AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INTRIGUE 1.0 : LA GRANDE PARADE IMPERIALE [28 Février 2100 - CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julianne Cherring
Acharnée de la résistance
avatar

Messages : 1838
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Planque

Feuille de personnage
Situation: Enceinte
Renseigements:
Humeur: Excédée

MessageSujet: INTRIGUE 1.0 : LA GRANDE PARADE IMPERIALE [28 Février 2100 - CLOS]   Jeu 8 Juil - 23:05

Planque de Julianne

Le soleil se levait doucement sur Hegemony lorsque Julianne ouvrit les yeux. Elle avait eu une nuit agitée et pleine de rêves étranges se transformant toujours en cauchemars. Plusieurs fois, elle avait ouvert les yeux, en sueur dans sa nuisette qui lui collait à la peau. Elle tournait alors son regard vers l'horloge avant de changer de position, de fermer les yeux et de sombrer de nouveau dans le pays incertain des songes jusqu'à ce que l'heure soit correcte pour se lever.
Le ciel était vide de tout nuage et l'astre du jour luisait à sa guise dans le ciel. Mais il ne fallait pas en douter, dehors la température devant encore être bien basse. Étrangement, la couche de grisaille malsaine qui régnait habituellement au dessus des toits de la capitale, du moins ceux des quartiers pauvres, avait disparue. Comme si la Cinglée avait même eu l'idée de l'aspirer à l'aide dont ne savait quelle machine encore pour que sa ville soit, en ce jour glorieux qui devait la consacrer, la plus parfaite possible.

La résistante se tenait devant la fenêtre à moitié calfeutrée par deux planches de bois et observait silencieusement la capitale en train de s'éveiller. Elle sera un gilet autour de ses épaules, la froideur de l'extérieur n'avait pas de mal à se frayer un chemin par la vitre mal isolée. Mais au delà du froid général qui régnait dans la pièce, son esprit divaguait. Elle pensait à tous ces gens qui bientôt serait dans la rue alors qu'exceptionnellement ils n'auraient pas à aller travailler pour pouvoir admirer leur magnifique Impératrice. Elle soupira, ils auraient au moins pu occuper ce jour libre d'un façon plus intelligente, mais non. Ils serait tous là, massivement grouper en un troupeau informe et fou, tentant à tout prix d'entre-apercevoir leur idole, leur bourreau. Celle qui faisait de leur vie à tous un calvaire, celle qui n'hésitait pas à bafouer leur droits et leur libertés... Julianne avait du mal à savoir ce qu'elle ressentait pour ce peuple qui refusait d'ouvrir les yeux. C'était en quelque sorte pour lui qu'elle avait consacré sa vie à la résistance, mais il lui inspirait à la fois un dégout sans borne, car c'était également à cause d'eux que la Cible avait tant de mal à agir.
Et puis soudain elle pensa à Evan. Il devait être déjà en route pour couvrir l'évènement pour le JOP. Son cœur se serra violemment. Il était encore marqué par les coups des miliciens deux semaines auparavant.

Il avait fini par venir la voir quelques jours après le drame. Elle aurait de toute façon refuser de laisser Connor et Suzy s'occuper d'elle à répétition. Il avait tout de même fallut qu'elle insiste un peu pour qu'il accepter de se montrer à elle, le visage gonflé, tuméfié et bleui. Elle avait étouffé un cri d'effroi lorsqu'il était arrivé, certes elle était au courant et elle ne se voilait pas la face, elle savait qu'il avait été salement blessé par les miliciens ivres qui avaient débarqué dans un bar, mais le voir ainsi lui avait tout de même fait un choc. Elle avait tenter de ne pas trop parler de l'évènement en question. Elle s'était simplement assurée que rien n'avait filtré de la mort de milicien et que la Cible ne subirait pas les retombées de l'affrontement. Le résistant l'avait alors assuré que c'était le cas mais que le gouvernement ne perdrait de toute façon pas une occasion de blâmer l'organisation rebelle pour une perte d'effectif. Le reste de la soirée s'était passé tranquillement, les deux résistants avaient surtout eu une discussion animée à propos de la Grande Parade qui arrivaient à grands pas. Julianne avait beaucoup de mal à accepter qu'elle devrait se tenir à l'écart durant la durée totale de l'évènement. Elle savait que c'était la seule chose à faire, rester bien tranquillement dans sa planque à attendre les nouvelles de l'extérieur mais cela lui semblait totalement insupportable.

Elle avait en partie construit ce projet, elle avait consacré des mois entiers à élaborer des plans, trouver des idées, des informateurs, des exécuteurs. Tout ça pour qu'au final, elle n'ait pas le droit, même de loin, d'assister au spectacle, au coup d'éclat de la Cible. Alors qu'elle comptait, depuis qu'ils avaient eu l'intention d'organiser un attentat (appelons un chat un chat) le jour de la Grande Parade, appuyer elle-même sur l'un des détonateurs qui activerait l'une des explosions, il avait fallu qu'elle accepte de passer la main à quelqu'un d'autre. Elle savait que peu importait qui se trouvait derrière le détonateur, cela n'avait strictement aucune importance, que ce qui comptait était l'action et surtout l'impacte. Pourtant, ce retrouver loin de la lutte lui laissait comme un goût amer dans la bouche, qu'elle avait déjà senti il y avait bien longtemps, lorsqu'Abigail avait laissé ce monde.

La journée passa à une lenteur remarquable. La jeune femme tournait en rond dans la pièce unique de la planque et si le médecin lui avait conseillé de se reposer le plus possible, il était tout simplement inconcevable qu'elle reste allongée ne serait-ce que cinq minutes d'affilées. Evan lui avait apporté une petite télé la veille pour qu'elle puisse suivre l'unique programme qui serait diffusé de la journée : la GPI. Au sommaire : retransmission complète des discours, des défilés, des exécutions, commentaires sur les choix vestimentaires de people présents, commentaire des discours, analyse de la garden party... que des réjouissance et du blabla pendant une journée non-stop. Ju allait mourir. Ou balancer le téléviseur par la fenêtre. Il était d'ailleurs allumé en sourdine. Pas besoin en plus des images à vomir des commentaires nian-nian des présentateurs, encore moins d'entendre la Cinglée en personne diffusée sur 14 chaines à la fois.
Les heures semblaient ne pas en finir. La rebelle avait un moment presque été tenté d'éteindre la télé, mais rester à ne rien faire, télé éteinte, ça semblait encore plus impossible.
Elle avait essayer de lire, d'écrire, de s'occuper de chose concernant la Cible, mais c'était totalement impossible. Son ventre se nouait violemment et elle priait pour que tout se passe bien, pour que leur plan réussisse et que tout le monde soit sain et sauf.
Mais l'heure fatidique fini par arriver. L'heure des exécutions. Julianne était assise sur le rebord du matelas face à la télé, les yeux rivés sur l'écran. La retransmission en direct des évènements risquaient de ne pas pouvoir cacher à l'audimat ce qui se passerait dans quelques minutes maintenant. De Guise, dont Ju ne savait pas si la pâleur était réelle ou accentuée par la caméra venait de finir son discours et laissait place aux victimes et à leur bourreaux.
Les caméras étaient fixés sur la scène à différents angles de prise de vue. La rebelle retint son souffle. D'une seconde à l'autre, l'ordre de tirer aller retentir et... le début d'une violente déflagration se fit entendre au moment où l'image se brouilla, probablement par faute de caméra. Le relais fut donné à une autre caméra, puis une autre encore, avant de se rendre compte que les plus proches avaient toutes volées en éclat. C'est la caméra de l'hélico qui survolait la ville qui reprit l'antenne pour montrer les dégâts qu'avait causé apparemment trois bombes posées à proximité de la tribune.

Julianne avait sauté de joie. Elle s'était forcée à ne pas crier même si l'immeuble avait probablement été déserté pour la journée vue que tout le monde était à la fête. Elle jubilait littéralement. Elle se rassit quelques temps après avoir arpenté la pièce dans un élan de joie. Une main posée sur sa bouche elle n'en revenait pas. Ils avaient réussit. La Cible avait montré de quoi elle était vraiment capable. Elle était presque sur le point de pleurer de joie. Une vague de satisfaction l'envahie, c'était un « fuck » à la dictature, un « prend ça dans ta gueule Livingstone ». Et la rebelle ne savait pas encore à quel point elle était proche de la vérité ! Bientôt furent retransmises les images des ambulances qui entraient en trombe sur la place mais les points de vue était savamment étudié pour surtout se focaliser sur la foule et minimiser les prises de vue sur la tribune officiel. Cela fit immédiatement tilt à la résistante. Pourquoi ne s'était-il pas empressé de montrer au monde entier que Son Altesse allait bien ? Peut-être justement parce que ce n'était pas le cas ? Julianne en était persuadée.

Elle continua de réfléchir sur sa théorie pendant plusieurs minutes. La télé n'était toujours pas éteinte et diffusait un programme revenant sur l'incident et accusant évidemment les terroristes de la Cible, faisait des appels à témoins, invitait les gens à dénoncer tout suspect. Voilà. C'était lancé... La répression. Et ce n'était qu'un début.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
INTRIGUE 1.0 : LA GRANDE PARADE IMPERIALE [28 Février 2100 - CLOS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Krokmou à la grande parade de New york
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Le début turbulent d'une grande amitier (PV Pelage Roux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Centre Ville :: Centre :: *EVENEMENT * Grande Parade Impériale-
Sauter vers: