeune femme vint se poser doucement dans ses cheveux avant de les caresser et alors que se geste aurait pu le distraire l'espace d'un instant, tout lui faire oublier, il décida de se focaliser sur Jenn. Il soutint son regard doux avec conviction, il savait qu'elle n'accepterait probablement pas ce qu'il allait lui demander, mais il ne lui donnerait pas le choix. Sa voix était douce mais ferme :


-Jenn, il ne s'est rien passer de grave, rien que tu n'as besoin de savoir... fait moi confiance...

Il ne comptait pas détacher son regard des grands yeux de sa belle, pas tant qu'elle aurait acquiescé et qu'il est la certitude que la question ne reviendrait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Sam 16 Juil - 19:58

    La confiance. C’est pour moi quelque chose d’important. Mais le plus important c’est la vérité, qu’elle soit blessante, douloureuse ou détestable. Il sait que je ne suis pas assez lâche pour me satisfaire de cette confiance aveugle et obstinée. Je déteste qu’on ne me dise pas les choses et même si nous n’avons jamais eu à faire à cela, je sais pourtant qu’il ne dira rien. Je le sais, je le sens. Et il a tord. Pourtant, pour une fois, je vais accepter la réponse, pour deux raisons. La première, s’il croit me protéger ainsi et bien soit. La seconde, cela finira par le ronger. Je donnerais même une troisième raison, il se rendra compte de lui-même, qu’en ne me confiant pas ce qu’il ne va pas, il crée une distance entre nous. Même infime mais elle sera là.
    S’il me cache quelque chose au bout de toutes ses années, alors oui, il réalisera que ce n’est pas bon. Je n’aime franchement pas cette sensation. Il a beau me tenir en joue avec ses yeux, je sais qu’il cache quelque chose, je le ressens au fond de moi. Une détestable empathie qui a fait ce nous que je ne voudrais perdre pour rien au monde. Pour une fois, je suis contrariée, je n’aime pas cela, surtout le rien que tu n’es besoin de savoir. Tu me caches des choses maintenant ?

    Je me force à sourire, première fois que je fais semblant que tout va bien. Tu me fais mentir en me faisant comprendre de te faire confiance. Tu ne m’as pas habitué à cela my love, tu n’as pas habituée à cela Adam. Bref…
    Je me redresse, en souriant, faisant semblant d’être rassurée.

    -Bon si tout va bien alors…pas besoin d’allez voir Evan non plus. Je vais te faire du thé. Ou du café ? Tu préfères quoi ? Tu veux manger quelques choses ? Des gaufres ? Des crêpes ? Je dépose rapidement un baiser sur son front, il faut que j’encaisse et que je fasse semblant que tout aille bien. S’il le dit après tout. Tu te fais des idées ma vieille. Allez hop, bouges toi. C’est ça sort une connerie. Un truc mou, c’est plus de ton âge les bagarres avec son petit frère. Et on a pas de dentier de rechange. Je te fais des crêpes ce sera plus facile pour manger. Mon grand blessé…

    L’illusion est parfaite, souris lui, dépose encore un baiser tout doux sur ses lèvres. Je m’enfuis, presque, je lui souris et m’éloigne vers la cuisine…
    Putain, il faut que je me ressaisisse, pourquoi j’ai l’impression d’être mal. Je n’aime pas avoir une confiance aveugle. Bon allez on ne pleure pas, on ferme sa gueule, on fait la cuisine et on encaisse. Si c’est ce qu’il pense le mieux, pour lui, et bien soit, comme j’ai toujours dis. Tout ce qui m’importe ce sont les miens. S’il pense que c’est mieux comme ça…

    Pourquoi alors j’arrive pas à encaisser cette sensation ? Pourquoi j’ai l’impression qu’il me cache quelque chose ? Ils me font chier avec leur résistance à la con. Ils me font chier…Merde. Je prépare le petit dej et je vais voir Léa. Je veux pas penser à ça. Je veux pas y réfléchir. De toutes façons je ne suis pas d’une grande utilité là, à part pour le soigner et il faut qu’il dorme.

    Je casse un œuf dans la pâte, je tourne, j’essaye de penser à rien. Je chantonne doucement, ça me calmera et ça me fera zapper le reste. Préparons le petit déjeuner en chatonnant et tout ira pour le mieux.

Revenir en haut Aller en bas
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Mer 31 Aoû - 22:30

Adam regarda un peu inquiet Jenn se redresser, il ne pouvait la lâcher des yeux, alors qu'un sourire venait renaitre sur ses lèvres. Le malaise était palpable, comme un fil tendu entre eux, que chacun de leurs mensonges respectifs raidissaient un peu plus, à l'image de leur comportement l'un envers l'autre. Gestes, paroles, Adam ne pouvait se débarrasser de cette idée que le naturel, la limpidité de leurs actes avait été placée en retrait. L'homme ne supportait pas les faux semblants, pas plus que le fait qu'il se devait de leur infliger tout ceci. La culpabilité rongeait ses entrailles. L'homme mort, gisant dans son sang, son frère presque battu à mort, Jenny se faisait maintenant probablement un sang d'encre. Qu'avait-il fait pour mériter tout cela. Il devait porter ce fardeau seul pour le moment, c'était la seule chose claire dans son esprit. Les souvenirs refluant au rythme régulier de son malaise lui donnait la nausée et lorsque sa bien aimée lui proposa avec un brin d'humour de lui faire de quoi se rassasier il failli refuser avant de ne pas la retenir.

D'un petit hochement de tête, dans un sourire douloureux pour chacun des muscles de son visage, le musicien laissa la jeune femme l'embrasser sur le front avant de se lever pour lui préparer une fournée de crêpes. Alors qu'elle tournait les talons, vive et gaie, Adam l'interpella une dernière fois. Le visage sombre mais le regard suppliant, il lui demanda une dernière fois :


-Jenn, je ne plaisantais pas, passe voir Evan s'il te plait. Il la fixa un instant dans les yeux, pour s'assurer qu'elle ne le prendrait pas à la légère avant de prendre une voix plus douce. Merci pour les crêpes.

Jenny quittait la pièce et l'homme dans son lit, fermait les yeux, la gorge sèche d'un sanglot en train de monter. D'une main sur le visage, il empêcha de naitre tout signe de faiblesse. Cette bagarre avait vraiment prit des proportions dont le revendeur se serait volontiers passé. Dans un long soupire, l'homme ferma les yeux. La fatigue l'assaillit d'un coup, intense, ravivant à la fois la douleur et son envie de se laisser sombrer dans un sommeil comateux si spécial. Il semblait que ses forces l'abandonnaient, son envie, son courage. Avec l'idée perpétuelle qu'il était devenu un criminel, réduit à ce qu'il s'était évertué tout sa vie à combattre. Dans son esprit un brouillard épais masquait sa capacité de discernement, une torture mentale à laquelle il aurait donné chère pour qu'elle s'arrête, il ne pouvait s'empêcher de ressasser, encore et encore. Combien de temps cela allait durer, le mal physique n'était rien comparer à tout ce qui se passer dans son crâne. Les blessures des coups mettraient bien vite à disparaître, contrairement aux souvenirs de ses actes. Combien de temps lui faudra-t-il pour oublier, accepter, ou encore regarder en face sa compagne sans avoir l'horrible sentiment de la trahir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   Sam 19 Jan - 10:42

    Passer voir son frère…bien sûr. Son frère qui doit sûrement être avec sa gonzesse à faire je ne sais quoi pendant que Adam est à la maison, tout seul, renfermé depuis plusieurs jours et qui est venu s’occuper de lui ? Personne, bah non. PERSONNE ! C’est rien de plus qu’une petite soirée entre frères qui se finit avec six dents en mois, trois côtes à part et…

    Reprenant mes esprits, je regarde la pâte que j’ai tournée, un peu vite et qui a…comment dire…émit quelques protestations en débordant sur les côtés. Je pousse un soupir et essaye de me calmer. Cela ne sert à rien, absolument à rien d’être dans cet état, pourquoi je ne fais pas confiance à Adam. Il me parlerait s’il devait non ? On ne s’est jamais rien caché depuis qu’on est ensemble, c’est pas maintenant que cela va commencer.
    Je me calme lentement et prépare le plateau. Jus d’orange et confitures, les crêpes se suivent et se continuent dans la poêle jusqu’à épuisement de la pâte. Je crois que j’ai eu le temps de me calmer et de reprendre mes esprits. Je vais juste m’occuper de lui pour l’instant, éviter de trop me soucier du reste, faire abstraction. Et si cela me pèse vraiment j’en parlerais avec Su’.

    Arrivant de nouveau dans la chambre, je dépose le plateau et lui souris.

    -Bon…nous passons à une grande étape de notre relation. Je te fais manger, je m’entraîne pour quand tu seras tout vieux et tout ridé. Dis-je en riant, taquine, mais au final pas si amusé que cela. Et t’a même droit au jus d’orange avec une paille ! Si c’est pas la grande classe.

    Je lui montre le verre.

    -Je te fais manger et après j’irais voir ton frère. Mais je pense qu’il est juste affairé à faire des choses sexuelles avec sa copine. Ce n’est pas comme si lui, trois côtes cassées ça devait lui faire peur. Il est plus jeune que toi grand père.

    Riais-je maladroitement. J'essaye de faire rire Adam, je ne sais pas comment est Evan, mais, on a plus l'habitude de dire qu'il batifole, plutôt qu'il va mal. Pour ne pas s'inquiéter, parce que c'est parfois plus simple que de s'inquiéter, parce qu'on gère un peu le stress comme on peu. Mais j'irais le voir, je ferais des gaufres avant de partir et j'irais.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une surprise dont je me serais passée [Mi Février 2100]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le passé, l’avenir, ces deux moitiés de vie dont l’une dit jamais et l’autre dit toujours. [PV Nami]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Quartiers pauvres :: Zone résidentielle :: Appartement Adam Kane-
Sauter vers: