AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit frère [pv daniel]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Petit frère [pv daniel]   Mer 25 Mai - 1:11

Petit frère….

    Fin février 2010

    Trainant dans son appartement en chemise blanche et jambes nue, la jeune russe lance des oui oui à son interlocuteur, un peu évasive, un peu ailleurs, la tête dans les nuages et le cœur pensif. Son frère, le plus grand, lui téléphone de Russie, elle rêvasse, elle est ailleurs. Il s’inquiète au sujet de la Parade mais Yélisaveta observe sa rue, l’hôtel n’a pas été touché, c’est juste que elle n’y était pas, elle travaillait, elle était over booqué et les prestations nunuches d’une Impératrice imbue d’elle-même ne l’intéressait pas plus que cela. Elle pense à ses amies, aux filles, Jenny en concert, Pain, élément rose et furtif qu’elle n’a pas revue depuis trop de temps, bientôt quatre ans et elle se dit que le temps ne passe pas si vite ou au contraire trop rapidement. Elle pense à ce client de l’hôtel qu’elle n’arrive pas à quitter des yeux et tout ce dont elle a envie c’est se mordre furieusement la lèvre pour éviter de penser à lui. En vérité, elle pense à tout sauf à son frère en somme et ses paroles.
    Ce qui énerve pas mal l’aîné qui lâche un juron russe et raccroche. Elle reste surprise, hausse les épaules et balance le tout sur le canapé, elle comprise d’ailleurs, zappant les chaines, espérant tomber sur un vieux films et pas un énième reportage sur les derniers faits.
    Elle se fixe sur une chaine, « le loup garou de Paris », noir et blanc, sous titré, parfait pour s’endormir sur son canapé et se réveiller à quatre heure pour se rendre comme un zombie jusqu’à sa chambre en espérant ne pas se manger une porte au passage. Sa grande spécialité. Car une fois endormie, Yéli a dut mal à sortir de sa torpeur et tous les matins, par exemple, successivement, elle se vautre de son lit, se mange la porte, tape son pied contre le sofa et renverse le café. Sans café, impossible de la réveiller.

    Lentement, ses paupières se ferment, lentement, doucement, elle sent le sommeil la prendre, chouette, rêver, dormir, se faire son propre films dans sa tête, elle adore rêver, ça fait du bien de rêver et d’être loin de ce régime totalitaire…

    Pendant ce temps, Daniel court, le regard perdu, la peur défigure ses traits, ses souvenirs l’assaillent, des souvenirs dont il ne parvient pas à saisir quoi que ce soit. Le visage d’une petite fille qui l’appelle, il ne l’entend pas. Elle tend une main mais rien, il hurle dans la nuit, il cris à plein poumon, il a tué ce soir, il est couvert de sang. Qui ? Il ne sait pas, il se souvient de ses yeux, il ressemblait à…à qui ? Il n’arrive pas à s’en souvenir, mais il a tué. Une femme, une femme qui ne lui a rien demandé.
    Les évènements de la parade l’ont chamboulé, son esprit s’agite dans tous les sens, irrémédiablement tiraillé de toutes parts, il a besoin d’être avec quelqu’un qui n’a pas peur de lui.

    -Yéli…

    Dans la ruelle près de l’hôtel, il regarde la chambre de l’appartement de la jeune femme. Cette jeune femme qu’il a sauvé un jour d’une agression, cette femme qui s’occupe de lui, sa grande sœur de cœur. Il a besoin d’elle. Il est terrifié, mais comment rentrer alors que le sang coule presque sur son visage. Il essaye de réfléchir, son visage suivant une course effrayante, il réfléchit, pousse des râle, son esprit tente, tant bien que mal de réfléchir, une main est passé dans ses cheveux, il la regarde. Le rouge l’effraie. La rate dans sa poche est couverte de sang, il la prend, la serre contre lui, il se lance par l’escalier de service, ombre parmi les ombres, il est tard, trop tard, personne ne surveille.

    Plongée dans le sommeil, Yéli bougonne. Elle pousse des gémissements plaintifs, non, elle ne veut pas aller à l’école. Nanny, dis le à Maman, pas aujourd’hui. Aujourd’hui la neige tombe, elle veut faire du patin avec sa grand-mère. Allez, s’il te plait, l’école c’est barbant quand il neige.
    On frappe à sa porte, ça tambourine, bien assez pour la faire sursauter dans sa torpeur, elle ouvre un œil, essaye de se lever, tombe du canapé, pousse un grognement et comme un zombie se dirige vers sa porte. Les yeux à demi clos, elle ne rêve que de se recoucher. Tournant la poignet, elle fait un pas en arrière, évitant de justesse de se manger la porte, Dani rentre précipitamment, elle n’a rien réalisé, non, elle grommelle encore, s’appuyant sur la porte pour la fermer, elle souffle.

    -Petit frère ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petit frère [pv daniel]   Mer 25 Mai - 8:40

    L’esprit dans les nuages de son sommeil Yéli essaye de refaire surface, Daniel est paniqué. Il se sent mal, il se sent persécuté, on le regarde, on le regarde dans sa tête, il se cache, dans le recoin de la cuisine, ses poings sur ses tempes, il se frappe en proie à des démons intérieur dont il ne sait plus rien. Il voit les yeux de cette femme, bleu, insensible, le reste de son visage n’apparait pas, il voudrait s’arracher le cerveau, il souffre. Se tordant dans son recoin, il pousse de léger cris rauques et douloureux.
    Yélisaveta titube légèrement, ses yeux s’ouvrent, elle le regarde, cette fois elle n’a plus sommeil, il est couvert de sang, son sommeil se barre bien vite. Elle se rapproche de lui, genoux à terre, elle essaye de le rassurer, elle essaye tant bien que mal, cherchant à attraper son regard, ses yeux courent après les siens, ses lèvres murmurent son prénom affectueusement, il se fige, plonge dans sa pupille et doucement il se laisse attraper par les yeux de sa sœur de cœur.

    Yéli se fiche de savoir ce qu’il a fait, elle s’inquiète, elle cherche à savoir s’il est blessé, ses mains vérifient son visage, qu’importe que le sang s’imprègne sur ses doigts, elle sombre dans l’inquiétude. La rate du majordome impériale pousse un couinement, essayant de s’extirper de sa poche, elle grimpe sur le bras de Yélisaveta, laissant les traces rouges tâchée la chemise de la russe, elle sourit.

    -C’est finit Daniel. Calme-toi. Regarde tu fais peur à Mony, allez, viens

    Elle n’a pas peur de Daniel, elle connait les mots qu’il faut lui dire pour l’apaiser. A toutes les mauvaises langues qui la traiteront de folle, elle répliquera qu’ils aillent se faire foutre. Daniel est un autiste à la proie de l’amnésie, de lui-même, il ne sait rien, il peut être violent car la société ne veut pas le comprendre et elle, elle refuse de le laisser dans les méandres d’une folie que quelqu’un à forcément provoquée.
    Dans un mouvement, elle se redresse, l’oblige à se lever, Daniel se laisse faire, elle lui parle doucement, d’abord, se laver, elle l’oblige à le suivre, dans la chambre. Dans son armoire, elle cherche les affaires qu’un ex à oublié, elle sort un jean, une chemise noir, il n’aime pas cette matière, grommelle, elle lui fait les gros yeux et l’envoie dans la salle de bain.

    D’un pas posé, calme, maîtresse d’elle-même, elle retourne dans sa cuisine, allumant l’eau de l’évier, elle pose Mony dedans, la rate se laisse nettoyer, reconnaissante, elle court même entre ses mains, le sang s’en va de son pelage blanc. Au bout d’un instant, la tête contre le rebord au dessus de l’évier, yéli fait els gestes machinalement, elle se rendort, le sommeil revient, Mony joue avec ses ongles, les prenant dans sa gueule avec précaution et les tire, la russe sourit, doucement.

    Daniel s’observe dans le miroir, les cheveux trempés, une serviette autours de sa taille, il ressemble à un chat mouillé et craintif. Une douleur au fond de son être refuse de partir, il voudrait pouvoir la comprendre, il aimerait, mais ses pensées refusent de lui donner la délivrance. Il se sent, mal et une tristesse s’empare de ses traits, lentement, il s’habille et pied nu, ses affaires en mains, il retourne vers la jeune femme, la retrouvant à moitié endormie, la rate incapable de tenir en place.
    Il coupe l’eau, cherche le café, prépare puis le pousse à coté de la main de Yéli, craintif, n’osant pas se rapprocher d’elle, il laisse son regard fondre sur d’autres choses. Dans un mouvement instinctif la russe prend la tasse, porte le tout à ses lèvres et comme dans une mécanique bien huilée, se redresse, prend les vêtements et les enfournes dans la machine à laver placée dans une petite buanderie adjacente.

    Daniel sèche Mony, geste lent et précis, il réalise qu’il ne porte pas ses gants, dans un mouvement instinctif et d’enfant, il pousse un grognement, se dirigeant vers la buanderie mais Yéli buvant son café l’attrape par le col de la chemise et le traîne derrière elle. Ses yeux supplient vers la machine à laver, la russe s’en fiche et lui souffle

    -Daniel, télévision et console de jeux.

    C’est un gosse et à ses mots il sourit, la suivant sagement, sa rate se débrouille pour aller vers eux, et d’un geste rapide remonter le long de la jambe du majordome pour se placer sur ses genoux. Posant le mug de café, Yéli va dans sa chambre, enlever cette chemise pleine de sang, le majordome timidement ne bouge plus. Il attend qu’elle revienne, manette en main.

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit frère [pv daniel]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» || S'il te plaît, petit frère ! Laisse moi gentiment te dévorer...|| Pv. Loutou. || Ps. Je ne mange pas les chatons, ce n'est qu'une blague. ||
» Neymar Jr, petit frère
» Mika Rosalden [Terminée !]
» Fais dodo Gandalf, mon petit frère (Jour IX)
» C'était la dernière fois, petit frère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: Archives :: Archives RP :: Archives Hegemony-
Sauter vers: