AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
James Bell

avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Lun 18 Jan - 22:07

**** Premier Post ****

James était accoudé au bar du Dernier Pétale comme à chaque fin d'après-midi depuis une semaine. Il aimait cet endroit qui avait l'avantage indéniable de servir encore de l'alcool et non pas les tort-boyaux habituels qu'on pouvait trouver un peu partout. Pas qu'il ait à se plaindre au niveau de la qualité des produits, non. Il était dans le business depuis assez longtemps pour qu'on lui donne à refourguer de la bonne qualité. Et comme tout bon vendeur qui se respecte, il devait bien évidemment tester la marchandise avant de la mettre en circulation. Hors de question de vendre un produit de moindre qualité à ses clients, exigeants ou pas. C'était un peu sa devise, la seule qu'il pourrait avoir d'ailleurs. Sans cela, pas de profit et sans profit et bien... aucune raison de rester à un endroit! C'était toujours ça qui l'avait motivé depuis tout petit, faire un bénéfice, gagner de l'argent rapidement, en faire circuler tout autour de lui. Il aimait cette sorte de danse, il ne s'en lasserait jamais. Pourtant il ne roulait pas sur l'or, il vivait très modestement et était resté dans les quartiers pauvres de la ville. Paradoxalement, il aimait l'argent mais n'aimait pas le luxe. Il était très bien là où il était et n'aurait changé de place pour rien au monde. Travailler dans l'ombre, ça c'était ce qu'il aimait faire, ce pour quoi il était doué. Les gens chics, leur mode de vie, leurs mondanités, leur hypocrisie. Il avait horreur de ça. Et puis ils ne seraient jamais de bons clients eux qui avaient tout à portée de main. Non, lui il tapait dans les petites gens, ceux qui aimaient se faire un petit plaisir de temps à autre ou les petits caïds des environs. Ca c'était quelque chose qu'il connaissait sur le bout des doigts et avec qui il avait l'habitude de faire affaires.

Il sirotait sa vodka avec délectation, regardant autour de lui pour voir s'il ne trouvait pas une quelconque connaissance avec qui taper la discussion. Le bar était malheureusement désert excepté la jolie propriétaire des lieux qui se tenaient derrière le comptoir, occupée à ranger des verres. Il aurait bien débuté une conversation, mais il était un peu dans les vapes après un petit fix' avec un client. Pas à dire, cette merde était vraiment bonne! Même maintenant que les effets commençaient à s'estomper, il ne touchait toujours pas le sol. Peut-être son verre de vodka n'arrangeait rien, mais il ne s'en plaignait pas. De temps à autre, ça lui faisait du bien d'être dans cet état-là, déconnecté de la réalité ou la voyant changer devant ses yeux pour se transformer en quelque chose de beau et de magique selon ce qu'il prenait. Une manière comme une autre d'oublier le stress de la vie à Hegemony, bien que James soit tout sauf un homme stressé. Il était constamment de bonne humeur même s'il ne le montrait pas forcément et il fallait vraiment y aller fort pour le mettre en colère. Cependant il n'était pas à l'abri des divers emmerdements de sa position. Marchandises qui n'arrivaient pas dans les temps, petits croche-pieds de la concurrence, augmentation des prix des fournisseurs, mécontentement des clients. A bien y réfléchir, il aurait de quoi être tendu de temps en temps.

Mais ce n'était pas le cas pour le moment et il profitait de la vue de la barmaid, sans trop d'insistance non plus, il était bien élevé, en attendant un peu plus de distraction. Ce qui ne tarda pas à arriver lorsqu'un homme poussa la porte du bar et fit son entrée d'un pas lent. Il ne le reconnu pas aussitôt mais lorsqu'il vint se poser à côté de lui pour parler à la gérante, les connections de son cerveau embrumé se firent. Kane! Bien sûr! Il était dans le business aussi, bien que Bell n'ait jamais eu à faire avec lui, ni à s'en inquiéter d'ailleurs. Ils ne tapaient pas vraiment dans la même clientèle. Les familles qui demandaient des produits de bonnes qualité pour leurs mômes, c'était plus le domaine d'Adam. Jim lui ne mangeait pas vraiment de ce pain-là. D'ailleurs les mères de famille n'osaient jamais l'approcher! Et puis de toute façon, il ne faisait pas l'aumône, pour ça, il y avait les églises. Il était intraitable en affaires et ne faisait pas crédit. Jamais. S'il y avait bien quelque chose qu'il avait appris de ses années passées dans les rues de San Franciso, c'était bien ça! Le faire une fois était le meilleur moyen de voir le début des emmerdes pointer le bout de leur nez. Il préférait de loin les valeurs sûres et les gens qui avaient de quoi payer. Il pouvait peut-être passer pour un insensible, mais vu le monde dans lequel il évoluait, c'était un mal nécessaire et il fallait avouer qu'il n'était pas franchement le pire!

Lorsque l'homme eu son verre posé en face de lui, le vendeur se tourna vers lui histoire de parler un peu. Il n'était peut-être pas en état extérieurement, mais il était de plus en plus lucide. Ses paupières tombantes et son sourire distrait ne dupaient personne, mais il s'en fichait pas mal.


- Salut! Kane c'est ça? Jim, on s'est croisé quelque fois...

Ils avaient un fournisseur commun d'après ce dont il pouvait se rappeler à l'instant, même s'il fallait avouer que James ne passait pas très souvent chez lui. C'était un gars qui faisait dans l'alimentaire et en-dehors de l'alcool, il n'avait pas de raison d'y faire un tour. Il était plus son plan B lorsque son habituel lui faisait faux bond pour X raisons. Heureusement, ça n'arrivait pas souvent! Il n'aimait pas trop le contact avec les autres vendeurs du marché noir, chacun de son côté et tout le monde était content. Il préférait toujours être discret sur ses transactions. Mais là c'était différent, il n'était pas en train de marchander, il pouvait donc aller parler à ce type sans aucun soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mar 19 Jan - 22:20

Adam avait passé une grande partie de la journée avec divers fournisseurs qui alimentait le marché noir. Il s'agissait toujours de trouver la marchandise, vérifier sa qualité pour ensuite la revendre. Si l'aîné des Kane était plus connu dans ce milieu, il était aussi extrêmement respecter. Beaucoup savait que s'il s'était lancé dans le trafic de nourriture, d'alcool ou encore de cigarette, ce n'était pas pour profiter du système et de l'Empire, mais bien au contraire, tenter de palier à la pénurie des bons produits, réservés pour les classes supérieures de la société. Adam ne supportait pas l'Impératrice ni son régime, encore moins l'injustice et les inégalités. Alors certes, il refusait catégoriquement d'entrer dans la Cible, mais faisait de son mieux pour lutter en quelque sorte contre l'Empire et facilité la vie de ses concitoyens dans le besoin.
Bon, il ne fallait pas non plus se voiler la face, l'homme avait beau ne pas chercher à prendre beaucoup de marge sur les produits qu'il achetait de part et d'autre et revendait de l'autre, le marché noir était un commerce rentable, très rentable même. Quoi qu'il en soit, Adam montrait rarement cet état de fait de part sa discrétion taciturne ou vestimentaire.

Il finissait sa journée en passant par le Dernier Pétale, un bar des quartiers les moins aisés, et dont Adam servait d'intermédiaire entre la propriétaire, une jeune femme pour le moins remarquable de par sa beauté, aimable et chaleureuse. Il avait poussé la porte de l'établissement et était entrée d'un pas lent et mesurer. Il était entièrement vêtu de noir et portait un long caban pour lutter contre le froid de février, cependant il portant également une paire de lunette de soleil qu'il retira d'un geste à peine entrer dans le bar. Il les fourra dans sa poche tandis qu'il se dirigeait vers le comptoir.
L'endroit n'était pas encore très fréquenté, surement dut à l'heure de la journée. Après tout, il n'était pas si tard, et seul de très bon habitué ou des piliers de bar sortait à cette heure si pour boire un verre.

Kane prit un siège et salua la serveuse/propriétaire de l'endroit qu'il connaissait maintenant plutôt bien. Il lui demanda un café noir avant de jeter un coup d'œil distrait et rapide à au jeune homme assit à ses côtés. Il allait s'occuper de boire son café que Leina, puisqu'il s'agissait du nom de la jeune femme qui possédait le débit de boisson, lui apportait déjà lorsque son voisin se tourna vers lui et se présentait. Apparemment, il le connaissait et Adam ne mit pas non plus longtemps à mettre un nom, ou du moins un prénom, si ce n'est un surnom ! Sur le visage de l'homme.
Le musicien leva un sourcil étonné qui s'accentuait au fur et à mesure qu'il dévisageait son vis-à-vis. Le jeune homme lui confirma sa penser en se présentant, si on pouvait appeler ça comme ça et Kane avait du mal à ne pas cacher sa perplexité : qu'est-ce que cet énergumène encore à moitié dans son trip de drogué, lui voulait ?

Parce que oui, c'était un drôle d'énergumène ce Jim, réputer pour taper également dans le domaine du trafic, mais plus de drogue, d'alcool et autre. Un peu profiteur sur les bords et aux allures (et surement aux contacts) un peu glauque, et oui, il était flagrant qu'il venait tout simplement de prendre quelques chose qui laissait encore ses traces. Ses pupilles étaient encore anormalement dilatées et de longues cernes encadrait ses yeux, son sourire un peu béat ne faisait que confirmer les apparence. Adam resta silencieux un moment, à simplement regarder son interlocuteur.
Il ne savait pas bien quoi penser, si ce n'est que la merde qu'il devait prendre assez régulièrement finirait pas le tuer d'un moyen ou d'un autre et qu'il ne préférait pas savoir lequel. Il ne fit pourtant aucune remarque qu'il gardait précieusement pour lui et finit par ouvrir la bouche.

Sa voix était grave et posée, comme à son habitude, elle ne reflétait pas particulièrement ses sentiments :


-Salut. C'est bien possible... Je peux t'aider ? Demanda-t-il simplement audit Jim avait de prendre la tasse posée devant lui pour la porter à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Un parfum de rose   Mar 19 Jan - 22:30

**** Premier Post ****

Midi passé, et sur la porte du Dernier Pétale, le panneau "Fermé" balançait toujours légèrement, privant quelques clients de leur boisson chaude matinale.

La propriétaire, Leina Erins, s'était pourtant levée tôt. La sonnerie du réveil avait retenti aux aurores, et dès les premières notes, la jeune femme s'était levée et dirigée sous la douche, l'eau fraîche la réveillant définitivement. Après avoir avalé une viennoiserie et un cappuccino, elle troqua son peignoir pour une tenue de ville discrète: Pantalon en velours bordeaux, bottes noires et chemise assortie. Elle hésita avant d'enfiler son pull préféré, celui à micro-capsules odorantes. A peine l'avait-elle mit qu'elle ne regretta pas son choix: Une délicate odeur de fleurs, de rose notamment, embauma la pièce. Le parfum la fit sourire, comme toujours.

Elle descendit les marches presque quatre par quatre, attachant les pressions de son coupe-vent, faisant mentalement la liste de tout ce qu'il lui fallait.
Le bar serait fermé ce matin, encore une fois. Elle devrait peut-être songer à embaucher quelqu'un, pour l'aider à faire le service; et puis, elle pourrait aussi, dans ce cas, prendre un jour de congé de temps en temps. L'idée était drôlement tentante, même si elle n'était pas particulièrement fatiguée cette saison.
Et puis, ça lui ferait de la compagnie!

Appréciant l'air frais de ce début de journée, Leina s'accorda quelques détours, ce qu'elle n'aurait jamais fait à la nuit tombée. Les heures défilèrent, son sac se remplissant au fur et à mesure que les articles étaient barrés sur la liste. Elle arriva à l'avant-dernier, "Pommes de terre", lorsque sa montre émit un 'bip' indiquant midi.


Oups..., pensa-t-elle tout haut.

Plutôt que d'acheter les pommes de terre, elle se laissa tenter par une barquette de frites. Celles-ci furent finies avant la moitié du chemin, au plus grand désespoir de la jeune femme, qui se hâta de rentrer, laissant le panneau "Fermé" faire soupirer les éventuels clients encore quelques minutes pour ranger ses achats et de mettre un peu d'ordre dans la salle principale. Une douce mélodie, enregistrée d'un concert récent dans le bar, raisonna bientôt dans tout l'étage. Balai en main virevoltant au gré des accords, Leina Erins venait de décider qu'aujourd'hui, il n'y aurait de place que pour le bonheur.

A 13h30 le bar ouvrait ses portes, quelques minutes plus tard, les premiers clients arrivaient. Un jeune couple s'installa à une table en fond de salle, commandant des sirops. Lui n'était pas vraiment un "canon", mais la jeune femme, par contre, avait un certain charme. Son chignon relevé et ses talons lui donnaient un air important, un peu trop sérieux. Il était assez inhabituel de croiser de jeune bureaucrates dans le coin, à part ceux qui avaient quelques magouilles, bien entendu... Un amour interdit, peut-être?
Par la suite, Leina resta derrière le bar, attendant les commandes d'un air rêveur, son regard s'attardant parfois sur quelques têtes...
Revenir en haut Aller en bas
James Bell

avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mer 20 Jan - 17:09

Jim remarqua bien vite que l'homme semblait perplexe de se faire ainsi aborder. Le silence qui s'installa accompagné d'un haussement de sourcil ne pouvaient pas laisser de doute quand à sa surprise. Mais ce n'était pas ça qui allait gâcher le bel enthousiasme de l'américain! Il lui en fallait plus pour se démonter, il avait l'habitude que les gens le regardent un peu de biais. Vrai que son allure générale n'était pas forcément toujours engageante. Le teint pâle, les yeux cernés, flottant littéralement dans ses habits, il avait l'apparence d'un clochard la plupart du temps. Cependant, il s'en foutait pas mal, ce n'était de loin pas la chose la plus importante pour lui et comme ça au moins, personne n'osait trop venir l'emmerder. Il aimait rester discret la plupart du temps, du moins lorsqu'il était lucide et seul! Ce qui était plus ou moins le cas maintenant, même s'il n'aurait jamais parlé à Kane s'il n'avait pas encore légèrement été sous l'emprise d'une substance illicite. Il sentait quand même qu'il n'allait pas tarder à ratterir, alors autant profiter tout de suite pour se lancer dans une conversation... qui ne semblait pas franchement bien entamée vu la question qu'il lui posait. Hein? Mais pourquoi il lui demandait ça? Est-ce qu'il avait l'air d'avoir besoin d'aide? Son sourire s'agrandit alors qu'un petit rire traversait ses lèvres. Un petit rigolo ce mec! Ou alors son apparence laissait vraiment à penser qu'il était en train de demander l'aumône.... une vodka à la main! Fallait le faire quand même!

Le vendeur resta silencieux quelques secondes et bu une longue gorgée de son verre en fermant les yeux. Il laissa le liquide couler dans sa gorge, la tête penchée en arrière, sentant la chaleur envahir son œsophage, avant de se remettre droit et de rouvrir ses paupières du mieux qu'il pu, un sourire comblé sur le visage. Il devait vraiment avoir l'air de planer là mais il n'y pouvait rien si ses cinq sens lui paraissaient multipliés par 100! L'odeur de tabac froid du bar qui pénétrait ses narines de plein fouet. Le froid du comptoir sur sa peau qui semblait lui transpercer les bras pour pouvoir atteindre ses os. La musique rock qui passait en fond et qui semblait raisonner dans ses oreilles et dans sa tête. Son regard qui se braquait sur chaque petit détails de la pièce, les scrutant, les analysant instantanément. Enfin le goût de l'alcool qui imprégnait toutes les cellules de sa bouche, qui faisait littéralement exploser les saveurs fortes sur sa langue. Comment les gens arrivaient-ils à vivre sans avoir connu cela au moins une fois? C'était tellement prenant... tellement réel.... tellement magnifique comme sensation... Non, il ne comprendrait jamais les gens qui refusaient de toucher à ça, pour essayer, rien que par principe. Quel principe d'ailleurs? Celui de vivre une vie terne et monotone, sans plaisir, sans échappatoire, sans fantaisie? Et après ils venaient encore se plaindre et chialer à ses pieds pour un morceau de pain. Qu'ils aillent se faire foutre! A trop faire la morale, c'étaient eux les plus malheureux en fin de compte. Il avait plus de pitié pour les gens qui lui ressemblaient vraiment et qui le comprenaient. Qui ne le jugeaient pas.

James revint brutalement sur terre, loin des ses réflexions sur le monde qui l'entourait, lorsqu'il réalisa qu'il avait laissé planer un silence limite gênant pour son interlocuteur. Oups! A croire que ce qu'il avait pris lui faisait oublier la plus élémentaire des politesses! Il bu une nouvelle rasade de sa vodka et se concentra donc, au prix d'un petit effort il fallait l'avouer, sur Kane et reprit la parole d'une voix lente mais pas traînante qui avait un petit ton enjoué. Un vrai gamin!


- Ah euh non, merci, besoin de rien... J'ai tout ce qu'il faut!

Il lui fit un petit clin d'oeil entendu avant de reprendre.

- Je voulais juste faire un brin de causette, c'est assez mort ici... Tout roule niveau business?

Il lui avait dit cash que c'était parce qu'il s'emmerdait profond qu'il était venu lui parler, mais pourquoi cacher la vérité? Y aurait-il pu y avoir une autre raison à cela? Pas vraiment non, surtout qu'ils ne faisaient pas affaires ensemble. Alors autant être honnête, surtout que Jim avait horreur des faux-culs. Il aurait pu arracher la langue à tout ceux qui faisaient semblant, qui prétendaient être autre chose qu'eux-même. Ca l'insupportait! Vrai que dans l'Empire, autant au niveau du gouvernement que de la population, il était servi. Mais au moins Livingstone, pour ce qu'il en connaissait, était-elle une folle furieuse assumée. Et rien que pour ça, il ne pouvait pas totalement la détester. D'ailleurs il ne la détestait pas, il s'en foutait pas mal d'elle. Tant qu'il pouvait continuer ses petites affaires par-ci, par-là. Il profitait de la situation, certes, mais lui au moins n'avait pas peur d'assumer qui il était, alors tant pis pour les autres! Sa vision de l'espèce humaine était quelque peu défaitiste, tout du moins dégoûtée et il ne croyait pas vraiment en l'être humain. L'hypocrisie allait ruiner le monde, voilà ce qu'il pensait.


Dernière édition par James Bell le Dim 31 Jan - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mer 20 Jan - 20:37

Adam ne loupa pas le sourire du jeune homme qui se transforma bien rapidement en rire, le sourcil de celui-ci accentua son arc étrange sous la surprise. Décidément les produits qu'il avait pris devait bien le rendre heureux... Adam ne releva pas plus que ça le comportement du revendeur, après tout, ce n'était pas la première fois qu'il faisait ça à ce genre de situation, il avait d'ailleurs vu bien pire. De vrais accro' en manque et généralement ceux-là ne riaient pas beaucoup. Et puis de toute façon, Kane n'était pas là pour faire la morale ou juger qui que ce soit. Il avait beau ne pas spécialement cautionner ce genre de pratique car elle foutait plus en l'air la santé qu'autre chose, il était ouvert d'esprit et chacun menait sa vie comme il l'entendait... Tant qu'il ne se prenait pas pour le mettre du monde en asservissant un peuple entier... oui, la seule personne que le musicien se permettait de juger était bien cette vieille folle furieuse au pouvoir, ainsi que les profiteurs qui gravitait autour d'elle dans l'espoir de récupérer les miettes qu'elle leur lançait pour les faire avancer comme des pions sur son échiquier.

Quoi qu'il en soit, un long silence s'installa et Adam se reconcentra sur son café, il ne voulait même pas savoir à quoi l'esprit embrumé de Jim divaguait. Pourtant il finit par reprendre la parole pour répondre à sa question. Poliment, le trafiquant regarda de nouveau son interlocuteur tandis qu'il lui assurait qu'il n'avait nullement besoin de quoi que ce soit, assortie d'un petit clin d'œil significatif, oui apparemment, il avait ce qu'il fallait pour se foutre dans un état pareil. Adam ne savait pas bien qu'elle réaction il aurait dû adopter, il n'était pas son père et n'avait rien à dire à ce type, de l'autre il trouvait dommage son comportement... après tout, on commençait comme ça, et tout le monde savait parfaitement comment ça se terminait...
Jim ne tarda pas à continuer son discours, pour le coup il semblait lancer pour faire la conversation. Ce qui se confirma par ses paroles pour le moins radicalement franche. Il s'emmerdait ferme et cherchait simplement à faire un brin de cosette. Adam hocha la tête, pour lui signifier qu'il ne voyait aucun inconvénient à cela. Après tout, lui non plus n'avait pas grand chose à faire. En réalité il attendait son frère cadet qui ne devrait maintenant plus tarder.

Le jeune homme, pour lancer la discussion lui demanda simplement comment se déroulait son « business » comme il disait et le musicien pour le coup se rembruni un peu. Si certes ça ne le dérangeait pas de discuter, il préférait rester discret sur certain sujet, dont celui que Jim avait abordé avec une légèreté et un naturel assez déconcertant. Adam se racla la gorge avant de répondre d'un ton calme mais lourd de sens :


-Je ne crois pas que ça soit le meilleurs endroit, ni moment pour en parler...


L'aîné des Kane posait un point d'honneur à ce qu'on ne parle pas trop de ses affaires à tout va, surtout dans un lieu aussi peu sûr qu'un bar. On ne savait jamais les oreilles indiscrètes qui pouvait y trainer et la position qu'adoptait le musicien face à l'Empire ne lui aurait valu que des ennuies si elle avait été découverte. C'était d'ailleurs également le cas de son vis-à-vis mais il y avait fort à parier qu'il n'en avait pour le moment pas grand chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Jeu 28 Jan - 1:22

Arrow un parfum de rose jusqu'à déplacement du fameux post!

Quand Leina déverrouilla la porte d'entrée du Dernier Pétale, l'après-midi était déjà bien entamée et un vent froid s'engouffrait dans la ruelle qui ne bénéficiait que de très peu de lumière. Elle frissonna. Le matin même, elle était sortie confiante, le cœur léger, passant par ce même chemin, qui désormais lui donnait la chair de poule. Elle s'aventura jusqu'à la rue suivante, gardant un œil sur la porte du bar restée ouverte quelques mètres derrière. Rien à signaler, pas de véhicule suspect, pas de cris, juste quelques adolescentes qui donnaient leur point de vue sur la garde-robe de l'impératrice et un vieil homme qui trainait un caddie peut-être plus vieux que lui. La jeune femme lui adressa un sourire aimable, esquissant un pas vers lui pour l'aider à porter son fardeau, mais il leva la tête, le regard noir, maugréant quelques mots peu flatteurs: Leina tourna les talons aussitôt, claquant la porte du bar rageusement.

*Qu'il crève, ce sale vieux...*
Quelques secondes plus tard, elle rougissait de l'affront: Elle maudissait souvent les gens, intérieurement, regrettant aussi vite ses pensées malsaines...Mais bon sang, qu'est ce que ça pouvait la défouler! Elle soupira longuement puis afficha un sourire satisfait, se dirigeant vers le billard -elle installa une nouvelle partie- puis derrière le comptoir d'où elle contrôlait l'ambiance sonore de la salle. Quelques accords de guitare électrique retentirent bientôt dans la pièce. Un de ses morceaux préférés...Tout commençait par les notes de guitare, perçant le silence puis le laissant s'installer à nouveau, avant que la batterie ne donne le rythme. Une voix féminine délicate, douce, sensuelle, accompagnait les instruments lors des couplets, puis au refrain, c'était l'explosion, une déchirure, l'abandon total des musiciens et de la chanteuse. Le délicatesse devenait animalité, la douceur, puissance. Mais la sensualité restait. Un envoutement. Ce morceau lui rappelait, tant par la musique que par les paroles, tous ces amours perdus, ces espoirs de quelques secondes, cette résignation à ne connaître que de bons amants, plutôt qu'une "vraie" histoire avec un début et si possible, pas de fin. Elle avait fini par apprécier ce statut de libertine qu'on lui attribuait, aimant celui qu'elle choisirait, et qui aurait "l'honneur" de partager ne serait-ce qu'une nuit dans ses draps. C'était amusant, ce jeu de séduction, de regards; et puis elle commençait à prendre de l'expérience... Parfois, elle avait un peu l'impression de jouer un rôle, tout de même...

Leina ignorait que la chanson avait été obtenu par logiciel. Les instruments, la voix. Virtuels.

Un petit miroir posé hors de vue des clients lui indiqua que son chignon était en grande partie défait; d'un geste précis, elle retira les trois pinces restantes, laissant ses cheveux retomber sur ses épaules. Le morceau suivant était plus calme, Leina monta un peu le volume, glissant l'autre main dans ses cheveux pour les recoiffer. Le premier client de la journée passa le porte peu de temps après: Elle ne s'était donc pas levée pour rien! Il commanda une vodka, l'air un peu ailleurs, pas en état d'entamer une longue discussion... Leina, en quête d'une action quelconque pour passer le temps, se mit à essuyer les verres.

Deuxième chance: La porte s'ouvrit à nouveau. Zut, comment il s'appelait déjà?! Ah oui, c'était le connaisseur en alcools! Elle lui adresse un signe de tête suivit d'un grand sourire, lui annonçant que le café qu'il venait de commander arrivait. C'était absolument génial, avec un peu de chance il aurait des choses à raconter, elle n'aurait qu'à dire quelques mots en servant la commande et pourrait papoter au moins...un quart d'heure! Cette perspective de communication la réjouissait déjà, elle qui était si bavarde. Elle ajouta sur le bord de la coupelle un sucre et un chocolat, puis alla déposer le plateau devant le nouveau client qui...Venait d'entamer une conversation avec le premier. Pour la deuxième fois de la journée, Leina jura intérieurement et retourna derrière son comptoir essuyer les verres -et lire un magazine de décoration intérieure-, ne regardant plus les deux chacals qui semblaient se moquer éperdument de sa solitude: Comme le monde était cruel...
Revenir en haut Aller en bas
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Dim 31 Jan - 0:10

Arrow Baby-sitting

Evan débarqua tranquillement dans le bar du Dernier Pétale où l'attendait son frère pour une réunion familiale et décontractée, alors que le soleil commençait gentiment à décliner au-dehors. Il avait eu une grosse journée et était littéralement épuisé. Un petit remontant ne lui ferait donc que du bien, surtout avec le froid de février qui semblait le transpercer. Il n'avait pas arrêté de penser à Ju et espérait sincèrement qu'elle se portait déjà un peu mieux aujourd'hui. Malheureusement, il ne pourrait pas tout le temps passer la voir, au risque d'éveiller des soupçons. L'état de son amie plus son absence au sein de la Cible lui pesait lourd sur les épaules. Il n'était toujours pas repassé au QG, mais il allait devoir trouver une excuse valable au fait que la rebelle ait disparu de la circulation! Ils ne pouvaient pas se permettre de dévoiler la vraie raison, sous peine de se mettre en danger, cependant, trouver une explication convaincante n'allait pas être simple. Il allait devoir organiser toute une fausse mission pour la couvrir maintenant, mais aussi lorsqu'elle partirait poursuivre sa grossesse hors d'Hegemony! Ca faisait pas mal de choses à gérer et tout ce dont il avait besoin, c'était de se changer les idées en tapant un peu la causette avec Adam.

Celui-ci semblait d'ailleurs occupé à discuter avec un individu que le résistant connaissait de réputation. Un revendeur sans grande morale qui était visiblement sous l'emprise d'une quelconque drogue. A voir ses yeux et son expression absente, il était à des milliers de kilomètres de la réalité! Tant qu'il n'importunait personne, que ce soit son frère ou la gérante de l'endroit, tout irait bien. Elle, il la connaissait depuis pas mal de temps déjà. Leina Erins... La soeur de son premier grand amour, Lorelei. Il avait passé 6 ans de sa vie avec cette fille avant qu'ils ne réalisent qu'ils ne s'aimaient pas comme un couple devrait s'aimer. Non, eux ils étaient simplement amis. Des amis très proches, voilà tout. Il avait tout partagé avec elle et il fallait avouer qu'elle en connaissait bien plus long sur lui que la future mère de son enfant! Cependant il ne voyait pas trop pourquoi il en ferait mention à cette dernière. Tout d'abord, c'était du passé et cela concernait sa vie avant qu'il ne la rencontre et ensuite il n'avait plus eu de nouvelles de Lo depuis qu'elle avait été envoyée en mission à Glory. Car bien évidemment, c'était dans le cadre de la résistance que les deux anciens tourtereaux s'étaient rencontrés. Il avait vu en elle un miroir. La cadette d'une famille de deux enfants qui osait s'impliquer dans le combat contre le régime tandis que leur aîné restait planqués. C'était ça qui les avait très vite rapproché. Mais maintenant, c'était du passé et jusqu'à preuve du contraire, il n'était même pas sûr qu'elle soit encore vivante. Plusieurs évènements s'étaient produits dans la ville où elle se trouvait et beaucoup de résistants étaient tombés au combat. Impossible d'avoir des nouvelles depuis des années au moins et y envoyer quelqu'un était trop dangereux pour le moment. Mais peut-être bien qu'elle était toujours bel et bien vivante... Après tout, Evan n'était pas au courant de tout ce qui se passait dans la Cible non plus. En tout cas, il l'espérait réellement...

Tout en pensant à son amie, il rejoignit son frère et la soeur de celle-ci, un grand sourire sur ses lèvres. Ca faisait du bien de voir d'autres têtes amicales alors qu'l traversait une période difficile à gérer. Après une petite tape dans le dos d'Adam, il se pencha par-dessus le comptoir pour claquer deux bises sur les joues de la gérante.


- Salut Leina! Comment vas-tu depuis le temps?

Il se tourna vers Bell et lui tendit une main pour se présenter rapidement. Après tout, peut-être que son frère était en train de parler boulot avec lui? Même si ça l'aurait pas mal étonné... En tout les cas, mieux valait être poli! L'homme lui serra la main et se présenta à son tour avant que le journaliste n'aille s'asseoir de l'autre côté de son aîné et commande un double-whisky. Il se débarrassa de son gros manteau et se tourna vers les deux hommes en attendant sa boisson. Autant continuer sur leur conversation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Bell

avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Dim 31 Jan - 1:10

Jim fut légèrement surpris de la réponse que lui fit Kane. Pour le coup, c'est son sourcil qui se leva lentement et ses yeux qui dévisagèrent son vis-à-vis d'un air interrogateur. Euh.. Pourquoi s'était-il tout à coup fermé comme une huître? Est-ce qu'il avait dit quelque chose de mal? Apparemment oui vu la remarque que le vendeur venait de lui faire... Ah d'accord! C'était CE genre de vendeur! L'un de ceux qui n'assumaient pas leur rôle dans la société, des planqués qui se cachaient par tous les moyens et sans trop de raisons. Mais pourquoi se faisaient-ils tous un point d'honneur dans cette société à faire semblant? D'accord, la folle qui était au pouvoir n'arrangeait pas les choses, il n'était pas stupide et comprenait parfaitement. Cependant, il n'y avait rien de mal à faire marcher l'économie souterraine. C'était même bon pour l'Impératrice, car cela lui évitait une quelconque rébellion. Les gens achetaient au noir au lieu de se priver de tout. Certes, cela restait cher, mais ça en valait la peine et peu de gens résistaient à se faire un petit plaisir de temps à autre. Si la population n'avait même plus cette possibilité, alors l'envie et l'aigreur prendraient le pas sur ce semblant de tranquillité et sur cet équilibre précaire. Le résultat serait désastreux pour le gouvernement, il devait donc laisser les petits revendeurs faire leur travail tranquillement, à leur manière, sans leur mettre trop de bâtons dans les roues.

Il allait exposer son point de vue à Kane, mais quelque chose l'en empêcha au dernier moment. Peut-être sa lucidité qui revenait? En tout les cas, il sentait que l'homme n'était absolument pas prêt à débattre sur ce sujet, mieux valait donc s'écraser pour ne pas se créer d'ennuis ou tout du moins ne pas l'importuner. Il était comme ça James, poli et prévenant. D'accord, ce n'était sûrement pas les qualificatifs qui sautaient aux yeux lorsqu'on le rencontrait, cependant, si on le côtoyait depuis assez longtemps pour être l'un de ses rares amis, on savait qu'il ne cherchait jamais des noises à ceux qui ne lui avaient rien fait. Ce qui était le cas du revendeur assis à côté de lui. Intraitable dans les affaires, certes, mais pas avec le premier venu. Il leva donc ses mains et haussa ses épaules en guise d'excuses avant de les formuler d'un ton amusé. Il n'allait pas insister, okay, mais il ne pouvait s'empêcher de trouver l'attitude de l'homme grotesque. Franchement, qu'est-ce qui pourrait bien lui arriver selon lui? Il était d'accord de faire profil bas lorsque la situation le demandait, mais là... Avant cela, il bu une autre rasade de sa vodka pour la finir et en commanda directement une autre avec un sourire charmeur à la serveuse.


- Désolé vieux, j'pensais pas à mal.

Et c'était vrai, même si le grand sourire qui barrait encore et toujours son visage pouvait faire penser le contraire. Mais Jim était persuadé que son interlocuteur comprenait parfaitement que présentement, il n'était pas tout à fait dans son état normal. Bien que les effets de ce qu'il avait pris diminuaient, l'alcool dont il s'abreuvait le maintenait dans cet espèce d'euphorie, cet état de plénitude et de conscience des choses que lui seul vivait à l'instant. Il n'avait pas de sentiment de pouvoir, pas du tout, c'était plus comme s'il gardait un secret au plus profond de lui qu'il était le seul à voir à présent. Il se sentait bien et le reste.... et bien il s'en foutait pas mal! Ce qui devait se lire sur son visage d'ailleurs. Cependant, il s'emmerdait toujours ferme et il allait reprendre la conversation sur un quelconque autre sujet qui ne risquerait pas de froisser Kane, lorsqu'un homme entra dans le bar et se dirigea directement vers eux. A en croire son attitude, il connaissait bien le vendeur et la jolie gérante du Dernier Pétale. Et ceci se confirma lorsqu'il se présenta. D'accord! C'était donc un parent... Un frère sûrement, vu leur ressemblance. Toujours poli, James lui serra la main et se présenta également avant de se taire et de boire une gorgée de son verre. Il se doutait bien que les deux hommes ne s'étaient pas retrouvés là par hasard et avaient rendez-vous, il n'allait donc pas s'immiscer dans leur discussion. Il se contenterait de faire un brin de causette avec Leina. Perspective tout à fait charmante d'ailleurs.

Après un petit signe de tête en direction des Kane, il s'accouda donc un peu plus au bar et attendit que la serveuse ait fini de servir le dernier arrivé en buvant une nouvelle gorgée de sa vodka. Il ne savait pas trop de quoi lui parler, mais il allait bien trouver quelque chose pour entamer la conversation! Avec un petit sourire qu'il ne réservait qu'aux femmes qu'il trouvait charmantes, il prit la parole d'une voix posée qui contrastait grandement avec son air un peu ahuri. Mais c'est qu'il savait se tenir en compagnie de dames! Et être tout à fait fréquentable! Non mais!


- Un peu mort à cette heure-ci... J'espère pour vous que les clients affluent quand même après une certaine heure... Pas trop contraignant ce couvre-feu?

Okay, il se mêlait peut-être encore de ce qui ne le regardait pas et la jeune femme pouvait réagir comme Adam, cependant il en doutait. Elle semblait être une personne bien plus ouverte et ses questions n'étaient, au final, pas bien méchantes. Plutôt anodines et plates à vrai dire, en tout cas selon ses critères de conversation. Cependant il fallait bien commencer par quelque chose. Il n'allait pas non plus directement lui demander son numéro, d'autant plus qu'il était persuadé que jamais elle ne le lui donnerait! Bien dommage ça... Mais bon, elle n'était pas la seule jolie femme qu'il pouvait rencontrer, il n'allait pas se miner pour ça non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Dim 31 Jan - 2:28

Adam resta un brin perplexe même si extérieurement il était parfaitement stoïque. S'il ne bougea pas d'un pouce, ses yeux fixant toujours, mais sans trop d'insistance son interlocuteur, il ne pouvait s'empêcher de trouver étranges les réactions de énergumène face à lui. Malgré ses "excuses" pour avoir abordé un sujet que le musicien préférait taire, ou tout du moins ne pas crier sur tout les toits, l'homme eut la net impression que son vis-à-vis semblait bien trop euphorique pour être sincère. Certes, le trafiquant n'avait peut-être pas le sang bien net et il devait lui manquer une part de lucidité, ce qui devait jouer pas mal sur son comportement, mais Adam avait de plus en plus de mal à cerner son interlocuteur. Ou peut-être que si, justement, il ne le cernait que trop bien et ce qu'il imaginait du personnage lui plaisait de moins en moins. Il savait, il sentait, que leur point de vue risquait bien de diverger totalement sur pas mal de questions et qu'il valait mieux ne pas les aborder, tout simplement... après tout on parlait de liberté de pensées et d'opinions, non ? Et puis Adam était fatigué de tenter de défendre son point de vue sur les choses. Il avait déjà un frère assez difficile sur la question, sans qu'il ne doivent justifier ses actes et sa prise de position (ou plutôt sa "non prise de position") à un pseudo-étranger.

Kane n'agissait que dans le but de protéger les siens, en accord avec ses convictions et opinion, pour aider comme il pouvait les autres à faire de même avec leurs familles... il s'en foutait qu'on le traite de lâche, à ne pas s'impliquer dans la Cible et à planquer ses activités, ou de profiteur à cause de marché noir, il ne se pensait ni l'un ni l'autre. Et puis, les cachots de la milices ne se remplissaient pas que de rebelle jusqu'à preuve du contraire et il préférait éviter de rejoindre une cellule sombre et humide où il subirait probablement on se savait quels sévices...
Au final, la conversation n'eut pas le temps de s'étendre qu'un nouvel arrivant entra dans le bar et un léger sourire se dessina sur les lèvres d'Adam Kane lorsqu'il remarqua qu'il s'agissait de son frangin. Il était heureux de se petit rendez-vous, toujours soulager de pouvoir voir son cadet en chair et en os, en un seul morceau. Vrai qu'une des choses qu'il redoutait le plus était d'apprendre que son propre frère est été arrêté pour son activisme au sein de la rébellion.

En tout cas, Evan avait l'air d'aller, même si les traits tirés de son visage dénotait une certaine fatigue. L'aîné fronça les sourcils mais ne dit rien, il aurait tout le temps de savoir comme l'artiste se portait vraiment. L'homme salua tout le monde, ainsi que la serveuse qu'il connaissait plutôt bien. Il s'agissait en effet de la sœur d'une des ex du journaliste, probablement celle qui avait le plus marqué sa vie, mais qui n'avait, malheureusement, plus donné signe de vie depuis bien longtemps... il n'y avait que deux mots à l'origine de cela : la Cible... Adam soupira intérieurement, il avait probablement secrètement peur que le même schéma ne se répète avec Julianne car il n'avait jamais été dupe et le petit jeu entre les deux lui semblait clair depuis le premier jour de leur rencontre... Il savait que son frère le supporterait très mal, voire même pas du tout, surtout maintenant qu'ils allaient être parents... et lui oncle !!! Ah, ça il n'en revenait toujours pas !

Bref, Evan s'installa, commanda un whisky (double !), *étonnant* pensa ironiquement son frangin, et Bell leur fit un petit salue de la tête avant de s'intéresser d'un peu plus près à la serveuse (pas d'arrière pensée tendancieuse). Après avoir tendu quelque seconde l'oreille, le musicien les laissa à leur petites affaires et se reconcentra sur son cadet. Il lui laissa tout de même le temps de bavasser avec la propriétaire de l'endroit avant qu'il n'accapare son attention. Bah quoi, il était ravi de le voir, il comptait bien en profiter. Au fond, le trafiquant ne vivait que pour sa famille, même dans ce monde où vouloir protéger les siens d'une folle furieuse semblait dérisoire (surtout lorsque les gens que l'on veut protéger en question ont un facheuse tendance à vouloir se jeter dans la gueule du loup...), et rien ne valait quelques instants passé en compagnie d'une des personnes les plus importantes à ces yeux.
Après une petite tape amicale sur l'épaule et un sourire entre l'allégresse et le soulagement l'aîné des Kane commença la conversation :


-Alors, comment ça va depuis l'autre jour, heureux de te voir, mais tu m'as l'air claqué... faut que tu arrêtes de t'impliquer autant pour le journal... annonça-t-il sur un ton des plus léger, mais le sous entendu était clair. Il fallait remplacer JOP par "la Cible". Sans plaisanter, Evan semblait vraiment fatigué et inconsciemment Adam s'inquiétait pour lui, est-ce qu'il s'était encore passé quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Lun 1 Fév - 16:01

Leina avait encore la musique dans la tête.
C'était presque pénible, car curieuse de nature, elle aurait volontiers écouté la conversation de ses clients. C'était de la simple curiosité, elle ne s'intéressait pas à la politique, tant qu'elle vivait tranquillement, tout lui convenait; elle n'allait pas non plus revendre des informations... Mais elle aimait écouter, deviner, se tromper sur le sens des mots que ses clients employaient, elle voyait les charades, les métaphores comme autant de petits casse-têtes. Voila où mène l'ennui: Un rien vous amuse...

La soirée serait surement calme mais agréable: Peu de monde, pas trop pénibles...
Evan arriva, l'air fatigué mais souriant. Le double whisky fut presque aussitôt servit -tout comme la seconde vodka l'avait été-, accompagné d'un acquiescement.


- Tout va bien, depuis le temps!

Leina comprit alors que le troisième client -celui qui avait l'air un peu dans les vapes- n'était pas venu pour discuter avec eux. D'ailleurs il la regardait, souriant. Leina se demanda s'il lui serait tombé dessus en cas d'absence du comptoir. Le ton qu'il employa la rassura cependant; et elle se sentait d'humeur bavarde. Comme toujours.

- Un peu mort, oui. Enfin, je commençais à penser que ce serait mort tout court, ce soir.


Elle soupira, haussa les épaules, et finalement... Décapsula une bière aromatisée qu'elle versa avec dextérité dans un verre coloré, en faisant glisser un vers son interlocuteur, puis posant la bouteille entre eux deux, l'invitant à se servir.

- A part ça, le couvre-feu n'empêche pas les gens de sortir dans certains quartiers. C'est vrai que ça n'aide pas, mais il est plus facile d'être discret ici. Et puis le bar n'est pas très voyant.

Leina ne comprenait pas vraiment l'utilité de ce couvre-feu, mais il était vrai qu'il l'ennuyait un peu. Son sourire s'effaça quelques minutes. Sans, il y aurait assurément plus de monde au Dernier Pétale...
Revenir en haut Aller en bas
James Bell

avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mar 23 Fév - 22:36

James fixait la jeune femme de ses yeux rougeâtres et vitreux qui lui donnaient l'air d'avoir passé une très mauvaise nuit. Ca plus ses paupières tombantes et ses cernes l'empêchaient d'avoir l'air concentré sur ce qu'il faisait ou disait. Pourtant, c'était bel et bien le cas. Il ne perdait pas un seul geste de la tenancière qui semblait s'emmerder au plus haut point. Parfait! Il avait trouvé de la compagnie pour la soirée! Et quelle compagnie... Il était rare qu'il soit aussi bien entouré. Généralement il se retrouvait à parler avec des mecs que la plupart des gens auraient qualifiés de louches, de drogués ou de voyous. Pas que ça le dérangeait. Après tout, c'était le milieu dans lequel il évoluait et il faisait lui-même partie de cette catégorie de personnes qui ne faisaient pas bonne impression et qui avaient le don de mettre les autres mal à l'aise. Il en était totalement conscient et était fier d'être ce qu'il était. L'opinion des autres, il n'en avait un peu rien à foutre, surtout si c'était pour critiquer ses fréquentations qu'il assumait parfaitement. Cependant, cette belle femme derrière le comptoir... c'était comme si une fleur avait émergé dans un marécage. C'était une vision agréable et incongrue dans son quotidien. Il ne pouvait rien faire contre la fascination qu'elle exerçait sur lui et qu'il tentait de cacher comme il le pouvait. Conscient qu'il aurait pu mettre son interlocutrice mal à l'aise s'il la regardait avec trop d'insistance, le vendeur se redressa subitement et cligna des yeux plusieurs fois histoire de se remettre les idées en place. Il y parvint définitivement avec une nouvelle gorgée de sa vodka qu'il faillit finir d'une traite tandis qu'elle lui répondait. Il lui fit un petit sourire et leva son verre dans sa direction.

- Alors je suis content d'être passé si je peux vous changer les idées.

Il continua à lui sourire avant de la regarder se servir une bière d'un air dépité et de lui offrir un verre. Il était surpris, mais il n'allait très certainement pas refuser ce geste commerçant! Il la remercia d'un signe de tête et versa calmement le liquide jaunâtre et pétillant dans le verre qu'elle venait de lui passer. A nouveau, il leva ce dernier pour trinquer avec Leina avant qu'elle ne reprenne la parole. Elle avait beau dire, mais lorsqu'elle eut fini de parler, Jim était persuadé que ce couvre-feu lui posait bien plus de problèmes qu'elle ne voulait bien l'admettre. Pas évident en effet de tenir un bar quand la majeure partie de la population trimait chaque jour comme des chiens pour récolter un salaire de misère. Les gens n'avaient ni le temps, ni l'argent de venir boire pour oublier leur vie de merde. Encore moins maintenant qu'ils devaient être chez eux à 20h tapantes! Cela ne leur laissait, pour la plupart, que deux heures de répit qu'ils préféraient passer avec une famille qu'ils n'étaient pas sûrs de retrouver le lendemain plutôt qu'avec des piliers de comptoirs. Seuls les personnes qui avaient un niveau de vie légèrement plus élevé ou qui s'en foutait complètement de l'Empire, pouvaient se permettre de se noyer dans l'alcool ou de rester dehors toute la nuit pour picoler. Et c'était bien ce que James était, alors il ne se privait pas de faire comme bon lui semblait, toujours en restant discret et en ne faisant pas de vagues. D'ailleurs il n'avait qu'à regarder autour de lui pour constater que sa théorie n'était pas si fausse que ça. Les Kane ne roulaient certes pas sur l'or, mais il savait que l'aîné n'avait pas de soucis d'argent et il se doutait, vu l'accoutrement du cadet, que celui-ci travaillait dans le centre et n'était pas complètement dans la dèche non plus. Pour ce qui était du reste des clients, un ou deux poivrots et un jeune couple à l'air pseudo-rebelle, sa théorie pouvait également parfaitement s'appliquer.

James finit son verre de bière et se resservit après avoir fait de même pour la barmaid. Il afficha un petit sourire réconfortant avant de reprendra la parole d'une voix toujours plus calme et posée maintenant que les effets de son fix' se dissipaient de plus en plus.


- Et vous fermez le bar à quelle heure? Vous gardez vos clients les plus fidèles jusqu'au petit matin, histoire qu'ils n'aient pas trop d'ennuis? Tout le monde dehors à 20h? Ou les gens vont et viennent comme ils le veulent?

D'accord, ça faisait beaucoup de questions! Mais il était assez curieux de savoir comment elle appréhendait ce couvre-feu et quand est-ce qu'elle trouvait le temps de se reposer! Parce que si le bar restait ouvert, discrètement, toute la nuit, elle devait plus ou moins avoir le même rythme de sommeil que lui! C'est-à-dire sans dessus-dessous! Et il savait que parfois, vivre en décalé, ce n'était pas simple, surtout si on avait un business à tenir, ce qui était le cas pour les deux.

- Vous inquiétez pas, votre alcool est bon, la musique est sympa. Quand le couvre-feu tombera, les affaires repartiront pour vous...

Il la gratifia d'un petit clin d'oeil avant de reporter son attention sur ses verres (!) à moitié vides. Après quelques secondes d'hésitation, il se décida à finir son verre de bière en fixant son regard sur la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mer 24 Fév - 0:05

Evan fut heureux de constater que Leina se portait toujours bien et qu'elle avait su garder son sourire et sa bonne humeur malgré la situation qu'ils vivaient au quotidien. Il appréciait beaucoup sa compagnie car elle avait l'art et la manière de changer les idées aux gens, un peu comme sa sœur cadette en fait. Lorelei était un véritable rayon de soleil qui avait la capacité de le faire rire même dans les pires moments. A y réfléchir, c'est ce qui lui manquait le plus depuis qu'elle avait disparu de sa vie sans laisser la moindre trace. Cependant c'était du passé et il devait aller de l'avant sans se retourner, sinon il ne pourrait tout simplement plus continuer à vivre. Le nombre de personnes qu'il connaissait et appréciait qui avaient disparues au fil des ans aurait fait fuir n'importe qui de sensé. Mais l'artiste ne pouvait se résoudre à abandonner sa cause, à abandonner ceux qui s'étaient sacrifié pour elle. Il continuerait donc à se battre jusqu'au bout, même s'il devait en mourir. Bien sûr maintenant, avec l'arrivée du bébé, cela allait changer un peu sa façon d'agir, mais il ne modifierait jamais sa manière de penser. Il resterait toujours fidèle à lui-même, comme il l'avait toujours été et cela malgré les peines que cela avait pu lui causer. Comme la rupture de toutes relations avec ses parents par exemple. Il en avait bavé, c'est sûr, mais il avait réussi à tout surmonter et cela grâce aussi à son frère qui le regardait à présent d'un air inquiet en lui faisant clairement remarquer qu'il n'avait pas l'air en forme et en remettant même, au passage, le sujet de la Cible sur le tapis. L'artiste leva les yeux au ciel et bu une longue gorgée de son whisky que la propriétaire des lieux venait de lui servir, avant de porter son attention sur son aîné. Il savait qu'il se faisait constamment du mouron pour lui et quelque part, ça le touchait, mais parfois, ça avait aussi le don de l'énerver profondément!

- Dis tout de suite que j'ai une sale gueule!

Les mots étaient sortis sur un ton outré et colérique qui contrastait avec le sourire du jeune homme. Il savait qu'il avait une petite mine et s'il avait dû s'offusquer à chaque fois qu'une personne lui avait fait la remarque dans la journée, il aurait passé son temps à rembarrer les gens! Se doutant que son frère avait compris la plaisanterie, il continua sur sa lancée, naviguant entre le sérieux et la limite de l'hilarité contenue.

- J'ai pas passé une excellente nuit là... En fait, ça fait depuis deux jours que c'est comme ça. J'ai dû garder la chienne de mes voisins qui va bientôt mettre bas et elle a eu un soucis de santé. Alors j'ai dû faire venir le vétérinaire aux aurores, faire le ménage, m'occuper d'elle etc.... Hier elle était tellement insupportable, c'était impossible à gérer, mais j'ai dû rester pour être sûr que ça allait. Là je passerai en rentrant pour voir si tout est OK.

Un large sourire amusé lui barrait le visage tandis qu'il venait de comparer la mère de son futur enfant à une chienne! Pour sûr, si Julianne avait été là, elle lui aurait arraché les yeux! Mais il fallait bien qu'il reste prudent et qu'il trouve un moyen de donner des nouvelles à son frère sans se trahir non? Alors il faisait comme il le pouvait, même s'il fallait avouer qu'il avait légèrement fait exprès de prendre cet exemple. Il fallait bien dédramatiser la situation non? C'était pour ça qu'il était venu rejoindre son frère pour un verre : pour penser à autre chose. Il avait besoin de se vider la tête, même si ce n'était que pour quelques heures, sinon il risquait bien de péter un plomb assez rapidement. Il aimait Ju, à en crever même et il était plus qu'heureux de devenir papa, mais il devait gérer beaucoup de choses entre les préparatifs de sabotage pour la Grande Parade Impériale, son boulot au JOP, la grossesse qui ne se passait pas sans encombres et maintenant ce De Guise que l'on devait aider. S'il ne s'était pas agi de l'une des leur.... Mais c'était bel et bien le cas et ils allaient devoir tout mettre en œuvre pour sortir Shela de la merde dans laquelle elle s'était fourrée avec l'aide du Ministre. Rien que de repenser à l'homme politique, les sourcils du journaliste se froncèrent et il se rembrunit et ce ne fut qu'au prix d'un gros effort qu'il chassa momentanément ces soucis de son esprit pour se concentrer sur son frère.

- Et toi et Jenn' ? Comment ça va à la maison?

A son tour de prendre des nouvelles de la famille de son frangin! Bon d'accord, il n'était pas marié à sa copine, mais elle faisait totalement partie de la famille pour Evan qui éprouvait beaucoup d'affection pour la jeune femme. Elle avait été là depuis le début et s'était révélée d'un soutien imprévu mais au combien important pour l'artiste lorsqu'il avait débarqué à Hegemony, seul. Il savait que la nouvelle de sa future paternité lui avait fait mal et il s'en voulait pour cela, même si rien n'était de sa faute. Cependant, il voulait quand même s'assurer qu'elle prenait les choses pas trop mal et qu'elle arrivait à gérer la situation en attendant qu'elle s'arrange. Il ne s'était jamais vu lui en père et savait au contraire que son frère serait excellent dans ce rôle. Malheureusement, la vie était remplie d'ironie et il espérait sincèrement que le couple devienne parents dans les plus brefs délais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mer 24 Fév - 19:26

[HRP : dsl Red de t'avoir griller la priorité, mais je me dis que c'est plus simple pour le dialogue entre Evan et Adam ^^ et puis comme ça j'aurais des trucs à dire après ton arrive *bid smile]
[PS : D'ailleurs vous aller me détester après, j'ai bien envie de faire ma sadique ! :xd:]

Si le plus jeune des frère Kane avait l'air exténué, Adam nota cependant rapidement que l'artiste semblait étrangement de bonne humeur, pas seulement à cause du sourire qui lui barrait le visage ou du fait qu'il rembarra gentiment son frère sur un ton faussement agacé. Le visage de l'aîné s'éclaira un peu plus tandis qu'un rictus amusé se dessinait sur ses lèvres. Il était rassurer de voir que son frère semblait au moins de bonne humeur malgré sa mine effroyable. D'une main il vint alors ébouriffer la tignasse déjà indomptable de son frangin dans un rire contenu :

-Mais c'est que tu m'ôtes les mots de la bouche en fait.


Un nouveau sourire vint illuminer son visage, pas à dire il aimait voir son frère, être avec sa famille, et pouvoir passer un petit moment de détente avec un verre d'alcool et un café (du vrai !) délectable sous la main. Adam soupira alors d'aise porta à ses lèvres la tasse au liquide noir encore brulant. Evan avait alors continué sur sa lancée pour lui raconter la nuit qu'il venait de passer, et dernière une histoire incompréhensible, le musicien saisit tout de suite la porté des propos de son cadet. Alors qu'Evan, lui, semblait s'amuser de la métaphore et de toute cette petite « aventure » son frère avait instinctivement froncé les sourcils et fait une moue ennuyée, pas vraiment heureux d'apprendre que Julianne avait des ennuies lors de sa grossesse encore toute ressente.

Adam savait que le journaliste n'aurait pas trouvé ça si drôle si Jules' n'était plus hors de danger et savait également parfaitement qu'il cherchait en un sens à dédramatiser la situation, ce qui s'était passé. Il imaginait parfaitement qu'il avait dû avoir une sacrée frayeur, même s'il précisa que son amie avait alors été insupportable... L'aîné de la famille Kane aurait bien voulu savoir ce qui l'avait pousser à dire ça, mais le connaissant, il n'aurait jamais le fin mot de l'histoire. Jules' avait son caractère, ils le savaient tous les deux aussi bien l'un que l'autre, mais de là à ce qu'Evan en parle ainsi... L'avait-elle blessé ? Si c'était le cas, peut-être Evan ne voudrait-il jamais le reconnaître devant son frère.


-Et ta... chienne va bien au final, enfin elle ne risque plus rien ?
Finit-il par demander. Oui, parce qu'il voulait quand même avoir des nouvelles, être sûr qu'elle était hors de danger. Un nouveau sourire avait fini par se glisser sur ses lèvres pour rendre un peu de couleur à son visage, il fallait avouer que la métaphore de l'artiste réussit à le faire sourire. Il bu de nouveau une gorgée de café, étouffant un rire.

Evan prit alors des nouvelles de sa « famille » enfin surtout de Jenn' puisqu'il n'avait pas encore de famille à proprement parler, même si ce n'était pas l'envie qui leur manquait, et ce n'était pas le journaliste qui allait prendre des nouvelles de leur parents, qui a ce yeux ne devait plus être de ce monde... Un petit sourire triste passa sur le visage d'Adam avant qu'il ne se reconcentre sur son frère. A dire vrai, il était le plus heureux des futurs-oncles depuis que son frangin était venu lui apprendre qu'il allait être père, son frangin, père... il n'en revenait toujours pas, mais la joie était là, comme une douce chaleur qui flottait dans sa poitrine. Jenn, elle aussi était au anges, mais voilà un bout de temps qu'elle rêvait d'enfanter, et savoir qu'une femme qui était loin de le vouloir se retrouvait enceinte alors qu'elle aurait tout fait pour que ça soit le cas, lui laissait quand même un goût amer dans la bouche. Mais Jenn' était une fille bien, géniale même, pensa Adam, qui ne comptait plus vivre avec personne d'autre que l'amour de sa vie, et elle prenait fièrement sur elle. Le couple en avait d'ailleurs beaucoup parler et … :


-Ca va bien. Le petit train-train plus ou moins quoi. Et Jenn' va bien merci, elle est heureuse de savoir que... ta chienne va avoir un petit (ou plusieurs !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán Mac Mahon
Emigré mercenaire/ Danger public/ Folle furieuse
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 22/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Pas trop mauvaise pour l'instant.
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mer 24 Fév - 21:44

[HRP : Alors, sous pretexte que je suis nouvelle et que je suis rousse, hein, bah on grille mon tour???!!! DISCRIMINATION!!! *sort en courant* et ta sadique? Meuh nan, on (je en tout cas) va(is) pas te détester pour ça, voyons ^^ (hmmm Red est elle-même légèrement psychopathe, alors bon, je pourrais riposter ^^)

Siobhán avait passé – que cela soit clairement dit - une journée de merde. Elle avait eut un sommeil plutôt perturbé, à cause de ses putains de chats de gouttière tapageurs qui avaient jugés bon de miauler toute la nuit sous sa fenêtre. L’écossaise avait même hésité à s’extirper de ses draps, aller chercher son Sig Sauer et tirer dans le tas pour les faire déguerpir (et si ça en tuait quelques uns, eh bien, dommage pour eux). Avant de se raisonner : si un (ou plusieurs) coups de feu étaient entendus, la milice débarquerait, et après tout, elle n’était pas censée avoir le droit de porter une arme. Alors deux, pensez-vous… D’autant que si les miliciens se ramenaient chez elle, ils constateraient que non seulement elle avait deux armes (et leur stock de munitions respectives) non déclarées et un gilet pare-balle en Kevlar, mais se rendraient aussi compte qu’en évidence sur la table trônait un passeport écossais, et que son appart’ recelait entre autres quelques bidons emplis d’essence, quelques cocktails Molotov prêts à être utilisés, deux ou trois armes légales (et leurs licences) dérobées à d’autres miliciens (à l’heure actuelle un peu amochés, qui savait quand ils reprendraient le service ?), et cinq kilos de came qu’elle devait faire passer à un client dans… merde, dans deux heures.

La jeune femme s’était levée en maugréant, avançant d’un pas félin vers la douche, à l’autre côté de sa mansarde glauque. Après avoir passé quelques instants sous l’eau (froide puisque le chauffe-eau commun à l'immeuble ne s'allumerait que dans trois heures), elle avait constaté en injuriant copieusement le matériel défectueux, les plombiers et son manque de temps, qu’elle avait inondé la moitié de la pièce puisqu’elle n’avait pas encore eu la possibilité de réparer la fuite dans la cuvette d’émail. Enveloppée dans une serviette éponge, elle avait entreprit la fastidieuse tâche d’éponger le sol, ses cheveux mouillés gouttant sur le plancher. Puis, ayant à peu près endigué le sinistre, Red s’était plantée devant son armoire, cherchant comment s’habiller : elle faisant grand cas de son apparence, au boulot. Une paire de bas (noirs), une jupe plissée (noire), un débardeur (noir), un pull (noir). Prête pour entrer dans la CIA. Elle chaussa ses bottes à talons de cuir (noir évidemment) et mit une paire de lunettes de soleil sur son nez (pour cacher ses yeux, il faut se méfier dans le milieu). Puis elle saisit sa veste de cuir noir (comme vous l’aurez deviné, Siobhán aime le noir, couleur de la discrétion et du mystère ; et le cuir… Nan, juste parce que c’est beau.) , planqua son Glock 22 dans son holster, fourra sa came dans son sac, dans ses poches intérieure, et sortit discrètement de sa mansarde. Le couvre-feu ? Eh bien, elle l’avait respecté. A huit heures, la veille (coup de chance !) elle était chez elle. Ce couvre-feu ne précisait pas à quelle heure l’on avait le droit de ressortir. Alors bon, pourquoi pas trois heures, hein ?

Ludwig avait marché pendant une demi-heure pour se rendre au lieu du rendez-vous. Son contact l’attendait. Deuxième merde de la journée. L’homme qui était là n’était pas son client. Mais un autre homme, un colosse qui pourrait la casser en deux d’une main (si elle n’avait pas été armée). Il lui réclama la drogue, prétendant que son client était mort, elle refusa de la lui donner, se méfiant de ce genre de ruse. Jusqu’au moment où il sortit une preuve assez convaincante : la main de son client dans une sacoche réfrigérée, qu’elle reconnut grâce à trois grains de beauté que le défunt avait sur le dos de la main. Déglutissant avec mal, la passeuse n’avait plus fait de difficulté, réclamant juste son fric. On lui avait donné : elle avait eut un tiers moins que d’habitude, ce qui l’énerva au plus haut point et l’avait amené à rayer cet homme de sa liste de client. Ok, le passage de poudre blanche payait plutôt pas mal, et lui permettait d’être a peu près à jour dans ses factures. Mais traiter avec un escroc, hors de questions : c’était elle qui prenait tous les risques, c’était pas pour se faire arnaquer après !

S’était ensuivie quelques problèmes à la chaîne, en vrac un gosse qui avait essayé de la draguer, un autre qui avait tenté de lui piquer son sac (et qui avait maintenant un bras cassé), une patrouille de miliciens qui patrouillait et de laquelle il avait fallu se cacher…

Imaginez donc l’humeur de Siobhán Mac Mahon, lorsqu’elle poussa la porte du bar du Dernier Pétale. C’était seulement la seconde fois qu’elle pénétrait dans l’établissement. Son sac à l’épaule, ses lunettes sur le nez, elle avait parcouru quelques mètres, le bruit de ses talons résonnant sur le sol. Après un discret regard circulaire, elle s’était rendue compte qu’elle était la seule femme, excepté une mondaine dans un coin, et la patronne. Un léger sourire naquit sur ses lèvres, alors qu’elle s’installait au bar avec une sorte de nonchalance féline qui lui donnait l’air d’une panthère endormie. Elle demanda d’une voix douce, teintée d’un léger accent « of the United Kingdom » qu’elle n’avait pas encore réussi à éradiquer, tout en baissant légèrement ses lunettes de soleil pour dévoiler ses yeux, afin de montrer qu’elle n’avait rien à cacher (enfin presque rien) et qui sait, peut-être de se faire reconnaître:

- Un Silver Bullet, s'il vous plaît.

Puis elle cacha à nouveau ses yeux et rejeta sa longue chevelure de feu en arrière d’un coup de tête et ôta sa veste, pour s’adapter au changement de température. Ses verres teintés masquant son regard, elle en profita pour observer discrètement les clients : la mondaine et son mec dans un coin. Deux hommes, un d’âge mur et l’autre légèrement plus jeune en train de discuter pas très loin d’elle, un camé au bar, en pleine conversation avec la serveuse. A priori rien de bien menaçant, mais des fois qu’un des clients soit milicien… Siobhán fixa son attention sur les ongles de sa main droite, se fondant comme elle pouvait dans la masse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mer 10 Mar - 19:21

[Leina revient toute bronzée, en tongs, maillot de bain & lunettes de soleil: Me revoiciiii ♫ *enlace respectivement chacun des personnages dans le but mal dissimulé de les étouffer dans son important développement mammaire afin de devenir Impératrice à la place de l'Impératrice*]

Leina ne buvait pas (très) souvent mais ne tenait pas trop mal l'alcool.
D'habitude elle penchait plutôt pour un apéritif sucré, fruité, mais cette bière n'était pas si mal. (ceci dit, elle finit par lui ajouter un peu de sirop de framboises)
Le plaisir de cette discussion était réciproque et la jeune femme ne manquait pas de le sous-entendre par des sourires répétés: A défaut d'être vide, il semblait qu'une soirée speed dating s'était organisée au Dernier Pétale sans qu'elle soit au courant. Et les clients n'avaient pas l'air très réceptifs à toute discussion futile ou autre distraction... Tous, sauf un, c'était déjà ça! Elle vida son premier verre assez rapidement et observa James le remplir à nouveau...Elle bu rapidement quelques gorgées avant de répondre à la question, baissant d'un ton:


- La dernière proposition me semble la plus juste. Je n'aime pas mettre les clients dehors, et il y a des quelques chambres de disponibles, au cas ou...

Leina se rendit compte qu'elle aurait peut-être mieux fait d'attendre un peu avant de se ruer sur son deuxième verre. Si elle continuait à ce rythme, elle finirait sous le comptoir. Mais en effet...L'alcool était bon et la musique sympa. D'ailleurs, elle se pencha pour augmenter un peu le volume de son coté du bar. Elle avait envie de danser. De se lever, de plonger son regard dans celui de son interlocuteur -ce qu'elle faisait déjà...-, de le rejoindre. Ce fichu comptoir, odieuse frontière... Elle imaginait très bien la scène, tellement bien qu'elle tapait le rythme du pied. Glisser ses bras autour du cou de ce type aux yeux magnifiques. Murmurer les paroles. Des gestes réfléchis, précis, délicats... Bref. Leina fantasmait sur James, et pas qu'un peu.

La porte du Dernier Pétale s'ouvrit, laissant un petit vent frais s'engouffrer dans la salle, accompagné d'une rousse flamboyante. Ce contraste sortit Leina de ses rêveries: Intuitivement elle prit un verre propre, attendant la commande de la nouvelle arrivée qui fut servie quasi instantanément avec en prime un grand sourire. La barmaid avait encore les joues légèrement colorées lorsqu'elle revint poursuivre sa discussion avec James:


-Et donc, euh...

...Que voulait-elle dire, déjà? Elle marqua un arrêt de plusieurs secondes, puis se souvint de ce à quoi elle pensait avant d'être interrompue. Il fallait trouver quelque chose à dire, n'importe quoi!
-Vous avez l'air fatigué...
Elle pria pour ne pas le vexer, caressant nerveusement son verre, le vidant petit à petit. Elle ne s'inquiétait pas réellement, mais ajouta, pour la forme:
-Vous devriez faire attention à vous.

Pourtant, quand elle osa recroiser son regard à nouveau, elle s'avoua que sa phrase ne sonnait pas si faux que ça. Un souvenir amer...Elle s'attachait vite à ses clients et préférait les savoir heureux et en bonne santé. Pourtant il arrivait que certains disparaissent du jour au lendemain. Elle reposa son verre vide près de la bouteille, comme une invitation à le remplir à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
James Bell

avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Jeu 11 Mar - 20:05

James leva un sourcil interloqué et un sourire amusé lui traversa le visage lorsque la barmaid lui répondit. Il aurait presque pu croire qu'elle lui faisait des avances, mais il savait qu'il n'en était rien. Elle avait tout simplement répondu à sa question et fait une remarque des plus banales. Il ne la voyait pas lui faire du rentre dedans, sans savoir pourquoi d'ailleurs, cependant, alors qu'il l'écoutait avec attention, il remarqua qu'il n'était pas le seul à dévorer l'autre littéralement des yeux. Il était parvenu à ne plus la fixer intensément durant quelques minutes, mais il se retrouvait toujours à reposer son regard sur elle, inlassablement. Dans les nuages de son esprit encore embrumé, il arrivait tout de même à distinguer certaines choses. Elle était belle, c'était une certitude mais elle avait un petit truc en plus. Une attitude désabusée qui lui plaisait beaucoup, ainsi qu'une franchise désarmante. Le cadet des Kane avait bien fait de débarquer! Il venait de lui offrir une opportunité en or de passer sa soirée en excellente compagnie et qui sait, si la discussion s'éternisait, la nuit! En tout bien tout honneur cela allait de soit... Le revendeur n'était pas du genre lourd de ce côté-là. Bien sûr il n'aurait pas refusé de se payer un peu de bon temps avec la tenancière du bar. Il fallait être fou pour refuser! Caresser sa peau délicate, sentir sous ses doigts ses courbes généreuses, plonger son regard dans le sien, humer son odeur délicate. Non, jamais il n'aurait pu se refuser un tel plaisir. En revanche, il n'allait pas tout tenter pour y arriver. Si la belle dame décidait qu'une conversation était suffisante, il s'en contenterait sans problèmes tout en sachant pertinemment qu'il passerait tout de même un moment sympa. Il allait donc continuer leur conversation sans se prendre la tête outre mesure. Il finit sa vodka en ne quittant pas Leina des yeux et reposa son verre avec un grand sourire charmeur avant de lui répondre.

- Bien, alors je crois que je sais où je vais passer ma soirée...

Il garda son sourire accroché sur ses lèvres et la regarda monter le son de la musique, marquant le tempo par de vagues mouvements de tête. Cependant son attention fut détournée et leur conversation interrompue, par la nouvelle arrivante qui se plaça non loin de lui au bar. Une femme à l'attitude quelque peu étrange et à la crinière rousse qui ajoutait encore à son côté félin. Bien qu'elle fut à l'intérieur, elle n'ôta pas ses lunettes, ce qui surpris passablement le jeune homme. Tout d'abord, le soleil ne pointait que rarement le bout de son nez au-dessus d'Hegemony, encore moins en hiver! Ensuite, les lumières du bar étaient tout sauf aveuglantes. L'ambiance était légèrement tamisée et c'est pour cela qu'il aimait cet endroit. Il ne comprenait donc pas réellement pourquoi elle s'obstinait à garder cet accessoire sur le bout de son nez, à moins qu'elle ait quelque chose à cacher. Mais après tout, ce n'était pas ses affaires, alors il n'allait pas s'en faire plus que ça. Surtout que la dame ne paraissait pas très commode ou encline à se faire aborder. Et puis surtout, il était déjà en excellente compagnie! Leina ne tarda d'ailleurs pas à revenir vers lui après avoir servi la nouvelle arrivante avec une rapidité que seule l'expérience ou l'ennui pouvait donner. La jeune femme semblait toute perdue lorsqu'elle reprit la parole et il lui fallu quelques secondes pour remettre ses idées en place et continuer la conversation. James la fixait poliment, attendant avec une patience innée qu'elle reprenne le fil de la discussion, ce qu'elle fit en lui faisant une remarque qui provoqua un rire franc chez le revendeur. Toujours ce naturel qu'il avait tout de suite remarqué chez elle. C'en était assez attendrissant et, il fallait le dire, très attirant. Cela faisait un moment, des années même, que personne ne s'était fait du mouron pour lui et il devait avouer que ce n'était pas désagréable.

- C'est gentil à vous de vous inquiéter pour moi, mais je vous rassure, tout va bien. J'ai juste un rythme de vie assez inhabituel. Je me suis levé il y a pas longtemps. En revanche, si j'ose donner mon diagnostic vous concernant, vous souffrez d'ennui chronique! Vous devriez fermer votre bar de temps en temps et changer un peu d'air...

Il la gratifia à nouveau d'un clin d'œil avant de vider la bouteille de bière dans leur deux verres qui n'attendaient que ça. Sacré descente la miss d'ailleurs! Mais comme il venait juste de le lui faire remarquer, elle devait s'ennuyer ferme, alors descendre des verres, d'alcool ou pas d'ailleurs, ça devait sûrement lui faire passer le temps. Si elle était partante pour une petite balade, histoire de se changer les idées, il se ferait un plaisir de l'accompagner! Mais il se doutait que ce ne devait pas être très commode de fermer son établissement alors que les clients étaient déjà si rares. Mieux valait ne pas louper une seule occasion de faire rentrer un peu d'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Jeu 11 Mar - 21:29

Evan se laissa décoiffer par son frère sans broncher, au point où il en était, un peu plus ou un peu moins n'allait pas changer grand chose. Même s'il avait voulu les faire tenir en place, la bise glacée qui soufflait dehors l'en aurait empêché. Et puis de toute manière, lui-même le faisait tout le temps alors ça n'allait pas le déranger. Au contraire, il appréciait cette marque d'affection de son aîné. Qu'est-ce que ça pouvait lui faire du bien de le voir là! Jamais il n'aurait pensé que ce serait à ce point-là. Cela faisait un moment qu'ils ne s'étaient pas retrouvés, comme au bon vieux temps où ni l'un ni l'autre n'avaient de réel soucis hormis l'oppression du régime de la Cinglée. Mais ces temps étaient révolus et tout deux devaient affronter des choses dans leur vie personnelle qui étaient loin d'être faciles. Cependant, l'artiste ne voulait pas penser à tout cela pour le moment car il était tout de même venu pour se changer les idées! Il se concentra donc à nouveau sur son frère, laissant ses pensées sombres derrière lui et remarqua son froncement de sourcils inquiet. Il comprenait qu'il s'inquiète et quelque part, il lui en était reconnaissant. Cela prouvait bien qu'il tenait autant à lui qu'à la future maman et ça, c'était très important pour le journaliste. Ils allaient avoir besoin d'une famille soudée pour tenir le coup face à ce qui les attendait. Evan lui fit un sourire apaisant qui lui disait bien que tout était sous contrôle à présent. Julianne était hors de danger et il n'y avait plus d'inquiétude à avoir, même si l'homme ne pouvait s'empêcher de sentir son estomac se tordre dès qu'il pensait à elle. Cependant le rire d'Adam à sa petite blague sur la rebelle le détendit et il lui confirma très vite ce qu'il voulait savoir après avoir bu une gorgée de whisky.

- Elle va très bien, il faut juste qu'elle se repose. Mais bon, la connaissant, ça va être plus difficile à dire qu'à faire! Impossible de la faire tenir en place, tu devrais voir ça!

Et Adam devait parfaitement voir de quoi son frère parlait! Il connaissait Julianne depuis plus longtemps que lui et il savait que la faire tenir en place relevait du miracle! La jeune femme voulait toujours être dans le feu de l'action, toujours aux premières loges pour organiser la résistance, autant pour mettre en place des actes terroristes que pour aider des familles à s'enfuir hors de l'Empire afin de trouver une vie meilleure. C'était d'ailleurs ça qui avait rapproché les deux rebelles, ils agissaient de la même manière et avaient, pour certains sujets, la même vision des choses. Et c'est également cela qui allait leur demander un effort considérable une fois le bébé là. Ils allaient devoir mettre un frein à leurs activités ou tout du moins redoubler de prudence. Pour le coup, c'était l'aîné des Kane qui allait être content que son frère ne fasse plus autant de zèle! Cependant, à le regarder comme ça, Evan trouva un petit air triste à son frangin, même si cela passa bien vite. Il savait pourquoi cette soudaine tristesse était apparue sur son visage pour disparaître presque aussitôt. Il savait à quel point l'homme était heureux de devenir oncle, mais à quel point cela lui renvoyait à la tête que lui ne pouvait être père. Et il ne voulait sûrement pas le montrer pour ne pas faire culpabiliser le journaliste, mais c'était trop tard. Celui-ci culpabilisait déjà depuis le moment où il le lui avait annoncé ainsi qu'à sa compagne. Il savait que ça ne changerait rien à la situation, mais il ne pouvait s'en empêcher. Il fut tout de même content d'entendre que Jenn' allait bien et que rien n'était venu perturber leur vie quotidienne.

- Tant mieux alors! Je te propose un toast. A ta merveilleuse copine qui te supporte depuis tout ce temps et que tu ne mérites définitivement pas et à la chienne de mon voisin, cette adorable chieuse en chef!

Il leva son verre en direction de son frère et bu une grande rasade de whisky avant de le reposer sur le comptoir anormalement propre. Il éclata d'un petit rire assez discret et jeta un coup d'œil aux alentours avant de reporter son regard sur Adam. Il plaisantait, bien évidemment. Si deux personnes sur cette terre étaient parfaites l'une pour l'autre, c'était bien ces deux-là! Depuis qu'ils s'étaient trouvés, il n'avait jamais été au courant d'une quelconque dispute grave. A vrai dire, ils s'entendaient si parfaitement que cela avait même un petit côté agaçant. Ils étaient tout simplement fait l'un pour l'autre et quiconque remettait ça en question n'était qu'un idiot qui ne savait pas voir l'évidence, même lorsqu'elle se trouvait sous son nez. Parfois, Evan l'avait envié, surtout après sa rupture avec Lorelei. Et maintenant peut-être encore un peu. Pas qu'il éprouve un quelconque sentiment amoureux pour Jenn', non c'était juste que sa relation avec Ju était bien plus compliquée. Cependant, il n'en changerait pour rien au monde car il avait besoin de ce piquant qu'elle amenait dans sa vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Ven 12 Mar - 2:07

Une fois rassuré, Adam soupira de soulagement pour lui même, ses membres se détendirent légèrement, son visage se décontracta et un sourire était revenu éclairer ses lèvres fines. Cependant son frangin avait raison et il connaissait suffisamment Ju pour également savoir qu'Evan allait avoir du mal à la faire tenir en place et à l'empêcher faire n'importe quoi. Bon le cadet des Kane savait très certainement que s'il avait besoin de son grand frère, il n'hésiterait pas à venir lui donner un coup de main pour éviter que la rebelle ne fasse de bêtise pendant sa grossesse, quitte à lui coller Jenn' aux basques. Pour avoir connu Julianne depuis qu'elle avait dix huit ans (il s'étonna d'ailleurs lui même du temps qui avait passé) et si certes elle n'était plus l'adolescente téméraire et révoltée qu'elle avait été, il savait que la rébellion était pour elle la chose la plus importante qui pouvait exister sur cette fichu planète. Après son propre frangin et l'enfant qu'ils allaient avoir, ça Adam n'en doutait pas un instant.
Mais le musicien savait pertinemment qu'elle avait passé un temps considérable sur ce que la Cible préparait pour la GPI (et oui, il était au courant!) et qu'elle allait l'avoir en travers de la gorge de rester à l'arrière à regarder les autres tout faire. Mais ce qu'elle ne se rendrait pas compte, c'était que si leur action réussissait, ce n'était pas parce qu'elle n'avait pas posé la bombe elle même qu'elle n'y serait pas pour rien et qu'elle n'aurait pas ses mérites. Mais pour faire entrer ça dans sa petite tête rousse, il faudrait du temps, de la patience et surement un peu d'Evan...

Quoi qu'il en soit, d'un seul regard vers son frère, Adam lui fit comprendre qu'il serait toujours là pour eux, et leur enfant évidement, et qu'il pourrait toujours lui demander quoi que se soit, à n'importe quel moment du jour et de la nuit s'ils avaient besoin.
Après quoi, Evan leva son verre vers Adam pour porter un toast à l'honneur de leur amour respectif, Adam se retint de rire mais un sourire amusé perçait sur son visage. Il aimait voir son frère ainsi et alors que celui-ci s'enfilait presque aussitôt une rasade de whisky Adam rétorqua sur un air narquois :


-Enfin, de nous deux frérot, je pense être moins chiant que toi ! Mais j'avoue que je ne mérite pas ma merveilleuse compagne ! Finit-il par admettre.

Vrai que Jenn' était parfaite, l'âme sœur qu'il n'aurait jamais pensé trouver étant plus jeune. Mais ils avaient fini par se rencontrer et depuis tout ce temps ils ne se lassaient pas de l'autre et avaient l'impression de tout vivre comme au premier jours. Ils avaient été l'un pour l'autre ce dont ils avaient eu besoin, le calme, la stabilité, mais aussi l'écoute la complicité et l'entente parfaite presque fusionnelle.
Il savait que pour Evan s'était un peu plus compliqué. Pas qu'il n'était pas content de la tournure que prenait les choses avec Julianne, mais peut-être avait-il espéré que son frangin trouve quelqu'un d'un peu moins... comme lui... complètement téméraire et activiste, engagé dans la Cible comme personne... il pensait à leur enfant, comment comptaient-ils l'élever dans ce contexte ? Il savait bien qu'ils feraient des efforts, qu'ils seraient surement plus prudent. Mais s'ils leur arrivaient quoi que ce soit ? C'était déjà inconcevable pour Adam de perdre l'un des deux, mais s'ils laissaient derrière eux leur enfant... l'homme savait qu'ils leur en voudrait plus qu'autre chose d'avoir préférer leur cause à leur famille... Bon heureusement ils n'en étaient pas là, et l'optimisme reprit rapidement le dessus. Les deux risquaient de faire des parents assez épiques, mais au moins ils avaient de l'amour à revendre et c'était bien le principal !

Adam allait probablement continuer la conversation avec un sujet quelconque lorsque la porte du bar s'ouvrit de nouveau, mais cette fois dans un grand fracas. Le musicien ne pu s'empêcher de tourner la tête, par curiosité pour voir qui pouvait bien entrer avec autant de « vigueur »... De plus des voix bruyantes accompagnèrent cette entrée pour le moins fracassante.
Adam ne fit aucun mouvement de surprise à la vue des quatre miliciens qui venaient de débarquer dans le bar, mais sa réaction interne n'en était pas moindre, seul pour en témoigner, un sourcil surprit s'était levé. *Putain mais qu'est-ce que des hommes en rouge pouvait bien venir foutre ici ?* Adam était loin d'aimer cette perspective... Il jeta un coup d'œil inquiet à son frère avant de se refocaliser, sans trop d'insistance non plus, sur les quatre bougres qui venaient d'entrer. Il était clair que leur sang était dilué dans l'alcool et en plus de parler à voix forte d'insulter tout ce qui bougeaient, ils paraissaient vouloir s'amuser un coup... comme s'amusent des miliciens... Ils étaient pas dans la merde...

Dans le bar le silence s'était soudainement fait et plus aucun client n'osait parler. Seule la musique du bar continuait d'emplir la pièce d'une mélodie totalement insouciante des nouveaux arrivants. Les quatre types gloussèrent grassement de voir « imposer le respect » partout où ils passaient, la peur qu'ils pouvaient instaurer rien que par leur présence (enfin ça c'était ce qu'ils pensaient). Car Adam était loin d'être effrayé mais il n'était pas stupide et n'avait pas l'intention de les provoquer où même de faire quoi que ce soit avant de voir comment évoluait la situation.
Au moins il n'aurait pas longtemps à attendre. Un des hommes prit finalement la parole, il semblait porter le rôle du « chef de la bande » et malgré (ou à cause de ?) son air émécher il n'avait pas l'air vraiment commode et dans ses yeux brillait une malveillance naturelle couplée à quelque chose de parfaitement malsain. Il se dirigea alors vers le comptoir suivit de prêt par ses acolytes, un peu du même acabit, et s'adressa directement à la serveuse :


-Alors ma mignonne, l'es où ton patron ? Il quitta des yeux la jeune femme quelques instants pour balayer la salle d'un regard. Z'avez encore du monde dites-donc !

Sur ses paroles les quatre homme en rouge se regardèrent d'un air entendu et éclatèrent un rire lourd et mauvais, ce qui n'annonçait rien de bon pour la suite.


[HRP pour Red : tu me les descend pas tout de suite merci, j'en ai encore besoin ! XD *est dehors*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán Mac Mahon
Emigré mercenaire/ Danger public/ Folle furieuse
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 22/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Pas trop mauvaise pour l'instant.
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Lun 15 Mar - 1:12

La commande de Red avait été servie dans un temps record. Sans doute parce que la patronne était pressée de retourner à sa conversation avec ce beau mâle, assis non loin d'elle... enfin, elle n'allait pas se plaindre, hein. Elle avait été servie, et avait de quoi siroter. Puis, elle s'en irait, très certainement. a vrai dire, elle n'avait rien à faire ici, ce n'était pas vraiment son monde. Trop de lumière, de gens, de découvert. Elle préferait l'ombre, et les masques. Jouer un rôle. Et par-dessus tout, canaliser sa folie pour le bien de tous. Ou pas. A vrai dire, elle s'en contrefichait, de savoir si ses victimes étaient des ordures ou pas. Tant que le client payait bien... Enfin non. Il lui était déja arrivé de refuser une offre. Une femme l'avait contacté, une fois. son mec l'avait quitté, et elle voulait buter son ex et sa nouvelle nana. Histoire futile. Tuer pour cela était bien inutile. Tout comme la fois où un mac lui avait demandé de ramener une de ses putes (et oui, il y avait quelques rares bordels a Hegemony. très bien caché, soit dit en passant.). Hors de question. Pour les raisons suivantes : Siobhán haîssait ces mecs qui exerçaient leurs pouvoir sur des pauvres filles qui n'avaient plus que leur corps à vendre, et puis, si la nana c'était enfuie, c'était bien pour une raison, autant lui donner une chance. L'avantage, c'était que la milice n'avait pas connaissance de son numéro de téléphone, celui-là, seules quelques rares personnes de confiance le possédaient. C'était toujours elle qui appellait ses clients, et toujours d'une cabine téléphonique. Si jamais elle avait besoin de les appeler! En général, elle passait par un réseau de contacts. Plus simple. Plus sûr. La devise de la maison. Bref. La milice ne pouvait la contacter pour lui demander de buter des mecs de la Cible par exemple, ce qui était un avantage non négligeable.

De toute façons, ils étaient franchement cons, chez les hommes en rouge. Sous pretexte que plusieurs de leurs suspects avaient avoués, à force d'être roués de coup et torturés comme c'était pas permis, avoir engagé un Ludwig pour se débarasser de telle ou telle personne, ou pour passer telle marchandise. Mais personne ne savait qui elle était réellement. La preuve, on recherchait un certain Ludwig, de sexe masculin, musclé. Elle était une voix. Elle était une ombre. Elle faisait partie du monde du crime. Elle faisait partie de ceux qui vous font peur. Et elle ADORAIT ça, faire peur. Tiens, en parlant de peur. Bientôt l'anniversaire de la mort de ses parents. Il faudrait qu'elle allume une bougie en leurs mémoires. Pour ne pas qu'ils viennent la hanter. Oh et puis ils avaient rien a dire, hein. elle se battait aussi contre l'Impératrice, plus près, mais plus indirectement qu'eux, pour le moment. Mais elle le jurait, elle la buterait, cette grognasse. Elle en mourrait s'il le fallait. Mais pour avoir plus de chance, il fallait rejoindre la Cible. Et pour ça, fallait les trouver... Mais c'est qu'ils étaient bien cachés, les bougres! Bon, en même temps, c'était normal, hein, il fallait...

L'écossaise fut interrompue dans ses réflexions désordonnées par le bruit de la porte qui s'ouvrait avec fracas. Elle ne se retourna pas, ça ne la regardait pas, après tout. Elle entendit des voix bruyantes. Des plaisanteries immondes. D'insultes au bord des lèvres. Elle savait qui venait d'entrer. Des miliciens. Quatre. Deux grands, un petit teigneux et un moyen tout maigre. La patrouille à laquelle elle venait d'échapper, elle en aurait mis sa main à couper, elle reconnaissait leurs voix. Enfin. Ils ne l'avaient pas vus, ils étaient à ce moment-là trop occupés à pisser en pleine rue pour se vider de toute la bière qu'ils avaient avalés. Siobhán se raidit, sa main se crispa sur le verre qu'elle portait à ses lèvres. Enfoirés.


*C'est pas ton combat, Red. N'agis pas.*

Les quatre miliciens apprécièrent le silence terrifié qui suivit leur arrivée. Puis un des quatre s'avança ( à la démarche, s'était le petit teigneux) et interpella la serveuse, avec une intonation dangereusement paillarde dans la voix.

* Reste où tu es, tu n'as rien à voir là-dedans.*

Ils éclatèrent de rire. D'un rire qui glaça le sang de la tueuse, parce que c'était celui qu'elle avait eu quand elle avait été chargée de buter une véritable ordure, violeur, meurtrier, récidiviste. Ordure qu'elle avait bien fait souffrir avant de l'achever. Au final, elle n'était pas réellement mieux qu'eux. Ils ne se battaient juste pas pour la même cause.

* Siobhán! Bordel, non, ne t'en mêle pas!
- Mais putain, fous-moi la paix, conscience de merde! Je peux pas les laisser faire! Je veux mieux que ça, non? T'as entendus leurs voix? Ils vont la violer sous nos yeux! Et après, c'est la mondaine qu'y passera!
- Ne fais pas de connerie...
*

Red se retourna vers les miliciens, dans un dérisoire espoir de détourner leurs attention. S'exposer et prendre tous les risques, de façon à ce que les pertes soit minimum. Elle, il ne pourraient la toucher, ils seraient morts avant. Mais les autres? Certes, il y avait des hommes, dans la salle... Mais étaient-ils aussi réactif qu'elle?

*... dans ce genre-là. *

(HRP : ça va, assez soft? Sinon, je retire les deux dernières phrases, hein ^^ t'as vu, je me suis retenue =) )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Mar 16 Mar - 21:15

Leina jeta un coup d'œil à la salle: tout se passait bien, personne ne la demandait. Comme elle tenait le bar seule, les gens avaient prit l'habitude de venir à elle prendre les consommations en arrivant, mais quelques uns moins lucides que la moyenne attendaient bêtement que les boissons tombent du ciel.

Il était rare qu'il y ai des embrouilles au bar. Les citoyens se modéraient pour ne pas avoir d'ennuis et le bar n'était pas réputé pour ses ivrognes, proposant des alcools de qualité, les prix s'en ressentaient...Même si les habitués et amis de la maison avaient toujours droit à quelques petites faveur, comme une bouteille offerte si elle était partagée avec la patronne...


- Vous êtes le bienvenu au Dernier Pétale, avait répondu professionnellement la jeune femme d'un ton neutre.

Niveau bar, on était loin de la fréquentation des siècles passés, mais Leina ne manquait pas non plus de compagnie, en général. De nombreux établissement avaient fermé, mais le sien ne résistait plutôt pas mal. Il fallait dire aussi qu'il lui arrivait d'entailler le règlement que le Dernier Pétale disposait de quelques atouts plutôt utiles, même si cela lui faisait froid dans le dos. Avec des pièces cachées à disposition qui pourrait servir à n'importe quel camp...
Elle écoutait James tout en imaginant ce qui pourrait arriver. Décidément, elle avait trop d'imagination. Beaucoup trop. Elle se reprit lorsqu'il lui fit un clin d'œil, qui sur le coup lui fit plutôt l'effet d'une gifle. Il lui fallut quelques secondes avant d'apprécier la complicité qu'il sous-entendait.


- Les horaires au jour le jour, je connais ça... Je vis au rythme du bar. C'est pour ça qu'il ouvre rarement avant midi, d'ailleurs...

Il arrivait que de bon matin, quelques âmes en manque de caféine restent devant la porte d'entrée un quart d'heure, une demie heure pour les plus coriaces, avant de perdre espoir et de se rendre à un distributeur automatique. Leina ne put s'empêcher de sourire en pensant à cela.

-Pour ce qui est de prendre l'air... J'y ai déjà pensé, mais pour aller où? Leina marqua une pause, son sourire se teinta d'amertume... Des gens ici ont besoin de moi. Je fermerais bien, une après-midi, mais avec le couvre-feu, ça ne laisse pas le temps de faire grand chose. Alors, autant rester.
Elle prit le temps de regarder James, restant silencieuse quelques minutes, appréciant l'ambiance détendue, la musique et l'alcool, avant d'ajouter:
-Mais...C'est vrai qu'un peu de compagnie ne me fait pas de mal.

Quand la porte finit par s'ouvrir sur les Miliciens, le réflexe de la jeune femme fut de regarder sa montre. Pour vérifier qu'il n'était pas déjà vingt heure dans un premier temps, et voir dans combien de temps elle serait en droit de mettre ces types à la porte dans un second. Elle détestait tout chez eux, leur allure, leur suffisance, et par dessus tout, la façon qu'ils avaient de s'adresser à elle.

-Je suis le... patron, de cet établissement, Messieurs. Vous souhaitiez boire quelque chose?

Elle agitait déjà nerveusement ses doigts sur le comptoir, pressée d'en finir avec le groupe d'énergumènes qui semblait déjà bien imbibés, et remarqua qu'elle n'était pas la seule à être sur le qui-vive. Attendre, et espérer, comme toujours...
Revenir en haut Aller en bas
James Bell

avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 16/01/2010

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Ven 26 Mar - 17:04

James vida la moitié de son verre de bière en une gorgée avant de se reconcentrer sur la jolie barmaid dont il ne connaissait toujours pas le nom. Il ne put que remarquer le trouble qui l'avait subitement envahie sans en comprendre la raison. Peut-être était-ce simplement une conséquence de ce jeu de séduction qui s'était installé entre eux? Car il fallait bien l'avouer, ces deux-là se cherchaient tout de même un peu. Bien sûr, ce n'était pas encore quelque chose de très clair et aucune parole n'allait réellement dans ce sens, cependant, le langage du corps ne trahissait jamais ce genre de choses. Il était clair, à voir comment le revendeur regardait la jeune femme, les sourires charmeurs qu'il lui lançait ou encore la décontraction avec laquelle il lui parlait, qu'il était plus qu'intéressé, même s'il tentait de le cacher du mieux qu'il pouvait. Il ne voulait pas la faire fuir non plus! Mais heureusement pour lui, elle ne semblait pas être contre sa compagnie et elle continua à parler tranquillement en lui faisant savoir qu'il ne s'était pas trompé. En effet, elle avait le même rythme décalé que lui pouvait parfois, voir même souvent, avoir et, comme il le soupçonnait, elle n'avait guère la possibilité de laisser son bar ne serait-ce qu'un seul jour pour profiter un peu de la vie. Dommage. Bien sûr, l'homme comprenait que pour survivre avec un commerce, qu'il soit légal ou non, il fallait faire des sacrifices. Il était le premier à ne pas avoir une vie sociale très développée. Cependant, il savait que pour ne pas totalement craquer, il fallait également s'aménager des petits temps de détente.

Il prit donc la parole sur un ton enjoué et passionné duquel sortait une soudaine énergie qui contrastait passablement avec son expression. Pour le coup, l'effet de son fix' ne s'était pas encore tout à fait dissipé, mais il s'en fichait pas mal. Il n'allait pas rater une occasion d'inviter cette ravissante femme à aller faire un tour, ainsi que de la sortir un peu de son train-train quotidien. Une sorte de chevalier servant qui allait arracher la belle princesse à un horrible destin : celui de prendre racine dans son établissement!


- Pour aller n'importe où! Quelle importance a la destination? Tant que l'on passe un agréable moment. Fermez votre bar plus tôt ce soir et fermez-le demain après-midi. Vous aurez toutes cette nuit pour vous reposer un peu et demain, on se rejoint ici et je vous montre quelques coins sympa de la ville, okay? Il est hors de question que je laisse faner une si belle fleur! Il faut vous aérer avant que votre dernier pétale ne tombe.

Ses yeux brillaient littéralement tandis qu'un sourire un peu béat, mais au combien mignon, était apparu sur son visage. Il savait qu'il s'était « légèrement » laissé emporter, lui qui ne voulait pas la faire fuir! Il espérait qu'au pire elle ait de l'humour et qu'elle le prenne pour un petit rigolo et qu'au mieux elle accepte son invitation et qu'ils passent un bon moment le lendemain. Toujours en tout bien tout honneur! Lorsqu'il lui avait parlé de coins agréables, il ne pensait pas à ceux de son appartement miteux! Bien sûr, si elle refusait, il n'insisterait pas, il n'était pas du genre, mais comme qui ne tente rien n'a rien.... Il attendait donc patiemment qu'elle lui réponde tout en continuant à la contempler le plus discrètement qu'il pouvait. Cependant, la femme n'eut pas le temps de répondre car la porte du bar s'était ouverte avec fracas pour laisser entrer quatre hommes en rouge. Aïe! C'était tout sauf bon ça... Surtout qu'ils étaient déjà bien bourrés à voir la manière dont il se déplaçait et s'adressait à la patronne.

James avaient horreur des mecs comme ça, sans aucune éducation et qui profitaient de leur position pour faire leur loi. Enfoirés! Voilà ce qu'il aurait aimé leur dire! Et bien plus encore alors qu'ils s'étaient approchés du bar pour venir taper la causette avec la barmaid. Le revendeur leur jeta un rapide coup d'œil avant de reporter toute son attention sur la femme derrière le comptoir. Il avait pu remarquer que la rouquine s'était elle, contrairement au reste de la salle, clairement tournée vers les nouveaux arrivants pour les regarder. Lui fixait Leina avec attention, prêt à bondir si quoique ce soit lui arrivait. Il n'était pas très gros et il ne ferait sûrement pas le poids contre les Miliciens, mais la laisser se faire malmener sans rien faire... hors de question! Okay, il se foutait pas mal de la politique du pays et de tous ces conflits entre gouvernement et rebelles, mais là il ne s'agissait pas d'idéologie. Il s'agissait d'arrêter ces animaux en rûte qui n'auraient aucun scrupule à violer la jeune femme et même s'il y avait de grandes chances qu'il se fasse ramasser, il plongerait tout de même dans la bagarre car il était tout sauf lâche.


(HRP Admirez les jeux de mots Laughing suis trop fière de moi mdr et encore... si Leina accepte l'invitation, j'en sortirai un encore meilleur! lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Kane
Modérateur / Artiste / Baby-sitter à temps partiel
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 28/06/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Situation: Dans la merde!
Renseigements:
Humeur: Anxieux mais heureux!

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Ven 26 Mar - 18:11

L'artiste fronça légèrement les sourcils à la remarque de son frère avant d'éclater d'un nouveau petit rire franc. Vrai qu'entre les deux Kane, il était très certainement le plus difficile à gérer! Mais cela faisait partie intégrante de sa personnalité et il n'aurait pas été lui-même s'il avait été plus accommodant. D'ailleurs, il n'aurait pas non plus intégré la Cible pour se battre contre la tyrannie de la Cinglée. Ce qui aurait très certainement arrangé les membres de sa famille, mais heureusement pour lui, il avait toujours été fidèle à lui-même et à ses convictions, peu importe l'avis des autres. C'était d'ailleurs cela qui l'avait très vite rapproché de Julianne et qui les avaient menés là où ils en étaient : deux résistants sur le point d'avoir un enfant! Pfiou, rien que d'y penser, cela avait un côté comique. Un sourire se dessina d'ailleurs sur le visage d'Evan qui, à cet instant, avait oublié tous ses soucis et ses préoccupations et cela grâce à son aîné. Ce dernier avait le don d'apaiser son frère comme personne et cela malgré les violentes disputes qu'ils pouvaient avoir. L'homme avait toujours été là pour le journaliste et cela malgré les différents conflits familiaux qu'ils avaient traversés. Jamais il ne pourrait l'oublier et il lui en serait toujours reconnaissant, car bien qu'il ne doive sa réussite qu'à son opiniâtreté, c'est bel et bien Adam qui l'avait aidé à tenir le coup lorsque son moral se retrouvait au plus bas.

L'ambiance était détendue dans le bar et l'artiste comptait bien profiter de cette agréable soirée, mais c'était sans compter l'arrivée d'hommes qu'il détestait presque autant que la Cinglée : les miliciens. Au nombre de quatre, ils avaient fait une entrée remarquée et bruyante dans le Dernier Pétale, interpellant Leina de la plus grossière des manières. Après avoir bu une petite gorgée de son whisky, Evan se tourna lentement vers les nouveaux arrivants avant de fixer son regard sur son frère. Celui-ci devait légèrement anticiper le fait que son cadet ne fasse une connerie. Et avec raison! Ce dernier serrait son verre de plus en plus fort ses jointures prenant rapidement une couleur blanche. Il se retenait de faire quoique ce soit, avec grande peine il fallait l'avouer. Il ne pouvait s'empêcher de lancer régulièrement des coups d'œil sombres et inquiets à Adam et à Leina et d'observer le reste de la salle. L'homme avec lequel parlait son frère lorsqu'il était arrivé semblait aux aguets malgré son air endormi, tout comme la jeune femme rousse qui avait débarqué quelques minutes plus tôt. Pour ce qui était des autres clients du bar, ils se contentaient tous de faire profil bas, n'osant plus bouger ni dire quoique ce soit. Evan lui attendait la suite avec une certaine impatience, la mâchoire crispée et tous les muscles de son corps tendus.

Soudain, une pensée le frappa aussi sûrement que si on venait de lui en coller une. C'était la première fois depuis qu'il avait intégré les rangs de la Cible qu'il allait être confronté à un choix. Une sorte de test avant l'accouchement de Ju. Soit il choisissait de défendre Leina, une vieille amie qu'il ne pouvait pas laisser dans la merde, soit il restait tranquille pour ne pas se faire attraper et conduire tout droit dans les cachots du Commissariat Central et laisser ainsi sa « copine » et son futur enfant. Voilà ce à quoi il allait devoir faire face à partir de maintenant. Il le savait, il était conscient de cela lorsqu'il avait demandé à la résistante de garder l'enfant, seulement il ne s'était pas encore fait à l'idée. Sa future paternité était quelque chose de tout récent, il n'avait pas encore eu le temps de bien tout assimiler. Et voilà que ces putain d'Hommes en Rouge venaient lui rappeler l'horreur de la réalité : choisir entre ses convictions et sa famille. Surtout que son frère était là et qu'il ne pouvait se permettre de le mêler à ça. Cependant, quelque chose lui disait que si les quatre nouveaux arrivants s'en prenaient à la patronne, Adam ne resterait pas sans rien faire. L'artiste avait beau le traiter de lâche, il ne l'était sûrement pas dans ce genre de situation!

Avec une pensée pour Julianne et le petit être qui grandissait dans son ventre, le journaliste regarda Leina et son frère successivement, priant intérieurement pour que ces gros porcs de miliciens s'en aillent au plus vite. Tout comme la barmaid, il jeta un coup d'œil à sa montre... Si elle voulait les foutre dehors, elle allait devoir attendre encore un petit moment. Et merde! Il fixa Adam avec intensité, une petite lueur de folie pointant petit à petit dans le fond de son regard. L'attente était insupportable. Ne pas savoir à quoi on devait s'attendre comme réaction avec ces hommes, cela rendait la situation encore plus éprouvante pour les nerfs. Et s'ils tentaient quoique ce soit, l'artiste n'aurait que quelques secondes pour réfléchir à ce qu'il allait faire, même s'il avait déjà une petite idée. Il ne pourrait jamais plus se regarder en face ou même croiser le regard de Ju s'il restait totalement passif face à la violence des miliciens. Le tout était donc de ne pas se faire attraper et de faire cela le plus intelligemment possible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Kane
Le silence est d'or
avatar

Messages : 413
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur: Morose

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Dim 28 Mar - 14:29

[HRP : Bon pour faire simple et voir à quoi ressemble les gus en rouge, basez vous sur les dessins de Leina ^^ Pour le 4ème milicien... euh bah je vous laisse imaginer XD !]

« Je suis le patron de cet établissement », c'est ce qu'affirmait la jolie demoiselle dernière son comptoir en tout cas et les trois miliciens les plus prêts du bar (le quatrième étant occupé à regarder on se sait trop quoi dans le reste de la salle) se lancèrent un regard entendu avant d'exploser une nouvelle fois de rire, suivit tout de même par le quatrième qui revint poser son regard sur la barmaid et ses compagnons. La demoiselle en question ne semblait pas vraiment à l'aise et leur avait demandé s'ils voulaient boire quelque chose en tapotant nerveusement des doigts sur le meuble du bar. Le « chef » de la bande (milicien 1 avec son espèce de rat crevé autour du cou XD) décrocha un sourire pervers à Leina avant de lui répondre d'une voix pour le moins cynique :

-Pas pour l'instant, non, mais surement après, volontiers...

Le quatrième milicien se mis à rire tout seule et les deux autres lui jetèrent un regard noir tandis que le chef des hommes en rouge n'avait pas bouger d'un sourcil et fixait Leina avec une instance malsaine. Il avait beau être probablement le plus imbibé des quatre pour tout ce qu'il avait bu auparavant (sous entendu, avant qu'ils n'arrivent au Dernier Pétale), il n'en restait pas moins le plus lucide et s'en était presque flippant.

Adam regardait en alternance Leina,il ne pouvait dire pourquoi mais il avait un mauvais pressentiment et craignait pour la barmaid qui, même s'il la connaissait un peu moins qu'Evan, n'en restait pas moi une amie, son frangin, dont il connaissait les convictions et sa haine toute particulière pour les hommes en rouge comme pour s'assurer qu'il n'allait pas leur sauter dessus dans une pulsion meurtrière, qui serait pour l'instant totalement suicidaire, et les miliciens, à guêter, et peut-être anticiper ce qu'ils allaient faire.

Le musicien sentant parfaitement que son frère était tendu, il n'y avait qu'à voir comment il tenait son verre qui risquait bientôt de se casser dans sa main. Il s'imaginait parfaitement ce qu'il ressentait, ce qu'il rêvait de faire, il ne fallait pas croire, Evan avait beau lui répéter qu'il était un lâche à cause de son non-engagement dans la rébellion, l'homme ne pouvait pas voir les miliciens et seraient prêt à les abattre sur le champ (par quel moyen, ça s'était une autre histoire) si ça n'avait pas été techniquement dangereux pour le reste des personnes présente. Il savait également que si Evan n'avait pas encore bougé c'était parce qu'il pensait exactement la même chose, et probablement flottait dans un coin de sa tête l'image de Julianne et de leur futur enfant...
Adam posa alors discrètement sa main sur le bras de son frère pour le presser légèrement, il voulait lui signifier qu'il était là, qu'ils ne laisseraient rien passer, mais qu'ils devaient faire attention et ne pas agir stupidement.

Sans prévenir le chef de patrouille sortit son arme de son holster d'un geste vif pour venir le placer sur la tempe droite de la barmaid qu'il avait attrapé par son haut pour l'approcher violemment de lui. L'arme contre le visage de la belle, il lui avait voler un baiser brusque (et alcooliser). Il la tenait suffisamment fermement pour qu'elle ne se dégage pas et de toute façon, son arme était bien suffisamment persuasive.
Adam avait voulu esquisser un mouvement de protestation et avait sentit que son frère, dont il tenait toujours le bras avait failli faire de même, mais pendant ce temps, ses trois comparses avait également sorti leur arme pour les braquer sur les différents coin de la salle pour avoir en joue les différents clients, l'un tenait ceux du bar, l'autre la rouquine et les poivrot dans un coin et le dernier, le couple dans l'autre coin.


-Le premier qui bouge ou qui proteste n'est plus de se monde, ainsi que ses petits compagnons de beuverie ! Cria l'un des gus en question à l'intention de la salle.

L'homme affairé à « embrasser » la patronne finit sa tâche quelques secondes plus tard avec un grand sourire mauvais sur les lèvres


-Ce fut un plaisir. Dit-il ironiquement à Leina avant de lui coller une gifle sonore.

Adam serrait les dents tout en cherchant un moyen d'agir. Prendre le risque de toutes les personnes présente dans le bar soient tué lâchement pour un geste de travers était trop grand pour faire quoi que ce soit maintenant mais d'un autre côté, les laisser agir impunément était tout simplement invivable. Sans vraiment s'en rendre compte il serait de plus en plus de bras de son frangin comme pour s'empêcher d'agir.

Le chef tenait toujours la barmaid sous son arme en lui lançant des regards pseudo-charmeur, il reluquait parfois dans son décolleter en poussant des petits grognements bestiaux. Dans ce temps, un des trois autres bougres ivres s'était approché de James d'un air mauvais.


-Hey toi ! Lui lança-t-il avec hargne. Arrête de fixer la poulette, tu comprends ! Elle est a nous ! R'gard-moi quand j'te parle sale fils de pute !

Sans attendre plus longtemps il décrocha un coup de crosse dans le visage du revendeur. Avant de le braquer un nouvelle fois.

-Baisse les yeux connard ! Ou j'te bute ! James avait VRAIEMENT tout intérêt à écouter...(XD) Et vous les deux pédales ! Cria-t-il en s'adressant aux frères Kane alors qu'il venait de remarquer que la main d'Adam était posée sur le bras de son cadet. Il balança de nouveau un coup de crosse, mais dans l'épaule (je te laisse deviner laquelle héhéhé, non je suis pas sadique !XD)du plus jeune des deux frère cette fois-ci pour faire lâcher l'aîné, ce qu'il avait déjà fait lorsqu'il avait comprit que l'ordure de milicien avait en tête, mais trop tard...

Adam n'avait plus qu'une envie, défoncer l'homme (si on pouvait encore appeler ça comme ça) qui avait osé frapper son frère. Il se retenait pourtant, mordant l'intérieur de ses joues pour ne pas faire quelque chose de stupide qui aurait pu les mettre encore plus en danger. Il aurait voulu aider son frère à supporter la douleur et donné n'importe quoi pour au moins pouvoir la partager, mais il savait pertinemment que s'il faisait le moindre geste vers celui-ci, ils étaient mort, l'arme de l'homme en rouge pointé à cet instant même sur eux. Il finit par se détourner légèrement des frère Kane pour surveiller plus en détail l'ensemble du groupe.

Le premier milicien, qui n'en avait pas grand chose à foutre qu'un de ses hommes emmerde les clients (mâles), avait reprit, toujours plaçant la belle serveuse sous le joug de son arme, et s'adressait maintenant à la salle entière.


-Bon, vous allez bien gentiment faire ce qu'on va vous dire de faire si vous voulez pas avoir d'problème okay ? Il jeta un coup d'œil au couple assit dans un coin de la salle. Ils semblaient trembler de peur et se tenait par la main pour se soutenir l'un l'autre. R'gardez-moi ça si sont pas mignon. Il éclata une nouvelle fois d'un rire gras. Bon lâche lui la main à ta donselle et vint t'mette là avec les autres gus.

Le quatrième milicien, le prit par le col pour le forcer à se lever, frappa d'un coup à leur faire péter les phalanges sur les doigts entrelacer pour leur faire lâcher prise et envoya le mec valser un peu plus loin pour qu'il rejoigne James, Evan et Adam au bar, ce qu'il avait fait, tremblant, avant de affaisser contre le mur, blanc comme un mort. Adam lui avait jeter un regard rassurant. Sa compagne, restée à leur place avait fondu en larmes silencieuses sous la pression et la peur.

Le troisième milicien lui s'occupait de deux gus un peu plus au fond, bien silencieux, et d'une nana, rousse flamboyante, qu'il s'imaginait déjà « honorer » dans un coin et d'ailleurs ça pouvait se voir à la légère bosse qui s'était formé sous le pantalon de son uniforme. Celui-ci prit la parole et ordonna au deux piliers de bar de se lever et plus vite que ça pour rejoindre les autres, des quatre miliciens il était le plus nerveux et alors qu'il trouvait que les deux hommes n'allait pas assez vite pour bouger leur cul, il s'approcha du premier sur lequel il se défoula jusqu'à temps qu'il tombe inconscient au sol, son comparse de boisson avait voulu s'interposer et un coup de feu était partit le laissant sur le carreau.

Les trois autres miliciens avait gueuler contre leur con de collègue et le chef avait rappeler au client du bar son avertissement, voilà la preuve de ce qu'ils pouvaient faire.


[HRP : bon, ça va, je vous l'avais dit, j'ai pas été trop méchante ! Mouahahahaha
Bon je vous laisse faire ce que vous voulez sachant :
-que même si c'est pas évident à décrire, tout ce passe très vite, vue que chaque milicien à un coin de la salle, ils agissent presque en même temps dans leur coin.
-que tous les mecs son près du bar, tenu en joue par un milicien qui tire dans le tas dès qu'il y en a un qui fait un mouvement de travers.
-qu'un poivrot est mort dans un coin de la pièce, que l'autre est gravement sonné, et se réveillera surement pas tout de suite.
-que la nana PNJ est maintenant près de Red qui sont surveillés par un pervers qui s'imagine des trucs pas catho
-que Leina à toujours un flingue sur la tête...
Je sais pas comment vous allez vous en sortir mes amis !!! Mouahahahahaha
Bon en tout cas, plus vous serez ingénieux et inventif pour vous sortir de là moins je serais méchante plus vous aurez de chance que je laisse faire, que les miliciens ait, oups, pas vu (par exemple) mais si vous préférez y aller mode gros bourrin, vous pouvez, mais risque d'y avoir des pertes ! (en faite, je dis surtout ça pour mettre des battons dans les roues de Red, vous l'aurez comprit !!! (hihihihi)
Vous inquiétez pas, même si vous n'avez pas d'idée de comment vous en sortir, j'ai encore un deus ex machina dans ma manche pour que vous vous en sortiez... je suis pas si méchante au final, mais je devrais Mjter plus souvent !
En tout cas, j'espère que ça vous donnera quand même envie de répondre !!!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhán Mac Mahon
Emigré mercenaire/ Danger public/ Folle furieuse
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 22/02/2010

Feuille de personnage
Situation: Pas trop mauvaise pour l'instant.
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Lun 29 Mar - 1:47

Siobhán s'aperçut bien vite qu'elle n'était pas la seule à être prête à réagir, ce qui la rassura un petit peu. Le gars au bar, le plus près d'elle, était tout mince, mais prêt à sauter sur les miliciens. Et les deux hommes qui discutaient pas loin de lui étaient aussi tendus que des cordes d'arbalètes. En revanche, les deux alcoolos derrières elles... c'était pitoyable, ils étaient pétrifiés -et ça se dit homme, ça? Pareil pour le couple. M'enfin, là, c'était plus normal. Lui avait peur pour sa nana, elle était une nana, donc par essence, pouvait avoir peur de quatre salauds armés, imbibés et con comme des balais sans manches. La barmaid avait pas franchement l'air plus rassurée. Elle avait regardé sa montre discrètement, demandant, l'air plutôt mal, s'ils voulaient boire quelque chose. Il y avait eu un silence. Un putain de silence merdique qui présageait rien de bon. Comme avait confirmé la réplique du chef de groupe. Une partie de la jeune femme ne voulait pas savoir ce que c'était que cet "après". Mais une voix désagréable lui chuchota insidieusement dans la tête que - qu'elle le veuille ou non- cet "après", il allait se dérouler sur leurs yeux. Restait à pouvoir le changer. Qu'il soit différent de ce que ces ordures imaginaient. Mais pour ça, il faudrait qu'elle aille vite. Et que ses compagnons d'infortune réagisse vite. Et bien.

Red commençait à porter sa main à sa veste pour l'ouvrir et en sortir son arme, lorsque le chef de patrouille agit. Il avait eu la même idée, mais pas aux mêmes fins, et surtout, avait été beaucoup plus rapide que lui. IL avait sortit sa merde milicienne et avait mis en joue Leina Erins. Puis l'avait attiré (étranglée serait plus exact) vers lui pour l'embrasser avec force et force bave. Sûr qu'avec ce qu'elle avait avalé, la barrique, la serveuse avait dû être bourrée rien qu'avec les effluves. Remarquez, au moins, si elle se faisait violer, elle remarquerait peut-être rien.


*Merde, Red, t'es ignoble!
- Oh, un peu d'humour noir, on est déja dans la merde, toi et moi!
*

La tueuse et sa conscience n'eurent pas le loisir de s'engueuler plus longtemps. Les quatre raclures de fond de cuvettes s'étaient reparti les tâches (sûrement qu'ils avaient du réviser dans un autre bar juste avant de venir) et chacun avait commencé a martyriser son petit groupe. Le premier toujours avec la patronne, un autre sur les trois mecs au bars, l'autre sur le couple...Et le derniers sur elle et les poivrots du fond. Puis, y'avait eu un mic-mac pas possible (trop de rouge avait bougé devant ses pauvres yeux... remarquez qu'avec les lunettes de soleil, ça aurait dû aller!) Bref, le mec de la mondaine avait rejoint le bar, et la gonzesse était restée là-bas.

L'écossaise se retrouvait dans un bar. Au départ, juste pour parler à un mec qui d'ailleurs devrait être là. Sachant que c'était sans doute pas un des poivrots, ni le mec de la mondaine, parce qu'il avait trop l'air prêt à se pisser dessus pour pouvoir être une personne influente dans la Cible. Un des trois gus du bar, par déduction. Donc si elle passait à l'attaque, y'en aurait au moins un pour réagir rapidement... et venir en renfort. S'il était armé, bien entendu. Parce que si elle était la seule à avoir son arme, ça réduisait les chances de rébellion, tout de même. Son Glock était même pas plein, en plus. IL lui restait... huit balles, si elle se souvenait bien. Assez pour les buter, à priori. Mais bon, elle avait pas mis son silencieux. Avec la poisse qu'elle se traînait, elle allait attirer une autre patrouille que patrouillassait juste à côté, c'était toujours comme ça. Merde, soit elle agissait pas, et supportait ledit "après", soit elle agissait, et il fallait aucun survivants, de toute manières. Elle repensa à son cran, dans sa botte droite. Si elle arrivait à le prendre et si elle était assez près du milicien, elle pourrait lui crever le bide. Ou la gorge. En silence. Et pour ça, fallait lui couper la respiration, en plaçant un atémi dans la gorge. Histoire de lui défoncer la trachée, si possible. Enfin, bon, là, il était trop loin encore, le salaud.

Puis, la jeune femme remarqua que le pantalon du milicien devenait de plus en plus serré. Enfoiré. Il étant en train d'imaginer qu'il allait se la faire. Qu'il approche un peu, et elle lui arracherait les bijoux de famille à coup de dents. Il pourrait plus jamais bander, en repensant à ça. Il pourrait plus jamais faire quoique ce soit, puisqu'elle lui ferait bouffer sa queue. Le gars se tourna subitement vers les poivrots. Les pauvres. Z'avaient trop picolé. Elle avait toujours dit que l'alcool tueraient les accros... La preuve en était faite. Y'en a un qui s'était fait défoncé a coup de pieds. Et son pote... bah mort. Dommage, ils auraient pu servir de diversion. Trop tard.


* Bordel, comment peux-tu être aussi cynique? C'étaient des hommes!
- Mouais. Des loques, plutôt.
- Red, t'es dégueulasse.
- Oui, mais bon. Soit c'est ça, soit je bute tout de suite ce porc qu'est devant moi à bander comme un con. Et dans la foulée, je me fais tous les autres. Et là, pour les pertes minimum, tu pourras repasser.
- Merde!
*

Les miliciens s'engueulèrent un moment, à cause du macchabée qu'ils laissaient sur le sol. Parait que ça fait désordre. Mouais, c'est clair, que c'était pas discret, ces traces de sang... Incapables de faire ça proprement. Pi-to-yables. Bref. Le petit nerveux s'était replacé devant elle, et, dommage pour lui, mais il bandait encore. Red aurait peut-être pu lui pardonner d'être un connard de miliciens, auquel cas elle l'aurait buter sans plus d'histoire en ce disant qu'il servait un idéal et qu'il était juste con. Mais alors, imaginer qu'il la violait... Non, ça, elle ne lui pardonnerait pas. Il payerait pour ça. Il souffrirait. Mais pour ça, fallait qu'il se rapproche. Qu'il l'entraîne contre... CE mur. Pour qu'ils soient un peu caché. Qu'elle puisse le neutraliser tranquillement. Pour ça... fallait qu'elle change de position, parce que si elle restait comme ça, elle ne finirait pas au bon endroit.

La tueuse à gages prit sur elle, et attendit deux secondes d'être tout à fait sûr d'accepter que ce porc la touche, et... -irk- commence certainement à se dessaper. Ou pire. Et là... Elle serait un peu masquée, pendant un court moment, par le mur. Pas longtemps. Suffisamment pour lui laisser le temps de l'empêcher de nuire, et de faire diversion pour que les autres réagissent. Et pour ça, fallait faire comprendre aux autres en question qu'elle gérait la situation. La jeune femme tourna la tête pour chercher le regard d'un des deux hommes. Elle en attrapa un (je vous laisse choisir lequel XD) à qui elle lança une œillade déterminée, destinée à lui faire comprendre que ni lui, ni un autre n'agisse. Pas pour ce mec, en tout cas. Mais fallait qu'ils réagisse de concert, sinon, ça foirerait... Elle se tourna légèrement sur le côté, croisant les jambes d'une manière légèrement provocatrice. Puis lança un regard fier au résidu de fosse sceptique qui voulait la sauter. Sûr qu'il apprécierait pas. Et qu'il voudrait se la faire le plus vite possible, de façon à enlever cet air arrogant du visage de cette pouffiasse rousse. Ce qui ne manqua pas. L'homme en rouge s'approcha rapidement, et la gifla en hurlant :

" Qu'est-ce que t'as, salope? Tu trouves que je vais pas assez vite? Tu te fous de moi, peut-être! Je vais enlever ce sourire de ton visage, tu vas regretter de pas t'être tenu tranquille!"

Il lui asséna une seconde gifle et prit violemment son visage par le menton, cherchant à admirer sur son visage des traces de larmes. Mais Siobhán, même si elle bouillait intérieurement, ne pleurait pas. Elle se contenta de le regarder haineusement, et de lui cracher au visage. Par pure provocation. Sachant parfaitement que s'il était plus violent que libidineux, elle pourrait subir quelques pertes. Mais bon. Cette chose avait éteint son cerveau et allumé sa libido, donc aucun risques (enfin... tout est relatif) de passer à côté du viol public. La réaction du gars fut immédiate. Il la prit par les cheveux, furieux, et lui asséna un coup de crosse au visage. Red serra les lèvres sous la douleur : elle savait qu'elle aurait a subir des coups. C'était nécessaire. Mais putain, il s'en mordrait les doigts. Le milicien la tira si fortement par les cheveux, qu'elle tomba presque à genoux. Presque. Plutôt crever que de s'agenouiller devant cette enflure. Elle se releva bien vite, sous l'emprise de ce connard qui la traîna comme prévu contre le mur, exactement dans l'angle mort où elle avait cherché à l'entraîner. Il la plaqua sans douceur contre le mur, une main refermée sur sa gorge qu'il serrait légèrement, l'empêchant de respirer correctement, l'autre appuyée sur son sein. Il colla son bassin contre le sien, et l'écossaise faillit gerber tant ce contact la répugnait. L'homme s'écria, entraînant un rire gras chez ses congénères :


" Alors, pétasse, tu rigoles moins, maintenant!"

La jeune femme pensa qu'au final, c'est elle qui se marrerait. Sacrifice obligé. Elle ferma les yeux, tandis qu'il l'étouffait presque. La main de l'homme avait quitté sa poitrine, et elle savait que c'était pour rejoindre sa braguette. Elle entendit le bruit d'un pantalon qui se baisse. Tout de suite après, la main haïe remonta sans précaution sa jupe courte, et baissa son sous-vêtement, exposant son sexe au regard malsain du violeur. Elle eut un tremblement et ne put éviter un cri de douleur quand il commença à assouvir son ignoble envie. C'était pas plus mal. Il ne se méfiait pas, du coup. Il écarta un peu son visage pour pouvoir lire la peur, la honte et la douleur sur celui de sa victime. Mais la tueuse ne pleurait pas. Non, elle avait sur les lèvres un sourire carnassier, et un regard fou. C'est à cet instant qu'il ressentit une grande douleur dans les côtes. La main de Red avait percuté ses côtes flottantes avec forces, lui coupant la respiration. Elle l'écarta d'elle et lui assena un coup de poings dans le plexus solaire, lui arrachant un grognement de douleur, qui, si l'on ne voyait pas la scène, se confondait avec un bruit de jouissance malsaine. La mercenaire approcha sa bouche de l'oreille du futur cadavre et murmura, d'une voix des plus sadique :

" Qui se marre, maintenant? "

Elle lui balança un atémi dans la gorge pour l'empêcher de crier, et le retourna contre le mur, shootant dans l'arme qu'il avait laissé tomber pour l'empêcher de la reprendre. Puis elle sortit son Glock et le pointa entre les deux yeux du milicien terrifié. Elle simula un cri de douleur, suivit de demandes de pitié suppliantes. Résistant à l'envie de se livrer à une petite séance de vengeance, elle se contenta de conserver à jamais dans son esprit le regard terrorisé du gars qui sait qu'il va crever et qu'il ne pourra rien y faire. Elle lui fourra rapidement son propre caleçon dans la bouche, et sortit son couteau de sa botte, avant de jeter un regard amusé au milicien, comme pour lui dire "Désolée, j'ai pas l'intention d'abréger tes souffrances." Puis, sans aucun scrupules, elle appliqua la lame sur la gorge du milicien, et trancha. L'homme tomba à genoux, se vidant de son sang sur le sol (merde, plus de ménage, encore ><)

Red inspira silencieusement, et continua de simuler son propre viol. Puis elle sortit à découvert, juste un instant, de manière à juste se faire voir des trois mecs au bar, pour leur faire comprendre qu'un des quatre était mort, et que c'était à eux de jouer : elle était couverte du sang de sa victime. Il faudrait qu'il réagissent vite. Et que Leina se baisse. La jeune femme recula partiellement à l'abri, armant le chien de son pistolet, prête à faire feu si on lui en offrait l'opportunité.


[HRP: Je précise que je suis près du coin de la salle caché. Pas loin du tout du bar, mais au coin quoi. Enfin, passée derrière le mur à présent, donc derrière les miliciens. Et que toute la scène dans l'angle mort s'est déroulée vite]

_________________


Dernière édition par Siobhán Mac Mahon le Mar 30 Mar - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   Lun 29 Mar - 3:35

Leina baissa les yeux un instant.
Aller n'importe où, ça faisait déjà un petit moment que c'était le cas, de façon imagée. Lorsqu'elle y pensait, la jeune femme se demandait comment elle avait finit à Hegemony. Alors qu'elle adorait la plage, le soleil, les petites villes, le calme... L'importance de la destination, ça aussi, elle s'y était peu attardée, jusque là, mais pas forcément dans le bon sens. Elle s'était laissée aller sans prendre vraiment le temps de vivre pour elle... Oubliés, les rêves d'enfant, les jeux de petite fille, les confidences d'adolescente. Elle était une femme belle, qui n'avait pas trop mal réussi professionnellement parlant, sans problèmes, discrète, souriante. Pourtant, un malaise, une question qui se faisait de plus en plus récurrente, se posait, lorsqu'elle se retrouvait seule, allongée face au plafond immaculé de sa chambre: Était-elle heureuse? Aimait-elle vraiment sa situation...sa vie? Passer un agréable moment. Voilà ce qui clochait. Son quotidien n'était pas désagréable, il était maussade, répétitif, sans saveur. Elle aurait aimé un peu d'action. Quelque chose d'inhabituel, de spectaculaire, qui n'arrive pas à tout le monde, le genre d'évènement qui vous démarque du commun des mortels ne serait-ce que quelques minutes.

Pour ce qui était d'avoir de l'action, Leina allait être servie. Un peu trop à son goût, même.
Elle esquissa un sourire, relevant doucement le regard, les joues colorées, mais le temps de trouver comment répondre à la proposition de James, les quatre miliciens était déjà au centre de la pièce, visiblement pas pour s'assurer de la sécurité des citoyens. Habituée des hommes « un peu » éméchés, la patronne préféra faire preuve de diplomatie et, même en étant nerveuse au possible, les accueillit avec une petite phrase qu'elle aurait voulu être pré-enregistrée tant le manque d'assurance était perceptible dans sa voix. D'une minute à l'autre, l'ambiance avait complètement changée. C'était détestable...Rien que pour cette raison, elle aurait pu les mettre à la porte. Selon son règlement personnel. Ce qui n'était pas vraiment applicable, dans la présente situation...

L'adrénaline, on lui en avait déjà parlé. Dès ses quinze ans, ses parents avaient commencé à la laisser sortir un peu. Leina Erins aimait bien les manèges à sensation, avec les groupes d'amis, c'était toujours un prétexte pour glisser légèrement contre un copain un-peu-plus-qu'ami-mais-pas-encore-un-flirt afin de laisser deviner au fameux garçon qu'il ferait un Chevalier servant du tonnerre pour rassurer une Demoiselle en détresse -qui ne l'était pas, ceci dit, mais aimait bien en donner l'impression- comme elle. L'ivresse était agréable, amusante...
Jusqu'à ce qu'un beau jour... Ou peut-être une nuit, près d'un lac*, l'un d'eux avait finit par céder. Elle devait avoir dix-sept ans cet été-là. Un second type d'adrénaline s'était alors laissé découvrir. Il était différent, un mélange d'excitation, de questionnement, de plaisir. Appréciable, au bout du compte.
A l'instar des deux premiers, il s'avérait que le nouveau type d'adrénaline lui donnait aussi la chair de poule; mais il était loin d'être agréable. Cette fois-ci, elle craignait pour sa vie. Son bar et les clients, aussi, mais tout d'abord pour sa vie.

C'était une belle brochette de porc qui était arrivée là. La comparaison lui vint à l'esprit mais ne la fit même pas sourire. Il faut dire que pour sourire alors qu'un type armé et bourré vient de vous fondre dessus en calant son flingue sur votre tempe tout en manifestant l'envie de vous rouler une pelle, faut être un peu maso, ou vraiment en manque, voir même les deux. Au bout du compte, il finit par la gifler, et la mise en garde d'un de ses petits copains ayant eu son effet sur la barmaid, elle porta simplement une main à sa joue en tentant de la masser pour faire passer la douleur. Elle faisait déjà un effort monstrueux pour retenir ses larmes d'horreur et de frayeur, alors au bout de quelques secondes de picotements sur toute une moitié de son visage, elle ne fut pas surprise de sentir une larme mourir dans son cou. Elle aurait voulu avoir le courage de défendre ses clients, et le Dernier Pétale, peut-être la seule chose à quoi elle tenait vraiment, ce qu'elle avait réussi à construire, son œuvre. Qui serait irrémédiablement tachée de la bêtise de ces hommes. Trouver la force de donner un coup de genou à ce Milicien de merde, quitte à y laisser la vie, c'était tout ce qu'elle aurait voulu faire. Mais son corps ne répondait plus. Elle tremblait, même, bien qu'elle aurait voulu s'en empêcher, surtout lorsqu'elle entendait l'autre grogner...

Avec cette arme pointée sur son crâne, elle ne pouvait rien faire. Peut-être qu'il déciderait de l'achever rapidement, c'était tout ce qu'elle pouvait espérer. Au moins, la question de son avenir était réglée... Elle finit par lever le nez de quelques centimètres, vers le client avec qui elle discutait quelques minutes plus tôt. Elle ne connaissait même pas son nom, mais quitte à crever bêtement de la main d'une ordure, autant que l'arrêt sur image se fasse sur un visage un peu plus... Elle sentit son cœur se serrer dans sa poitrine. Ne pas éclater en sanglots. Un tout petit effort. Ce ne sera pas long, Lei'..., pensa-t-elle, comme pour se rassurer.

Un miracle, là, maintenant, tout de suite, ç'aurait peut-être été pas mal...



[Hrp]
*L'aigle noir... Huhuhu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sortie journalière et rencontre [14 Février 2100]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Première vraie partie [JEUDI 18 FÉVRIER]
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie de chez le coiffeur...
» Balotelli, hein elle est où la sortie ?
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Hegemony :: Quartiers pauvres :: Le Dernier Pétale-
Sauter vers: