AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Lun 30 Nov - 19:39

Tout ce raffut, tout ce bruit, ça ne pouvait que signifier qu'une chose! Il y avait de quoi faire au Palais. Enfin, il faut dire que les deux gardes qui râlèrent comme des vieilles mères dont l'un d'eux se frottant encore la mâchoire avaient aidé à l'identification du..."problème". Darius fureta à son habitude dans le palais jusqu'à ce retrouver vers les sous-sols où ils savaient désormais où chercher. Descendant les escaliers avec un pas de dandy, les mains jointes dans son dos comme s'il visitait une galerie d'art, regardant la porte s'approcher avec un sourire malicieux, satisfait. Si sa maîtresse avait bel et bien fait elle même envoyer cette jeune femme en geôle, la distraire ne lui serait pas réprimandé c'est sûr. Arrivé devant la dite porte, gardée, il fit une pause, mimant un pastiche de salut militaire au soldat qui soupira

- C'est bon, c'est bon, entre.
- L'invitée est dans quelle cellule?
- La tigresse? Première droite.
- A la bonne heuuuuure, s'enjoua-t-il, entremêlant ses doigts devant lui, comme un jouvenceau excité de trouvé sa promise derrière la porte.

faisant un clin d'oeil au garde il entra d'un pas décidé, les bras ballant, ouvrant avec nonchalance la fente de la porte, ainsi croisant le regard de Shela. La voyant il s'arrêta net, index contre le nez, comme si, cherchant les toilettes il était tombé par hasard ici. L'étourdi! Pivotant sur un pied à 180°, il ressortit et ferma la porte derrière lui.

- Mais c'est qu'elle serait charmante! Pas très habillée mais charmante!
Le garde soupira au sarcasme du jeune serviteur.
- Roh quand même! Faut voir son minois. le coquard donne envie... Ou presque.

Inspirant à nouveau, Darius remis les pieds dans la salle, s’avançant avec plus de prudence vers la cellule. Penché en avant comme s’il eut à nouveau onze ans, regardant sa sœur se doucher. Voyant Shela il lui sourit, après tout c’est normal, entre connaissances ! Quoi que l’attitude laissait plus à penser qu’ils se voyaient dans un salon de thé par hasard un bel après-midi d’été.
- Shela ? C’est bien toi ? s’enquit-il avec un sourire s’agrandissant, malicieux, les yeux parcourant le corps quasi nu de la jeune et jolie femme.Mais mais mais… C’est une bien grande chemise que voilà. Pas à un garde, trop riche… Pas un cadeau, il manque le reste,rit-il, se balançant de la pointe des pieds aux talons, mains dans le dos.
Puis, il s’approcha un peu plus de la fente de la porte, comme pour murmurer des mots doux.
-aurait-on fauté ma jolie Shela ? Est-ce que tu aurais….forniquer avec la mauvaise personne une fois de trop ? il se tapota les lèvres avec l’index.Qui a été le petit heureux qui a put tee faire finir comme ça, alors qu’avec moi tu me l’as toujours refusé ?
Il s’amusait déjà, à peine sortit de son bain avec sa sœur. Comme quoi, un bon bain remet les idées en place. Continuant d’observer la captive il la toisa, et avant même qu’elle réponde.
- En tout cas pour te mettre un coquard… Ca doit être un sacré salopard doublé d’un infâme machiste, ajouta-t-il avec un sourire des plus vicelard.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Hennessy

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 16/11/2009

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Mer 2 Déc - 20:36

Arrow Pris en flagrant délit

La jeune femme s'était légèrement relevée pour appuyer son dos contre le mur. Petit à petit, ses yeux s'habituaient à la pénombre de sa nouvelle maison et son corps au froid glacial qui y régnait. Vêtue d'une simple chemise, elle tentait avec peine de se réchauffer et de se couvrir un maximum, mais c'était peine perdue. De toute façon, elle allait bientôt suer à grosses gouttes sous les mains expertes d'un bourreau! Cette pensée lui arracha un sourire en coin qui s'effaça presque instantanément. Elle n'en menait pas large, il fallait l'avouer, mais jamais elle n'allait le leur montrer. Elle allait se tenir droite, fière et forte et cela aussi longtemps que sa volonté le lui permettrait.

Après seulement quelques instants passés dans le noir, la porte s'ouvrit à nouveau, la faisant légèrement sursauter, afin de laisser passer une personne que son instinct la fit immédiatement redouter. Qui que ce soit, il valait mieux pour elle qu'il sorte très rapidement! Elle avait intérêt à rester seule dans sa cellule plutôt que d'avoir de la mauvaise compagnie. Et en parlant de cela, elle devina assez rapidement que celle du nouvel arrivant allait être exécrable! Elle ne l'avait vu qu'à contre-jour, mais la voix qu'elle entendit lorsqu'il sortit de la pièce la fit frissonner. Mais qu'est-ce que cet avorton venait faire ici? Sûrement la narguer avec un sadisme et une joie à peine voilé alors qu'elle venait de recevoir une condamnation à mort. Qu'est-ce qu'elle pouvait le détester ce gamin! Depuis la première fois qu'elle l'avait vu, elle l'avait trouvé dangereux et malsain et le fait qu'il vienne lui rendre visite dans un moment pareil ne faisait que le confirmer. Il était presque aussi cinglé que la femme à laquelle il se dévouait corps et âme, si ce n'est plus!

La jeune femme s'étonna de le voir quitter la pièce aussi rapidement mais sa joie ne fut que de courte durée. Lorsqu'il revint, il commença à lui parler, comme si elle était une petite fille ou comme s'ils étaient de vieux amis qui ne s'étaient pas vu depuis des lustres. Ce qu'il lui disait la dégoûtait profondément et la révulsait. D'instinct elle tenta tant bien que mal de cacher sa nudité aux yeux du jeune homme. Elle ne pouvait que l'entre-apercevoir, mais elle savait qu'il posait son regard lubrique sur sa peau découverte et elle ne pouvait le supporter. D'ailleurs, la présence du gigolo l'insupportait à mesure que les mots sortaient de sa bouche. Lorsqu'il se tut enfin, la dame de compagnie resta murée dans son silence, se contentant de relever la tête avec lenteur. Ses yeux bleus furent éclairés par un rayon de lumière qui faisait sortir de l'ombre la haine qu'ils contenaient. Il n'y avait aucune trace de peur sur son visage, elle arborait plutôt une expression hautaine de défi. Ce laquais ne l'effrayait pas et elle fixa la forme devant elle durant quelques secondes avant de lui cracher au visage. Peut-être venait-elle de faire une erreur et qu'elle allait s'en prendre une, mais qu'est-ce que ça lui avait fait du bien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Jeu 3 Déc - 20:58

Ainsi elle se tenait, fière, avec tout ce mordant, ce piquant qui l'amusait! Depuis longtemps maintenant il avait voulu dominer Shela, lui apposer un regard de haut, démunie, nue moralement devant lui. Il était venu, et avait lancé ses premières piques. Ces premiers petits coups, histoire de tâter le terrain, comme un chat qui s’amuse avec une souris la première fois en l’effrayant dans son trou. Mais à la différence de la souris, elle ne rendait pas les piques, ni ne crachait sur le chat. Darius recula après avoir reçu ce “cadeau“. Tout d’abord, c’est une mine surprise, puis contrite, puis dégoutée… Avant de se transformer en un rictus. Prenant le temps, il retira la bave de son aile du nez et observa le dit cracha.
- Une pomme par jour éloigne le docteur, àmoins de savoir viser correctement. Winston Churchill. Assurément je ne suis ni docteur et ceci n’était pas une pomme
Souriant, il se délecta de ce moment. Pourquoi ? Car simplement le fait de se trouver là, de l’autre côté de cette porte, du meilleur côté possible de la barrière ; ce retrouver là, avec elle qui était pour lui une simplette libre ayant fait le choix par nécessité surement, d’être du bon côté… Il jouissait presque entièrement de cette situation.]
- Et si nous parlions. Oublions ce petit accrochage et remettons-nous en selle, sourit-il avec ce sourire pour lequel on donnerait le bon dieu sans autre forme de procès. Quelle gaffe vaut-elle l’enfermement dans cette tenue des plus ravissante ?
Ah ça oui, il dévorait du regard, la déshabillait plus qu’elle ne l’était, il voulait prendre son pied dans cette discussion avant que l’impératrice ou ce malhabile de bourreau vienne gâcher cette chair surement encore chauffée par ce qu’il pensa être des bras d’homme. Mais… La question était quel homme. Quel homme avait-il pu avoir un privilège si longtemps retenu de lui, Darius Ballentine ? Se promettant de remédier à cette interrogation, il étala la salive restée sur ses doigts sur la porte, lentement, fixant Shela. Elle ne lui dirait rien il n’en doutait pas. Après tout, la haine lie les langues. Alors, plus que haine, il fallait qu’il instille la peur en elle. Une bonne peur comme il les appréciait, les affectionnait même. Il était si amusant de montrer le sombre reflet de la Mort à quelqu’un qui déjà se sent sur la surface du Styx. Humant l’air lentement, ses yeux se plissèrent légèrement. Il allait avoir besoin d’une chaise, car un travail long d’usure allait bientôt commencer…
Revenir en haut Aller en bas
Shela Hennessy

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 16/11/2009

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Jeu 3 Déc - 22:36

Shela observa le jeune homme d'un air dégoûté. Il était fou à lier! Tout son être se contractait à la vue de ce minet et elle aurait donné sa vie sur le champs pour qu'il s'en aille! Mais elle se doutait bien qu'il allait profiter de l'occasion pour l'emmerder le plus possible et elle redoutait jusqu'où il pourrait aller afin d'arriver à ses fins... Pour le moment, il se contentait de lui parler, et bien que certaines choses glissaient sur elle sans l'atteindre, d'autres la mettait carrément mal à l'aise. Elle ne s'était pas trompée en supposant qu'il se rinçait allègrement l'oeil! Petit pervers lubrique! Elle détestait sa position, être ainsi désarmée, totalement à sa merci. S'il lui faisait du mal, qui donc pourrait venir l'aider? Comment pourrait-elle s'en sortir? Elle ne voyait pas de solutions. Elle avait beau cogiter, elle savait que même si elle résistait, il serait très certainement plus fort qu'elle.

La tension montait mais la jeune femme fit tout son possible pour que cela ne se note pas. Elle se contenta de continuer à fixer Darius, ou plutôt sa silhouette, d'un regard noir et méprisant. S'il la touchait et que cela arrivait aux oreilles de Luc, elle ne donnait pas cher de sa misérable peau. Elle savait que son amant le détruirait sans scrupules. Encore fallait-il qu'il soit au courant des sévices qu'elle pourrait subir dans ces ignobles cachots. Et en parlant de cela, un cri déchirant, plus fort que les autres, résonna et fit place à un silence de plomb. Un rire cruel s'éleva alors et lui glaça le sang plus que le dernier hurlement de l'homme anonyme qui avait succombé à sa séance de torture. Quoiqu'il arrive, elle ne sortirait pas indemne de ce trou à rat, c'était une certitude. Bien qu'elle ne se soit jamais bercée d'illusions à ce sujet, la confrontation à ce monde souterrain empli de haine, de rage et de sadisme, la paralysait. A ce rythme-là, elle allait sans aucun doute devenir folle avant de se faire exécuter.

Cependant, elle résistait toujours à la tentation qui l'envahissait de hurler de désespoir. Elle serait forte, en tout cas face à ce minable lèche-botte, et c'est pour cela qu'elle ne lui répondit rien. Elle ne voulait pas lui faire ce petit plaisir. Il fallait tout de même qu'elle fasse attention, car son mutisme allait peut-être lasser Ballentine et qui sait ce qu'il pourrait faire après? Elle redoutait par-dessus tout qu'il mette les pieds dans sa cellule. Elle lui avait toujours refusé ses faveurs et elle savait qu'elle était la seule. L'explication était simple. En-dehors du fait qu'elle aimait Luc, il existait surtout cette répugnance que lui inspirait le jeune homme, un sentiment si fort qu'elle n'aurait jamais pu le dépasser, eusse-t-elle été célibataire. C'était une répulsion viscérale, mais elle savait que cela l'avait contrarié à plusieurs reprises lorsqu'elle l'avait rembarré sans ménagement. Elle espérait simplement qu'elle n'allait pas en payer le prix maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Sam 5 Déc - 19:46

Darius laissa planer le silence quelques instant, parcourant volontairement et des plus ostensiblement la gorge de Shela, sans un mot, simplement un souffle sourd. Finalement, il entrouvrit la bouche pour laisser passer sa langue sur la lèvre du bas, puis du haut histoire de les humidifier. Sa fierté ne la rendait que plus attrayante comme proie de chasse. Il réfléchit calmement, oubliant le corps de la catin royale pour le moment et referma le clapet de la porte.

- Drapée dans sa dignitée elle chu ! ricana-t-il en s’éloignant, partant vers la porte principale des cellules.

Il n’avait aucune envie de rentrer comme ça dans cette cage à la folle. Il n’était pas fait pour la bagarre, lui, serviteur de son impératrice adulée. Cependant, les geôliers eux étaient plus à même de s’en charger. Une fois sortie, il se dirigea vers la salle de garde, où il héla ceux présent.

- Messieurs, j’ai pour mission de faire cracher quelques vers à l’oiseau de la cellule 41. annonça-t-il avec un sourire qu’il raval directement, le ton de la voix s’asséchant. Attachez-la aux chaines suspendues par les poignets, et dans la salle insonorisée. Qu’on ne me dérange pas, et pour personne sauf sa majesté elle-même.


*Qu’il est bon de se divertir mon Darius.*

pensa l’ignoble homme de compagnie, alors que les dit gardes, au nombre de trois, se mirent en marche vers la cellule.

- Ah, et pas la peine de lui dire qui demande le transfert… Hormis celui qui la fera parler, ajouta-t-il les suivant de loin.
Darius ne se joignit pas à l’opération et se contenta d’écouter depuis la porte sans se faire remarquer, chantonnant une chanson de propagande sur Joane qui, selon lui, avait un petit quelque chose d’entraînant. Une telle attitude fit son effet, un garde reconnaissant l’air et le jeune homme ne pu s’empêcher d’emboiter le pas un peu plus rapidement. Qu’il aimait cette présence passive exercée sur son entourage ; mais il fallait tout de même avouer que c’était en la présence de Joane que Darius se sentait réellement en puissance, derrière elle, à fomenter, murmurer à son oreille, jouer avec ses interlocuteurs d’une manière des plus abjecte. Revenant à ses moutons, après cet égarement, il attendit. Et attendit. L’attente dura un bon quart d’heure, tant et si bien qu’il entendait les gardes parler de la tenue de Shela, de ses formes surtout et comment ils lui seraient passé dessus si ce n’était pas pour l’impératrice, Darius et ou le réel tortionnaire si tenté qu’il existe. Ils oubliaient Luc, mais ça personne ne le su, pas même Darius pour le moment. Alors qu’il allait partir voir cette distraction, l’un des gardes souleva un point fascinant de l’anatomie de Shela : un trou dans l’abdomen assez récent. Que tout cela était excitant !

Approchant la porte, il prit un pas solennel et lourd, mimant un soldat, souriant comme un gamin ayant posé un seau la porte. Ouvrant la porte il profita de la vue de dos de Shela, bras levés, attachés par les poignets au dessus de sa tête, se dodelinant doucement. La chemise de part la position, s’était relevée et Darius comprit les remarques des gardes. S’approchant, il effleura la cuisse de Shela, lui tournant autour, pour remarquer qu’elle avait les yeux bandés. Qu’ils étaient pratiques, ces pions ! Sa peau était douce, très douce, mais malheureusement déjà refroidie de ses ébats. Qu’à cela ne tienne, Darius avait avec lui le temps et la bonne humeur. Il se recula, caressant son collier, pensant fort à sa sœur qui, elle, était dans leurs appartements, surement à lire, flâner… Ou peut être cherchait-elle de quoi se distraire aussi ? Cette fois cependant, il n’allait pas l’inviter pour partager les festivités. Ils étaient deux : Shela et lui.
Observant Shela, il sourit, repassant de l’autre côté, il effleura à nouveau Shela, partant de l’intérieur de la cuisse, effleurant cette peau rapidement pour de pas se faire cracher dessus à nouveau, quand bien même elle fut aveugle.

Splendide femme que cette Shela. Splendide.

Revenir en haut Aller en bas
Shela Hennessy

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 16/11/2009

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Dim 6 Déc - 17:49

Shela regarda la silhouette s'humecter les lèvres avant de.... tourner les talons et s'en aller? Non, il y avait forcément un traquenard, il ne pouvait pas la laisser tranquille comme ça. Il était trop sadique et malsain. Il allait forcément lui infliger un supplice, physique ou mental. L'incrédulité l'avait envahi mais n'eut pas le temps de s'installer. La jeune femme était intelligente et avait visé juste! A peine 3 minutes après son départ, des gros bras entraient dans sa cellule et l'amenaient dans une pièce fortement éclairée, presque immaculée. Elle s'était un peu débattue durant le trajet, plus par principe que pour s'échapper réellement. Cependant lorsqu'elle comprit ce qui allait lui arriver, elle se débattit comme une lionne avant qu'au poing ne vienne violemment s'écraser contre sa temps. Elle était limite K.O., mais une douleur, qui s'était faite discrète jusqu'à lors, se réveilla d'un coup et la pris aux tripes. Elle ne fit que s'intensifier jusqu'à ce qu'on l'attache par les poignets à deux grosses chaînes encrées dans le plafond. Tenir ses bras ainsi relevés failli lui arracher un cri de douleur. Il lui semblait que son ventre, à l'endroit de sa blessure par balle, se déchirait littéralement en deux et elle avait beau essayer, elle ne trouvait pas de position qui lui soit moins pénible. De plus, cela souleva un point qu'elle avait totalement oublié pour le coup : personne ne savait pour sa blessure! Et lorsqu'on l'interrogerait, maintenant que sa chemise était relevée, elle allait devoir fournir une explication. Rien qu'à cette idée, elle devait concentrer tous ses efforts pour ne pas se laisser submerger par la panique!

La lumière vive lui avait meurtri les yeux après les longues minutes passées dans sa sombre cellule et elle continuait à cligner des paupières en tentant de ne pas être trop aveuglée. Peine perdue! Un homme se posta derrière elle et lui banda les yeux avec soin. Elle n'y voyait plus rien et elle devait reconnaître que c'était bien plus flippant que si elle pouvait regarder ce qui l'attendait comme torture. Car torture il allait y avoir, elle n'en doutait pas! Outre le blanc immaculé de la salle, la dame de compagnie avait pu remarquer des tâches sombres qui maculaient le sol et il ne pouvait y avoir aucun doute sur leur provenance. Elle allait passer un mauvais moment et étrangement, même si le bourreau n'était pas là et qu'on lui avait bandé les yeux, elle savait qui allait se délecter de sa douleur et elle le haïssait pour cela. Cette espèce de ver de terre infâme! Mais il ne vint pas tout de suite. Shela dû patienter durant un long moment qui lui paru interminable. Cependant, elle profita de chaque seconde, sachant pertinemment qu'elle n'aurait plus de repos après cela.

Elle se tortillait déjà depuis plusieurs minutes lorsqu'elle mit le pied dans un liquide encore tiède et collant. Elle fit un bond en arrière, s'éloignant autant qu'elle le pouvait, surprise et dégoûtée par ce contact, alors que la porte venait de s'ouvrir. Un pas mesuré se fit entendre et à peine la porte claquée, elle sentit qu'on lui effleurait la cuisse. Ballentine! Si Luc apprenait ce qui allait se passer ici... Mais elle n'eut pas le temps d'y penser qu'il la caressait à nouveau. D'un geste brusque elle se détourna pour éviter ce contact, mais elle comprit bien vite son erreur. Non seulement ses poignets commençaient déjà à fatiguer de supporter ainsi une grande partie de son poids, mais sa blessure ne la lâchait plus. Une grimace de douleur se dessina sur son visage, mais elle ne laissa toujours rien s'échapper de ses lèvres. Elle respirait avec force et régularité pour ne pas perdre pied et pour pouvoir se concentrer sur autre chose que son corps qui souffrait. Et ça n'avait même pas commencé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Lun 7 Déc - 11:00

Bien que ça l’ait frappé en entrant, mais Shela était blessée au ventre. Faisant la moue, il tourna autour de Shela pour mieux constater le désagrément. Si il eut porté une blouse blanche, il serait passé pour un médecin qui observe la cicatrisation d’une blessure. Mais Darius n’était en rien un médecin, ni bien ni de mal. Il était vil et c’était tout.
- C’est étrange la vie des fois non ? susurra-t-il.

Aucune raison de s’approcher pour qu’elle l’entende, mais il voulait qu’elle le sente, et il voulait sentir se qui transpirait d’elle à ce moment. Se faisant, Darius posa sa main sur la blessure, comme un enfant toucherait une pâte à gâteau pour la première fois.

- ça doit être très douloureux cette blessure., continua Darius d’une voix mielleuse. Et en plus si mal placé. Heureusement que le vieux doit être stérile sinon impuissant… Quels dommages cela aurait été de perdre une dame de compagnie en devenir. Comment est-ce arrivé ?

Il rit, toujours sur ce ton doux comme un miel collant, et sans crier gare, mit une tape sur les fesses de Shela. Il ne s’était pas emmerdé le Luc, faut dire que le grisonnant ça plaisait.

- Ce cher de Guise ne s’est pas embêté à choisir la plus moche. A quoi pouvait-il penser ce vieux machin en te prenant ? Tu crois pas qu’il…

Depuis l’arrière de Shela, il se colla à elle, lui tenant la gorge d’une main pour parler comme s’il eut dit un secret.
- Tu crois pas qu’il… Pensait à son ex femme ? Qu’il ait simplement décidé de se consoler faute de changer ? Tu crois vraiment qu’un siffleur d’érable comme ça oublie sa chère et tendre ? Il la protège… ça veut pas dire qu’il l’oublie.

Souriant de toutes ses dents, Darius souffla un air chaud à Shela, non content de tenter de démolir les défenses mentales faute de s’occuper des physiques. Contrairement à ce que pouvaient penser les gardes dehors, il ne cherchait pas expressément à faire parler la prisonnière, non. Il voulait s’amuser à démolir quelqu’un sans la frapper. Là où le corps et la physique dominent, il n’était pas des plus adroits. Mais dans ces jeux d’esprits, où les barrières mentales, si indestructibles, cèdent une par une comme les lacets d’un corsage ; alors là, là, Darius s’était découvert un réel talent.
Car c’est lorsque ces barrières tombent que le corps suit. On ne bat pas un Homme comme on bat un cheval. Plus on le bat, le plus droit il se tient. Pour détruire sa volonté, sa force, il faut s’attaquer à son esprit. Quand le cœur n’est plus qu’un amas de bouillie et l’esprit perdu dans la noirceur, c’est alors que tout le corps cède, tombe, s’effondre. Mais Darius savait déjà tout ça, tout comme de telles actions ne devaient être qu’une façade, au risque de perdre tout humanité. Le masque de Darius, travaillé par le temps, élevé par Joane, collait à sa peau au point qu’il se croyait en proférant ces piques empoisonnées.
Il abaissa sa main à la gorge vers la poitrine de Shela, se reculant lentement, mais cela ressemblait plus à un glissement, le long de son corps. La chemise était sa dernière barrière physique, et il fallait qu’elle soit ôtée au bon moment, hors ce n’était pas encore le bon, et il dû se refreiner à l’arracher pour se jeter dans les plaisirs macabres de chair. Elle sentait bon, très bon. Un parfum qu’il avait sentit auparavant, deux ou trois fois. Un entremêlement de beaucoup, avec ce soupçon de détresse qui l’excitait.
Dommage qu’Emily ne soit pas là. Non, tant mieux, car personne ne devait la voir comme elle apparaissait. Ils avaient ainsi marché : l’horrible Darius et Emily, tout aussi endoctrinée mais presque à plaindre.
Tout le monde spécule, tout le monde pense… Personne ne sait.

Revenir en haut Aller en bas
Shela Hennessy

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 16/11/2009

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Mar 8 Déc - 19:49

Shela ne sursauta pas lorsqu'elle entendit la voix mielleuse et perfide de Darius tout prêt d'elle. Elle voulait rester la plus stoïque possible face à son bourreau et avait décidé de rester murée dans son mutisme. Elle ne lui ferait pas le plaisir de céder face à ses attaques et d'ailleurs, il n'y allait pas de main morte! La sale petite merde! En plus il osait la toucher sur sa blessure qui commençait à peine à cicatriser! Elle ne pouvait décidément pas supporter ce contact et, tout en sachant que ses poignets et son ventre allaient tout deux en souffrir, elle se recula d'un mouvement brusque. Comme prévu, la douleur fut vive et intense et lui arracha une grimace peu élégante. Mais il était tout simplement hors de question qu'il laisse ses sales petites pattes sur son corps une seconde de plus! C'était bien plus insoutenable que les paroles qu'il proférait. Il ne pouvait pas être au courant pour le bébé, il avait simplement deviné juste, fait une proposition en l'air. Il ne pouvait pas savoir qu'elle avait été enceinte, personne ne le pouvait d'ailleurs hormis elle et son amant.

Mais à peine avait-elle bougé qu'il lui mettait une tape sur ses fesses nues qui la propulsa de dégoût en avant. Une nouvelle grimace, accompagnée d'une petite exclamation étouffée suivirent bien assez rapidement juste avant qu'il ne lui colle une main sur la gorge pour lui murmurer à l'oreille. Elle était prise au piège, elle ne pouvait pas s'échapper de cette monstrueuse étreinte. Elle avait bien pensé à lui mettre un coup de pied, mais elle doutait que son corps ne supporte ce geste. Elle risquait de déchirer sa blessure et ce n'était vraiment pas le moment de se faire mal soi-même! Les bourreaux allaient déjà s'en donner à coeur joie, pas la peine de leur faciliter le travail non plus.

Malgré cela, elle dû pourtant faire un gros effort sur elle-même pour ne pas céder à la tentation. La peur montait petit à petit en elle, ne sachant pas jusqu'où cette immondice pourrait aller, et lorsqu'il lui caressa la poitrine, sa sensation de mal être franchit un nouveau seuil. Elle était persuadée qu'il pourrait abuser d'elle sans aucun scrupule, elle qui se retrouvait sans défense, livrée comme un animal blessé à la folie et au sadisme de ce môme. Elle tenta, tant bien que mal, de se dégager à nouveau, mais son corps commençait réellement à fatiguer et à ne plus supporter ce genre de geste. Sa mâchoire restait pourtant définitivement close et seul un souffle de plus en plus fort s'en échappait. Elle arrivait toujours à contenir les cris de douleur qu'elle aurait voulu laisser sortir, la question était de savoir : combien de temps allait-elle tenir? Cela devait faire vingt minutes, grand maximum, qu'elle était suspendue ainsi, ses doigts de pieds effleurant à peine le sol et seulement cinq que le toutou à la Cinglée lui tenait compagnie. Si elle voulait s'en sortir et s'en tenir à ses idéaux, elle allait devoir encaisser un peu plus sans broncher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Mar 22 Déc - 22:08

Darius avait suivit le balai de grimaces et réactions, se mordant la lèvre lorsque sa main avait parcouru le haut du corps de Shela. Son bandeau sur les yeux la rendait encore plus pathétique, un peu trop même. Respirant lentement, inspirant longuement l’air environnant avec un sourire macabre. Remontant sa main, il la repassa sur la gorge avant de susurrer d’une voix digne d’être celle d’un e ces détraqués qu’on enfermait auparavant.

- Peut être as-tu froid Shela ? Trop pour retirer cette chemise.

Il allait un peu vite en besogne, mais il ne voulait attendre que la peur ne s’efface. Et pour tout dire, il avant attendu un moment pareil depuis longtemps. La dernière prisonnière qui était passé sous lui remontait à très longtemps. Trop longtemps pour qu’il ne se contienne. S’effaçant du corps de Shela, il s’avança vers le mur. Il aimait ses cellules, où aucun bruit ne pouvait sortir une fois la porte fermée. Sur le mur se trouvait moult outils différents, préparés surement par les gardes. Les passant en revu il hésitait entre beaucoup. Les stimulateurs électriques ? Le tison ardent ? Le poing américain ? Le fouet à crochets ? Sans crochets ? C’était trop de choix, bien trop pour lui. Revenant alors vers Shela, il lui abaissa le bandeau. Et désigna la table des réjouissances

- C’est fou tout ce qu’il y a comme outils différents hein ? Mais pour avoir un tel buffet t’as dû en faire une belle.Prenant une moue pensive il s’interrompit quelques secondes avant de secouer la tête Mais entre nous hein, sourit-il, je préfère y aller naturel !

Sans attendre, il lui tourna autour, une main à l’intérieur des cuisses de la pendue, l’autre se perdant sous la chemise, effleurant la blessure. Il en salivait déjà, physiquement prêt. Palpant la peau de Shela, il donnait l’impression de perdre la tête, de ses mouvements erratiques, à ne pas savoir que faire du corps jeté en pâture au jeune homme. Mais Darius savait parfaitement ce qu’il faisait, oui il savait exactement où il en était, où ses doigts allaient, et surtout ce qu’il allait faire. Se collant contre elle, il fit en sorte qu’elle sente venir la suite, son pantalon, au niveau de l’entrejambe se plaquant contre le haut d’une cuisse, il en soupira d’aise. Il n’allait pas faire une longue mise à mort, cette fois il allait directement au but, pour fracasser un début de rébellion.
Remontant sa première main avec un petit rire, il lâcha à nouveau prise, laissant échapper un bruit de braguette.


- Je doute que tu prennes plaisir. J’en doute très fortement , dit-il empoignant à nouveau Shela. Mais moi, oh moi je vais… « prendre mon pied »

Sans autre forme de procès, Darius se mit en selle. Sans ménagement, commença sa besogne de chair, allant fort et vif, palpant la chemise d’une main, tenant la tête penchée en arrière de l’autre. Il pouvait ressentir le dégoût, aussi profond et ardent qu’il aurait tenu dans sa main comme un câble. Alors que Darius prenait son plaisir, il profitait de mordre le cou de Shela.

- C’est comme ça, que la saillie se fait. Les bourrins comme toi ne méritent rien d’autre. Et c’est pas un mou comme Luc qui peut savoir comment faire avec toi hein ? C’est douloureux, et on va rallonger les choses.
Riant, Darius prit soin de ne pas ménager Shela, cherchant une brutalité gratuite. Il voulait la détruire, l’anéantir. Lorsqu’il sentit venir la fin, après quelques minutes qui lui semblèrent bien trop courtes, il finit sur le dos de la chemise de Luc dans un râle. Puis, refermant son pantalon, il arracha la chemise qu’il replia sur son méfait et se mit face à Shela.

- Souvenir hein. Juste pour me rappeler que je vais revenir. Il marqua un temps.Ciao bella.

Et il sortit, direction les étages supérieurs, l’impératrice, mais surtout : Luc.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Hennessy

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 16/11/2009

Feuille de personnage
Situation:
Renseigements:
Humeur:

MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    Mar 29 Déc - 21:56

Une envie de vomir tordait l'estomac de la dame de compagnie et augmentait au fur et à mesure que Darius promenait ses mains sur sa peau. Lentement, il était revenu lui attraper la gorge, arrêtant enfin de lui palper la poitrine, pour lui susurrer un petit discours qui n'annonçait rien de bon. Il était à présent clair qu'il allait la maltraiter physiquement parlant, mais surtout sexuellement. L'ordure allait s'en donner à coeur joie et elle ne pouvait absolument rien faire pour y échapper. Le lâche avait besoin d'avoir sa proie attachée et sans défense pour pouvoir l'attaquer. Elle le méprisait, elle le détestait au plus profond d'elle et là, elle l'aurait tué de ses propres mains à l'instant si elle l'avait pu. Elle ne supportait pas le contact de ses doigts sur son corps et il la libéra enfin de cet étau qui semblait l'enserrer depuis quelques minutes déjà lorsqu'il s'écarta pour s'éloigner. Cependant, cela ne la mettait pas plus à l'aise de le savoir en train de préparer dieu seul savait quoi! Si elle avait dû réfléchir à toutes les atrocités qu'il serait capable de lui faire subir, elle se serait sûrement évanouie de terreur.

Pour le moment, elle réussissait à se contenir, mais ce n'était qu'une façade. Elle était morte de peur! Elle avait compris depuis le début qu'elle allait passer un très mauvais quart d'heure, mais y être ainsi confronté était tout autre chose. La réalité l'avait violemment frappée en plein visage et elle comprenait maintenant pourquoi tant de rebelles avaient pu craquer. Les Miliciens savaient comment faire pour les toucher en plein coeur, là où ça faisait mal. Mais ce lèche-botte était encore pire que les hommes en rouge car il la connaissait personnellement. Il était au courant de sa situation et prenait un malin plaisir à recueillir par tous les moyens dont il disposait ce qu'elle n'avait jamais voulu lui offrir. Un gamin frustré de ne pas avoir eu son jouet et qui se vengeait à présent.

Il avait découvert ses yeux pour lui laisser voir toute l'horreur de ce qui l'attendait. Elle s'habitua avec peine à la soudaine lumière qui l'aveuglait à moitié, mais elle pu apercevoir de ses paupières entre-ouvertes les divers instruments étalés sur une table. Apparemment, le chien ne savait pas quoi choisir pour la torturer et semblait lui demander son avis, mais elle su, avant qu'il ne prononce sa dernière phrase, qu'il n'allait pas les utiliser. Non, il voulait la détruire plus profondément que cela encore et il le prouva en se rapprocha rapidement. Elle tenta, sans grand succès, de repousser l'échéance de ce contact en s'écartant du mieux qu'elle pu. Ses yeux s'agrandirent sous l'effet de la panique, ses jambes ses serrèrent et ses cuisses se crispèrent en une fraction de seconde. Elle avait réussi à garder ses cris enfouis en elle jusqu'à présent, mais elle ne pu se retenir plus longtemps. Avant qu'il ne l'ait touché, une sorte de frayeur et de rage traversa ses lèvres.

- Non! Espèce de chien! Ne me touche pas!

Peine perdue évidemment, Darius commença directement à lui toucher l'entre-cuisse avec une délectation non dissimulée. Elle tenta comme elle pu de se défaire de cet ignoble contact, La douleur de sa blessure à l'abdomen passait au second plan à présent, mais rien n'y fit, il continua sur sa lancée et lui agrippa la poitrine. Elle ne pouvait rien faire pour se défendre alors qu'il se collait à elle et ouvrait sa braguette en lui annonçant le programme. A peine eût-il donné le premier coup de reins que ses dernières forces l'abandonnèrent. Elle se retrouva comme une morte, n'essayant presque plus de se dégager de cette emprise. Quelque chose en elle venait de se briser et seules des larmes silencieuses coulaient le long de ses joues tandis qu'elle subissait les coups brusques et répétés du favori. Sa bouche se serrait alors que des cris de douleur tentaient de s' en échapper et qu'il lui murmurait des paroles ignobles à l'oreille. Son souffle s'accélérait et il lui semblait que chaque seconde durait une éternité. Elle n'était plus qu'une coquille vide, sans vie, anéantie.

Lorsqu'il eût enfin fini et qu'il la lâcha, elle n'eût aucune réaction, même quand il lui enleva la dernière barrière à sa dignité qu'il lui restait, la chemise de Luc. Elle ne le vit même pas alors qu'il se planta devant elle, son regard ne semblait fixer aucun point fixe et elle demeurait déconnectée de la réalité. Des larmes coulaient toujours abondamment et elle tremblait de tout son corps alors qu'il passait la porte. Elle avait vaguement entendu qu'il allait revenir, mais pour le moment, elle était trop meurtrie pour y réfléchir.

D'un coup, lorsqu'elle fut sûre que Darius ne pouvait plus l'entendre, elle hurla de toutes ses forces, longtemps, avec rage et dégoût. Il lui semblait que ses cris se répercutaient contre les murs de la petite pièce quasiment immaculée et venaient la frapper de plein fouet avec force et violence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Pauvre...pauvre Shela [Mi-Février 2100]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Chavez traite Obama de « pauvre ignorant »
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???
» Une pauvre petite SDF en Lorraine
» MDR La Pauvre Ptiite Fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRENGTH AND FAITH :: S&F - Monde :: Palais Impérial :: Sous-sols :: Cellules-
Sauter vers: