AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Dim 28 Fév - 19:40

**** Premier Post ****

Une masse noire et discrète se déplaçait avec une étonnante agilité dans les ruelles sombres des quartiers malfamés de la capitale, scrutant l'obscurité à la recherche d'une éventuelle patrouille des Hommes en Rouge. Connor rentrait tranquillement chez lui dans la nuit noire après avoir passé une journée plutôt banale pour lui mais qui aurait pu en horrifier plus d'un. On l'avait appelé pour une mission de nettoyage après le passage de la Milice dans un vieil immeuble proche du centre-ville et ce qu'il y avait trouvé aurait pu figurer dans un film des plus gores. Deux hommes, deux frères pour ce qu'il en savait, avaient été massacrés et ce avec une rare violence. Triste à dire, mais il était tellement habitué à cela depuis le temps qu'il arrivait à garder cette distance et ce sang-froid indispensable à son travail. Il fallait aussi dire qu'on ne faisait pas très souvent appel à lui. Généralement, les Miliciens se donnaient la peine de faire le ménage, mais pas toujours. Il suffisait qu'ils soient appelés autre part en renfort pour qu'ils abandonnent derrière eux des corps mutilés et torturés sans autres considérations. C'était à ce moment-là que l'homme entrait en scène. Rapidement et discrètement, il devait embarquer les cadavres et les mettre en sécurité avant que d'autres se chargent de les faire disparaître ou au contraire, les laissent pourrir sur place. Il s'occupait ensuite de les rendre présentables et allait les enterrer quelque part où les familles pourraient se recueillir. Il était strictement interdit de faire de vraies funérailles, malgré les supplications de certaines personnes, Le Fossoyeur ne dérogeait jamais à cette règle. Il offrait ce qu'il pouvait trouver de mieux comme sépulture et le faisait toujours avec un grand respect. Mais seul. Jamais quiconque ne l'avait accompagné pour une quelconque partie de ces différentes missions.

Il était presque arrivé devant son studio de tatouages, plus que quelques rues et il serait en sécurité, bien qu'il ne se sente pas réellement menacé malgré le fait qu'il ne respectait pas le couvre-feu. Il était capable de faire le poids et si ce n'était pas le cas, autant mourir dignement en ayant voulu garder l'une de ses libertés! Cependant, il n'était pas non plus du genre à se jeter dans la gueule du loup pour rien, il restait prudent autant que faire se peut et lorsqu'il entendit des pas au coin d'une petite rue qu'il allait emprunter, il stoppa net et écouta avec attention. Le rythme était rapide et plutôt léger, rien à voir avec un pas lourd et décidé de Miliciens. Mais il ne pouvait être sûr de rien tant qu'il n'aurait pas la personne face à lui ce qui n'allait plus trop tarder. Heureusement, elle était seule et il ne lui laisserait pas le temps d'appeler ses petits copains si elle s'avérait être un ennemi. Si c'était le cas, cela ferait une vermine en moins.... Si non.... une belle frousse à celui ou celle qui sortait sans réaliser le boucan qu'il / elle faisait et où ça pouvait mener! Plus que quelques secondes et il pourrait lui sauter sur le poil. Il se colla contre le mur de briques rouges criblé de balles et lorsque la forme passa devant ses yeux, il l'attrapa par le col et lui mit une main sur la bouche pour étouffer un quelconque cri d'étonnement ou de frayeur. Il plaqua ensuite la forme légère comme une plume contre le mur, posa la pointe d'un petit couteau qu'il avait préalablement sorti sous son œil droit et se retrouva nez-à-nez avec une jeune fille qui ne devait pas avoir beaucoup plus que 18 ans. Pour le coup, il ne s'attendait pas à ça et la surprise failli l'envahir, mais il se reprit bien rapidement et lui lança un regard noir et menaçant. L'un de ses regards à glacer le sang dans les veines de la personne qui le recevait.

Il laissa passer quelques secondes dans un silence des plus religieux, tendant l'oreille à la recherche d'une autre présence. Lorsqu'il fut assuré que personne ne rodait autour d'eux, il se concentra pleinement sur l'adolescente et lui parla d'une voix grave et posée qui semblait venir du plus profond de son abdomen et résonner dans l'air.


- Je vais te poser une question et tu vas me faire un signe de tête pour y répondre, compris?

Sans attendre la confirmation qu'elle avait bien enregistré ce qu'elle avait à faire, il poursuivi sur le même ton légèrement énervé et moralisateur.

- Fais-tu parti de la Milice?

Il pensait bien que la réponse était "non", il suffisait de regarder l'air terrifié qui barrait le visage de la jeune fille. Elle ne semblait pas forgée pour ça qui plus est. Il lisait au fond de ses yeux la peur panique qui la prenait et ne voyait aucune trace de méchanceté gratuite ou d'arrogance si propre aux soldats de Livingstone. Non, elle était très certainement une simple fille paumée qui avait besoin d'une bonne leçon! Mais tant qu'il n'en aurait pas la certitude, il la garderait en joue et ne la lâcherait pas d'un pouce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Dim 28 Fév - 21:24

Arrow Avec un gentleman

Pat marchait d'un pas pressé depuis quelques minutes déjà, les mains bien ancrées dans ses poches, la tête basse et les yeux rivés sur le sol pour se faire le plus "discrète" possible. Elle ne se préoccupait pas vraiment de ce qui ce passait autour d'elle, guettant simplement d'une oreille qu'aucun moteur ou sirène ne se faisait entendre au loin. Ce qu'elle voulait c'était rentrer au plus vite et ne pas perdre de temps, déjà qu'il y en avait un qui devait regarder l'heure... elle ne l'avait pas prévenu et même s'il lui arrivait de "découcher", son hébergeur avait mis un point d'honneur à être prévenu. Elle risquait donc déjà de se prendre un savon, mieux valait ne pas rentrer à une heure pas possible.

Elle n'avait donc absolument pas remarquer ni entendu quoi que ce soit d'inhabituel qui aurait pu lui mettre la puce à l'oreille, ou au moins lui souffler de se méfier ou même se mettre à courir. L'adolescente ne comprit alors pas ce qui se passa lorsqu'elle fut violemment attrapée par le col et qu'une main se plaqua brusquement sur sa bouche pour étouffer son cri de stupeur. Lorsque son dos heurta durement le mur de l'immeuble contre lequel on l'avait plaqué elle eu un instant le souffle coupé et la peur l'envahit aussi soudainement qu'une décharge électrique avant même qu'elle se retrouva sous la menace d'une arme blanche. Elle aurait voulu crier mais la peur et la main de son agresseur la paralysait. Elle pu alors voir le visage de l'homme qui l'avait arrêté. Son regard la tuait sur place et ne laissait aucun doute sur ses intentions. Pat' tremblait de tout son corps et son esprit était incroyablement vide comme ankylosé par la terreur. Qu'allait-il se passer ? Elle n'en avait aucune idée, mais un bon millier de scénario s'étaient déjà formés dans son esprit et la jeune femme était littéralement terroriser. Un silence plana quelque instant et l'étudiante ne pouvait plus qu'entendre les battements affolés de son cœur, le sang qui affluait dans ses tempes par accoup et sa respiration saccadé par la peur.

L'homme reprit alors la parole et Pat n'eut pas besoin de se faire prier deux fois à sa question elle n'hésita pas un instant à secouer la tête en signe de négation. Elle ne savait pas si elle avait donné la bonne réponse mais elle ne se voyait absolument pas mentir face à l'homme imposant face auquel elle n'aurait aucune chance. La panique fit naitre de larme de peur au coin de ses yeux, la jeune fille n'avait aucune idée de ce qui allait se passer, elle avait simplement l'impression que son coeur allait exploser dans sa poitrine. Etrangement, ses pensées allèrent à Evan, elle aurait donné n'importe quoi pour qu'il vienne, là maintenant, la sauver. Mais il ne viendrait pas, elle devrait se débrouiller... elle ne voulait pas mourir.
Prise par un élan de "courage" ou peut-être de "témérité" incroyable elle tenta de bafouiller quelque chose malgré la main de son agresseur fortement placée sur sa bouche :


-Je vous en prie...

Elle aurait voulu le supplier de la laisser partir, de ne pas lui faire de mal, ou quoi que ce soit d'autre de pire, mais elle n'en eu pas la force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Lun 1 Mar - 12:59

Connor sentait la jeune femme trembler de peur sous ses bras, son souffle s'accélérer sous la main qui lui couvrait la bouche, il imaginait aisément le sang battre à ses tempes et lisait la terreur dans ses yeux. Il la tenait toujours fermement et ne lâcha pas son emprise lorsqu'elle lui confirma qu'elle ne faisait pas partie de la Milice. Il la fixa intensément durant une minute avant de se détendre et de retirer le couteau de sous son œil. Elle n'était qu'une petite écervelée qui ne devait pas être au courant des dangers de la ville. Elle avait tenté de lui dire quelque chose et il fallait avouer qu'il avait eu de la peine à distinguer ses mots, mais de toute façon, il n'y prêta pas attention. De toute façon, il n'allait rien lui faire! Il était convaincu, il le lisait dans son regard, qu'elle disait la vérité. Maintenant il devait la mettre en sécurité au plus vite et bien lui faire comprendre qu'elle idiote elle avait été de sortir à une heure pareille. Il hésita quelques instants à ôter sa main de sa bouche, ne voulant pas qu'elle les fasse repérer par un quelconque cri. Il approcha donc son visage du sien, son nez touchant presque celui de Pat et lui murmura quelques mots sur un ton sec et sans répliques.

- Je vais enlever ma main. Je ne veux pas attirer l'attention de qui que ce soit, alors ne cries pas.... Sinon ça risque bien d'être la dernière chose que tu feras dans ta vie.

Bien sûr il n'allait jamais mettre sa menace à exécution! Au pire si elle poussait un hurlement, il l'assommerait un bon coup et la porterait jusqu'à son studio. Cependant, il préférait éviter cette technique si peu discrète et si violente. Il répugnait à porter des coups à une femme, même si dans ce cas-là c'était pour la sécurité de cette dernière! Il porta donc un doigt sur ses lèvres pour bien lui rappeler qu'elle n'avait pas intérêt à dire le moindre mot puis enleva sa main doucement, prêt à la replaquer sur la bouche de la malheureuse qui devait littéralement mourir de peur à cet instant. Cependant elle semblait avoir compris et sans attendre qu'elle change d'avis, il la prit par la taille et referma sa main sur son bras avec force. Il l'entraîna dans la rue qu'il lui avait fait quitté précipitamment quelques minutes plus tôt et la fit marcher d'un bon pas durant deux bonnes minutes. L'homme était aussi silencieux qu'un chat et dès que la miss faisait un peu trop de bruit, il la soulevait légèrement du sol et la portait durant quelques pas avant de la reposer, tendant l'oreille au moindre bruit.

Ils remontèrent la rue qui débouchait sur un grand axe dont ils se rapprochaient dangereusement, avant de tourner au tout dernier moment dans une ruelle qu'aucun lampadaire n'éclairait. Après être passé devant quelques porches, Peek s'arrêta enfin devant un escalier qui s'enfonçait dans le sol et qu'il dévala rapidement, l'adolescente toujours à ses côtés. Il écouta une dernière fois le silence de la nuit avant d'ouvrir la porte, de la pousser à l'intérieur sans aucun ménagement et de lui emboîter le pas. Lorsqu'il eut refermé à clé derrière lui, il poussa le bouton de l'interrupteur qui plongea la pièce dans une lumière pâle et inquiétante. Les murs noirs et bordeaux étaient tapissés de photos de tatouages et de dessins sombres, reflets de ce que l'homme voyait lors de ses missions. Une façon d'exorciser les atrocités, l'horreur de la réalité qu'il devait rendre soutenable pour d'autres. A gauche se trouvait un comptoir en bois noir, derrière lequel une vieille caisse enregistreuse trônait tel un fantôme et sur la droite, un vieux fauteuil défoncé, mais au combien confortable, réglable pour pouvoir tatouer les moindres parties du corps. Il désigna d'ailleurs ce dernier à Pat et lui fit signe de s'asseoir.

Il tourna les talons et quitta la pièce quelques minutes pour se diriger dans l'arrière-boutique. Il revint avec un grand carton à moitié éventré qui laissait entre-apercevoir une quantité impressionnante d'aiguilles stériles emballées sous vide et qu'il déposa à côté du fauteuil où se trouvait la jeune fille. Il fit encore un aller-retour et revint finalement avec...... une grande théière, deux tasses et une assiette d'assortiment de biscuits! Il ne fallait pas croire, l'homme savait recevoir ses "invités"! Il posa son plateau sur une petite table basse et s'assit sur un tabouret face à Pat, ne la lâchant pas une seconde du regard. Il n'avait toujours pas prononcé le moindre mot et il laissa le silence planer encore quelques instants avant de prendre la parole d'une voix qui n'avait rien à voir avec celle qu'il avait employé dans la ruelle. Le timbre restait grave, mais le ton était un peu plus doux et rassurant. Maintenant qu'elle avait eu la trouille de sa vie (du moins il s'en doutait) elle avait le droit à un peu de réconfort et à un brin de causette.


- Je suis Connor. Et toi? Il tendit une main vers elle et se présenta. Sers-toi de biscuits, tu dois avoir une petit fringale à cette heure-ci, non? Je les ai fait moi-même mais je t'assure qu'ils ont bon goût. Il lui fit un petit clin d'œil et continua sur sa lancée. Alors, tu vas me dire ce que tu faisais dehors après l'heure du couvre-feu? Hein?

Tout en lui parlant, il avait poussé l'assiette de pâtisseries vers elle, servi deux grandes tasses de thé et en avait posée une dans ses mains tremblantes.

- Du lait?

Il sirotait son thé avec une apparente satisfaction, la fixant d'un œil mi-intrigué, mi-sévère. Elle avait plutôt intérêt à avoir une bonne explication. Pas forcément pour lui, après tout, il n'était pas son père, mais pour la personne qui était en charge d'elle. Parce qu'il se doutait bien qu'elle n'était pas complètement livrée à elle-même, du moins il l'espérait sincèrement car la vie à Hegemony n'était pas une partie de plaisir. Il devait attendre maintenant qu'elle se détende un peu et qu'elle daigne répondre à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Lun 1 Mar - 15:39

Le silence plana encore quelque instant dans la rue et entre les deux individus. Les secondes qui s'écoulèrent parurent une éternité pour la jeune fille qui mourait de peur. Toujours le dos collé contre le mur froid et cette main solidement plaquée contre sa bouche, sa cage thoracique se soulevait difficilement pour la laisser respirer et son coeur ne semblait pas décidé à se calmer. Finalement l'homme retira son couteau si près de son visage et un poids tomba dans la poitrine de l'adolescente mais elle ne se sentait pas plus en sécurité pour autant car elle n'avait aucune idée de ce que son agresseur avait derrière la tête. Il rapprocha alors son visage du sien, augmentant encore un peu plus son rythme cardiaque, pour lui annoncer qu'il avait l'intention de retirer sa main mais qu'elle n'avait aucun intérêt à faire quoi que ce soit de stupide. La menace fit son effet, de toute façon Pat' était suffisamment terroriser pour ne pas moufeter. Il ne lui laissait pas le choix et elle considérait qu'il valait mieux en effet qu'il retire sa main. De plus, l'homme ne donnait pour l'instant pas l'impression de lui vouloir de mal... *pour l'instant* pensa l'étudiante, mais après ? Elle était complètement perdue et ne savait absolument pas quoi faire, elle avait peur que la situation dégénère rapidement mais elle n'avait aucun moyen de se sortir de cette situation, car elle avait nullement l'intention de tenter quoi que ce soit.

L'instant d'après il avait retirer sa main et Pat' était restée strictement silencieuse, seule deux larmes de terreur avait fini par rouler sur ces joue et il avait saisi son bras d'une main, fermement mais sans pour autant lui faire mal, et l'autre il l'avait placé autour de sa taille pour la faire avancer prestement dans la rue. La jeune femme n'avait aucune idée d'où il comptait l'emmener, mais ils avançaient un pas rapide qu'elle avait parfois du mal à suivre.Patricia remarqua indéniablement que l'homme voulait se faire le plus discret possible et il n'hésita pas à la lever à quelques centimètres du sol lorsqu'elle semblait faire un peu trop de bruit. La miss ne bronchait pas, elle ne pouvait empêcher la peur de continuer à s'immiscer insidieusement en elle. Elle n'avait aucune notion du temps qui s'était écoulé alors qu'ils marchaient dans les rues et ruelles plus ou bien moins éclairées jusqu'à ce qu'il l'entraine dans une petit rue complètement plongée dans l'obscurité, la panique redoubla de plus belle, ça y est, il allait l'égorger dans un coin après l'avoir violé ? Ils avancèrent, passèrent quelques entrées d'immeubles, puis il descendit en entrainant avec elle l'adolescente dans un escalier. Est-ce que c'était le moment pour elle d'agir, de tenter de faire quelque chose ? Elle fut incapable de prendre une décision, paralysée par la peur. Son agresseur avait finalement ouvert une porte et avait fait entrer Pat sans grand ménagement à l'intérieur avant d'allumer une lumière blafarde, éclairant étrangement la pièce.

Il avait refermé la porte à clé derrière eux et Pat se sentit soudainement piégée, oppressée. Elle avait regardé autour d'elle la pièce aux allures inquiétantes avant que l'homme ne lui désigne un vieux fauteuil dans un coin de la pièce. Sans protester elle alla s'assoir, regardant son "hôte" quitter la pièce. Elle fut soudainement prise par l'envie de se relever et de courir vers la porte pour tenter de s'enfuir, mais fermée à clé elle n'irait pas loin. Elle renonça alors à l'idée, désespérée. Les larmes coulaient dans le silence le plus totale sur ses joues. Elle ne le contrôlait pas, ce n'était même pas comme si elle pleurait, juste des larmes qui sortait de nul part, et roulait doucement sur son visage. Elle tremblait encore et ses idées étaient totalement confuse dans son esprit.
Lorsque l'homme fut de retour, les bras chargé d'un large carton rempli... d'aiguilles ! Elle allait rompre le silence et lui demander tout simplement de sortir, mais à la vu du carton, elle se mura un peu plus dans le mutisme. Où est-ce qu'elle était tombée ? Qu'est-ce que ce type lui voulait ? Elle tout ce qu'elle demandait c'était rentrer chez Evan le plus rapidement possible... saine et sauve...

Après un second allez-retour, Pat remarqua que l'homme était cette fois revenu avec du thé et des gâteaux. Sous la surprise se yeux s'agrandir légèrement... c'était quoi ce délire ? Alors qu'il s'asseyait il ne la lâcha pas des yeux, et Pat regarda plus ou moins le sol, gênée, impressionnée, apeurée. Il finit par reprendre la parole mais son ton avait changé et étrangement il apaisa légèrement la jeune femme. Il se présenta simplement, lui proposant un pâtisserie avant de lui demander ce qu'elle faisais dehors, à braver le couvre feu. Il lui mit finalement une tasse entre les mains, lui proposant même du lait. Se fut un peu trop pour l'adolescente qui, encore tremblante laissa s'échapper la tâche qui vint se briser sur le sol dans un bruit de porcelaine casée.
D'un bond, Pat se releva du fauteuil, confuse et paniquée :


-Oh mon dieu, je suis désolée ! Je suis... je suis confuse, j'ai pas fait exprès, je...
Elle était déjà accroupi sur le sol pour ramasser les bouts de tasse cassée, cherchant quelque chose pour nettoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Mar 2 Mar - 18:12

L'homme avait bien remarqué que son invité semblait tout sauf à l'aise, mais il n'aurait jamais pensé que ce fut à ce point et lorsqu'elle lâcha sa tasse de thé, il ne pu retenir un rire franc et rocailleux. Elle n'avait répondu à aucune de ses questions mais il fut soulagé de constater qu'elle n'était pas complètement muette. Cela aurait légèrement compliqué les choses pour la suite! Ni une ni deux, la jeune femme s'était levée d'un bond pour réparer sa maladresse et se confondait déjà en excuses comme si elle venait de le dénoncer à la Milice! Y a a pas à dire, elle était nerveuse la gamine ce qui, après tout, n'était pas très étonnant. Connor pouvait être la gentillesse incarnée mais il savait se montrer imposant et impressionnant. Elle venait d'entre-apercevoir ses deux visages et il se doutait qu'elle allait mettre un certain temps avant de s'habituer à son côté sympathique. Toujours riant, il se leva pour chercher une poubelle et une serpillère pour tout nettoyer. Une habitude dû à son métier sûrement. Il posa le tout contre le comptoir avant de relever Pat avec douceur et de lui faire à nouveau signe de s'asseoir.

- Laisse, c'est pas grave. Je vais le faire. Tu trembles tellement que tu risques de te couper!

Il lui fit un clin d'œil avant de ramasser les divers débris de la tasse qu'il jeta aux ordures et de passer un coup de serpillère qui rendit au sol le peu d'éclat qu'il avait à la base. Il rangea ensuite le tout et ramena une nouvelle tasse qu'il remplit avant de prendre bien soin de la tenir éloignée de la jeune fille. Lorsqu'il se rassit, un large sourire lui barrait toujours le visage et il regardait Pat d'un air amusé. Il hésitait à lui reposer des questions car il ne savait pas si elle allait être prête à répondre. Elle n'osait toujours pas le regarder et il laissa quelques minutes de silence s'écouler, espérant qu'elle fasse un geste, avant de se décider à la relancer. Il prit donc l'assiette de biscuits et en avala quelques-uns en une bouchée avant de tendre les pâtisseries vers son invité. Mais elle ne semblait toujours pas encline à bouger le moindre muscle, même pas pour une petite pâtisserie. Et merde... Il l'avait rendue catatonique! C'était bien sa veine, tiens! Cependant il ne désespérait toujours pas et il lui redemanda au moins son prénom. Miraculeusement, elle réussit à le bafouiller d'une manière étonnamment compréhensible.

- Pat? Enchanté! Désolé si je t'ai fait peur tout à l'heure, mais il faut toujours être sur ses gardes.... surtout après le couvre-feu! Allez, bois un peu de thé, ça va te faire du bien. Evite seulement de casser une autre tasse, j'en ai pas beaucoup.

Il lui sourit avec gentillesse avant de se relever pour aller chercher un paquet de cigarette derrière son comptoir. Il s'en alluma une dont il prit une longue bouffée puis se baissa pour attraper dans le bas d'une étagère une bouteille de whisky. Et oui, comme son pote Mnémé, il savait où trouver de l'alcool de qualité! Mais ça, c'était une autre histoire... Pour l'instant, il se contenta de boire une petite gorgée avant de se rediriger vers la jeune fille dont il connaissait désormais le prénom. Elle n'avait toujours pas bougé d'un pouce, tremblait toujours comme une feuille et Le Fossoyeur commençait sérieusement à se faire du soucis. Il tentait de tout faire pour la détendre, mais apparemment il n'était pas très doué.

- Bon, tu vas me dire pourquoi tu étais dehors à cette heure-ci?

Autant essayer à nouveau de tirer des informations. Il espérait sincèrement qu'elle allait faire entendre un peu sa voix, parce que sinon, il n'avait aucune idée de ce qu'il pourrait faire! Au moins elle lui avait donné son prénom, c'était déjà un signe encourageant. Cependant n'avait pas franchement envie d'y passer la nuit et il n'en aurait de toutes les manières pas la patience. Il voulait l'aider, certes, mais s'efforcer à lui tirer les vers du nez, non merci. Là tout ce dont il avait besoin, c'était de se détendre un peu et de dormir, alors plus vite elle parlerait, plus vite il pourrait oublier sa journée de boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Mer 3 Mar - 16:06

Pat ne s'était pas vraiment attendue à ce que l'homme accueil sa maladresse avec un rire franc, il n'avait pas l'air de le prendre spécialement mal mais ce la jeune femme ne se sentit pas moins mal à l'aise pour autant, sa nervosité était palpable mais l'homme réussit étrangement à la calmer un peu lorsqu'il revient avec de quoi nettoyer et qu'il la releva avec douceur, lui demandant de laisser tout en place. Sa plaisanterie et son clin d'oeil décrocha à l'adolescente un petit sourire gêné mais elle s'exécuta et retourna s'assoir, pas vraiment encline à contrarier Connor puisqu'il semblait s'appeler ainsi. Toujours dans un silence religieux et prit place sur le fauteuil, regardant d'un oeil un peu gêner son hôte qui nettoyait rapidement son désastre. Elle remarqua bien rapidement que l'homme était loin de ce qu'elle avait pu imaginer au premier abord, au contraire, le sourire qui lui barrait les lèvres lui donnait un air beaucoup plus rassurant et sympathique, confirmer par son comportement avenant. Elle avait eut la frayeur de sa vie dans la rue cette nuit à cause de cet homme, elle avait du mal à croire qu'il s'agissait de la même personne. A vrai dire la situation était tellement étrange ! Il l'avait, si on y réfléchissait bien, presque quasiment enlevée, et maintenant il lui offrait le thé... Elle restait de tout de même un brin méfiante et n'aurait pas dit non s'il lui avait proposer de partir.

Lorsque tout fut rangé, son hôte revint s'assoir sur face à la jeune fille qui sans vraiment chercher à trop le regarder, ne pouvait le quitter des yeux. Elle nota l'air amusé et détendu de son vis-à-vis mais le silence restait décidément de mise entre les deux protagonistes. Elle savait parfaitement qu'il lui avait posé des questions avant que sa tasse ne fasse l'effet d'intermède, peut-être attendait-il qu'elle y réponde au final, ce que la demoiselle ne se sentait absolument pas capable de faire, là, tout de suite maintenant. L'assiette de pâtisserie (ou biscuits ? Parce que c'est pas du tout la même chose, m'enfin on va pas chipoter) fut de nouveau tendu vers elle sans qu'elle puisse ordonner à son cerveau de faire quelque chose, soit en prendre une, soit décliner poliment la proposition par un « non merci ». Finalement Connor brisa le silence pour redemander son prénom et Pat, dans un bredouillement totalement involontaire lui répondit par son diminutif. Elle commençait doucement à reprendre contenance alors que son interlocuteur s'excusait pour la peur monumental qu'il lui avait faite... Certes il fallait faire attention mais bon, tout se serait bien passé s'il ne lui était pas tombé dessus, pensa amèrement la jeune fille, maintenant Evan allait la tuer parce qu'elle ne l'avait pas prévenu et elle ne savait même pas quand elle allait pouvoir rentrer. C'était assurément une bonne chose de savoir qu'elle n'était pas tombé sur un taré (à moins que le thé et les gâteaux soient une simple mise en scène avant la suite, mais elle en doutait quand même sérieusement maintenant).

Connor lui proposa une autre tasse, lui souriant gentiment et lui priant seulement de ne pas la foutre par terre une deuxième fois. Pat sourit légèrement en secouant la tête à l'affirmative. Ses mains tremblait déjà moins et elle pu porter la tasse à ses lèvres pour boire le liquide brulant mais délicieux. Elle respira profondément alors que la confiance reprenait doucement le dessus sur la peur. Pat allait prendre la parole et remercier son hôte mais celui-ci se releva pour aller chercher un paquet de cigarette laissant la jeune fille silencieuse. Finalement, après avoir sortie un bouteille d'alcool et en avoir bu une gorgée Connor réitéra sa question. La façon dont il lui avait demander ne laissait pas beaucoup d'échappatoire et elle n'allait peut-être pas faire tomber sa tasse une deuxième fois ! Elle réfléchit rapidement à une raison qu'elle aurait pu inventé... mais d'un autre côté peut-être valait-il mieux qu'elle dise la vérité. Après quelques secondes elle se décida à répondre d'une voix un peu plus faible qu'elle n'aurait voulu :


-Je rentrais chez moi...

Bon, chez elle, chez Evan, du pareil au même, et au moins elle ne précisait pas son nom ni le fait qu'elle habitait chez lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Mer 10 Mar - 18:38

Connor fut heureux de constater que la jeune fille semblait reprendre confiance en elle et se détendre. Lorsqu'il avait pris la décision de l'emmener dans son studio, c'était clairement pour lui sauver la vie, car seule, elle risquait bel et bien d'avoir des emmerdes et il avait voulu lui éviter ça. Elle semblait si fragile et naïve! Elle était le genre de personnes qu'il s'efforçait de protéger en étant actif dans la Cible. Il n'avait aucune pitié pour les Miliciens, mais les citoyens qui n'avaient rien demandé, c'était tout le contraire. Cette Cinglée, comme l'appelait si bien son ami Mnémé (lol) était un virus qui coulait dans les rues d'Hegemony comme du poison dans les veines de la ville. Elle pourrissait tout ce qu'elle touchait, ses paroles s'insinuaient dans les esprits des plus faibles ou des plus idiots, les manipulant sans contraintes et avec délectation. Difficile d'imaginer comment éradiquer cette maladie, de purifier l'Empire, de lui faire la saignée dont il avait besoin pour renaître. Mais l'homme gardait l'espoir qu'un jour, enfin, cette pourriture tombe et se fasse détruire par ceux-là même qu'elle avait persécuté durant toutes ces années. Pat était la personnification de tout ce pour quoi il se battait et c'est pour cela qu'il la regarda avec une certaine tendresse alors qu'elle avalait enfin une petite gorgée de thé bien chaud qui ne pourrait lui faire que le plus grand bien. Un étrange sourire flottait sur son visage, mais il se ressaisit vite et fronça les sourcils alors qu'elle lui donnait enfin la raison de sa présence dans les rues à une heure pareille. Il était d'accord de combattre le régime, mais si les gens faisaient preuve d'idiotie en ne respectant pas quelques règles de survie basiques... D'accord, lui aussi traînait dans les rues après le couvre-feu, mais il était en mesure de se défendre, ce qui n'était sûrement pas le cas de la jeune fille!

Il s'approcha d'elle, son visage à nouveau fermé et s'arrêta à quelques centimètres du fauteuil, la dévisageant de toute sa hauteur. Sa physionomie à nouveau peu engageante annonçait clairement la couleur pour la suite de la discussion. Il allait lui passer un savon, ça c'était certain!


- Tu rentrais chez toi? A cette heure-ci? Non mais franchement! Sa voix était grave et s'était intensifiée peu à peu pour devenir un grondement. Tu te rends compte des dangers auxquels tu étais exposée?! Tu aurais dû rester là où tu étais et si ce n'était pas possible, tu aurais dû rentrer plus tôt. Il fit une légère pause durant laquelle les traits de son visage se détendirent, avant de reprendre d'un air las. Je ne suis pas ton père, ce n'est pas à moi de te faire la leçon.

Et sur ce, il se détourna d'elle pour aller faire tomber les cendres de sa cigarette dans un petit bol prévu à cet effet et posé et posé sur le comptoir. Il se retourna ensuite et sortit don téléphone portable de sa poche en continuant à la fixer de ses yeux grands ouverts qui lui donnaient un air quelque peu inquiétant.

- Tu habites seule?

Il ne la voyait pas réellement vivre toute seule, vu son âge, mais sait-on jamais? Après tout, il ne la connaissait pas. Pourtant si ce n'était pas le cas, il fallait prévenir, que ce soit son copain, ses parents ou encore sa meilleure amie. Pat lui fit un signe de la tête, négatif et hésitant, mais très clair. Il reprit donc la parole sur un ton qui ne laissait place à aucune discussion.

- Donne-moi le numéro, je vais appeler pour prévenir que tu rentreras demain à la première heure. Je te ramènerai.

Un long silence s'installa dans la pièce durant lequel il ne la lâcha pas de son regard dur et sévère. Pat, elle, ne semblait pas très encline à donner l'information demandée et devait être, vu l'expression de son visage, en proie à un grand dilemme.

- Tu veux vraiment que qui que ce soit s'inquiète?

Il attendit encore quelques secondes, mais son argument semblait avoir fait mouche et elle sortit enfin son portable qu'elle lui tendit, l'air toute penaude. L'homme le lui prit gentiment des mains et s'apprêtait à composer le numéro inscrit sur l'écran lorsque le stupeur le stoppa net. Il venait de le reconnaître et le prénom inscrit juste au-dessus ne laissait aucun doute sur l'identité du colocataire de Pat. Car connaissant Evan, il le voyait mal sortir avec une fille comme celle qui se trouvait face à lui! Pourtant, il se demandait bien ce qu'il pouvait avoir à faire avec elle... Sa curiosité allait bientôt être satisfaite car il avait enfin composé le numéro et attendait que son interlocuteur décroche. Avec un petit rire amusé, il se tourna vers Pat pour lui faire une remarque qui devait déjà lui avoir traversé l'esprit.

- Tu vas te faire tuer!

Oh oui! Il connaissait Mnémé depuis des années, ils étaient entrés dans la Cible plus ou moins en même temps et étaient très vite devenus de bons amis. Ils ne se voyaient pas souvent, mais c'était toujours un plaisir que d'aller boire un verre ensemble et de se taper un moment de franche rigolade. Lorsqu'enfin le rebelle décrocha, le tatoueur pu tout de suite sentir que l'homme était extrêmement tendu et légèrement énervé.

- Allô Evan? C'est Connor. Comment ça va? Je t'appelle juste pour te dire que j'ai récupéré quelqu'un dans la rue qui semble vivre chez toi, Pat... Elle va bien, je lui ai juste fait une petite frayeur... Tu me connais! Je te la ramène demain matin dès que je peux, histoire d'être sûr qu'elle arrive à bon port et qu'elle ne se perde pas en route.

Le journaliste fut surpris d'entendre le Fossoyeur lui dire qu'il avait récupéré sa colocataire, mais il en fut soulagé et poussa un long soupir. Elle avait tout de même une bonne heure de retard et il commençait réellement à s'inquiéter pour elle, espérant qu'elle n'était tombé sur personnes de malveillant, attendant un appel pour lui expliquer qu'elle était peut-être allée dormir chez une fille de sa classe. Tout, tant qu'elle n'était pas aux mains de la Milice.

- Merci Connor! Putain mais cette gamine! Tu as beau lui expliquer des choses, ça entre par une oreille et ça ressort par l'autre! Pas possible... Et elle t'a dit ce qu'elle foutait dehors après le couvre-feu?

- Apparemment, elle était sur le chemin du retour...

- Okay, je m'expliquerai avec elle demain.

L'homme ne s'était pas trompé en pensant qu'Evan serait furieux! Et la jeune fille devait sûrement l'entendre au son de sa voix, même si elle n'arrivait sûrement pas à comprendre tout ce qu'il disait.

- J'ose demander d'où elle sort?

- Pfff... C'est une longue histoire, je te raconterai demain si tu as le temps pour un petit remontant.

- Moi? Toujours! On voit ça demain, bonne nuit!

Et sur ce, il raccrocha et vint s'asseoir face à Pat qu'il n'avait pas quitté des yeux durant toute la conversation et qu'il continuait à fixer, un sourire sur les lèvres.

- Il n'est pas très content, mais ça tu dois sûrement t'en douter. Il fit une pause et avala un biscuit avant de poursuivre. Allez, détends-toi, tu n'auras pas à essuyer l'orage avant demain, alors ne t'en fais pas et mange quelque chose.

Il lui fit un petit clin d'oeil et approcha à nouveau l'assiette d'elle avec une expression encourageante.


Dernière édition par Connor Peek le Jeu 11 Mar - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Mer 10 Mar - 20:11

A peine la jeune fille avait-elle donnée sa réponse que l'homme s'était approché d'elle, le visage de nouveau fermé et peu avenant. Il s'était arrêté à sa hauteur tandis que l'adolescente se recroquevillait un peu sur elle même dans le fauteuil comme si elle avait cherché à se faire la plus petite possible, elle sentait ses yeux qui la dévisageait de haut en bas et la peur la repris un instant dans le creux du ventre, mais pour une autre raison cette fois ci. Elle sentait venir la remise à ça place, le fait qu'elle n'avait rien à foutre dehors à cette heure, après que le couvre-feu est été mis en place et que les ronde de la milice avec prit leur tournée. En tout cas ça ne loupa pas et Connor lui passa un savon. Certes, Pat savait qu'il avait raison, enfin peut-être exagérait-il un peu aussi, elle n'encourait pas non plus un très grand danger, si ?

Elle se renfrogna légèrement, penaude, toujours bien au fond de son siège et n'osant pas croiser le regarde dur de son interlocuteur qui finit tout de même pas se décontracter et lui dire qu'il n'allait pas plus lui faire la morale parce qu'après tout il n'était pas son paternel, ce qui n'était pas faux ! Quoi que là, ces parents ne pouvait pas faire grand chose pour la surveiller... ils ne pourraient d'ailleurs plus rien du tout, mais ça Pat ne le savait pas...

L'homme était retourné du côté du comptoir et la jeune femme pensait avoir un brin de répit, il n'allait surement pas continuer son interrogatoire, elle n'avait juste aucune idée de ce qu'il comptait faire d'elle maintenant (cette idée la mis quelque peu mal à l'aise) mais elle allait très rapidement éclairée. Son hôte avait sortit un téléphone portable et lui demandait maintenant si elle vivait seule. Patricia hésita un instant sur ce qu'elle devait répondre. Elle se voyait très peu mentir mais d'un autre côté elle était peut encline à dire chez qui elle vivait, sachant que ladite personne d'une, ne serait pas spécialement, et de deux... elle ne le sentait juste pas.

Après un petit tant d'hésitation, elle finit pourtant par secouer négativement la tête, elle n'était après tout, pas obligée de parler d'Evan. Pourtant ça réponse ne dut pas paraître satisfaisante à son vis-à-vis qui lui demanda le numéro de la où elle habitait pour prévenir qu'elle ne rentrerait pas avant demain. Son air et la façon dont il avait parler ne laissait aucun moyen de contredire ou de refuser, cependant Pat resta immobile pendant plusieurs secondes. C'est pour le coup qu'Evan risquait de la tuer si elle filait son numéro de téléphone ! A l'instant elle détestait Connor de l'avait chopé en chemin, à l'heure qu'il était, elle serait surement déjà rentrée et même si Evan l'aurait légèrement engueulé pour ne pas être rentrée à l'heure, ça aurait été moins pire que s'il apprenait qu'elle allait être absente toute la nuit, maintenant elle n'allait pas pouvoir trouver d'excuse valable pour limiter les dégâts...

Connor dut remarquer son hésitation car il ajouta un argument qui faisait le poids. Pat eu un doute sur le fait qu'Evan allait s'inquiéter, il allait surtout la haïr, s'inquiéter surement pas. Du moins c'était pas le genre qu'il donnait, surtout quand il s'agissait de sa colonisatrice. Mais d'un côté, elle se doutait qu'il fallait le prévenir si elle ne voulait pas être tuer, ou pire, être jetée dehors sans ménagement à son retour. Elle avait encore un peu besoin d'un toit (il fallait l'avouer de quelqu'un sur qui pouvoir compter) pour un petit moment.

Elle soupira alors doucement et tandis d'une main tremblante son propre portable après avoir cherché le numéro du journaliste. Mais le plus troublant fut l'air de surprise qui se dessina bien rapidement sur le visage de l'homme, il composa tout de même le numéro et avant qu'on ne décroche à l'autre bout du fil Connor lui lança une remarque qui la fit se renfrogner encore un peu plus si c'était possible. Elle le savait bien, pas besoin qu'on lui rappelle... maintenant que la peur pour son agresseur/hôte était passée c'était l'inquiétude de se faire massacrer par Evan qui la prit au ventre.

A final, son colocataire décrocha et elle écouta attentivement la conversation entre les deux. Se fut à son tour d'être surprise, alors qu'elle apprenait qu'ils se connaissaient. Mais elle pouvait également saisir des bribes de ce que répondait Evan et si elle ne pouvait pas saisir, le ton de sa voix était significatif. Il la détestait, elle en était certaine, elle risquait bien se retrouver à la porte sous peu. Elle avait pas fait exprès ! Et puis si elle rentrait aussi tard (ou plutôt si elle ne rentrait pas du tout) ce n'était pas totalement de sa faute ! Les larmes pointèrent aux coins de ses yeux mais elle fit de gros efforts pour les empêcher de les laisser couler sur ses joues.

L'homme face à elle finit par raccrocher, il lui apprit sans vraiment lui apprendre que le journaliste était furax mais ajouta qu'elle n'avait pas à s'en faire avant demain. A vrai dire, ça lui faisait une belle jambe mais bon, elle se contenta de hocher la tête et de remercier son vis-à-vis pour l'avoir appelé. Un clin d'œil de la part de Connor plus tard elle prenait un biscuit (ou une pâtisserie ? L'éternelle question) qu'elle enfourna plus vite qu'elle ne l'aurait voulu. Pas à dire, la frayeur passée elle était affamée.

Une fois la bouche vide, Patricia tenta quand même de faire changer Connor d'avis :


-Pourquoi vous ne m'avez tout simplement pas laissé repartir ? Je serais rapidement rentrée chez moi... elle ajouta d'une voix un peu plus faible et pas du tout sûre d'elle. Vous voulez pas me laisser partir ?

Pas quelle ne voulait pas de sa compagnie, mais elle avait l'impression que plus tôt elle rentrerait moins les foudres serait grande. Là Evan allait avoir toute la nuit pour ressasser tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Dim 21 Mar - 19:46

Le tatoueur avait été surpris mais surtout désolé de voir que l'adolescente était au bord des larmes et se retenait avec peine. Il n'aimait pas voir une jeune fille pleurer et il aimait encore moins en être la cause! Il ne fallait pas se fier aux apparences. Connor pouvait être une grosse brute, oui, mais uniquement lorsqu'il tombait sur des ennemis ou pour protéger des proches. En-dehors de ça, ses amis s'accordaient tous pour dire que l'homme était une véritable crème. Toujours agréable, souriant, généreux, avenant, il était facile à vivre et ne posait jamais de problèmes. Mais cela, Pat ne le savait pas et qui aurait pu lui en vouloir de se méfier de cet homme imposant qui venait de l'arracher à la rue? Elle paraissait tellement innocente, inconsciente même et il se doutait que la patience de Mnémé devait être mise à rude épreuve s'il vivait avec elle. Un sourire se dessina sur ses lèvres à cette pensée qui s'agrandit encore un peu plus tandis que la jeune fille osait enfin manger un petit quelque chose. Vu comme elle s'était jetée sur ses biscuits, il en déduisit que sa faim était revenue au galop. Cela faisait plaisir à voir! Beaucoup plus en tout cas que de la voir sur le point de s'effondrer! Il espérait sincèrement qu'elle allait vite se remettre et surtout réaliser quelques petits trucs. Un jour, peut-être, se rendrait-elle compte de l'idiotie de ses actes et qu'elle le remercierait, mais il en doutait fortement. Surtout vu ce qu'elle lui sortit lorsqu'elle eut fini d'engloutir son biscuit. A croire qu'elle n'avait strictement rien compris... Comment pouvait-elle être si naïve? Ne voyait-elle pas tout ce qui se passait autour d'elle? Les morts au quotidien, les disparitions, les exécutions publiques, les arrestations, la répression, le contrôle absolu sur leur vie. Comment ne pouvait-elle pas le voir? Même si elle était pour l'Empire de Livingstone, elle aurait dû avoir assez de jugeote pour comprendre que braver un interdit à Hegemony devait toujours être une décision mûrement réfléchie si l'on ne voulait pas se retrouver six pieds sous terre.

Le Fossoyeur leva les yeux aux ciel avec un léger soupir, cependant, lorsqu'il reposa son regard sur la jeune fille, celui-ci était plus aimable que ce qu'on aurait pu penser. A l'inverse d'Evan, il était beaucoup plus patient et il voulait lui expliquer, tranquillement, le pourquoi du comment. Encore fallait-il qu'elle le comprenne et le retienne! Si elle continuait à faire tout et n'importe quoi, elle ne ferait pas long feu dans la capitale. D'ailleurs il se demandait si elle était née ici car il ne voyait pas comment elle aurait pu survivre. De plus, elle avait un léger accent qui ne venait certainement pas d'Hegemony ou de ses environs.


- Si je ne t'ai pas laissée repartir, c'est tout simplement parce que dehors, tu es en danger. Tu ne le réalises peut-être pas, mais c'est bel et bien le cas. Si la Milice t'attrapes, tu risques de passer un très mauvais quart d'heure, parce qu'ils ne vont pas voir une jeune fille qui rentre un peu plus tard que prévu parce qu'elle n'a pas vu l'heure tourner. Non... Eux, ce qu'ils vont voir, c'est une personne qui ne respecte pas la loi, ce qui est déjà soupçonneux, ils vont penser que c'est une possible terroriste, peut-être un membre actif de la Cible, une personne dangereuse et qu'ils sont tenus d'attraper et de faire parler par n'importe quel moyen.

Il fit une légère pause et se releva pour s'allumer une autre cigarette et agrémenter son thé d'un peu de whisky avant de reprendre sur un ton doux et sincère qui n'était absolument pas condescendant pour un sou.

- Depuis combien de temps es-tu en ville Pat? A mon avis, pas longtemps, alors laisse-moi juste t'expliquer une chose. Il faut que tu t'habitues à te plier à certaines règles élémentaires si tu ne veux pas avoir trop de soucis, tu comprends? Le couvre-feu en fait partie, même si cela n'arrange personne et que la majeure partie de la population est contre. C'est pour ça que je ne peux pas te laisser repartir maintenant. Premièrement, parce que je ne te laisserai pas errer dans les rues et deuxièmement, Evan me tuerait si je faisais ça. Et si tu te fais attraper, on n'en parle même pas! Des gens meurent parce qu'ils n'ont pas été assez prudent ou parce qu'ils ont joué de malchance, alors fais attention s'il te plaît et restes ici pour cette nuit.

Et sur ce, il la gratifia d'un grand sourire et d'une petite tape sur le genou qui lui signifiait bien : j'arrête de t'embêter avec ça, mais j'espère que tu as compris! Il finit ensuite son thé alcoolisé (son grog en somme) dans un silence religieux, par petites gorgées, tel un Lord anglais en fin d'après-midi, mangea encore quelques biscuits avant de reprendre la parole.

- Je passe souvent mes nuits ici, il y a une partie habitable au studio. Je vais te préparer un lit, je reviens. Fais comme chez toi.

Il sortit calmement de la pièce, la clope au bec, laissant l'adolescente derrière lui. Il ne s'en faisait pas trop sur le fait qu'elle tente de sortir. Elle avait sûrement compris que, pour cette nuit, elle allait devoir faire avec et prendre son mal en patience. Et puis la porte était restée fermée à clef, il ne voyait pas trop comment elle pourrait s'y prendre pour s'en aller. Il se concentra donc sur sa tâche, mettant au préalable un CD de métal en fond sonore. Il déplia le lit de camp sur lequel il allait s'installer pour la nuit, laissant le grand à deux places pour la jeune fille. Et oui, il arrivait que Suzy reste dormir au studio, alors autant être confortablement installés! Après avoir changé les draps, il se dirigea vers la cuisine afin de préparer un vrai repas digne de ce nom pour lui et son invitée, car en plus d'être sympa, il était un excellent cuisinier!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Lun 22 Mar - 2:48

Pat mordait à pleine dents dans son troisième biscuit (qui à dit morfale ?) qu'elle dévorait avec envie. Elle mâchait rapidement mais longuement pour savourer ce petit réconfort qui remplissait gentiment son estomac affamé, tout juste remis du tiraillement terrible provoqué par la peur et accueillait avec délectation cette collation. Il répondait à cette satisfaction par un grognement et le corps de Pat se réchauffait peu à peu grâce au sucre et à l'énergie nouvelle qui se rependait dans son corps. Les gâteaux étaient, il fallait l'avouer, délicieux et la jeune fille n'avait rien mangé de comparable depuis un bout de temps, ça s'était certain. Elle avait pourtant du mal à associer l'image de cet homme, imposant, presque effrayant quand il le voulait, aux fourneaux. Mais l'idée la fit finalement sourire intérieurement avant qu'elle ne se rappelle du pourquoi et du comment elle était arrivé là et son sourire disparu instantanément. Elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer la réaction d'Evan, toujours de pire en pire. Mais Connor lui avait dit, elle n'avait rien à craindre jusqu'à demain matin, alors autant qu'elle arrête d'y penser. Elle mordit une nouvelle fois dans son biscuit au moment même où son hôte soupirai. Non, apparemment il n'allait pas la laisser repartir, ça s'était clair. L'adolescente s'était presque attendu à ce que l'homme s'emporte (allez savoir pourquoi) un peu comme Evan l'aurait fait, et allait probablement le faire, mais il n'en fut strictement rien. C'est d'un ton calme et posé qu'il lui expliqua qu'elle était en danger dehors lorsqu'elle grignotait quelques minutes sur le couvre feu.

*-Mais mes amis, dans le centre, eux ils ont pas peur*
elle allait rétorquer mais sa bouche s'en abstint, resta ouverte et muette.

Un courant de frisson glacés parcourut son corps lorsque son hôte mentionna la milice, la Cible et ce qu'ils pouvaient potentiellement faire subir aux gens qu'ils arrêtaient. Elle le regarda s'allumer une nouvelle cigarette et mettre un peu d'alcool dans sa boisson, elle avait soudainement pâli sans s'en rendre compte et n'avait plus la moindre envie de manger. Sans faire exprès elle échappa d'ailleurs le dernier bout de son biscuit qu'elle tenta de rattraper de l'autre main, puis de l'autre encore mais sans succès. Il atterrit sur ses genoux, laissant des miettes sur son t-shirt et son pantalon. Elle chopa le bout de gâteau d'un geste rapide et le fourra dans sa bouche et épousseta les miettes, ni vu, ni connu. Elle failli s'étouffer avec le gâteau mais après un effort et une concentration redoublée elle réussit à l'avaler sans mourir asphyxiée. Miracle.

Peu après, Connor reprenait d'une voix douce et lui demandait gentiment depuis quand elle était en ville. Étrangement la question revenait souvent (à croire que c'était flagrant) puis il lui expliqua qu'il fallait vraiment qu'elle l'écoute, qu'elle respecte la loi et qu'elle reste pour la nuit. Il l'avait convaincu, pas de doute, même si elle trouvait cette loi parfaitement stupide. Le fait qu'il mentionne Evan la mis pour une raison inexpliquée, mal à l'aise. Elle finit par hocher la tête pour montrer à son interlocuteur qu'elle ne ferait plus de vague et qu'elle resterait dormir. Le sourire et le geste amicale de celui-ci lui décrochèrent une moue timide mais rassurée. Elle se rendait soudainement compte de la chance qu'elle avait eu de tomber sur lui et non pas sur un cinglé, même si au première abord, ça avait été tout comme.

La jeune fille avait fini son thé et son gâteau (vite englouti). De même pour Connor qui s'était levé et lui avait rapidement expliqué qu'il y avait de quoi dormir pour elle ici et qu'il allait lui préparer un coin. Elle le gratifia d'un regard. Vraiment, elle aurait pu tomber sur pire, bien pire. Il était vraiment très gentil et elle était silencieusement reconnaissante de l'avoir mise autant en confiance. Il l'avait ensuite invité à faire comme chez elle et la jeune femme avait alors légèrement prit ses aises.

Elle se releva de son fauteuil et fit le tour de la pièce avec curiosité, elle regarda dans un premier temps par-ci par-là, sans vraiment chercher à savoir ce qui servait de papier peint. Elle lorgna alors un peu plus attentivement sur les cartons dont elle pouvait apercevoir un stock considérable d'aiguilles stériles. Elle souleva discrètement un pan du carton, puis des autres, veillant toujours à vérifier que Connor n'entrait pas dans la pièce au même moment. Pleins d'aiguilles. Une fois son investigation menée, elle regarda un peu plus en détail les images affichées aux murs. Elle ne comprenait pas toujours tout ce qu'elle voyait mais une sorte d'admiration mêlée de curiosité l'envahi. Elle avait l'impression que c'était à la fois magnifique et terrible. Peu à peu, le studio s'emplis de musique, pas vraiment dans les habitudes de Pat, mais pas désagréable de temps en temps. Sans vraiment y réfléchir, la tête de l'étudiante se mis à dodeliner en rythme. L'odeur de cuisine vint alors se superposer à tout ça et l'estomac de la demoiselle se réveilla une fois de plus. Ses pieds auraient bien voulu la conduire jusqu'à l'odeur mais elle se retint. Elle devait faire comme chez elle, certes, mais quand même ! Elle se contenta de faire tout le tour de la pièce en se disant que si elle avait le courage, elle demanderait à son hôte ce que c'était tout ça, et qu'est-ce qu'il faisait, qu'était cet endroit. Si elle avait le courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Ven 26 Mar - 4:41

Connor avait commencé à concocter un plat qu'il maîtrisait à la perfection bien qu'il n'eut que très peu l'occasion de le faire : le poulet rôti au citron accompagné de pommes de terre au four. C'était là un menu royal car la viande restait encore et toujours une denrée chère et rare. Les patates, en revanche, était plutôt communes, voir même la base de l'alimentation, cependant, pour en trouver de bonne qualité, il fallait connaître les bonnes adresses. Mais cette fois-ci, l'homme n'avait pas eu à débourser quoique ce soit. En effet, il s'agissait là d'un petit cadeau de la part de Papa Poirot (voir le RP Sortie nocturne) qu'il avait aidé pour une affaire de Miliciens tués non loin de chez lui. L'homme n'y était pour rien dans l'histoire, mais connaissant les hommes en rouges, il redoutait de fortes représailles dans le quartier, ce qui ne serait certainement pas bon pour son affaire. Il avait donc fait appel au service du nettoyeur afin d'avoir la paix. Les deux hommes se connaissaient depuis longtemps, grâce à Mnémé d'ailleurs et même s'il n'était pas dans les habitudes du résistant de répondre à ce genre de demande, il n'avait pas hésité un seul instant à rendre service à son vieil ami. Celui-ci l'avait remercié du seul moyen qu'il avait en lui fournissant quelques délicieux aliments à l'œil. Et cela tombait plutôt bien car, en-dehors du fait que de manger de vrais aliments était un plaisir en soi, le tatoueur adorait cuisiner. C'était pour lui un véritable hobby qu'il ne pouvait malheureusement pas pratiquer souvent ou avec de bons ingrédients. Pat était bien tombée, elle allait pouvoir en profiter elle aussi!

Après avoir mis son poulet et ses pommes de terre au four et être passé par la salle de bain pour un brin de toilette (l'homme rentrait tout de même de mission!), il se mit en tenue d'intérieur, c'est-à-dire à torse nu, montrant ainsi les nombreux tatouages qui lui barraient le dos, les bras et le torse et en jeans, tout simplement. Il poussa le volume de la chaîne stéréo encore un peu plus fort avant de retourner dans la pièce où il avait laissé Pat, une bière à la main. Il l'observa silencieusement alors qu'elle faisait le tour de la pièce en s'intéressant aux différents dessins et photographies accrochées au mur. Ses œuvres ou simplement des ébauches, parfois juste des idées griffonnées à la va-vite. Il aimait les regarder, cela lui rappelait pourquoi il se battait et ça l'inspirait aussi. Et puis lorsque quelqu'un venait le voir pour un tatouage, il savait directement à quoi s'en tenir! Le style du Fossoyeur était assez reconnaissable. Cependant, il tatouait aussi des choses qui ne lui ressemblait pas, car il arrivait très rapidement à cerner ce que la personne désirait. Si cela n'avait rien à voir avec quelque chose de sombre, il tentait tout de même de satisfaire son client du mieux qu'il le pouvait et s'il n'y arrivait pas, il lui conseillait de voir quelqu'un d'autre. Mais il ne fallait pas se leurrer, ce n'étaient pas les jeunes filles naïves voulant un joli papillon sur la cheville qui venaient le voir! Sa clientèle était plutôt composée d'hommes imposants mais doux comme des agneaux ou de femmes au caractère bien trempé! Tous avaient en commun qu'ils avaient déjà au moins un tatouage avant de venir le voir pour un autre. Des filles comme Pat, jamais il n'en tatouait.

Et en parlant de la jeune fille, il lui signifia sa présence en s'adressant à elle d'un ton enjoué. Il était resté sur le pas de la porte et la regardait avec amusement, un grand sourire sur les lèvres. Il était curieux de savoir ce qu'elle pouvait bien penser de sa décoration. Pour sûr, elle ne devait pas avoir la même dans sa chambre!


- Alors, tu admires mon travail?

Il lui lança un clin d'œil et bu une gorgée de bière avant de poursuivre.

- Certains de ses trucs sont presque aussi vieux que toi! Ca fait un moment que j'ai commencé...

Cela allait en effet bientôt faire 15 ans qu'il avait commencé son activité de tatoueur et il avait conservé tous les travaux qu'il avait pu faire, même ceux du tout début. Impossible pour lui de jeter quoique ce soit et ses murs, même grands, commençaient à ne plus pouvoir contenir tout ce qui avait pu sortir de son esprit. Il ne pouvait cependant se résoudre à faire un tri, cela aurait été comme lui enlever une partie de lui, de sa vie. Chaque dessin était le reflet d'une émotion qu'il avait éprouvée, vécue, d'une scène dont il avait été le témoin, d'une mission qu'il avait dû accomplir. C'était autant par respect pour les autres et leur mémoire que pour lui qu'il avait tout conservé depuis tant d'années et une certaine nostalgie s'était emparée de lui alors qu'il fixait Pat d'un air soudain absent. Certaines images de ce qu'il avait dû faire à peine une heure plus tôt lui revenaient maintenant violemment. Pourtant, ce n'était pas une chose courante, mais cela lui arrivait parfois, lorsqu'il était fatigué la plupart du temps. Il tenta comme il le pu de les chasser de sa tête et de ne pas se laisser déstabiliser. Il se devait de garder contenance et de ne pas se laisser submerger par ce à quoi il était confronté régulièrement. Il y arrivait toujours, simplement certaines fois il devait fournir plus d'énergie pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Dim 28 Mar - 16:55

Une odeur de nourriture qui mijotait gentiment emplissait de plus en plus la pièce et torturait littéralement l'estomac de l'adolescente (et pas que le sien d'ailleurs, rien que d'y penser...). Elle essayait de ne pas y prêter attention mais son cerveau, étrangement obsédé par la faim, tentait de reconnaître l'odeur des aliments et se torturait lui même.

Quelques minutes plus tard, alors qu'elle avait presque finit le tour de la pièce, elle fut « surprise par la voix de Connor qui s'éleva dans son dos, elle fit un peu brusquement volte face pour le voir sur le pas de la porte, en tenu beaucoup plus décontracté. Elle n'y prêta pas grande attention, au final elle avait presque l'habitude puisqu'Evan faisait généralement pareil chez lui. Il lui avait demandé, plus sur le ton de l'affirmation qu'autre chose, si elle contemplait son travail.

C'était donc bien l'homme qui avait réalisé tout ces dessins. Elle hocha doucement la tête en signe d'approbation, un peu encore trop impressionnée pour répondre à voix haute. Après un nouveau clin d'oeil et une bouteille de bière portée à ses lèvres, Connor reprit la parole pour affirmé que certain des travaux affichés là ne datait pas d'hier et Pat fut encore un peu plus impressionnée. Mais en même temps, vu le nombre qui « décorait » les murs ce n'était pas si étonnant que ça.

Maintenant face à son hôte, la jeune fille ne savait plus trop quoi dire et jouait distraitement avec le rebord de son t-shirt en regardant autour d'elle sans jamais vraiment fixer son regard sur Connor.
Elle ne savait pas trop si elle pouvait prendre la parole. Pas que son interlocuteur le lui en avait empêché bien au contraire, il avait tout fait pour la mettre en confiance et qu'elle se sente à l'aise, mais elle ne voulait pas le déranger et encore moins lui poser des questions qui auraient pu être indiscrètes.
Ne se voyant pas non plus rester muette toute la soirée, elle devait peut-être au final se montrer un peu mieux élevée que ça, au moins pour remercier l'homme, elle prit son courage à deux mains et continua sur le sujet de conversation qui venait de se lancer :


-C'est... elle ne trouva pas vraiment le mot approprié, elle avait pensée à effrayant, étrange, beau, elle finit par dire : impressionnant... Elle essaya d'ajouter quelque chose, histoire de ne pas rester sur ce constat un peu léger. C'est votre métier donc ?

Elle regarda encore une fois autour d'elle, oui, logique, le fauteuil, les aiguilles, le « comptoir », les dessins n'avaient fini que par confirmer son hypothèse... et puis une idée vint la frapper et elle reporta son regard sur l'homme qu'elle fixa, un brin soupçonneuse :

-Et qu'est-ce qu'un tatoueur fait dehors après le couvre-feu, lui ?

Oui parce que elle, certes, elle n'avait rien à foutre dehors à une heure pareil et elle s'était vaguement expliquée sur ce point, mais c'était également le cas de chaque citoyen d'Hegemony et jusqu'à preuve du contraire, Connor en faisait partie ! Qu'est-ce que lui faisait hors de chez lui, à être sur le qui-vive, oui c'était indéniable, il lui avait presque littéralement sauté dessus avec une arme, visiblement s'attendant à tomber sur quelqu'un d'autre qu'une petite étudiante transie de peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Mer 31 Mar - 19:50

Apparemment, le propriétaire des lieux avait légèrement surpris son hôte lorsqu’il avait pris la parole. La jeune fille avait sursauté et semblait encore un peu tétanisée, incapable de dire quoique ce soit. Connor, lui, la fixait toujours avec une gentillesse et une patience dont elle n’avait sûrement pas l’habitude avec Evan ! Vrai que l’artiste était une personne entière et impulsive. Lunatique aussi, mais au moins il n’était pas hypocrite et il assumait qui il était ainsi que ses sautes d’humeur. Jamais le rebelle n’avait dû essuyer un orage et il mettait ça sur le compte de leur amitié et du fait qu’ils se voyaient si peu que mieux valait profiter de chaque instant pour se marrer un bon coup ! Mais pour le moment, c’était Pat son invitée et il se devait de la mettre à l’aise du mieux qu’il pouvait. Elle semblait admirative de son travail, ce qui lui décrocha un large sourire, mais également gênée de ne pas trouver quoi dire. Qu’elle aime ses dessins prouvait bien que, malgré les apparences, elle n’était peut-être pas si candide que ça… En tout les cas, cela le flattait, comme à chaque fois, même si la miss avait de la peine à exprimer clairement et entièrement son avis. Il le lisait dans son visage, son attitude, ses yeux. Il n’avait pas besoin de plus car ce genre de choses ne mentait pas, ce qui n’était pas le cas des paroles. Cependant, il eut confirmation de ce qu’il pensait lorsqu’elle le complimenta avant de demander si c’était bien là son métier. C’était plus une affirmation qu’une question en soit et il se contenta de hocher la tête de manière affirmative pour lui répondre avant qu’elle ne jette un nouveau regard autour d’elle. Quelque chose semblait toutefois l’avoir frappée car elle se tourna brusquement vers lui pour poser une question à laquelle il s’attendait depuis un petit moment. Il s’était juste demandé quand est-ce qu’elle aurait le courage de la lui poser ! Apparemment, elle reprenait vite confiance en elle. Bonne chose, tant qu’elle cette confiance ne la poussait pas à traîner dehors après le couvre-feu…

Lentement, ne la lâchant toujours pas des yeux, le Fossoyeur se détacha du chambranle de la porte et s’approcha de l’adolescente, un petit sourire en coin sur les lèvres. Ils se trouvaient tout à coup à quelques centimètres l’un de l’autre et l’homme se baissa encore pour approcher son visage de celui de Pat. Il avait une attitude légèrement inquiétante tout à coup, mais c’était simplement pour qu’elle ne pose plus de questions sur le sujet. Il ne savait pas jusqu’à quel point elle était au courant des activités de résistants de Mnémé, il préférait donc jouer la carte de la prudence plutôt que de gaffer. De plus, il était fatigué et n’avait pas spécialement envie de se justifier ou de la rembarrer. Pas top s’il voulait la mettre à l’aise, bien que ce qui allait suivre n’allait pas l’aider non plus.


- Qui t’as dit que je n’étais que tatoueur ?

Il avait parlé dans un murmure avant de se reculer, de boire une gorgée de sa bière et de la gratifier de son plus beau sourire. Vraiment étrange comme attitude pour qui ne le connaissait pas et Pat devait à nouveau avoir un peu peur, mais il allait bien rapidement y remédier. Sans prévenir, il changea donc de sujet et lui annonça que le dîner serait bientôt prêt. En attendant, il fit un brin de rangement dans la partie studio, casant certains cartons sous le comptoir, d’autres dans une grande armoire, avant d’aller dresser la table. Comme prévu, le dîner fut très vite servi et il invita l’adolescente à passer dans la partie habitable de l’endroit. La cuisine, de taille assez moyenne, était d’une propreté étonnante par rapport à l’ambiance glauque du studio et contrastait grandement de par sa luminosité notamment.

Connor ne se faisait pas trop d’illusion quand à la discussion qu’il aurait avec Pat, il savait qu’elle n’allait pas beaucoup parler, cependant il fut heureux de constater qu’au moins elle dévorait son poulet avec enthousiasme ! De plus, il avait tout de même réussi à en apprendre un peu plus sur elle. Etudiante en stylisme, fraîchement débarquée d’Angleterre, elle était hébergée chez Evan. Voilà pour l’essentiel, sinon, c’était surtout lui qui avait fait la conversation. Elle hochait de temps en temps la tête, de manière plutôt timide, mais il sentit qu’au fil de la soirée, elle s’était détendue. Cependant, heureusement que l’homme était fatigué et qu’il comptait se coucher tôt, car il ne pensait pas pouvoir s’écouter parler encore longtemps ! Cela l’ennuyait au plus haut point. Il débarrassa donc la table rapidement, fit la vaisselle et montra le reste de l’appartement à l’adolescente, notamment l’endroit où elle allait dormir. Il se dirigea ensuite vers l’armoire de la pièce d’où il tira quelques vêtements d’intérieur avant de se tourner vers elle.


- Tu fais à peu près la taille de ma copine, je te laisse regarder s’il n’y a pas quelque chose qui t’irait.

Il prit ensuite la direction de la salle de bain pour une douche rapide avant de revenir dans la chambre, après s’être assuré que Pat était visible, bien évidemment. Une simple serviette enroulée autour de la taille, il chercha de quoi se couvrir un peu plus et fit rapidement l’aller-retour avec la pièce adjacente avant de revenir, plus présentable et de se coucher dans son lit de camp, lessivé par sa journée. Il souhaita bonne nuit à la jeune femme et s’endormit presque immédiatement, sombrant dans un sommeil sans rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Jeu 1 Avr - 14:55

La jeune fille ne mit pas longtemps à se rendre compte que sa dernière question était apparemment... comment dire... mal venu. Connor avait quitté l'embrasure de la porte pour se rapprocher d'elle avec un air étrange qui la mis soudainement mal à l'aise. Elle n'avait pas voulu paraître indiscrète encore moins lancer un sujet délicat qui aurait pu risqué de lui apporter des ennuis mais elle regretta soudain d'avoir prit « autant » d'assurance. Le tatoueur s'était sensiblement rapproché d'elle et Pat avait frissonné de la tête aux pieds. La distance entre eux était presque devenu nulle et l'étudiante avait retint son souffle, le cœur battant. S'il tentait de l'intimider, il y arrivait parfaitement. Patricia tentait de garder la face tant bien que mal, plus mal que bien d'ailleurs, alors que se son sang se glaçait à nouveau dans ses veines tandis qu'il laissait sous-entendre qu'il avait peut-être une autre activité en dehors de son métier qui l'amenait à se balader dehors après le couvre-feu, et par la même occasion tirer des étudiante en stylisme de la rue en leur foutant une peur pas possible.

Quelques secondes plus tard, après une petite gorgé de bière, tout était redevenu parfaitement normal, comme si rien ne s'était jamais passé, que ni la question ni la réponse n'était venu troublé la « conversation » (si on pouvait appeler ça comme ça) initial et n sourire avenant illuminait de nouveau le visage de son hôte. Au moins l'adolescente avait compris le message, elle s'abstiendrait de faire tout commentaire de ce genre. Elle avala sa salive et essaya de se convaincre qu'il n'avait agit que dans la simple optique de l'intimider, qu'il ne fallait pas que se formalise, mais elle avait de plus en plus de mal à continuer à rester à l'aise.
Finalement ils se dirigèrent vers la cuisine pour prendre un repas un peu plus conséquent. Pat, pas vraiment bavarde, dévorait avec enthousiasme son assiette de plus que c'était absolument délicieux ! Rien à comparer avec le semblant de cuisine d'Evan quand il s'y mettait (c'était à dire pas souvent) et elle ne prenait pas non plus vraiment le temps de concocter quoi que ce soit. Et puis à quoi bon, Evan aurait surement trouver de quoi y redire !

Connor s'était appliqué à faire la conversation, la jeune fille trop timide pour faire de même se contentait généralement de répondre aux questions, toujours par des phrases simples et courte, ou des petits hochement de tête. Elle savait parfaitement qu'elle aurait du faire un effort mais c'était plus fort qu'elle. Elle était impressionnée (et impressionnable) et l'homme avait beau tout faire pour tenter de la mettre à l'aise, elle avait toujours cette réticence de faire quelque chose de travers, alors se retenait de faire quoi que ce soit, tout court.
Après le repas, l'estomac satisfait, le tatoueur montra rapidement à Pat le reste de l'endroit et là où elle allait dormir. Il lui proposa de trouver dans les affaires de son amie quelque chose à sa taille pour dormir, et l'adolescente le remercia et l'homme quitta la pièce pour se diriger vers la salle de bain. La jeune fille avait hésité un instant avant de se changer rapidement et d'enfiler un t-shirt. C'était tout de même une impression bizarre que de porter quelque chose qui ne lui appartenait pas. Elle finit pas se glisser dans les draps tout propre et dans un vrai lit ! Le pied (faudrait voir à se faire « enlever » plus souvent !). Elle répondit au « bonne nuit » de son hôte après qu'il soit sortit de la douche et se coucha. Il lui fallu bien une heure pour trouver le sommeil. Elle avait beau être morte de fatigue à cause de la journée, mais aussi des émotions de la soirée, elle ne pouvait empêcher de cerveau de ressasser tout un tas de chose. Notamment ce qui s'était passé, et ce qui risquait de se passer le lendemain.

Elle finit heureusement par s'endormir et ne se réveilla que le lendemain matin. Il semblait déjà y avoir de l'agitation dans le studio et la jeune femme se tira du lit après un effort de volonté. Elle s'était rhabillée et était sortit de la chambre. Connor était déjà debout, elle le salua d'une petite voix encore endormit mais il faudrait bientôt qu'elle se sorte de ça léthargie... quoi que le pétage de câble à prévoir d'Evan risquait dans tous les cas de la tirer de là. Elle n'avait pas la moindre envie de subir cette confrontation car elle savait qu'il n'aurait jamais la patiente de la laisser simplement rentrer, il prendrait tout son temps et une bonne partie de son énergie à lui passer un savon monumental. Elle soupira intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Ven 2 Avr - 1:02

Connor s'était levé avec les premiers rayons du soleil qui n'avaient pourtant pas pénétré sa chambre. La pièce ne possédait pas de fenêtre, ce qui lui donnait une atmosphère quelque peu étouffante. Cependant, pour le nombre de nuit qu'il passait ici et pour ce qu'il y faisait... il n'avait pas réellement le temps de s'attarder sur ce manque! Soit il arrivait épuisé comme la nuit précédente, soit il venait en pleine forme avec Suzy. Ce n'était pas cette dernière qui se trouvait dans son lit ce matin-là, mais il avait tout de même tout fait pour ne pas perturber le sommeil de son hôte. La pauvre devait être exténuée après sa frayeur de la veille et puis le couvre-feu n'était pas encore levé, autant la laisser dormir encore un peu. Il s'attela donc à finir de ranger son studio avant de passer quelques coups de fil, notamment à des membres de la Cible pour leur faire un rapide rapport de sa dernière mission. En temps normal, il le faisait dès qu'il rentrait chez lui, mais de part la présence de Pat, il n'avait pas pu prendre le risque qu'elle découvre son autre activité. Il allait devoir passer au QG pour développer et compléter ce qu'il venait de leur dire. Mais avant cela, il allait faire un crochet par l'appartement de Mnémé, même s'il savait que cette perspective n'était pas pour enchanter l'adolescente. Elle allait pourtant devoir assumer ses conneries, même si le tatoueur était prêt à réfréner son ami et à adoucir son ton. Elle en avait déjà suffisamment bavé, pas besoin de trop en rajouter non plus.

Après avoir terminé ce qu'il avait à faire, il s'était tranquillement posé avec un café à la table de la cuisine, le regard dans le vide, une clope au bec. Quelques minutes plus tard, la jeune fille se leva et le rejoignit, l'air encore un peu endormie, le saluant d'une petite voix. A nouveau, Connor essaya de la mettre le plus à l'aise possible en l'accueillant avec un large sourire et en se levant pour lui préparer un solide petit déjeuner. Jus d'orange, café, toast et confiture, voilà tout ce qu'il pouvait lui offrir de meilleur pour lui donner des forces. Lui, il se contenterait de ses cigarettes et de café bien noir, il ne lui en fallait pas plus pour carburer toute la journée. Il la força un peu à avaler quelque chose et après avoir rassemblé ses affaires, il prit la direction de la sortie. Il la laissa passer devant avant de refermer la porte derrière lui et de prendre la direction du quartier où vivait l'étudiante. Le chemin n'était pas très long et heureusement pour eux, la météo était clémente. Le soleil pointait de temps à autre le bout de son nez derrière les épais nuages gris et la pluie n'était, pour une fois, pas de la partie. En marchant d'un bon pas, ils arrivèrent à destination en une petite vingtaine de minutes en n'échangeant que quelques banalités. L'homme, toujours avenant, lui avait demandé si elle avait passé une bonne nuit et lui recommandait de ne pas trop stresser pour la confrontation qui allait suivre. Sûrement plus facile à dire qu'à faire, mais il se devait bien de la rassurer comme il le pouvait.

Il composa rapidement le digicode de l'immeuble et s'engouffra dans l'escalier qu'il monta rapidement, Pat sur ses talons. Il sonna deux petits coups et attendit avec une certaine impatience que le résistant vienne ouvrir ce qui ne prit que quelques secondes. Lorsqu'il jeta un rapide coup d'œil à son ami, l'homme remarqua qu'Evan était tiraillé entre la joie de le voir et la colère de constater que l'adolescente lui avait encore désobéi. D'ailleurs celle-ci n'en menait pas large et il fallut toute la sympathie et la diplomatie du Fossoyeur pour que l'artiste n'explose pas sur le palier de sa porte et les fasse entrer après une accolade amicale.Cependant, à peine étaient-ils arrivés dans le salon qu'il explosa littéralement, engueulant sans ménagement la pauvre gamine qui en avait déjà assez bavé. Connor avait l'impression que cette dernière allait littéralement fondre en larmes et il s'interposa bien vite.


- Allez Evan, je sais qu'elle a eu tort et je t'assure qu'elle aussi le sait. Elle a été quitte pour une grosse frayeur qui lui a servi de leçon, je peux te l'assurer. Comme je te l'ai déjà dit, tu me connais! Je lui ai sauté sur le poil alors que je rentrais au studio. Elle a compris la leçon.

Il avait dit ça sur un ton calme et ferme car autant il était d'accord qu'elle avait été totalement inconsciente, autant il n'était pas non plus pour l'acharnement! Surtout sur une jeune fille aussi impressionnable et sensible qu'elle. Il continua sur sa lancée afin de définitivement changer de sujet.

- Je suis sûre qu'elle doit aller en cours et que toi tu as du boulot qui t'attends. Alors tu m'accompagnes au bureau et on se boit un petit café.

Sur ce, il lui donna une petite tape sur le dos et après un regard noir de la part du journaliste, il eut enfin droit à un sourire avant qu'il ne se retourne vers Pat pour lui donner un dernier avertissement et la prévenir qu'elle n'avait pas intérêt à recommencer! Ensuite de ça, il se détendit enfin et laissa ses deux hôtes dans le salon pour finir de se préparer. Connor gratifia alors la jeune fille d'un petit clin d'œil qui disait bien: je t'avais dit que ça serait pas si terrible! C'était également pour cette raison d'ailleurs qu'il avait voulu la raccompagner, histoire de limiter les dégâts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat Richardson
Miss Smile / Boulet-LampADaire
avatar

Messages : 2358
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Situation: Au bras d'un homme d'affaire russe
Renseigements:
Humeur: On ne peut plus joyeuse

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Mer 7 Avr - 16:55

Après un petit déjeuné rapidement mais consistant la jeune femme s'était préparée avec un brin d'appréhension à rentrer chez Evan. Son ventre se contractait à chaque fois qu'elle osait penser à la perspective qui l'attendait. Elle savait parfaitement qu'il n'allait pas se gêner pour lui passer un savon, et bien, sans lui laisser le temps de donner la moindre justification qui aurait pu adoucir son courroux. * Hahaha * même si elle avait la meilleur des justifications il n'aurait pas été pour autant plus clément de toute façon, alors à quoi bon. Elle soupira pour elle même et repris une grande inspiration pour se donner un semblant de courage.

La ville commençait à sortir peu à peu sa léthargie lorsque Connor et Pat sortirent. La jeune femme était plus souvent sur ses talons qu'à ses côtés, ayant un peu de mal à suivre le rythme de son pas plutôt rapide, déterminé et mesuré. A chaque nouveau pas qui rapprochait l'étudiante de l'appartement du journaliste était un peu plus pénible, elle n'avait même pas besoin de tenter d'imaginer ce qui allait se passer, elle le savait déjà et s'était probablement aussi pénible que si elle avait eu des doutes. Le vingts minutes qui avait séparé le salon de tatouage et l'immeuble d'Evan avaient été à la fois longue et particulièrement pénibles mais aussi trop courtes, surtout vers la fin, lorsque Pat aurait donné beaucoup pour qu'ils marchent encore un peu avant que Connor ne compose le digicode.

La porte d'en bas s'ouvrit dans un son métallique et Pat resta complètement muette mais ne pensait pas moins à un tas de chose. Le tatoueur devait être franchement proche d'Evan pour connaître le code de l'immeuble ou venir suffisamment souvent pour l'avoir mémorisé. La jeune fille n'eut pas vraiment le temps de pousser sa réflexion plus loin qu'ils arrivèrent tout deux chez l'artiste et se retrouvèrent en un clin d'œil dans son salon. Pat n'eut même pas le temps de poser ses affaires dans un coin qu'Evan l'insultait de tous les noms et s'emportait contre elle.

Elle avait baisser les yeux et avait essayer de fermer ses oreilles pour que ses paroles passent à côté mais sans vraiment de succès. Tout ses reproches la touchait profondément alors qu'elle savait déjà qu'elle avait tord. Certes, elle l'avait mérité le remontage de brettelle en règle mais avait-il vraiment besoin d'en rajouter une couche ? Elle se tenait droite, les yeux rivés sur le sol, alors qu'il continuait son monologue interminable. Heureusement, Connor coupa son « ami » et l'étudiante releva la tête pour lui lancer un petit regard reconnaissant. Elle aurait voulu pouvoir lui sauter au cou pour le remercier. L'homme calma le jeu d'une voix posé mais ferme, faisant comprendre au journaliste que la môme avait eu sa dose et qu'il pouvait la laisser tranquille un peu. Pat approuva de la tête pour appuyer ses dires quand le tatoueur avoua qu'il s'était occupé de faire peur à la « hors la loi » qui osait se « balader » la nuit.

Evan avait alors renoncer à engueuler encore un peu plus sa colocataire et avait quitter la pièce pour aller se préparer. Connor avait parlé un peu plus personnellement à l'artiste et l'étudiante n'avait pas vraiment écouter, trop occupée à ranger ses affaires et prendre celles dont elle auraient besoin pour sa journée de cours. L'homme avait raison, elle avait des cours et même si elle ne risquait pas d'être en retard, elle préférait ne pas s'éterniser dans la place. On ne savait jamais, Evan était imprévisible, il aurait pu changer d'avis et, qui sait, la foutre dehors.

Le journaliste avait fini par quitter la pièce pour aller se préparer, laissant Connor et la jeune femme seule. Elle s'était tournée vers celui-ci, rougissante, prenant son courage à deux mains pour le remercier de ce « sauvetage improvisé », clair que s'il n'avait pas été là, Evan aurait tout simplement étranglé la demoiselle (non ? XD) Bref, quoi qu'il en soit, elle décrocha quelques mots au tatoueur, n'osant pas hausser la voix, au cas où Evan l'aurait entendu.


-Merci pour tout et pour... euh... m'avoir défendu ? Je sais que je n'aurais pas dû sortir et je le referais pas. Ajouta-t-elle finalement en baissant les yeux. Encore merci.

Puis elle abandonna son interlocuteur pour aller finir de ranger son petit bordel, prendre son sac de cours et crier à Evan qu'elle y allait. Elle n'avait pas spécialement l'intention d'attendre que l'homme revienne dans la pièce pour mettre les voiles. Elle quitta l'appartement en saluant Connor et referma la porte dernière elle... ça aurait pu être pire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Peek
Comique / Psycho
avatar

Messages : 1617
Date d'inscription : 25/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Surbooké !
Renseigements:
Humeur: Exténué

MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   Lun 19 Avr - 1:15

Connor attendait son ami avec une certaine impatience, pressé de savoir ce qui avait pu l'amener à héberger une jeune fille qui était son parfait contraire. Naïve, pas prudente pour un sou, insouciante, bref, rien à voir avec Mnémé! Ils ne se rejoignaient sur rien, à part sur leur côté artistique peut-être, mais même cela n'était pas suffisant pour tout expliquer, de loin pas en fait! La présence de Pat restait donc un mystère pour le tatoueur, mais il dû attendre encore quelques minutes avant de pouvoir poser toutes les questions qui lui brûlaient la langue. En effet, la jeune fille était toujours là et elle avait même pris la parole pour le remercier de s'être interposé entre le journaliste et elle. Il la gratifia d'un sourire qui voulait bien dire : « c'est normal voyons! », satisfait d'entendre qu'elle avait retenu la leçon. Il espérait vraiment que c'était le cas et qu'elle ne s'amuserait plus à sortir durant le couvre-feu, cependant, il s'abstint de le lui répéter encore une fois. Comme il l'avait dit à Evan, elle avait compris qu'elle avait fait une bêtise et rien ne servait de retourner le couteau dans la plaie! Et ça valait aussi pour lui. Il se tut donc et la laissa se préparer sans la déranger tandis qu'il s'asseyait sur le canapé du salon, se mettant à l'aise sans la moindre gêne. Depuis le temps qu'il connaissait le propriétaire des lieux, il n'allait pas se priver de faire comme chez lui non plus! Il la fixait vaguement alors qu'elle s'affairait à rassembler ses affaires, mais lorsqu'elle cria au revoir à son colocataire, il se releva rapidement pour venir lui claquer deux bises sur les joues avant qu'elle ne passe le pas de la porte. Il sentit que ce geste l'avait pour le moins déconcertée, mais il agissait là d'une manière tout à fait naturelle, comme il l'aurait fait avec ses autres amies et l'adolescente s'y habituerait très vite. Enfin, si elle recroisait la route du Fossoyeur!

Celui-ci retourna s'asseoir tandis que l'artiste finissait de s'habiller après une rapide douche. Les pieds sur la table basse, il s'empara du cendrier posé non loin et s'alluma une cigarette qu'il fuma en zappant machinalement. Rien d'intéressant à la télévision, pour changer... La Cible avait bien essayé de faire un programme pirate, mais cela c'était révélé trop dangereux pour les utilisateurs. Avoir cette chaîne décryptée, c'était avoir une preuve vivante de son appartenance à la résistance. Suicidaire au possible. Mieux valait attendre que certains problèmes d'émission soient réglés et se farcir entre-temps les inepties des centaines de chaînes de l'Empire. Pas une pour rattraper l'autre, toutes arboraient le sigle de Livingstone et toutes faisant son apologie. Ecœurant, tout simplement. Cependant, même si la plupart des informations étaient truquées et fausses, cela restait le seul moyen de savoir ce qui se passait globalement dans le monde. Si on savait faire la part des choses bien évidemment. Le Journal de la Cible lui ne pouvait pas tout aborder, il fallait donc trouver le moyen de s'informer par d'autres sources plus ou moins fiables. La TV en était une comme une autre, mais il fallait prendre ce qui en sortait avec des pincettes, 99,9% de ce qui était dit étant bon à jeter.

Une dizaine de minutes plus tard, alors que Connor venait enfin de tomber sur un programme qui avait un minimum d'intérêt (une émission culinaire en l'occurrence), Evan refit son apparition dans son salon, habillé et prêt à partir. Lentement, le tatoueur se releva, fuma une ultime bouffée de sa deuxième cigarette qu'il avait allumé en attendant son ami et l'écrasa dans le cendrier. Il éteignit ensuite le poste et rejoignit Mnémé dans l'entrée, un grand sourire sur les lèvres, prêt à prendre le parole. Le journaliste savait parfaitement où il voulait en venir et il arrêta tout de suite le nettoyeur dans son élan.


- Je suis désolé, ce n'est pas le moment de parler de Pat! Pas avant que j'aie bu un bon café!

Oui car malgré l'intervention du résistant, le cadet des Kane était toujours remonté contre sa colocataire et sa naïveté affolante! Il lui en voulait de s'être comporté aussi stupidement malgré toutes les recommandations qu'il avait pu lui faire et les mises en garde sur le respect de certaines règles pour s'attirer le moins d'ennuis possibles. Bien sûr il était reconnaissant à son ami d'avoir pris soin d'elle, car mine de rien, il ne souhaitait pas qu'il lui arrive quelque chose. Au contraire! Il s'efforçait de la protéger du mieux qu'il le pouvait. Mais pourquoi ne pouvait-elle tout simplement pas le comprendre? Connor quand à lui savait que si son interlocuteur était si furieux, c'était bien parce qu'il avait un tant soit peu d'affection pour la jeune fille. Ce qui rendait la situation de plus en plus étrange! Mais qui était-elle et qu'avait-elle à faire avec Mnémé?

- Grillé! Il éclata d'un grand rire avant de reprendre d'un ton amusé. Allez Evan, dis-moi ce qu'elle peut bien foutre chez toi! C'est de loin pas ton type et de toute façon, elle est trop jeune pour toi et vous n'avez rien en commun!

Curieux? Non, à peine! Cependant il dû ronger son frein jusqu'à ce qu'ils aient atteint le QG car l'artiste n'avait même pas pris la peine de répondre quoique ce soit et s'était contenté d'ouvrir la porte et de sortir de l'appartement en encourageant Connor à l'imiter. L'homme avait été contraint d'emboîter le pas à son ami et de dévaler les escaliers au pas de course pour se retrouver dans l'air frais mais agréable pour la saison. Ils avaient ensuite pris la direction du vieil immeuble désaffecté où se trouvait les « bureaux » de la Cible, il était donc hors de question d'aborder cette question dans la rue! Mais enfin arrivés et après une bonne tasse de café noir, le Fossoyeur ne fut pas déçu du récit auquel il eu droit, se marrant franchement de la situation du journaliste et se demandant qu'est-ce qui avait bien pu passer par la tête des Richardson pour qu'ils confient leur fille au cadet des Kane et non pas à l'aîné qui aurait sûrement été plus enclin à jouer le rôle de nounou! Evan dû admettre que cela lui échappait complètement et il esquissa même un sourire (miracle!) par rapport à cette situation. Après avoir plaisanté sur le sujet durant un bon moment, les deux hommes se décidèrent tout de même à se mettre au travail et commencèrent leur journée de résistant de la Cible, un sourire flottant sur leurs lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec le 3ème Type [Mi Février 2100]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quels autres jeux sympa jouez-vous sous Android ?
» Combat avec boucliers de duels judiciaires
» Meilleurs double type
» [Théorie] Lugia et le type Dragon
» Quel type de Pokemon es tu ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Quartiers pauvres :: Salon de Tatouage-
Sauter vers: