AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Flashback] Entretien d'embauche, suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Sam 5 Juin - 23:16

Arrow Entretien d'embauche chez Adam

Après avoir rempli ses devoirs d'hôte et donné à Julianne quelque chose de frais à boire, l'artiste fit un détour par son bureau pour prendre quelques affaires dont ils auraient besoin, ainsi que son propre travail personnel dont il souhaitait se débarrasser au plus vite. Il vint ensuite s'installer confortablement dans son canapé, en s'affalant toujours à moitié et prit une longue gorgée pour se rafraîchir un tant soit peu. Il en profita au passage pour allumer un petit ventilateur posé non loin de lui avant de fixer son regard sur la jeune femme qui venait de lui poser une question qui lui arracha un petit rire. Intérieurement, il s'étonna qu'Adam ne lui ait pas parlé de son travail officiel, vu le nombre de choses qu'elle semblait déjà savoir sur lui! Mais en même temps, son aîné avait mentionné leur histoire commune, leurs parents, les années passées à l'aider. Alors que son poste au Journal du Parti ne regardait qu'Evan, tout comme le fait qu'il soit un dessinateur frénétique et engagé. Celui-ci ne savait pas s'il faisait déjà totalement confiance à la résistante pour lui dévoiler son activité professionnelle, mais en même temps, il l'avait carrément amenée chez lui! Elle en savait déjà pas mal sur son compte rien qu'en mettant les pieds dans son appartement. Il réfléchit donc quelques secondes, se donnant le temps d'allumer une cigarette, avant de lui répondre, un sourire sur les lèvres.

- Tout résistant au régime doit se tenir au courant de ce qui se passe dans l'Empire... Et quel autre meilleur moyen que de lire le JOP, ou encore mieux, d'y travailler...?

Réponse détournée mais qui voulait tout dire. Si elle avait déjà lu le fameux journal, elle avait peut-être remarqué son nom ou ses initiales à la fin d'un article pro-impératrice? Mais cela l'étonnerait guère car il fallait avouer que peu de gens notait ce genre de détails. Les écrits étant tous contrôlés par le gouvernement, rien ne sortait réellement du lot et tout se ressemblait. Cependant, l'artiste mettait un point d'honneur à se démarquer des autres par son style d'écriture qu'il espérait différent. Il devait toutefois prendre garder pour que personne ne puisse faire le rapprochement entre son travail au JOP et celui au JdC. Il avait donc réussi à développer deux styles bien différents qui lui avaient permis, jusque-là, de ne pas se faire attraper par la Milice et il croisait les doigts pour que cela continue! Il ne fallait rien laisser au hasard et il savait que d'autres étaient tombés pour bien moins que ça. Il avait vu ce que l'indifférence aux détails pouvait faire et les conséquences que cela impliquait. Une arrestation musclée, des nuits d'interrogatoire dans les cachots du Commissariat Central qui vous laissaient à moitié vivant avant d'enfin trouver la mort dans un peloton d'exécution. Oui, il avait vu tout ça, enfin presque tout. Heureusement, il n'avait pas encore foulé le sol des cellules grises, froides et humides de l'Empire! Cependant, il avait dû couvrir un bon nombre d'évènements, tels que des exécutions publiques et rares étaient les fois où il n'avait pas dû serrer les dents, reconnaissant parmi les condamnés des visages familiers.

Une ombre était passée sur le visage de l'homme à ses pensées, mais il se ressaisit bien rapidement et se releva quelque peu pour étaler sur la table basse les divers papiers et brouillons utiles pour la prochaine publication du journal de la résistance. Il montra à Julianne les différentes planches et il lui confia la tâche de mettre en place ce qui ne l'était pas encore tandis qu'il se concentrait sur son article pour le JOP. Ils passèrent ainsi deux bonnes heures dans un silence des plus total, chacun s'appliquant à sa tâche, Evan ne se levant que pour leur chercher de quoi boire de temps à autre. Le soleil commençait déjà à descendre sur l'horizon lorsque l'artiste mit un point final à son article et se pencha vers la jeune femme pour vérifier son travail. Il lui avait également demandé qu'elle réfléchisse à différents moyens de propager le Journal de la Cible à travers tout l'Empire et attendait avec impatience de voir le fruit de ses réflexions. Il fit cependant un énième tour par la cuisine pour prendre de nouvelles bières et avant d'ouvrir la fenêtre du salon d'où une douce fraîcheur leur parvenait à présent. Il s'assit au bout du canapé, de manière à se retrouver à côté de Ju pour revoir avec elle ce qu'elle avait fait durant cette fin d'après-midi. Un grand sourire lui barra le visage tandis qu'il lui tendait une nouvelle bouteille.


- On a quasiment vidé tout mon stock! Adam ne m'avait pas dit que tu avais une sacrée descente! Heureusement que j'ai des contacts qui me font des prix...

Il lui décocha un clin d'œil avant de reporter son regard sur les différentes planches qui s'étalaient devant eux, s'allumant une nouvelle cigarette. Il étudia en silence le travail accompli avant de relever la tête, un air ravi sur le visage. Elle avait fait du bon boulot. Certes il y avait encore quelques petites erreurs et imperfections, mais dans l'ensemble, il n'aurait pas à trop retoucher ce qu'elle venait de faire. Il attendait à présent qu'elle lui fasse part de ses solutions pour la diffusion du journal, la fixant avec intérêt de ses yeux bleus, ses cheveux toujours en bataille, un léger sourire flottant sur ses lèvres. L'alcool et la chaleur commençaient gentiment à lui monter à la tête et il allait bientôt devoir préparer quelque chose à manger pour en diminuer les effets s'il ne voulait pas finir complètement saoul!

_________________


Dernière édition par Evan Kane le Lun 16 Aoû - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne Cherring
Acharnée de la résistance
avatar

Messages : 1838
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Planque

Feuille de personnage
Situation: Enceinte
Renseigements:
Humeur: Excédée

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Jeu 17 Juin - 2:15

Julianne resta sagement silencieuse à siroter gentiment sa bière mais tout en dévisageant le résistant à la dérobée. Il semblait se perdre dans ses pensées et il alluma d'un geste presque automatique une nouvelle cigarette. Décidément elle avait à faire à un gros fumeur ! Elle restait un peu perplexe de voir qu'elle était face à un homme qui, elle ne pouvait dire pourquoi mais elle le savait au plus profond d'elle-même, était près à donner sa vie, comme elle l'aurait fait d'ailleurs, comme elle l'avait déjà fait en quelque sorte en fait, pour la cause qu'il défendait. Et pourtant. Il prenait le risque de mourir stupidement d'un cancer.

Après un moment de silence qui était venu se poser sur la pièce et semblait être accentué par la chaleur, l'homme se décida enfin à répondre à Julianne. Journaliste. C'était on ne pouvait plus intelligent... Son sourire voulait tout dire et la rebelle ne se priva pas d'y répondre. En effet, sa position était stratégiquement parfaite si on y réfléchissait. Au cœur même de l'information et de la désinformation. Qu'Evan ne se vexe pas, elle n'avait jamais fait attention aux E.K qui pouvait signer la fin de quelques articles du JOP, pour elle, ces journalistes n'étaient qu'une bande de lèches-culs pitoyables qui s'employaient à vouer un culte à l'Impératrice tout en servant leurs inepties infâmes à la population. Pouvait-on d'ailleurs encore appeler ça une population ? Plutôt une bande de moutons aveugles à qui ont fait avaler de forces les pires affabulations et le pire c'est qu'ils en redemandent. Julianne soupira pour elle-même à cette pensée, la chaleur n'aidait pas à supporter la chose. Pourtant, la jeune femme ne s'arrêterait pas de se battre pour autant, justement, tant qu'ils y auraient des gens qui refusent d'ouvrir les yeux elle s'efforcerait de s'employer à faire bouger les choses, à protester, à prouver qu'il est encore possible de se rebeller.

Bref au final ça voulait bien dire qu'il faisait parfaitement son job et qu'on ne pouvait discerner ce qu'il pensait réellement du régime. Un atout fort dans la place. En revanche elle connaissait un peu mieux les article de Mnémé pour suivre assez régulièrement le journal de la Cible, elle appréciait plutôt le style d'ailleurs et elle se trouvait face à son auteur. C'était que le cadet des Kane avait plus d'un talent... Elle ne pouvait certes pas en dire autant, mais sa volonté sans faille, sa combativité, sa haine pour le régime et Livingstone faisait sa force et Evan devrait s'en contenter. La rebelle finit sans s'en rendre compte par se retrouver à fixer le journaliste avec une intensité un peu trop... intense justement et porta de nouveau la bouteille à sa bouche pour se désaltérer mais elle ne lâchait toujours pas l'homme des yeux comme captivé. Il paraissait à la fois tellement chétif, sa stature n'avait rien d'imposante au contraire. Pourtant derrière son corps frêle on pouvait sentir à travers son regard profond une force à la fois dure et sincère mais qui recèle de multiples facettes.

L'instant général de réflexion fut subitement coupé lorsque l'artiste se redressa pour étaler ce qu'il avait ramener sur la table. Il demanda alors à la rebelle de s'occuper de mettre en forme ce qui n'avait pas été fait ainsi que d'essayer de trouver des idées pour faire diffuser le journal de la rébellion. Dans un hochement de tête et une dernière gorgée de bière qui finirait la bouteille, Ju se mit au travail consciencieusement. Pas qu'elle voulait seulement faire bonne impression, elle était déjà au dessus de tout ça. Ce journal c'était un moyen de communication on ne pouvait plus indispensable pour la Cible et sa préparation nécessitait un travail rigoureux pour être le plus percutant et pertinent possible, il était une arme aussi bien que les affiches et les tags de contre-propagande qui pouvaient orner certains murs de la ville. Julianne prenait alors sa tâche très à cœur, comme tout ce qu'elle faisait pour sa lutte contre l'autorité et le despotisme.

De temps en temps, la jeune femme relevait la tête de son travail et jetait un coup d'œil à son hôte qui semblait bien préoccupé par sa tâche, lui aussi. Et puis elle se reconcentrait sur le journal jusqu'à ce qu'Evan ne leur apporte de nouvelle bière. Elle avait incroyablement chaud mais le ventilateur venait par intermittence souffler dans sa chevelure et rafraichir son cou et son visage tout en faisait danser ses cheveux flamboyants. Elle finit par tenter de trouver un peu de fraicheur grâce à sa bouteille tout droit sortie du frigo en la collant contre sa peau. C'était presque un succès, surtout quand de léger frisson naissait sur son épiderme.
Au final les heures s'égrainèrent et le soleil commença à décroitre pour laisser l'air de la fin de journée tomber sur la ville. Ju décrocha un bâillement et s'étira avant que l'homme ne se penche à ses côtés pour voir ce qu'elle avait produit. Il fit un dernier aller-retour pour lui tendre un dernier rafraichissement en se permettant une remarque sur l'état de ses stocks. A son clin d'œil, Ju répondit par un petit sourire mutin. L'homme prit alors place à ses côtés pour étudier son travail et son sourire présageait plutôt du bon et s'était tant mieux. Une nouvelle cigarette fut allumée et Julianne la regarda d'un drôle d'œil. Et puis, sans savoir pourquoi, elle la prit des mains de l'artiste, la porta à sa bouche, tira dessus... avant de tousser en riant et de la tendre de nouveau à son propriétaire.


-C'est vraiment de la merde ce truc, fit-elle toujours riante. D'ailleurs l'alcool et la chaleur devait avoir leur petit effet sur cette euphorie soudaine. De même que le trop plein de concentration et l'étrange fait qu'elle se sente à l'aise avec le journaliste.

Cependant elle reprit alors bien vite un semblant de sérieux pour pouvoir répondre aux attentes de son vis-à-vis : la diffusion du JDC. En effet, la question était plutôt épineuse, comment diffuser au plus grand nombre sans se faire repérer, sans mettre en danger les lecteurs et comme les producteurs. De plus, la capitale était plutôt bien desservit, même si tout était relatif et que cela était loin d'être suffisant, mais il devait vraiment améliorer la diffusion dans les provinces qui était vraiment trop faible et fragile.


-Pour la diffusion, je pensais que ça pouvait être une idée de placer des journaux dans des lieux publics, accessibles à tous et difficilement surveillables. Impossible de savoir qui les met, qui les touche... tout en sachant qu'il faut déjà savoir où les trouver, ça ne faciliterait pas la tâche au gouvernement. Sinon... les glisser directement dans les boites au lettres des beaux quartiers... certes, là plupart finiront à la poubelle voire même brûler de peur qu'une bonne petite famille bien docile soit trouver en possession de ça mais... il y aura également tout ceux qui n'ont jamais oser rien faire ni rien dire, ils l'auront sous la main et qui sait, la curiosité, juste jeter un regard dessus, le cœur palpitant, un peu effrayés de ce qu'ils sont en train de faire pour finalement se rendre compte qu'ils ne sont pas les seuls à penser comme nous ! Elle ajouta précipitamment. Certes, je sais c'est un peu plus risqué mais...il faut agir de nuit et... moi je serais prête à le faire.

Elle se tut un instant. Observant quelle serait la réaction d'Evan à sa proposition.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Mar 22 Juin - 1:25

Evan avait bien remarqué les regards plus ou moins insistants de la nouvelle recrue mais n’y avait pas prêté plus attention que ça. Lui aussi l’observait et il savait que c’était là un moyen de jauger la personne à qui on avait à faire. Bien sûr, la vue n’était pas désagréable de son côté ! Ce qui rendait cette « inspection » encore plus intéressante. Cependant, il se ressaisit bien vite lorsque la jeune femme lui prit sa cigarette de la bouche avant d’en fumer une taffe. Enfin fumer… si on pouvait appeler ça comme ça vu la quinte de toux qui suivit ce geste et l’air dégoûté qui s’était affiché sur son visage avant qu’elle n’éclate de rire ! Etrangement, ce son vint tinter d’une manière plus qu’agréable aux oreilles de l’artiste. Il était en effet peu courant d’entendre un rire franc et spontané dans le milieu de la résistance, mais celui-ci avait un petit quelque chose en plus qui lui décrocha un sourire ravi et un léger frisson de plaisir. Vraiment curieux l’effet qu’elle pouvait avoir sur lui alors qu’il ne la connaissait que depuis quelques heures à peine. Il répugnait à mettre ça sur le compte de son attirance pour Julianne, mais il était obligé de s’avouer à lui-même qu’il était indubitablement sous son charme. Elle dégageait une force et une volonté qui la rendait encore plus désirable que si elle avait simplement été jolie. L’homme tentait pourtant de se raisonner et de ne pas se laisser aller afin de garder les idées au clair, bien que cela commençait à devenir de plus en plus difficile au fur et à mesure que la soirée et le niveau d’alcool avançaient. Il réussit pourtant à faire abstraction de ses agréables pensées le temps de rouler des yeux en reprenant la cigarette qu’elle lui tendait. Il la regarda quelques instants avec un petit sourire en coin avant de prendre la parole d’une voix légèrement paternaliste.

- Laisse ça aux grandes personnes veux-tu ? Au prix que ça coûte de s’en procurer des vraies, tu ne vas pas non plus me les gâcher!

Et sur ce, il tira une longue bouffée qu’il exhala avec un plaisir affiché, renversant sa tête en arrière, ses yeux à demi-clos. Lorsqu’il les rouvrit, il les posa immédiatement sur la jeune femme qui devait à présent lui dévoiler ses propositions quand à la diffusion du Journal de la Cible. Pour le coup, il redevint très professionnel et l’écouta avec la plus grande attention. Ce qu’elle proposait n’était pas bête du tout et l’idée des boîtes aux lettres avait séduit l’artiste. Lorsqu’elle eut fini, il resta silencieux, le regard dans le vide, réfléchissant aux moyens de mettre en pratique les suggestions qu’il venait d’entendre. Il était heureux de constater qu’elle semblait réellement motivée à tout faire pour les aider dans leur lutte. Qu’elle soit prête à aller déposer le JdC elle-même dans les rues de la capitale démontrait, selon l’homme, une grande force de caractère et une volonté à toute épreuve et c’était exactement de gens de cette trempe dont ils avaient besoin. Lui-même était prêt à braver les interdits pour faire passer le message de la résistance et il ne comptait plus le nombre de fois où il était sorti discrètement dans les rues, en pleine nuit, pour tagguer des affiches et coller des flyers sur les murs d’Hegemony. Pour ce qui était du reste des rebelles, ils étaient bien assez nombreux ceux qui n’avaient pas peur de faire une virée interdite et il serait aisé de trouver des volontaires. Il gratifia donc Julianne d’un sourire avant de la féliciter pour ses idées.

- T’as fait du bon boulot. On avait déjà placé des exemplaires dans des endroits stratégiques où on sait que la Milice ne passe que rarement. Mais le coup des boîtes aux lettres, on n’y avait pas pensé, c’est excellent ! Personnellement, j’irai encore plus loin et je ne nous cantonnerais pas aux quartiers aisés. Il y a plein de gens qui vivent dans la merde dans les zones malfamées et qui pourtant ne se bougent toujours pas !

Il fit une légère pause pour boire une nouvelle gorgée de sa bière qu’il vida d’un trait avant de reprendre la parole d’une voix enjouée en se relevant du canapé.

- Bien ! Maintenant qu’on a bien bossé, on va pouvoir se détendre un peu !

Aucun sous-entendu là-dedans, tout du moins, pas complètement… Elle pouvait très bien rentrer chez elle et lui passerait sa soirée à dessiner. Ou ils pourraient parler de choses et d’autres durant des heures, histoire qu’il en sache un peu plus sur elle qui restait si mystérieuse. Il interrompit ses réflexions et resta planté quelques secondes à la contempler avant de se diriger vers un petit buffet et d’en sortir deux verres et une bouteille de whisky qu’il posa sur la table basse. Il servit une bonne quantité à chacun et se rassit, son verre à la main, avec un petit rire en lui faisant remarquer que cette fois-ci, au moins, ils étaient au sec ! Après avoir trinqué, ils passèrent une bonne partie de la soirée à discuter et à boire, déversant autant leur haine de l’Impératrice que d’alcool dans leur verres. Les anecdotes concernant leur engagement fusèrent, ainsi que celles concernant celui qui les avait présentés. Les éclats de rire allaient bon train et plus le temps avançait, plus l’artiste se laissait gagner par l’euphorie que seul l’alcool peut fournir. Pour la première fois depuis longtemps, il se laissait aller, ne réfléchissait plus à ce qui l’entourait et il devait avouer que cela lui faisait un bien fou ! Se déconnecter ainsi de tout était plutôt rare pour lui et il en avait presque oublié la sensation exquise que ça pouvait procurer.

Alors que la bouteille était vidée aux trois-quarts, la jeune femme se leva en s’excusant et demanda le chemin des toilettes. Après le lui avoir indiqué, Evan s’alluma une nouvelle cigarette qu’il fuma tranquillement en attendant le retour de la résistante. Affalé sur le canapé, ses yeux fixant un point incertain dans le vide, il resta immobile, n’esquissant que de temps à autre un geste pour porter sa sèche à ses lèvres et en tirer une bouffée. Le ventilateur, toujours allumé n’arrivait pas à le rafraîchir et il sentait son t-shirt se coller à sa peau par endroit. Etait-ce la chaleur de la nuit ou les verres qu’il s’était descendu ? Un savant mélange des deux à n’en pas douter. C’est d’ailleurs sûrement ça qui le poussa à faire ce qu’il fit lorsque Julianne revint dans la pièce. Il venait d’écraser sa clope dans un cendrier et avait tourné son regard vers elle, la contemplant à nouveau. Avec ses cheveux roux légèrement humides, sa peau pâle, délicate et constellée de tâches de rousseur, son visage radieux et souriant, elle était tout simplement sublime. Subitement, il se leva et se dirigea vers elle, un vague sourire flottant sur ses lèvres, ses yeux d’un bleu profond la fixant avec intensité. Il s’arrêta à quelques centimètres et, après une brève pause silencieuse, il l’embrassa sans prévenir et avec fougue. Une de ses mains s’était naturellement posée sur la nuque de la jeune femme tandis que l’autre effleurait sa hanche avec douceur, la pressant plus fortement lorsque ses baisers s’intensifiaient. Il ne savait plus ce qu’il faisait et à vrai dire, il n’y pensait pas du tout. Peut-être allait-elle le repousser et ne pas le laisser succomber à ses pulsions ou au contraire le laisser faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne Cherring
Acharnée de la résistance
avatar

Messages : 1838
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Planque

Feuille de personnage
Situation: Enceinte
Renseigements:
Humeur: Excédée

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Mar 22 Juin - 18:25

Julianne avait laissé le journaliste reprendre sa cigarette alors que celui-ci la regardait toujours avec un sourire à faire fondre n'importe quel bloc de glace et dieu seul savait qu'avec les quelques bières que Ju avait bu elle était loin d'en être là. Elle se surprit même à fixer ce petit sourire allumée par l'idée qu'elle ne résisterait pas à y goûter si on lui en donnait l'autorisation. Mais s'était totalement stupide. La chaleur lui avait décidément grillé une bonne paire de neurone. Après tout, ils avaient beau avoir l'air de bien s'entendre ce n'était pas une raison pour s'abaisser aux pensées primaires qui animeraient des bêtes sauvages. Et puis ils étaient là pour travailler, pour la rébellion et aucunement pour autre chose. De toute façon c'était prohiber dans l'esprit de la résistance, comme toutes les idées d'attachement ou de relations affectives etc.
Bref, quoi qu'il en soit, l'artiste ne se priva pas de faire remarquer à Julianne qu'on ne jouait pas avec les cigarettes d'un ton des plus condescendant tandis que ces yeux pétillaient de malice. Celle-ci fut dont tirée de ses pensées légèrement déplacées et ne se priva pas de décrocher à son interlocuteur une légère tape derrière le haut du crâne, comme son aîné lui avait fait par deux fois dans les heures précédentes. Elle répondit presque du tac au tac :


-Comme tu me l'as si bien fait remarquer, mes seize ans sont loin, comparé à toi ! Alors pas de cet air avec moi !

Elle avait prit un air faussement vexée avant de s'éclairer d'un magnifique sourire. Ils reprirent ensuite leur sérieux afin de continuer la conversation. Au final, Ju pu se rassurer d'avoir fait du bon travail alors qu'Evan la gratifia rapidement. Elle n'allait cependant pas prendre la grosse, tête c'était la moindre des choses que d'avoir des idées et d'agir de façon constructive. Il ajouta que sont idée des boites aux lettres étaient très bonne mais précisa qu'il ne fallait pas ce cantonner aux quartiers aisés et il avait raison, encore trop peu de gens, même confrontés à la réelle misère quotidienne, qui acceptaient de réagir.
Lorsque l'homme annonça qu'ils avaient bien travaillé et qu'ils allaient pouvoir se détendre, Ju soupira de satisfaction, elle était en fait de nouveau dans la « vraie » lutte et s'était plus tonifiant que jamais. Pour sa part, l'artiste c'était relever afin d'aller leur servir un whisky pour le moins délicieux. Pas à dire, il devait avoir d'excellent contact, à l'image des produits dont il faisait l'acquisition. Julianne décrocha un nouveau rire clair alors qu'Evan faisait remarquer que cette fois ci ça maladresse n'avait pas de nouveau frappée et la rebelle s'installa un peu plus confortablement dans le canapé.

Il y avait bien longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi légère alors que pourtant elle entrait de nouveau dans un combat rude et dangereux. Mais non, étrangement elle se sentait plutôt détendu et à l'aise et... en bonne compagnie. Cela ce confirma d'ailleurs lorsque la conversation s'engagea sur divers sujets. Julianne ne cessait de s'étonner silencieusement des points communs qu'ils pouvaient avoir. Le résistant faisait preuve d'une hargne sans borne contre la Cinglée et il était indéniable qu'il consacrait sa vie pour ses idéaux et que rien d'autre ne pouvait compter. Elle n'avait pas connu de personne aussi engagée et déterminée à tuer Livingstone de ces propres mains comme s'il s'agissait d'une raison de vivre, à part elle-même peut-être et l'aîné des Kane justement, mais quelques longues années auparavant. En tout cas on pouvait nier que les deux s'entendait parfaitement bien et ils ne tardèrent pas à s'avouer qu'ils s'étaient mutuellement détester au premier coup d'œil, ce qui était plutôt ironique. Les rires allaient bon train et l'alcool faisait son petit effet... dans tous les sens du terme ! Autant Ju commençait légèrement à avoir la tête qui tournait et à être bien enjoué, autant elle n'en restait pas moins une femme et qui dit quelques bières et autre dit envie pressante. Elle s'excusa alors auprès de son hôte et lui demanda le chemin approprié. Elle en profita au passage pour se rafraichir d'un peu d'eau sur le visage et dans le cou, la chaleur ne semblait pas vouloir diminuer, bien que le degrès d'éthanol dans son sang devait y être aussi pour quelque chose. Elle finit par s'assurer qu'elle marchait encore un minimum droit, à voir, avant de retourner silencieusement dans le salon. Evan était en train de la dévisager alors qu'elle revenait dans la pièce et elle lui sourit gentiment.
C'est alors que l'homme se leva et vint se poser devant elle. Elle le regarda, légèrement perplexe et fronçant les sourcils. Elle sentait ses magnifiques yeux la scruter de part et part et ne savait pas vraiment ce que cela signifiait. Elle essayait de ne pas se perdre dans le bleu magnifique de son regard en voulant demander s'il y avait un problème mais au moment même où elle allait ouvrir la bouche, il lui vola un long baiser passionné. La résistante avait senti les mains de l'homme se poser sur son corps qui avait répondu en frissonnant. La surprise avait étouffé toute réaction et elle se laissait faire alors que son cerveau s'engourdissait doucement. Le goût des lèvres de l'homme contre les siennes. Ses mains, douces, contre sa hanche et sa nuque. Une explosion de sensation éclata dans sa poitrine en l'espace de quelques secondes à peine.
Jusqu'à ce que sa conscience et son bon sens ne reprenne le dessus, que les connexions cérébrales ne se fassent et qu'elle comprenne ce qui était en train de ce passer. Le plaisir qui l'avait envahi ne valait plus grand chose face à ça. Elle repoussa alors violemment Evan en le souffle court et le dévisageant comme s'il avait été complètement fou. Elle allait l'insulter de tout les noms mais elle se contenta d'agripper violemment son t-shirt... pour venir le plaquer contre le mur le plus proche et reprendre le baiser là où elle l'avait écourter mais lui rendant au rebelle pleinement la fougue qu'il lui avait transmise.

Elle était complètement folle. Elle avait poser ses mains sur le cou et la joue d'Evan en l'embrassant avec ardeur mais une petite voix dans ce tête il assena d'arrêter ça tout de suite, qu'elle n'était pas la pour se faire son « premier » contact dans la Cible, qu'elle devait rester professionnel et ne pas céder à des envies qui secrètement l'avait tiraillé depuis qu'elle était tombé sous un charme inexpliqué. Elle finit par faire taire la voix en question par une baffe intérieur, mais ce calme tout de même un peu. Elle y était allée peut-être un peu fort non ? Mais son désir semblait on ne pouvait plus exacerbé. Elle leur laissa alors le temps de reprendre leur souffle quelque seconde en plantant son regard dans celui de son partenaire improvisé, ça ne la calmait décidément pas dans ces envies de le regarder et elle lui sourit d'un air un peu mutin avant de se mordre la lèvre. C'était quand même fou. D'un côté elle essayait de se persuader que lui aussi avait un minimum envie de ce qui était en train de se passer, sinon il ne se serait pas jeté sur elle, si ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Mer 23 Juin - 3:05

L'artiste s'était complètement laissé aller à son désir violent et irrépressible, mais il fut stoppé, la stupeur passée, par la jeune femme qui ne semblait pas l'entendre de cette oreille! Avec tout l'alcool qu'il venait de s'enfiler, il eut de la peine à se tenir debout alors qu'elle le repoussait avec violence. Le regard qu'elle lui lança montrait clairement qu'elle désapprouvait ce qu'il venait de faire et il aurait pu regretter son geste si quelques secondes plus tard elle ne l'avait pas poussé contre l'un des murs du salon pour reprendre ce qu'il avait commencé. Alors ça, il ne s'y était pas attendu! Après l'expression de reproche qui s'était affichée sur son visage quelques instants auparavant, il n'aurait jamais cru qu'elle se jetterait elle aussi sur lui pour l'embrasser avec frénésie! Cependant, ce n'était pas le moment pour lui de disserter sur le sujet, mais plutôt de profiter du doux contact des mains de Julianne sur sa peau. Un frisson de plaisir lui parcouru d'ailleurs l'échine et il répondit aux baisers avec la même ardeur, commençant doucement à caresser le dos de la résistante. Mais l'alcool n'aidait pas à tenir ce rythme effréné très longtemps et après quelques instants à ce régime, ils ralentirent leurs échanges jusqu'à s'arrêter. Evan tenait toujours sa partenaire dans les bras alors que celle-ci se reculait et le provoquait carrément en lui balançant un regard lourd de sous-entendus et en se mordillant la lèvre inférieure d'une manière aguicheuse. Tout ceci n'était pas pour déplaire à l'homme qui la contempla durant de longues secondes, tentant de comprendre et d'observer chaque parcelle de la physionomie de la jeune femme. Il voulait à tout prix graver dans sa mémoire le tableau qui s'offrait à lui en ce moment et il se promit en son fort intérieur d'en faire un dessin une fois qu'ils en auraient terminé. Tout en elle l'inspirait à cet instant et il savait qu'il tirerait de ce moment d'éclat intense quelque chose de magnifique. Gardant ceci en tête, il se décolla du mur et s'avança à nouveau vers elle, la faisant reculer à petits pas tout en alternant les coups d'œil chargés de désirs et de petits baisers volés.

Lentement, ils traversèrent ainsi le couloir étroit de l'appartement jusqu'à se retrouver dans la pièce du fond qui se trouvait être la chambre de l'artiste. Celui-ci s'écarta alors une nouvelle fois de Julianne et retira son t-shirt (ou plutôt celui de son frère) qu'il laissa tomber à terre. Il s'attaqua ensuite à celui que portait la jeune femme en prenant bien soin de le lui enlever avec des gestes lents, ses mains caressant sa peau avec douceur et profitant un maximum de ce contact. Le haut vint rejoindre celui qui se trouvait déjà au sol tandis qu'Evan parcourait avec ses lèvres la peau nouvellement dénudée de sa partenaire. Il la fit encore reculer de quelques pas, sa bouche embrassant tantôt le creux de son épaule, tantôt celui de sa poitrine, avant de la prendre dans ses bras et de la faire décoller du sol avec légèreté. A le voir si mince, on aurait pu douter de sa force physique, mais il n'était pas si chétif qu'il y paraissait en fin de compte et il fallait également avouer que la montée d'adrénaline qui s'était emparée de son corps l'aider à se surpasser. Il déposa la rebelle sur son lit avec délicatesse, ne souhaitant pas particulièrement la blesser, avant de s'allonger à moitié sur elle. Se tenant sur les mains afin de ne pas l'écraser de son poids, il la contemplait dans la semi-obscurité ambiante. Ils n'avaient bien évidemment pas pris le temps d'allumer la lumière en entrant dans la pièce! Cependant la lueur de quelques lampadaires de la rue ainsi que celle de la lune, tombaient sur eux, rendant ce moment un peu plus excitant encore. Découvrir le corps de l'autre par le sens du toucher était bien plus exaltant que de l'avoir simplement sous les yeux! Ce qu'il entre-apercevait n'était absolument pas pour lui déplaire! Mais il préférait sentir sous ses doigts les courbes, la peau et les expressions de la jeune femme.

Il reprit ses baisers, pliant légèrement les bras afin d'atteindre les lèvres de la résistante, se laissant aller de temps à autre à un peu plus de fougue et de passion avant de redevenir plus calme et tendre. Cependant, alors qu'il effleurait et mordillait tout en riant la bouche de Julianne, il se releva soudain, comme pris d'un doute. Pourquoi pensait-il maintenant à cela? Il n'en avait aucune idée! Surtout qu'il s'était décidé un peu plus tôt à agir sous l'effet de ses pulsions et n'avait plus été en état de réfléchir avec lucidité à partir de ce moment-là! Ses neurones avaient-ils décidés de lui gâcher son plaisir? Ou n'était-ce qu'une simple sonnette d'alarme protectrice qui lui demandait d'être prudent? Quoiqu'il en soit, il s'était interrompu dans son élan et tentait à présent de capturer dans l'ombre qui les entourait le beau regard vert de sa partenaire avant de prendre la parole dans un murmure amusé.


- Euh...... Ju? Juste pour être sûr.... On est bien d'accord qu'on est majeurs et vaccinés et que ça n'engage à rien là?

Autant être sûr et certain que la situation était claire pour tout le monde! Il aurait été dommage qu'un quelconque quiproquo vienne gâcher ce moment par la suite. Il n'avait pas la prétention de penser qu'elle était immédiatement tombée sous son charme et qu'elle s'attendait à vivre une grande histoire d'amour avec lui. Non, ça, ce n'était absolument pas le genre de la résistante et il pouvait l'affirmer sans aucun doute, même après n'avoir passé avec elle qu'une seule journée. Il souhaitait simplement savoir s'ils pouvaient faire ce qu'ils s'apprêtaient à faire sans qu'il n'ait à craindre une conséquence fâcheuse ou que cela change quoique ce soit entre eux. Il avait le sentiment d'avoir trouvé une sorte de double, une personne qui pensait comme lui et avec qui il se sentait à l'aise. Ils étaient sur la même longueur d'ondes et il voulait être sûr qu'une nuit d'amour n'allait pas les mettre dans une situation inconfortable. Lui, tel le stéréotype du mec, n'aurait aucun souci à faire comme si rien d'autre qu'un bon moment ne s'était produit entre eux! En revanche, il valait mieux avoir la confirmation qu'il en serait de même pour la jeune femme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne Cherring
Acharnée de la résistance
avatar

Messages : 1838
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Planque

Feuille de personnage
Situation: Enceinte
Renseigements:
Humeur: Excédée

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Mer 23 Juin - 23:51

Les deux amants improvisés s'échangeaient les baisers furtifs alors qu'Evan faisait doucement reculer Ju qui le dévorait littéralement des yeux, ils devaient retenir encore quelques instants leur passion vorace ne faisait que gonfler encore un peu plus de plaisir et l'impatience insoutenable. Elle tentait de capturer les lèvres de l'homme dans un mouvement fugace avant qu'il n'ait le temps de répondre, alors un grand sourire au visage et les yeux pétillants elle reculait encore un peu jusqu'à ce que ce soit lui qui ne tente de faire de même, et ainsi de suite. Ils finirent par arriver dans la chambre baignée d'obscurité de l'artiste. Seules quelques lueurs des éclairages extérieurs venaient nimber la pièce d'une douceur mystérieuse. Là ils s'immobilisèrent pendant quelques instant, le temps que le rebelle ne retire son t-shirt qui alla rejoindre rapidement le sol. Entre ombre et lumière, Julianne pu entre-apercevait le corps de l'homme qui venait à présent poser ses mains sur ses hanches et remontaient doucement le long de ses courbes pour la débarrasser , contrastant avec les frissons que provoquaient les doigts d'Evan alors qu'il effleurait délicatement sa peau. Bientôt les lèvres de l'homme vinrent embrasser sa peau soudainement mise à nue et la résistante ne pu s'empêcher un soupire de plaisir. Elle le laissa faire pendant quelques instants avant de poser ses mains sur les épaules de l'homme et de partir à la découverte de son corps, parcourant ses bras, son dos puis son torse toujours sous les baisers délicats d'Evan. Julianne profitait de chaque instant et son cerveau se mettant doucement en off, n'écoutant plus que son instinct et ne répondant qu'à son désir soudain pour l'artiste.

Il la prit alors doucement pour venir l'allonger sur le lit avant de venir la rejoindre en se penchant au dessus d'elle. Un léger sourire inconscient flottait sur ses lèvres alors que les mains de son partenaire venaient maintenant la caresser avec lenteur le long de ses courbes. Elle vint alors poser une main sur la joue de l'artiste qu'elle glissa doucement dans ses cheveux déjà ébouriffés, puis sur sa nuque, au moment même où l'homme se rapprochait pour échanger un nouveau baiser à la fois doux et passionné. Julianne ne voulait plus quitter le contact du corps d'Evan qui filait sous ses doigts. Elle découvrait peu à peu son corps qui se dévoilait sous ses caresses, muscles par muscles, centimètre par centimètre, Julianne commençait à s'enivrer, d'une autre façon que l'avait fait l'alcool, de l'odeur suave de son partenaire et du goût délectable de ses lèvres. Alors que l'impatience délicieuse du désir qui ne cessait ne monter, Evan semblait savoir parfaitement mesurer ses baisers et agir de la façon qui enflammait toujours peu plus la jeune femme. Celle-ci ce laissait parfaitement aller aux sensations qui emplissaient son corps lorsque tout s'arrêta brusquement. Un brin surprise, l'attention de Julianne revint à son maximum et elle dévisageait l'artiste mi-amusée mi-perplexe. Dans la pénombre elle semblait discerner le doute sur ses traits et dans ses magnifiques yeux où ma rebelle avait simplement envie de se noyer. C'est alors que le journaliste chercha à s'assurer qu'ils agissaient en adultes responsables et que tout ça n'était sans aucune conséquence.

Un sourire amusé éclaira le visage de la rebelle qui replaça dans le même temps une mèche de cheveux gênante. Voilà ce qui l'avait alors soudainement préoccupé... qu'ils se méprennent sur les intentions de l'autre ! Il était clair que pour la résistante, la situation n'était due qu'à leur désir profond de l'autre, le plaisir charnelle mais c'était bien là tout. Comment expliquer que de toute façon Julianne n'envisageait aucunement la possibilité de se lier avec qui que ce soit. Elle avait immédiatement imaginé qu'il en était de même pour Evan rien qu'en entendant son discours et en se rendant compte à quel point ils partageaient leurs idées. Cependant, il avait été assailli d'un doute et c'était certain que Julianne allait le rassurer. Ils étaient de tout façon trop identiques lui et elle pour qu'il se passe quoi que ce soit d'autre qu'un moment de bon temps qui avait si bien démarrer (et que Ju était plutôt pressée de poursuivre). Mais il était inconcevable d'imaginer quoi que ce soit d'autre dans un monde pareil, pas tant qu'il faudrait encore se battre, pas tant que l'amour rendrait vulnérable (et idiot). Dans un chuchotement languissant la rebelle lui confirma son intuition :


-Tout à fait... je crois que nous avons bien travaillé et que nous avons le droit de nous détendre... en passant un moment des plus... elle se releva doucement à la hauteur d'Evan pour attraper ses lèvres et terminer dans un souffle... agréable...

Julianne n'avait pas l'intention de laisser s'éterniser ce moment de pause et repris bien vite ses baisers, qu'elle déposait maintenant sur le corps de l'homme. Son envie devenait irrépressible et éveillait tout ses sens qui, en alerte, ne cessaient de faire déferler les frissons de plaisir dans son corps. Après quelques moments desses échanges doux mais embrasés Julianne décida qu'il était tant de se débarrasser du superflu. Toujours une lenteur calculée et presque insoutenable, elle entreprit de débarrasser l'homme de son pantalon en prenant le temps de parcourir sa peau au passage avec des gestes lent et aussi léger qu'un effleurement. Sa jambe vint alors doucement caresser la sienne en remontant doucement le long de son mollet puis de sa cuisse puis redescendant de nouveau pour remonter toujours un peu plus près du point sensible. De même, ses mains qui avait littéralement prit possession du corps de l'artiste et résignèrent à le quitter quelques courts instants pour venir dégrafer son soutient gorge avec toujours ce même sourire aguicheur sur les lèvres, tentant d'embrasser l'homme au passage. Elle s'employait à prendre son temps, à prêt tout, malgré les pulsions qui les animaient, ils avaient tout leur temps, non ?

_________________


Dernière édition par Julianne Cherring le Dim 27 Juin - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Jeu 24 Juin - 20:51

Evan fut satisfait de la réponse que lui donna la jeune femme et bien content de constater qu'ils étaient définitivement sur la même longueur d'ondes... même à ce sujet! Ils pourraient donc profiter de ces agréables instants sans devoir penser aux conséquences que cela aurait pu entraîner, ce qui était tout à fait au goût du journaliste. Il allait cependant demander une dernière confirmation, juste au cas où, mais n'en eut pas le temps qu'elle recommençait déjà lui couvrir le corps de baisers et de caresses. Ne souhaitant pas particulièrement rester en retrait, il suivit le mouvement et laissa ses doigts et ses lèvres courir le long des courbes de la rebelle. Lorsque celle-ci entreprit de se défaire de quelques-uns des vêtements qui les empêchaient encore de profiter pleinement de ce moment, il cru mourir. La petite garce! Elle prenait un malin plaisir à y aller le plus lentement possible afin de faire monter l'envie encore et encore. Il allait devenir fou si elle ne se dépêchait pas et qu'elle continuait à l'effleurer ainsi avec sa jambe! Le fait qu'elle se retrouve à moitié nue au-dessous de lui n'arrangeait rien et il caressait sa poitrine avec des gestes légèrement plus brusques qu'auparavant. Lentement, ses baisers tracèrent un chemin partant de son cou pour arriver jusqu'à son nombril, suçotant la peau de Julianne avec une certaine délectation. Ses mains rejoignirent bientôt ses lèvres et il releva la tête, recula un peu plus et déboutonna le pantalon de la résistante qu'il jeta derrière lui avant de faire subir le même sort à sa petite culotte. Un sourire en coin rempli de malice illumina son visage et le regard qu'il lui lança était sans équivoque. Il s'empressa alors de reposer ses doigts sur les jambes de la jeune femme pour remonter le long de son épiderme jusqu'à revenir sur son visage qu'il prit entre ses mains, s'arrêtant quelques instants pour la contempler.

Autant il était impatient de pouvoir de passer aux choses sérieuses, autant il était captivé, comme radouci, par le visage de la belle rouquine. Il lui déposa un baiser empli de tendresse qui contrastait violemment avec la brusquerie dont il avait fait preuve jusqu'à maintenant. Dans la pénombre de la pièce, il réussi à plonger son regard dans le sien. Un regard significatif, empli de désir, de convoitise et d'admiration qu'il ne brisa que pour rouler sur le côté, s'allongeant ainsi à côté de la résistante afin d'atteindre sa table de nuit. A n'en pas douter, l'alcool avait coulé à flot durant cette soirée, cependant pas assez pour que l'artiste ait une envie soudaine de devenir papa! Il ne fallait pas non plus exagérer! Et puis, même en-dehors d'une grossesse non désirée, d'autres facteurs de risques devaient être pris en compte, car après tout, il ne la connaissait pas! Il aimait certes jouer avec le feu, mais il y avait des limites! Il s'empara donc d'un petit carré d'emballage plastique qu'il déchira avec minutie avant de placer son contenu à l'endroit approprié. Ceci étant fait, il se positionna à nouveau au-dessus de Julianne et empoigna l'une de ses cuisses qui allait accompagner le mouvement de bassin qu'il venait d'entamer. Accoudé sur son autre bras, il n'avait plus beaucoup de possibilité de caresser la peau de la rebelle autrement qu'avec ses lèvres. Celles-ci se promenaient sur les épaules, la poitrine et le cou de sa partenaire avant de remonter pour l'embrasser à pleine bouche tandis que la main qui tenait toujours sa jambe faisait des allers-retours entre ses fesses et le creux de son genou.

Il pu rapidement sentir le souffle de sa partenaire sur son torse tandis qu'il se laissait emporter par toutes les sensations qui l'assaillaient. La moiteur de leur corps, autant provoquée par la chaleur environnante que par le désir qui les rongeait, ajoutait une touche de sensualité à leurs échanges. Evan souriait vaguement alors qu'un plaisir de plus en plus grand l'envahissait et il aurait bien continué à ce rythme, mais son bras commençait à fatiguer. Il roula donc une deuxième fois sur le côté, mais cette fois-ci, il entraîna avec lui la jeune femme qui se retrouva ainsi à califourchon sur lui. Heureux de pouvoir détendre les muscles de son bras, il le fut encore plus lorsqu'il posa son regard sur le corps, sublime était-il besoin de le préciser, de Ju. Mais regarder n'est qu'une partie du plaisir et bientôt, ce furent ses mains qu'il posa sur les reins de la résistante afin de l'aider dans le mouvement de va-et-vient si déroutant et enivrant qu'il avait commencé quelques minutes plus tôt. De petits râles, aussi légers que des murmures commencèrent à sortir de sa bouche tandis que ses yeux se fermaient et que son échine était parcourue d'un doux frisson. Il libéra l'une de ses mains qui vint attraper la nuque de la jeune femme afin de l'approcher un peu plus. Il releva légèrement son torse et vint trouver les lèvres de sa partenaire qu'il embrassa comme un fou et qu'il était décidé à ne plus lâcher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne Cherring
Acharnée de la résistance
avatar

Messages : 1838
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Planque

Feuille de personnage
Situation: Enceinte
Renseigements:
Humeur: Excédée

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Mar 29 Juin - 1:22

Julianne fut ravie de constater que sa réponse avait dû plaire à son partenaire occasionnel puisqu'il ne répondit rien et se laissa faire pour la suite. Certes, Ju ne lui avait pas vraiment laissé le choix de répondre quoi que ce soit et il semblait bien que le désir qu'ils éprouvaient irrépressiblement l'un pour l'autre devait aussi avoir joué son rôle dans ce silence approbatif. De plus, l'homme avait reprit baisers et caresses et la rebelle aimait voir que son petit manège était loin de laisser Evan de marbre alors qu'il avait du mal à supporter l'attente. Malgré la pénombre, la résistante pouvait distinguer la lueur qui brillait dans les yeux de son partenaire qui reflétait parfaitement ce qu'il devait ressentir de même que sa brusquerie conduite par le plaisir montant mais réfréné. Il entreprit alors d'embrasser le corps nouvellement dénudée de la jeune femme et traçait une ligne qui descendait le long de son buste. La façon qu'il avait de goûter sa peau était exquise et le dos de la rebelle se cambra légèrement sous ce plaisir nouveau Elle passait ses mains dans les cheveux et sur la nuque de l'homme alors qu'il s'affairait à la débarrasser de ses derniers vêtements.

Elle ne pu que répondre au sourire qui brilla alors à cet instant sur le visage d'Evan avant qu'elle ne ferme doucement les yeux, parcouru d'un nouveau frisson lorsqu'il reprit ses caresses. Son visage dans les mains de l'homme, ils se contemplèrent mutuellement pendant plusieurs secondes où le temps sembla s'arrêter. Elle avait du mal à exprimer ce qu'elle ressentait si ce n'est qu'une sorte de bonheur pur et enivrant au contact du rebelle. Elle avait envie de lui, de ses yeux qui brillaient si particulièrement, de sa bouche si voluptueuse, de ses cheveux, ses trait, son visage et son corps... ce charme si singulier qui émanait de sa personne... elle le voulait tout entier. Il l'embrassa alors avec une douceur extrême comme il ne l'avait pas fait encore. La résistante succomba. Elle s'était arrêtée l'espace d'un instant de parcourir le corps de l'homme, les bras reposés sur le lits, profitant seulement de cet échange si particulier. Et puis le regard qu'ils échangèrent ensuite rompit la bulle dans laquelle ils avaient soudainement été enfermés et où le temps était resté en suspens. Julianne regardait l'homme avec intensité. Ses yeux reflétait ses pulsions, l'envie qui la dévorait depuis qu'elle l'avait plaqué contre le mur dans le salon, son désir exacerbé d'être dans ses bras et plus encore, de le satisfaire pleinement mais aussi mutuellement.

L'homme s'installa alors à ses côtés l'espace d'un instant pour prendre les précautions nécessaires. Vrai qu'ils ne se connaissaient pas vraiment au final et ni une maladie incurable et encore moins un enfant n'était concevable ! Il revint alors au dessus de Julianne qui laissa, dans un premier temps, Evan diriger. Sa main était venue prendre sa cuisse et Julianne avait fermé les yeux alors que son dos se cambrait sous le premier mouvement de l'homme. Une main était venu se poser au bas du dos de l'homme qui suivait ses mouvements, l'autre caressait sa nuque et remontait dans sa chevelure tandis qu'il déposait de nouveaux baisers partout où il le pouvait. Plus rien ne traversait l'esprit de la jeune femme, si ce n'était les décharges de plaisir qui engourdissait son cerveau. Les frissons sur sa peau lorsque la main de l'homme parcourait sa cuisse, leurs peaux fiévreuses et tièdes collées l'une à l'autre dans la chaleur ambiante, les lèvres effleurant sa poitrine et son torse, la chaleur grandissante dans son bas ventre qui augmentait au rythme du vas-et-vient de son partenaire. Julianne avait de plus en plus de mal à ce concentrée, sous l'emprise du plaisir montant.

Entrainée par son partenaire, la résistante se retrouva bientôt au dessus de lui et elle ne pouvait le cacher, pour son plus grand plaisir. Certes, elle se délectait de laisser faire le rebelle, mais rien n'était plus grisant que de pouvoir mener la danse. Les yeux mi-clos, elle avait reprit le mouvements de son partenaire, laissant son corps être envahis par des milliers de sensations différentes absolument délectables. Les mains d'Evan étaient venues se poser sur son bassin afin de l'accompagner et petit à petit elle ferma les yeux. Sa respiration s'était sensiblement accélérée et elle passa ses mains dans ses cheveux alors que sa longue chevelure rousse retombait en cascade sur son corps nu. L'homme s'était alors légèrement redressé alors qu'il avait entrainer Ju pour qu'elle se penche vers lui. Sa longue chevelure flamboyante vint alors encadrer le corps de son partenaire tandis qu'il embrassait comme jamais. Ne voulant pas mette fin à cet échange si passionné, Ju avait aidé Evan à se relever doucement vers elle alors qu'elle glissait ses mains dans son dos en l'enlaçant fermement. L'un contre l'autre, la rebelle sentait parfaitement les battements accélérés du cœur de son partenaire. Elle avait poser sa tête dans le creux de son épaule lui déposant de temps en temps quelques baisers dans le cou, mordillant légèrement sa peau. Ses mains se crispaient un peu plus sur le dos du résistant alors que le rythme de leurs bassins augmentait encore un peu, les rapprochant toujours d'un plaisir plus grand et plus enivrant.

De longues minutes plus tard, Ju retombait doucement sur le lit aux côtés d'Evan, le coeur battant, reprenant une respiration plus calme, à plein poumon et un sourire béat sur les lèvres. Pas à dire, ça avait été excellent. Elle se sentait à la fois épuisée et gonflée à bloc. Elle s'était blottis contre l'homme et avait doucement reprit ses esprits partis quelque part pas très loin du septième ciel à son avis, tout en caressant doucement le torse de son partenaire de jeu d'un air un peu distrait.
L'ivresse de l'alcool s'était certes dissipée mais il en restait une qui elle faisait encore un peu son effet. Ju se pencha doucement vers Evan pour l'embrasser avec douceur avant de sauter presque hors du lit :


-J'ai soif ! Annonça-t-elle avec un brin de malice avant de quitter la pièce sans prendre la peine de retrouver autre chose que sa petite culotte et un t-shirt dans le tas de vêtements éparpillés négligemment sur le sol.

Elle rejoignit le salon où ils avaient laissé leur verre et Ju ne se priva pas de les resservir d'une petite rasade du précieux breuvage du journaliste. Elle pénétra ensuite dans la cuisine ou elle mis quelques glaçons dans les verres, ça ne serait pas désagréable, surtout aux vues de la température ambiante. Lorsque cela fut fait elle retourna dans la chambre où Evan semblait de pas avoir bougé. Elle le contempla quelques instants, installée dans encadrement de la porte, un verre dans chaque mains. Lorsqu'elle revint à ses côté, elle lui tendit l'un des deux verres avant de porter le siens à ses lèvres. Elle resta quelques secondes silencieuse avant de fixer Evan avec un petit regarde presque sournois comme une gamine qui allait faire une bêtise. Et ça ne tarda pas ! Alors qu'elle venait de finir son verre elle fit tourner les glaçons au fond avant de les lancer sur le corps nu de l'homme dans un rire sonore ! Elle s'écarta bien rapidement pour éviter toute représailles et sourit largement. Mais bientôt déjà elle s'était rapproché de sa victime, se plaçant doucement à califourchon sur celui-ci en lui tenant les poignets, les yeux pétillants de malice. Le glaçon restant sur le ventre de l'homme fondant tranquillement. Jusqu'à ce que Ju s'amuse à le déplace doucement sur son buste avec un air mutin. Bientôt elle se pencha doucement sur le corps de l'artiste pour venir lécher lentement la glace qui avait fondu en eau. Elle vint alors reprendre le glaçon dans sa bouche... avant de le « cracher »(genre comme un noyau de cerise quoi, pas entouré d'un gros mollard s'entend ZZ) à la figure de son partenaire. Elle éclata une nouvelle fois de rire avant de lâcher l'homme et se sauver en courant de la chambre et de se plaquer contre le mur du couloir, le cœur battant, un grand sourire sur les lèvres, bien décidé à surprendre Evan s'il se décidait à la poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Lun 16 Aoû - 10:45

Tout comme lui, Julianne ne semblait pas vouloir que leurs lèvres se disent au revoir et elle l'avait attirée à elle jusqu'à ce qu'il soit complètement redressé et qu'il se retrouve en position assise. Ainsi, leurs bouches pouvaient continuer à se caresser et à se chercher, ce qui n'était donc pas pour déplaire à l'homme qui la couvrait de baisers tandis que ses mains la serraient tout contre lui, jusqu'à ce qu'elle décide de caler sa tête dans le creux de son cou. Sentir ainsi son souffle chaud l'enivrait encore plus et c'est tout naturellement que les coups de reins échangés prirent un rythme plus soutenu. Le souffle de l'artiste s'accéléra également, ainsi que les battements de son cœur qui venait cogner avec violence contre sa poitrine, jusqu'à ce qu'un ultime râle de plaisir ne traverse ses lèvres de longues minutes plus tard. Il se rallongea alors, les yeux fermés, passant une main dans ses cheveux afin de les ébouriffer un peu plus, laissant son pouce glisser le long du dos de la jeune femme tandis qu'elle se pelotonnait contre lui. Il aimait sentir leurs corps moites coller l'un à l'autre, comme si leur peau elle-même leur intimait l'ordre de ne pas se quitter mais plutôt de réitérer ce qui venait d'être une expérience sexuelle des plus édifiantes! Peut-être cette sensation était aussi dû au fait que l'alcool semblait avoir décuplé les sens d'Evan? Quoiqu'il en soit, ils avaient pris du bon temps, c'était indéniable! Et l'homme n'était pas contre le fait de recommencer, après une petite pause tout de même. Il n'eut toutefois pas le temps de faire part de son idée que déjà la jeune femme s'était relevée après un rapide baiser.

Il la regarda quelque peu surpris mais lui dit de faire comme chez elle tandis qu'elle cherchait ses vêtements à travers la pièce qu'elle enfila avant de la quitter. Lui n'allait pas s'encombrer de cela pour le moment, surtout avec l'idée qu'il avait en tête! Il se contenta donc de rester allongé sur son lit et de reprendre son souffle qui restait toujours quelque peu court. Il n'eut cependant pas de minutes de répit que déjà la tornade rousse refaisait son apparition, appuyée contre le chambranle de la porte, deux verres à la main. Cette vision avait tout pour plaire à l'artiste qui accueillit son whisky avec un plaisir non feint. Pouvoir se désaltérer après une telle séance de... sport! Ce n'était vraiment pas une mauvaise initiative qu'elle avait eu là et pour preuve, il vida son verre en à peine deux gorgées. Lorsqu'il reposa son regard sur elle, ce dernier avait une expression des plus satisfaites et comblées. Cependant, quelque chose clochait et il fut rapidement intrigué par l'attitude de Julianne, bien qu'il fut déjà trop tard. Avant qu'il ne s'en rende compte, des glaçons étaient venus le refroidir abruptement, lui décrochant un cri de surprise et la nouvelle recrue s'était écartée, évitant ainsi le jet de glaçons qui était parti du vers du journaliste après son mouvement instinctif de défense. A présent elle s'était remise au-dessus de lui, réveillant ainsi des ardeurs à peine éteintes.

Les glaçons fondaient rapidement tandis que la jeune femme prenait un malin plaisir à les faire glisser sur toute la surface de son tronc. Elle lui enserrait les poignets en le plaquant au lit avec une force qu'il n'aurait pas soupçonnée chez elle, l'empêchant ainsi d'esquisser le moindre mouvement pour s'échapper. En même temps, il était plutôt amusé et émoustillé par son petit manège et cela alla en s'aggravant lorsqu'elle entreprit de lécher l'eau tiède qui s'était formée sur lui. A coup sûr il allait la renverser et s'amuser lui aussi avant de lui faire sa fête! Déjà il sentait certains muscles de son anatomie se tendre à nouveau sous le corps de Ju, mais celle-ci trouva un moyen imparable de le calmer pour quelques instants en lui envoyant les ultimes restes de glaçons à la figure. Alors là! Elle allait le payer! Et cher qui plus est! Elle voulait la guerre, elle allait l'avoir... Il la laissa donc filer sans rien dire avant de se lever et d'enfiler un caleçon dans le plus grand des silences. Il ne l'avait pas entendu courir très loin et il se doutait qu'elle était restée dans le couloir. Sans un bruit, il s'avança dans la pénombre de son appartement qu'il avait l'avantage de connaître par cœur. Il attendit encore quelques secondes avant de se ruer hors de la chambre et d'attraper la résistante au vol. Il la plaqua contre le mur dans un rire avant de la porter jusqu'à la cuisine en la tenant fermement.


- Tu vas voir ma grande! Quand on me cherche, on me trouve!

Il éclata d'un grand rire et l'allongea sur le sol froid et carrelé de la pièce après avoir ouvert le congélateur au préalable. Elle allait moins faire la maline maintenant qu'il la « menaçait » de l'entier du contenu d'un bac à glaçons! Il la regarda avec un large sourire, ses yeux se foutant carrément de sa gueule à la simple idée de ce qui allait suivre. Elle n'avait tout simplement pas moyen d'y échapper! Il s'allongea au-dessus d'elle et, après lui avoir enlevé son t-shirt, s'amusa à poser un à un les nombreux glaçons sur sa peau laiteuse sur laquelle se forma instantanément une chair de poule. Son regard bleu et taquin ne cessait de fixer son visage tandis que d'une main il attrapait les glaçons au fur et à mesure qu'il déposait sur elle. Son sourire s'élargit alors qu'il entreprit de se coller à elle et de faire glisser quelques petits bouts gelés sur son cou qu'il vint suçoter avec délectation. Il se releva ensuite et la porta jusqu'à la chambre, le bac dans une main, prêt à s'amuser encore un peu et à la provoquer du mieux qu'il le pourrait, car malgré la fraîcheur et le petit retour à la réalité que les petits bouts de glace lui avaient apporté, il avait encore envie d'elle. La nuit promettait d'être longue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne Cherring
Acharnée de la résistance
avatar

Messages : 1838
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Planque

Feuille de personnage
Situation: Enceinte
Renseigements:
Humeur: Excédée

MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   Mer 26 Jan - 5:27

Parfaitement silencieuse, la rouquine était plaquée contre le mur du couloir et guettait le moindre bruit provenant de la chambre avoisinante. Sa respiration rapide faisait se lever et s'abaisser son diaphragme en cadence et la rebelle devait se mordre les lèvres pour ne pas se trahir d'un rire. Elle distingua ce qu'elle pensait être le froissement des draps. Alors qu'elle attendait dans l'impatience et l'inquiétude de se faire démasqué, son ventre se crispait dans un chatouillement qui lui donnait envie de se lier en deux de rire. Elle tendit encore un peu l'oreille mais tout était silencieux et ses sens en éveils surent à l'instant même qu'elle était prise au piège. A peine eut-elle le temps de faire se constat qu'Evan se ruait hors de la chambre, l'attrapant dans son élan. Elle ne pu s'empêcher un petit cri de surprise alors qu'il l'avait prise à son propre jeu. Plaquée contre le mur, lui ne pu s'empêcher de rire, fier d'avoir réussit son coup. Julianne avait l'intention de capturer ses lèvres l'espace de cet instant mais déjà il la porta dans la cuisine où elle ne pouvait que tenter de se débattre mollement. C'est lorsqu'il ouvrit le frigo pour en sortir toutes une armada de glaçon qu'elle craint vraiment pour la suite et alors qu'il lui assurait qu'elle ne sortirait pas indemne de l'affront qu'elle lui avait fait, ses yeux s'écarquillèrent.

Déjà il l'allongeait sur le carrelage froid qu'elle protestait plus ou moins vigoureusement, ses cris étouffés par ses rires incontrôlables. Lui souriait, si proche de sa revanche, se délectant assurément de sa soudaine place de supériorité. Le haut de la rebelle retrouva bien rapidement le sol et Evan s'allongeait au dessus d'elle alors qu'elle voyait les glaçons se rapprocher un peu plus de son corps , dans une dernière tentative, elle se débattait :


-Non ! Non ! Nooon ! C'est de la triche !
Se plaignait-elle faussement alors que le glaçon touchait sa peau, la faisant immédiatement frissonné et par la même occasion, taire.

Le journaliste la fixait de son regard profond tandis qu'en valeureuse guerrière elle tentait de lui faire croire qu'elle résistait parfaitement. Elle n'opposa plus aucune forme de résistance lorsqu'il vint faire glisser l'eau gelée sur elle. Ses ardeurs reprirent de plus belle et alors qu'il suçotait la glace dans son coup, elle soupirait, les yeux fermer, un sourire sur les lèvres. Sans quitter le bac à glace, l'homme porta de nouveau sa proie dans la chambre. Le froid rafraichissant sur sa peau brulante attisait le feu qui brulait dans son bas ventre et la rappelait à un autre jeu beaucoup plus délectable que ce petit cache cache. Ils continuaient ainsi ce petit jeu jusqu'à ce que les provocations respectives ne soient plus soutenable. Peu à peu les baisers torrides avaient reprit et maintenant que chacun connaissait un peu mieux le corps de l'autre, la rebelle était d'autant plus à l'aise dans ses gestes comme dans les détails qui ferait succomber son partenaire de plaisir.

Julianne ne se lassait à aucun moment de la saveur de l'homme, de ses lèvres et de son corps, ni même de toutes les sensations qui envahissaient de nouveau son corps et son esprit, à la fois vivifiantes et enivrantes. Les minutes s'allongeaient pour prolonger leur contentement et leur désir dévorant. Le corps ardant de Julianne suivait tantôt les mouvements de l'homme tantôt reprenait l'homme entre ses reins. La respiration courte, chaque mouvement emplissait un peu plus son corps des douces sensations de l'autre et lui décrochait un petit gémissement de satisfaction.
Lorsque leur corps se séparèrent une nouvelle fois, Ju retomba doucement au côté de son amant d'un soir échangeant les derniers baisers.
La tête alors reposée sur l'oreille, regardant le plafond, elle se cala près d'Evan une main caressant distraitement son torse. La nuit était plus qu'avancée et plus ou moins contre sa volonté, Julianne ne put empêcher le sommeil de lui fermer les yeux et elle sombra dans les bras de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Entretien d'embauche, suite   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Entretien d'embauche, suite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Entretien d'embauche ensablé [FINISH]
» Entretien d'embauche (Margaret)
» Entretien d'embauche [PV Sibelle Grown]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Quartiers pauvres :: Zone résidentielle :: Appartement Evan Kane-
Sauter vers: